ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival    Live Report   

Hard Rock Session 2014 : Pour le plaisir du rock’n’roll


La Foire aux Vins de Colmar est une institution alsacienne âgée de soixante-sept ans et qui conserve une sacrée forme malgré les années. Assez vive d’esprit pour créer en 2010 la Hard Rock Session, une journée entière dédiée au metal dans sa programmation musicale qui voit défiler sur une dizaine de jours des artistes de tous les horizons, stars françaises et internationales. Cette année, Neil Young, Bernard Lavilliers, Simple Minds, Shaka Ponk, M, Indochine et bien d’autres se sont par exemple succédés. Quoi ? C’est un peu la foire votre truc, non ? Une foire avec de la musique ? Du metal ? Effectivement, c’est l’idée. D’un côté, il y a la Foire avec ses stands agricoles et autres et de l’autre côté il y a le festival. Vous avez raccroché les wagons ? Alors montez dans le train et plongez sans retenue dans ce cru 2014.

Événement : Hard Rock Session
Date : 10 août 2014
Lieu : Colmar (68)

Blackrain

17H. Blackrain ouvre le bal avec ‘Death By Stereo’ et ‘Dancing On Fire’ issus de leur dernier album It Begins. Visuellement, le groupe arbore toujours son look glam et sur les côtés de la batterie, les tentures affichent les traditionnels portraits têtes de mort mais aussi un logo Blackrain avec une tête de mort plutôt réussi. Le pied de micro de Swan n’a pas ses fleurs habituelles. Tant mieux, cela donne de l’air, cet accessoire ressemblant à ces fleurs en plastique qui trônent dans les cimetières. Il fait chaud à Colmar tout comme dans le public qui réagit bien à la prestation des hauts-savoyards qui se démènent sur scène et offrent une prestation vraiment intéressante. Nous aurait-on changé Blackrain ? Une certaine sobriété se ressent. Permettrait-elle au groupe de gagner en efficacité ? Sur scène, Swan et sa bande offrent un spectacle varié, enchainant les poses en solo ou à plusieurs. Le public apprécie et chante, se manifeste à l’invite du groupe. MatH, à la basse, dira sa joie d’ouvrir pour Motörhead. « Y a-t-il des fans de Motörhead ? » demandera-t-il. Swan saisira la balle au bond « Et des fans de Blackrain ? ».

Les Français assoient leur prestation sur It Begins et Lethal Dose Of… qui terminera le concert avec un efficace ‘Burn’n’Die’. Un peu plus tôt ‘Innocent Rosie’ aura permis au chanteur de partir dans des aigus dignes de Justin Hawkins (The Darkness). On aime ou pas mais force est de reconnaître que Swan tient la voix. Les éléments d’un bon concert sont là. Un son correct, un groupe en pleine forme, un public qui répond. Et surtout, un combo sobre qui arrête enfin de marteler qu’ils sont le rock’n’roll ! Il était temps. Du coup, Blackrain, avec son heure de concert, offre un excellent démarrage à cette Hard Rock Session. Sans oublier un zeste d’humour quand Swan annonce « Maintenant, on va jouer notre titre qui a fait notre succès en 1984 » et d’entamer ‘We’re Not Gonna Take It’, reprise du titre fédérateur de Twisted Sister.

Set List Blackrain :

Intro
Death By Stereo
Dancing On Fire
Bad Love Is Good
Get A Gun
Dead Boy
Innocent Rosie
Blast Le Up
Overloaded
Rock’n’Jive
Rock Your City
Tell Me
We’re Not Gonna Take It (reprise de Twisted Sister)
Wild Wild Wild
Burn’n’Die

Tarja

Tarja arrive sur scène après que son groupe a démarré ‘Little lies’, une veste bleue en accord avec ses yeux et avec une sacrée hauteur de talons qui ne la gênera nullement dans sa mobilité. Elle arpente la scène, saute, prend la pose sans aucun souci. « I see a finnish flag » remarque-t-elle. « You make me happy » dit-elle tout sourire. A la fin du morceau, elle disparaît pour régler un problème technique et revient nullement dérangée pour enchaîner sur ‘500 Letters’, titre de son dernier album. Le public accueille la prestation avec force d’applaudissement et l’enceinte, La Coquille, est déjà plus remplie.

