ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Le Gros 4 – Live Au Zénith De Strasbourg


Les Américains avaient le Big 4 (Metallica, Slayer, Megadeth, Anthrax), nous avons le Gros 4. Et pas question de baisser la tête ! La tournée événement qui a rassemblé quatre groupes parmi les fleurons du metal tricolore se voit aujourd’hui couronnée d’un coffret CD/DVD ou CD/Blu-ray, regroupant les prestations live des groupes à l’affiche : Tagada Jones, No One Is Innocent, Ultra Vomit et Mass Hysteria. C’est la date du 4 avril 2022 au Zénith de Strasbourg qui a été retenue pour la captation, le tout ayant été mixé par Fred Duquesne. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a bien réussi son coup : la production est impeccable, le son clair et profond. Aucun groupe n’est pénalisé et chacun dans son style retrouve un son optimum taillé sur mesure. Approximativement une heure de show chacun pour un total de soixante titres : rien ne manque à la fête. Et plus c’est long… vous connaissez la suite.

Visiblement galvanisé et plein d’envie, No One Is Innocent assure et assume son statut. La mise en place est impressionnante, les rythmiques déferlent comme des vagues géantes sur une plage de galets et le chant, hurlé, rappé ou simplement puissant de Kemar emporte la foule. Car oui, les fans sont bien là pour reprendre les refrains de « La Peau », « Nomenklatura », et Niko, chanteur de Tagada Jones, rejoint même ses potes pour « Chile » et « What The Fuck » qui achèvent le set.

Avec Tagada Jones, on est en terrain connu. Toutes guitares en avant, le groupe vocifère son punk metal contre les institutions en faisant la part belle à son dernier album en date À Feu Et À Sang, à l’intitulé révélateur. Parmi les extraits (« Elle Ne Voulait Pas », « Du Rire Et Des Larmes », « Les 4 Éléments »), on retient particulièrement « Nous Avons La Rage ». Parce que ça se voit ! Le pays va mal et ces musiciens le disent bien. Avec eux le message passe à tous les coups : franc et direct, de l’ampli à la tête. Et puisque les Rennais ont maintenant presque vingt ans de carrière, ils puisent aussi dans leur répertoire plus ancien des « Zéro De Conduite », « Le feu Aux Poudres » et bien sûr l’incontournable « Mort Aux Cons » qui conclut la prestation sur une note revendicatrice et unitaire.

Le problème d’Ultra Vomit, c’est que son metal parodique est désormais tellement connu de tous qu’il pourrait s’écraser comme une tarte sur la tête d’un clown. Et le talent du groupe, qui n’en manque pas, c’est justement de faire en sorte que ses concerts soient à chaque fois plus surprenants et vivants que les précédents. Devant un public conquis d’avance qui ne demande qu’à headbanguer ou pogoter le sourire aux lèvres, les Nantais déroulent. « Quand J’étais Petit », « Mechanical Chiwawa », le wall of death pendant « Pipi vs Caca », les indispensables « hits » que sont « Je Collectionne Les Canards » et « Kammthaar ». A propos d’indispensable, on a aussi le droit à la traditionnelle minute Manard durant laquelle le batteur prend le micro. Indispensable ? Pas sûr que Mylène Farmer dont il détourne « Désenchantée » partage cet avis, mais le public s’en fout ! A noter la présence d’un inédit « Mouss De Mass », dédié à qui vous savez. Le groupe tire sa révérence avec « Evier Métal » juste avant qu’on ne lui coupe le robinet pour faire place aux suivants.

Mass Hysteria c’est un groupe qui est là depuis longtemps, et qui a toujours su se renouveler. A force de tourner intensivement, les musiciens de Mass sont aguerris à la scène. Difficile de les prendre en défaut sur une setlist aussi rodée. Leur répertoire de titres metal à tendance indus, désormais très fourni, leur permet de ne jamais relâcher la pression sur le public. De l’échevelé et rapide « Reprendre Mes Esprits » qui ouvre le show au déchaîné « Furia » qui le conclut, la prestation est en place, carrée et implacable. Les samples sont digérés par une rythmique écrasante et métronomique, emmenée par le batteur Raphael Mercier, les guitares de Yann Heurtaux et Fred Duquesne forment un mur compact et Mouss Kelai déclame et chante avec toujours autant de passion ses textes engagés. « Vae Soli », « Positif À bloc », « Chiens De La casse », « L’enfer Des Dieux » ou « Plus Que Du Metal » sont des hymnes pour les fans strasbourgeois, qui ne boudent pas pour autant leur plaisir de retrouver « Arômes Complexes » ou « Nerf De Bœuf » extraits de « Maniac », leur dernier album, paru en 2018 (déjà…). Au bout d’une heure de show, on ressort à la fois étourdi par tant de puissance et emporté par les refrains qui finissent par tous vous rester en tête. Une performance (dans tous les sens du terme), dont Mass a le secret.

En définitive, ce coffret constitue un excellent palliatif pour ceux qui ont malheureusement raté cette tournée événement mais aussi un bon moyen pour ceux qui y étaient d’en retrouver l’ambiance comme s’ils y étaient encore. L’impact de No One Is Innocent, la fureur de Tagada Jones, le fun percutant d’Ultra Vomit et la puissance magistrale de Mass Hysteria sont remarquablement restitués. Seul petit problème : le coffret est en édition limitée, ce qui signifie qu’il n’y en aura pas pour tout le monde. Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Album Live Au Zénith De Strasbourg, sortie le 2 décembre 2022 via Verycords. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Je me demande sérieusement à combien d’exemplaires va se vendre ce coffret. Depuis sa mise en rayon dans une grande enseigne près de chez moi, je constate que tout semble leur rester sur les bras.
    Est-ce que ça « appelle » VRAIMENT les fans ce genre d’hybride entre des groupes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, sinon leur nationalité ?
    C’est à peine plus digne d’intérêt qu’un CD sampler, quant au prix, il s’avère carrément dissuasif quand on aime un voire 2 groupes max.

    [Reply]

  • gabriel fascio dit :

    le set de no one m a un peu déçu la peau pas joué en entier a cause d un solo!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3