ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Hatebreed – Weight Of The False Self


Si l’année 2020 aurait pu fournir toutes les thématiques nécessaires à un album de Hatebreed, le successeur de The Concrete Confessional (2016) a été conçu juste avant la pandémie. Hatebreed entend toujours permettre la catharsis via sa musique, le défouloir qui oblitère la bêtise. Weight Of The False Self, huitième opus du groupe, insiste sur notre construction personnelle qui provient de l’accumulation de nos émotions : un fardeau invisible à porter. Weight Of The False Self devient ainsi l’un des outils qui aident à supporter ce poids, la « représentation parfaite de Hatebreed en 2020, avec tous les éléments qui nous ont conduits ici depuis le premier jour » selon les dires du guitariste Frank Novinec. Le Hatebreed d’aujourd’hui est effectivement le Hatebreed d’hier, avec un léger travail sur les biceps.

Hatebreed n’allait certainement pas lever le pied. Au contraire, Weight Of The False Self vient couronner plus de quinze ans de collaboration avec le producteur Christopher Harris dit « Zeuss » (Municipal Waste, Soulfly, Chimaira). Hatebreed n’a nullement révisé sa formule, les toutes premières secondes d’« Instinctive (Slaughterlust) » prennent l’allure d’un uppercut où le riffing de Wayne Lozinak et Frank Lovinec a cette crudité propre au hardcore. Hatebreed ne tourne pas autour du pot : Jamey Jasta fait corps avec l’agressivité des rythmiques, prompt à haranguer le public. Le son d’Hatebreed se veut plus « athlétique », avec divers amplis utilisés et des pistes de guitare doublées, ce qui se ressent lors du final massif de « Let Them All Rot » ou de l’incipit de « Set It Right (Start With Yourself) ». Weight Of The False Self parvient à transmettre cet esprit combatif propre à Hatebreed, porté par un Jamey Jasta insatiable. « Wings Of The Vulture » relève toutes les forces qui accablent l’être humain dans ses moments de faiblesse tandis que « A Stroke Of Red » déplore les conséquences d’une mentalité vengeresse, du credo stérile « œil pour œil, dent pour dent ».

Weight Of The False Self est un concentré idéal de toutes les ficelles hardcore qui fonctionnent et de la monotonie (littérale) qui les accompagne. Weight Of The False Self semble ne se soucier guère de l’album dans son ensemble : ce qui importe reste avant tout l’expérience live et le développement du morceau en soi. Hatebreed ne varie que très rarement sa dynamique, accélérant ou ralentissant les tempos au sein d’une même composition sans véritablement accentuer les contrastes. Là où Weight Of The False Self se démarque, c’est par le recours plus systématique aux soli, à l’instar d’« A Stroke Of Red » et de ses inspirations du Metallica des années 80 sans ornement. Seules les deux minutes « Dig Your Way Out » et quelques élans de « From Gold To Gray » privilégient la vitesse par rapport à la lourdeur et viennent aérer la densité d’un album aux allures de bloc de béton. Hatebreed expérimente légèrement sur « Cling To Life » avec ses aspirations metalcore : riffing ralenti et leads mélodiques assumés, tout comme l’introduction d’« Invoking Dominance ». Jamey Jasta, lui, ne changera pas son registre vocal d’un iota en revanche. Un album d’Hatebreed est pensé pour la fosse, pas pour le plaisir de l’audiophile. Une fois qu’on adhère à cet état d’esprit, on envisage Weight Of The False Self comme un entraînement à l’efficacité prouvée, une routine vouée à nous faire transpirer et nous débarrasser un temps du joug de notre psychisme retors.

Le huitième effort d’Hatebreed va dans le sens de tous les autres. Il prône l’esprit de lutte et de rébellion à nouveau, qui s’exprime par une agressivité pleine de vertus. Hatebreed joue sur son expérience et perpétue son œuvre en améliorant seulement quelques détails. L’essentiel est et sera toujours présent : du pit-riffing de premier plan porté par un frontman enragé et incarné. Pourquoi changer de pharmacie lorsqu’on a confiance en un remède vieux de plus de vingt-cinq ans ?

Clip vidéo de la chanson « Instinctive (Slaughterlust) » :

Lyric vidéo de la chanson « Weight Of The False Self » :

Album Weight Of The False Self, sortie le 27 novembre 2020 via Nuclear Blast. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3