Sur scène Tarja instaure un réel échange avec ses fans et son groupe la soutient vraiment dans sa conquête du public. Évidemment, l’exubérant Mike Terrana apporte derrière sa batterie un impact visuel indéniable. ‘Never Enough’ offre une belle partie de vocalise, titre qui se termine par un gros instrumental, Tarja laissant son groupe quelques minutes, non pas pour régler un problème technique mais pour revêtir une tenue noire qui s’accorde cette fois-ci parfaitement avec ses cheveux noirs. Très élégant, très classe, conférant à la chanteuse une touche de mystère et de ténèbres ! ‘Die Alive’ revient sur ‘Winter Storm’ devant un public heureux ; la fosse est plutôt agitée et fête cette symphonie metallique pleine de puissance tant dans la musique que dans la voix. Quelques heures plutôt, Tarja indiquait en conférence de presse qu’elle faisait très attention à sa voix, que la première chose à laquelle elle pensait le matin était de la protéger. Quand on entend son trésor, on la comprend. Le concert continue, mettant en avant le dernier album Colours In The Dark sans oublier les productions précédentes. La fin arrive et Tarja quitte la scène en laissant ses sourires dans la tête des fans. La chanteuse aura été rayonnante, heureuse de la réaction du public qu’elle aura fait chanter maintes fois. Elle confiait en conférence de presse avoir trouvé son équilibre. Manifestement, cela transparaît sur scène.

Set List Tarja :

Little Lies
500 Letters
Anteroom Of Death
Ciaran’s Well
Never Enough
Never Enough Band
Die Alive
Neverlight
Deliverance
Victim Of Ritual
Over The Hills & Far Away (reprise de Gary Moore)
Until My Last Breath

Airbourne

Dehors, la tempête se lève, les éléments se déchaînent pour saluer Tarja et se mettre aussi au diapason de la déferlante australienne qui s’apprête à arpenter la scène. Airbourne ! Le groupe attaque par ‘Ready to Rock’, ancien titre renouvelé, qui pose le sujet de la soirée. En ce début de concert, la sécurité ne chôme pas, récupérant les slammeurs au milieu du pit bien rempli de photographes. Joël sait indéniablement remuer une foule ! Et ouvrir des cannettes. Ce qu’il fait dès le premier morceau comme promis aux journalistes un peu plus tôt à la fin de la conférence de presse. En effet, à un photographe qui lui demandait quand il le ferait, Joël indiquait plutôt en fin de concert et comme le photographe lui expliquait qu’après trois morceaux, les photographes ne seraient plus là, le chanteur s’engagea à le faire au début. Ce qu’il a fait. Vraiment sympa et preuve de la décontraction et du bon esprit de ces mecs qui sont là pour le fun sans trop de calculs. Mais revenons sur scène car déjà, Joël est dans la salle, sur une plateforme face à la scène. Intenable le garçon ! Succès public assuré. Pendant son échappée, la rythmique bastonne sur scène. La formule est archi simple. Joël est éclairé, véritable zébulon. Les autres musiciens restent dans l’ombre, headbanguant à tout-va. Le tout est envoyé pied au plancher avec une musique survoltée qui malgré sa grande proximité avec AC/DC secoue le public de la Foire aux Vins venus nombreux apprécier cette débauche d’énergie.

Inutile de compter les cannettes que Joël se fracasse sur la crâne avant de les envoyer au public, il y en a trop. Le public, juge ultime, apprécie et prend avec bonheur tout ce qu’Airbourne lui offre. « Rock’n’Roll takes no shit, Rock’n’Roll is for the people, Rock’n’Roll is for you and me” lance ainsi Joël après avoir expliqué que dès ses six ans il a entendu ‘Bomber’, ‘Iron Fist’ ou ‘We Are The Road Crew’ et que les Australiens sont de grands fans de la bande de Lemmy. Et de lancer ‘Black Dog Barking’, titre éponyme du dernier opus qui ne servira pas pour autant de colonne vertébrale au concert, ce rôle étant plutôt laissé à l’album Running Wild dont six titres seront joués ce soir. Preuve que le public est vraiment avec le groupe, Joël annoncera « Black Dog » et le groupe terminera le titre en scandant « Barkling ». Sur scène, Joël boit aussi du vin, joue avec le public qu’il fait chanter puis se calmer puis chanter à nouveau. Le public applaudit, soutient le groupe, répond à Joël quand il entonne « I say there aint’ no way… » en terminant par « …but the hard way ». ‘Stand Up For Rock’n’Roll’ verra Joël courir sur scène de long en large, preuve que l’homme est loin d’être fatigué !

