ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Grand Magus – Sword Songs


Grand Magus - Sword SongsA croire qu’une des qualités premières du heavy metal est d’être figé dans le marbre, inébranlable, solide comme un roc, confortablement et agréablement prévisible. Surtout ne rien changer. C’est parfait. « Nous ne voulons pas réinventer la roue, nous ne voulons pas faire quoi que ce soit que nous n’ayons fait auparavant, nous essayons juste de nous améliorer dans exactement ce que nous sommes censés faire, » nous disait justement, il y a quelques minutes au téléphone, Wolf Hoffmann, guitariste d’un des patrons historiques du heavy metal, Accept. Et c’est précisément dans cette voie traditionaliste que s’est engagé le chanteur Janne « JB » Christoffersson et son trio Grand Magus depuis quelques années, sous la houlette, quatre fois consécutives, du guitariste d’Entombed Nico Elgstrand.

Aujourd’hui, retrouver Grand Magus sur un nouvel album, c’est un peu comme retrouver un bon ami qui s’est choisi une bonne petite vie bien rangée. D’abord, ce sont les chaleureux souvenirs, la nostalgie qui remonte et qu’on prend plaisir à ressasser ensemble, toujours les mêmes histoires qu’on s’est raconté mille fois mais qu’on se remémore avec une inépuisable tendresse. Ensuite, on se retrouve face à quelqu’un dont la vie évolue lentement, sans rien brusquer, mais où tout semble avoir une raison. Lorsqu’en comparaison on se rend compte de la frénésie qu’on donne à la nôtre, ce genre de personne nous remet les pieds sur terre et nous montre l’essentiel. L’essentiel, voilà ce qu’est Grand Magus avec Sword Songs.

Si on détachait déjà la notion de « combat » dans Triumph And Power, cette fois-ci, Grand Magus l’érige en quasi concept et leitmotiv, que ce soit en puisant dans la mythologie nordique avec la déesse Freja, liée aux valkyries, vierges guerrières qui choisissent les tués sur les champs de bataille, ou dans l’histoire en évoquant le général Du Guesclin, qui n’était semble-t-il bon que pour mener des guerres, mais aussi en galvanisant l’auditeur pour qu’il trouve la force d’affronter toutes ces petites luttes qui ponctuent son quotidien. La parenté avec d’autres Suédois friands d’histoires de combats, sous couverts de mythologie et de morale Viking, y est parfois prégnante malgré la nuance du registre : comment ne pas penser à Amon Amarth à l’écoute des guitares épaisses d’un « Freja’s Choice » ou plus encore des riffs qui frisent la lourdeur et la nervosité du death metal sur « Master Of The Land » ? C’est en revanche vers Manowar que l’on revient lorsque le heavy crooner JB clame avec fierté « We are warriors, defenders of steel! », qu’on ne peut s’empêcher de répéter à tue-tête, le poing levé, sans éprouver une once de honte, dans « Varangian ». Et puis il y a Judas Priest, dont l’âme survole « Forged In Iron – Crowned in Steel » et « Frost And Fire », qui proposent en sus parmi les refrains les plus entêtants du disque, sans même parler des cris aigus à la Rob Halford dans les arrangements de « Freija’s Choice ». Et comme une bataille n’est pas une bonne bataille sans la désolation qui la succède, Sword Songs se termine sur l’interlude folklorique mélancolique, presque empli de remords, « Hugr » – qui symbolise dans la mythologie nordique la part mentale de l’homme qui le différencie de l’animal – et « Every Day There’s A Battle To Fight », un mid-tempo aux cavalcades graves et fatiguées, en forme d’épilogue.

On pourrait, comme il y a deux ans, encore parler de chevauchées glorieuses et d’hymnes qui donnent du baume au cœur, en sommes répéter tout le bien qu’on pensait déjà de Triumph And Power et l’appliquer à Sword Songs. La recette est sensiblement la même, si ce n’est avec un brin plus de fermeté et de tension – JB, lui, parle d’intensité, soit. Et après tout, on s’en fiche. Lorsque le heavy metal est aussi classieux et conçu avec autant d’amour, on arrête ce que l’on fait, on ne réfléchit pas davantage et on headbang.

La chanson « Forged In Iron – Crowned In Steel » :

La lyric vidéo pour la chanson « Varangian » :

Album Sword Songs, sortie aujourd’hui 13 mai 2016 via Nuclear Blast Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3