ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Haken – The Mountain


Haken n’a rien à voir avec Jean Ferrat, et pourtant, on a envie de se dire : Que la montagne est belle… Après avoir fait l’étal de sa technique hors norme et d’une originalité certaine à travers Aquarius (2010) et Visions (2011), même si l’on en voyait encore un peu trop les rouages et les origines influentes, le combo progressif britannique vient de sortir son Lateralus (Tool). La couche supérieure de Haken, c’est bien évidemment une voix unique, celle de Ross Jennings, au grain proche de Ian Kenny (Karnivool), mais capable de plus grande folies encore : l’a cappella sur piano introducteur de « The Path » n’est d’ailleurs qu’une mise en bouche. Mélodies fulgurantes et décollage garanti pour un envol sans fin (« As Death Embraces »), jeux de voix superposées et harmonisées plongeant dans l’univers de Freddie Mercury (« Because It’s There ») ou du prog rock à la Spock’s Beard (« Cockroach King »), groove implacable et chant empruntant parfois à Maynard James Keenan, l’Anglais arrose à tout va. Il est supporté par un ensemble musical à la diversité incroyable dans les arrangements : passages à la Primus, folie à la Zappa, montées metal prog typiques, intermèdes jazzy, étonnants breaks électro à la Skrillex, subtilités djent… Haken tape dans un nombre ahurissant de références et d’influences variées tout en gardant une grande cohérence et sans faire dans le plagiat.

The Mountain possède certaines propriétés atmosphériques, mais est dynamisé par une vraie énergie metal dans les riffs et un jeu de batterie groovy et puissant entre Mike Portnoy et Danny Carey. Dans des structures recherchées, la paire de guitaristes et le clavier font dans l’intensité variée (« In Memoriam », « Atlas Stone ») pour multiplier les ambiances et garnir cet album de claques inattendues, comme les passages si différents et complémentaires de « Pareidolia ». Cette subtile touche de Queen version « Bohemian Rhapsody » dans la voix et les changements d’univers, sort le groupe du son américain stéréotypé lui donnant par touches une couleur britannique, et scandinave par une production à la Opeth appropriée de Jens Bogren. L’écoute passe à une vitesse folle par l’usage totalement maîtrisé de cette diversité, et la complexité musicale s’oublie, notamment par l’ascenseur émotionnel qu’est la voix de Jennings. L’escalade de The Mountain se fait sans peine et vaut le détour, car la vue d’en haut est magnifique. On aura en revanche, un mal fou à en redescendre.

Ci-dessous les vidéos de « Cockroach King » et « Pareidolia » et le titre « Atlas Stone » :

Album The Mountain, sorti le 2 septembre 2013 chez InsideOut Music



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3