Au bout d’une heure dix à cent à l’heure, la pause rappel intervient et des « Airbourne ! Airbourne ! » retentissent dans le théâtre. Des sirènes résonnent, des rais de lumière blancs habillent la scène, un des musiciens actionne une sirène manuelle, un effet relativement pétard mouillé car dans le peu de lumière et les fumigènes, les spectateurs ne distinguent pas grand chose. Mais le show continue comme Joël apparaît derrière les ampli marshall. ‘Live it Up’ démarre les rappels. Sur ce morceau, Joël hurle à s’en péter les cordes vocales et s’éclate encore quelques cannettes sur le crâne ! ‘Running Wild’ termine une heure trente de concert intense, potards à fond. Clins d’œil sympas, le groupe insère un riff de Black Sabbath et joue un peu du ‘T.N.T’ d’AC/DC qui donne l’occasion à Joël de mimer Angus. Bon esprit fun !

SetList Airbourne :

Ready To Rock
Too Much, Too Young, Too Fast
No One fits Me (Better Than You)
Diamond In The Rough
Blonde, Bad And Beautiful
Girls In Black
Cheap Wine and Cheaper Women
Chewin The Fat
Black Dog Barking
No Way But The Hard Way
Stand Up For Rock’n’Roll
Live It Up
Running Wild

Motörhead

Le fond de la scène est désormais habillé d’une toile représentant la pochette du dernier album de Motörhead, Aftershock. La salle n’affiche pas complet mais est plus qu’honnêtement remplie. Le concert démarre de manière fort classique. ‘Damage Case’, ‘Stay Clean’ avant que ‘Metropolis’ ne voit Lemmy et Phil se rapprocher et accrocher leurs petits doigts en un geste maintes fois répété. En ce début de soirée le son est bon ; seule la voix donne des signes de faiblesse. Liés à la fin de la tournée et à une fatigue logique côté Lemmy ? Physiquement, l’homme est quand même marqué. ‘Over The Top’ accélère le rythme et donne l’occasion à Phil d’exécuter un solo avec sa guitare ponctuée de lumières vertes. L’excellent ‘The Chase is Better Than The Catch’ continue l’exploration de la trilogie mythique du groupe à savoir les albums Overkill, Bomber et Ace Of Spades. « Oldies but Goodies » assurément. Sur scène, Phil comme à son habitude occupe l’espace, Lemmy reste à son micro, peu mobile et Mikkey est invisible derrière ses fûts. Mais au niveau son, sa présence est bien claire comme le démontre l’introduction tonitruante de ‘Rock It’ issu du maudit album Another Perfect Day – qui renferme de sacrés titres pourtant ! Ce soir, le morceau est accéléré et…jouissif. Et quelle fin ! Lemmy introduit le prochain morceau, ‘Lost Woman Blues’, unique et seul titre issu des années 2000 – nous y reviendrons plus tard -, et demande au public s’il aime le dernier album Aftershock. La ballade bluesy offre une pause et malheureusement quelques larsens disgracieux qui continueront sur ‘Doctor Rock’, titre qui permet à Mikkey de réaliser son solo, soutenu par les applaudissements et cris du public. Le batteur frappe fort et les fans apprécient.

