ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview    Potin   

Happy Birthday Franky!


Radio Metal accorde aujourd’hui une tribune à Franky Costanza, le batteur de Dagoba. Vous savez, « le premier groupe de metal à percer en France depuis 30 ans » ! Enchanté par l’interview croisée entre Gene Hoglan (Fear Factory…) et lui, Franky a exprimé son ressenti sur cette rencontre par le biais de la présente tribune exclusive. L’entretien en compagnie des deux batteurs peut être réécouté et relu sur ce lien, il s’est tenu le 9 juillet dernier pendant Anarchy-X, émission que vous pouvez retrouver tous les mardis et jeudis de 20h à 22h. En attendant, Franky, c’est à toi.

« Salut à tous les auditeurs de Radio Metal !

Je reviens avec grand plaisir pour vous parler d’un inoubliable moment qui s’est déroulé sur les ondes de Radio Metal. Alors en pleine promo du nouvel album de Dagoba, Poseidon (dans les bacs depuis le 30 août dernier), alors que les interviews téléphoniques et papiers s’enchaînent abondamment, j’ai la belle surprise de recevoir une proposition d’interview partagée, plutôt orientée batterie, avec un certain Gene Hoglan sur Radio Metal ! Merci encore pour cette grande idée !

Gene Hoglan est, à mon goût , un des plus grands batteurs de metal au monde. La liste d’adjectifs le qualifiant est interminable tellement son jeu est monumental : inventif, original, rapide, fin, ambidextre, visuel, précis, puissant… Il est une source d’inspiration intarissable pour tous les batteurs de ce style et chaque disque auquel il a participé est une mine d’or. Je me rappelle encore l’avoir découvert avec Symbolic de Death, album qui m’a littéralement scotché : il m’a fallu l’écouter des centaines de fois pour comprendre tout ce qu’il faisait ! Après quoi j’ai recherché absolument toutes ses participations discographiques : Death, Dark Angel, Strapping Young Lad…

D’un point de vue personnel, son influence a été très importante dans l’évolution de mon jeu. De nombreux plans que j’utilise viennent de là, notamment au niveau du jeu de cymbales splash, de la double ride par-dessus les doubles croches aux pieds (comme sur le titre « Symbolic » de Death) ou encore des breaks « question/réponse » entre les pieds et les mains. L’homme est également très impressionnant de par son ambidextrie. Son kit est quasiment symétrique (une ride de chaque côté), ce qui lui permet d’avoir un jeu décroisé et extrêmement visuel. A ce titre, il est l’un des rares batteurs de metal extrême qui s’amuse à jongler avec ses baguettes et se permettre quelques excentricités visuelles. Perso, j’adore !

J’ai d’ailleurs profité de l’interview pour lui demander s’il s’inspirait du jeu de scène des groupes de hard rock et de glam américain… et le fait est qu’il n’est pas fan de ce style : « En fait, c’est assez ironique, parce que j’ai commencé à faire ça pour me foutre de la gueule de tous ces groupes horribles des années 80. Je me suis dit ‘OK bande de connards, vous pouvez faire ça lorsque vous faites vos BOOM – BAM – BOOMBOOM – BAM, alors voyons si vous pouvez faire pareil quand vous jouez des PAPAPAPAPAPAPAPA blast- beat ! C’est vraiment un gros FUCK YOU que j’envoie à tous ces groupes de cock rock-hair metal. »

N’oublions pas son jeu de double grosse caisse, tout simplement magique (à ce titre, l’album City de Strapping Young Lad est chargé de plans terribles). Là aussi, il s’agit d’une inspiration pour moi : ces rythmiques saccadées et chirurgicales sont un des paramètres principaux de mon jeu de grosse caisse, ça se ressent dans la musique de Dagoba. Quand on voit Gene en Live, on est également subjugué par sa force tranquille ! Tout semble facile et fluide alors qu’il faut une vie pour parvenir à refaire ce qu’il fait ! Je pense que les musiciens qui l’accompagnent en studio et en Live savent qu’ils peuvent s’appuyer sur lui comme sur un char d’assaut inébranlable ! Bon nombre de grands batteurs reconnaissent avoir été influencés par M. Hoglan : Nick Barker, Dirk Verbeuren et bien d’autres. Je conseillerais aux batteurs qui ne le connaissent pas de courir acheter Symbolic de Death et City de Strapping Young Lad.

Imaginez donc l’honneur que ce fut pour moi de pouvoir lui poser quelques questions et de passer ce moment en sa compagnie. Au fil de cette interview, j’ai découvert un homme très sympathique, attentif, passionné, intéressé et intéressant ! Le grand monsieur était bavard et a même repoussé ses interviews suivantes pour continuer celle-ci, nous parler de son parcours, de ses groupes favoris, de ses influences diverses tant metal que funk ou jazz ! Je n’ai d’ailleurs pas du tout été surpris qu’il évoque le nom de Deen Castronovo (ex-Cacophony, ex-Journey…) comme source d’inspiration : j’étais certain que beaucoup de ses plans venaient de cet excellent batteur. Je fus agréablement surpris qu’il me dise qu’il connaissait et appréciait Dagoba ! Pour la petite histoire, c’était la veille de mon anniversaire et bien avant d’être au courant de cette interview, j’avais appris qu’un des mes cadeaux serait son DVD pédagogique. Coïncidence amusante ! J’ai même eu droit à un « Happy Birthday » de Gene Hoglan ! Rien que ça !

Merci encore à Radio Metal pour cette terrible soirée ! Ce fut un superbe cadeau d’anniversaire ! »



Laisser un commentaire

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    Complétement d’accord avec les deux commentaires précédents. C’est vraiment cool cette fraîcheur, cette sincérité et de voir que Radiometal a su proposer quelque chose d’original à des mecs qui sont sollicités souvent avec le même axe de travail.

    [Reply]

  • Belle tribune, eclairante et debordante de passion 🙂

    [Reply]

  • Et bien ça fait plaisir de voir un Franky arrivé à un tel niveau demeurer encore fan, parler comme un fan et avoir le respect d’un fan.

    Bon esprit!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3