Le démarrage de ‘Just coz you got the power’ est soutenu par les applaudissements du public qui reste mobilisé pour le groupe quand Phil ou Lemmy demandent de faire du bruit. ‘Going To Brazil’, ‘Killed By Death’ nous emmènent droit vers la fin du concert avec ‘Ace Of Spades’. Un sacré standard comme peu de groupes en écrivent ! Malheureusement, le classique marque déjà la pause rappel. Des « Lemmy ! Lemmy ! » montent dans Colmar. Le groupe revient et Lemmy introduit lq formation, car comme d’habitude, « it could be your first time with Motörhead ». « On my right and and your left, Phil Campbell”. Trente ans de Motörhead rappelle le bassiste comme à son habitude avant d’introduire « the best drummer in the world ! ». Phil prend le relai pour présenter Lemmy qui reçoit une belle ovation. « You’ve been a fuckin excellent audience » indique le bassiste « so don’t forget us, we are Motörhead” et le public de terminer la phrase et de scander des “Lemmy ! Lemmy !» à en donner des frissons. Les fans sont là et nombreux, fidèles. ‘Overkill’ sonne le glas de cette nouvelle Hard Rock Session au bout d’une heure quinze de concert.

Motörhead est une légende qui a proposé ce soir une liste de morceaux dont aucun n’est à jeter (‘Just Coz You Got The Power’ peut-être ?). Et pourtant, pas facile de ne pas rester sur sa faim. La durée du concert est vraiment minimale pour une tête d’affiche. Airbourne a joué plus longtemps ! Ok, vous pourrez arguer la fatigue de Lemmy. Il n’en reste pas moins que le concert était bien court. Et puis même si les morceaux de ce soir étaient excellents, la discographie des années 2000 est totalement occultée ! Inferno, Motorizer, The World Is Yours contiennent de très bons titres qui auraient mérités d’être joués. Bien la peine d’insister sur le nombre d’années de carrière de Phil car comptez combien de morceaux d’albums auxquels il a participé ont été joués ce soir ! Certes le public était bel et bien présent mais pas sûr que ce type de sortie aide à rallier de nouveaux fans… Mais enfin, peut-être que l’heure n’est plus à la conquête de nouveaux fans ? Dans cas attention tout de même à ne pas lasser les curieux. En tout cas une chose est sûre : nous n’oublierons pas la bande de Lemmy et un concert de Motörhead reste un grand moment. Amis parisiens, rendez-vous donc au Zénith cet automne !

SetList Motörhead :

Damage Case
Stay Clean
Metropolis
Over The Top
The Chase Is Better Than The Catch
Rock It
Lost Woman Blues
Doctor Rock
Just Coz You Got The Power
Going To Brazil
Killed By Death
Ace Of Spades
—-
Overkill

Live report et photos : Lost.



Laisser un commentaire

  • Bonded by blood dit :

    Pourquoi n’y a-t-il pas eu de Live report pour le Motocultor cette année?

    [Reply]

  • VivTheORage dit :

    Excellente journée, je ne regrette pas d’avoir fait le déplacement en Alsace juste pour ça !
    Blackrain est intéressant et offre un bon jeu de scène, mais est un peu gavant passé la demi-heure … M’enfin pour une ouverture ils ont bien fait le taff.
    Tarja était absolument magique ! Je ne l’avais jamais vue sur scène et je venais en grande partie pour elle. J’ai tout simplement été émerveillé par sa voix, sa grâce sur scène et la beauté de sa musique en live (et ses musiciens qui n’ont clairement pas démérité). Je n’ai pas vu l’heure passer et j’aurais adoré qu’elle joue un peu plus longtemps.
    Airbourne toujours aussi festif et énergique. Du bon hard rock à l’ancienne qui fait plaisir à la nuque. Je n’adore pas pour autant leur musique mais il faut reconnaître que la recette est efficace et que leur bonne humeur est communicative. Ces jeunots ont de l’avenir !
    Motörhead était pour moi une grande première, et une demi-déception. Leurs titres sont indémodables et font mouche, et Lemmy est un personnage de légende, mais bon dieu qu’il est fatigué … On aurait dit un papy tant sa voix peinait à garder l’intensité des premières chansons et tant il souffrait pour marcher … Je suis heureux de les avoir vus au moins une fois dans ma vie mais je pense qu’il est temps pour eux de décrocher. Au passage, 1h10 de concert pour une tête d’affiche c’est un peu léger, mais pas si surprenant vue la forme du frontman. Je passerai clairement mon tour pour le Zénith en novembre.

    Sans doute à l’année prochaine Colmar ! Et au passage la foire en elle-même est super, au menu du bon vin et un hall consacré aux bars avec des centaines de jeunes et une super ambiance.

    [Reply]

  • Pour ma part:
    – Blackrain, moins pire que ce que je pensais. Je n’avais jamais écouté, je sais juste qu’ils ont mauvaise réputation, mais pour une ouverture ça allait. Mais je n’irai pas les voir en tête d’affiche, je pense.
    – Tarja: la raison de mon déplacement, avec Motörhead. Je regretterai toute ma vie de ne pas l’avoir vue avec Nightwish, mais son show était formidable, elle-même était fantastique, arrivant à assumer son rôle de Star de la soirée tout en laissant de la place à ses musiciens (Mike Terrana, quel monstre!!!). Le meilleur concert de la soirée.
    – Airbourne: c’est du copier-coller d’AC/DC, mais c’est totalement assumé, alors pas de problème, on s’éclate! Bon, le coup des canettes de bière, à la longue c’était relou. Mais musicalement, rien de tel qu’un bon Hard-Rock binaire pour faire taper du pied et remuer la tête. Et un petit riff de « Paranoid », « T.N.T. » et « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » (oublié dans la review!) en guise de clin d’œil à leurs origines.
    – Motörhead: ça y est, pour la première fois de ma vie, j’ai enfin vu le Pape du Rock N’ Roll! Mais ce sera probablement la dernière: le concert était bon, mais Lemmy était très, très fatigué. De plus, je n’ai jamais été fan du groupe, alors voilà je les ai vu une fois, pas au meilleur de leur forme, mais je sais que je n’aurai jamais mieux. Au moins maintenant je peux mourir tranquille.

    Sinon je ne savais pas que la Hard-Rock Session n’existait que depuis 2010; ça veut dire que je n’ai raté que 2 éditions alors! 😀
    En tout cas, on n’en parle pas souvent sur les sites spécialisés, mais cette journée du Festival est incontournable:
    – Epica, Within Temptation et Nightwish en 2012;
    – Rage, Sonata Arctica, Gamme Ray, Helloween et Anthrax en 2013 (avec Deep Purple 2 jours avant);
    – Airbourne, Tarja et Motörhead cette année…
    Pour moi ça devient presqu’aussi incontournable que le HellFest!

    [Reply]

    Lord Satanubis

    Pour 2011, la tête d’affiche se nommait Judas Priest (rien de moins) avec 4 autres groupes : Stratovarius, Apocalyptica, Sepultura et Karelia (groupe alsacien ayant splitté depuis).

    Pour 2012, il y avait Nightmare avec Joe Amore comme frontman et Lonewolf (groupe grenoblois dont je fais partie d’un des fans-club « la Wolf Division », qui s’était déplacé en bus pour l’évènement. Je conais un peu les membres pour avoir papoter avec eux lors de barbeuk improvisés, c’était génial. Depuis, le batteur s’en est allé.

    Pour moi qui habite le Doubs, ça ne me fais pas loin pour aller à des concerts de qualité car les groupes de metal se font rare dans mon département (mis à part Paradise Lost qui s’était produit à la Rodia (Besançon) le 04/05/12.

    Oui, je me souviens avoir vu Judas Priest sur un « mur d’affiches » quelque part sur la Foire l’année dernière. Je ne me souvenais pas pour les autres, mais putain: Strato, Apocalyptica et Sepultura… la claque! J’aurais bien aimé y être!

    Je me souviens aussi de Lonewolf et Nightmare, ils avaient ouvert pour Epica-WT-Nightwish. Je ne les ai pas cités car ils ne sont pas aussi « gros » que les autres, mais 5 groupes pour 50 euros, c’est un bon rendement (surtout quand on voit les têtes d’affiche). ^^

    Je crois me souvenir avoir vu une affiche avec Scorpions aussi; je ne sais pas si c’était pour la Hard-Rock Session ou pas, mais je suis sûr qu’ils sont déjà venus à la Foire.

    Incontournable que j’vous dis! ^^

    Lord Satanubis

    Ca n’a pas empêcher le monde de bouder quelque peu la HardRock Session (HRS) l’année dernière, à tel point qu’un pote, ayant causé avec l’orga, était pessimiste quand à une autre HRS cette année, mais voilà, la pression exercée sur le net au niveau de l’orga (sur Facebook ou sur le site de la foire aux vins ou tout autre sites traitant de métal) a eu raison du pessimisme du directeur du festival qui donna finalement carte blanche pour 2014. Je pense que vu le monde cette année, il n’a pas à regretter sa décision.

    Concernant Scorpions, ce fut un concert à part, hors HardRock Session.

  • Cette hard rock session a été énorme a part Blackrain que j’ai vraiment pas aimer, même leur reprise de twisted sister avait pas de jus, Tarja a donner énormément et a d’excellent musiciens,elle a toujours le sourire et n’en fait pas de trop, apres l’avoir vu sur strasbourg,la revoir fut toujours un immense plaisir. Airbourne a été pour moi le groupe de la soirée, qu’est ce qui m’ont mis dans la gueule! c’est puissant et sa envoi du paté du debut a la fin!Joel est vraiment charismatique et meme si on sa

    [Reply]

    jam

    Cette hard rock session a été énorme a part Blackrain que j’ai vraiment pas aimer, même leur reprise de twisted sister avait pas de jus, Tarja a donner énormément et a d’excellent musiciens,elle a toujours le sourire et n’en fait pas de trop, apres l’avoir vu sur strasbourg,la revoir fut toujours un immense plaisir. Airbourne a été pour moi le groupe de la soirée, qu’est ce qui m’ont mis dans la gueule! c’est puissant et sa envoi du pâté du début a la fin!Joel est vraiment charismatique et même si on sait qu’il va s’éclater quelque canette sur la tronche, sa fait toujours plaisir a voir! Motorhead m’a un peu déçu,Lemmy restant en retrait et étant vraiment fatigué, malgrès des musiciens énorme mais bon on peut pas en vouloir à une putain de legende!!

  • Lord Satanubis dit :

    Lemmy qui carburait à l’eau à ce concert, c’est plutôt rare pour un papy du METAL. Il a fait ce qu’il a pu !!! J’y étais, je peux témoigner. On va pas lui demander la lune à Lemmy. Il a joué, c’est le principal. Je ne connaissais pas Airbourne en live, pas déçu du voyage : Joel O’Keefe qui grimpe dans le public pour jouer au-dessus du même public, pile sur la plate forme au-dessus de l’ingé-son, fallait le faire. J’ai adoré ce moment, j’au même effleuré son épaule quand il est revenu sur la scène. BlackRain, je suis arrivé quand le set avait déjà un peu démarré. (C’est ça, faire parti de la Wolf Division, on boit de la Meteor, on voit pas le temps passer). Perso, j’étais venu pour Tarja, pas déçu du voyage également. J’étais dans la fosse (le seul concert où j’y étais, d’ailleurs.) J’ai pu faire des photos d’enfer et des vidéos (à l’envers, c’est cela quand on est amateurs de technologie, on se loupe). Mais j’ai été en extase durant tout le concert. Un circle-pit se formait à l’arrière d’où j’étais, preuve qu’il y en a qui s’amusait, tout comme moi. Première fois que je voyais Tarja, qui fut assez communicative avec le public. ghaaa (bave)

    [Reply]

  • Concernant Motörhead, je suis d’accord sur le fait qu’il manque quelques morceaux plus récents, au moins un ou deux seraient pas mal. Par contre, certes les concerts de Motörhead sont maintenant assez courts, Airbourne a peut êtrejoué plus longtemps, mais Joel O’Keeffe n’a pas 68 ans ainsi que le mode de vie de Lemmy. Pour avoir vu Lemmy monter dans le bus après le concert de Wetzikon il y a 2 mois, s’il y a un truc dont je suis sur c’est qu’il continue de donner tout ce qu’il a sur scène, il est complètement vidé après les concerts (mais genre vraiment). Et personne ne lui en aurait voulu s’il avait décidé d’arrêter après tous les problèmes de santé qu’il a eu l’an dernier. Alors il a peut être plus la forme optimale comme il y a encore quelques années, mais il tient toujours la route et donne tout ce qu’il peut. Donc je lui pardonne sans problème le manque de renouvellement de la setlist, grand respect à Lemmy!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3