ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival   

Hellfest 2011 : le fil rouge du dimanche 19 juin


Du 17 au 19 juin 2011, nous vous proposons un fil rouge en direct du Hellfest. Ce dernier se déroule à Clisson sous trois jours et réunit 80 000 personnes. Morbid Angel, Rob Zombie, In Flames, Coroner, Scorpions, Ozzy Osbourne, Kyuss Lives ! font partie des principales attractions de ce festival. Mais ils ne sont pas les seuls puisque près de 120 groupes sont présents au Hellfest. Un live report intégral de l’événement en instantané sans oublier des séquences backstages exclusives avec les artistes : voilà ce que vous propose Radio Metal durant ces trois jours de metal à Clisson.

C’est parti pour le fil rouge de la journée du dimanche 19 juin. Pour voir l’avancée de notre reportage, il vous suffit de recharger la page. Dans le but d’avoir une navigation optimale pour la lecture de ce fil rouge nous vous conseillons vivement d’utiliser le navigateur Firefox. Retrouvez également les fils rouges du jeudi 16, vendredi 17 et samedi 18 juin.

Audrey Horne

11h50 : Audrey Horne et ses superbes compos pleines d’émotions et de mélodies a été très bien accueilli par le public de la Mainstage 2. Un show énergique où les voix du claviériste et de Toschie (chant), qui a un peu de Zakk Wylde dans son timbre vocal, se mélangeaient idéalement. Ce dernier n’hésitant pas à aller chanter juste au-dessus des premiers rangs ! Un super set de 30 minutes devant une foule de plus en plus nombreuse.

Morne

Morne a pour sa part ouvert la Terrorizer. Un très gros son peut-être un peu fort pour ce groupe de rock dur. Les compos sont accrocheuses mais sur scène ça manque un peu de dynamisme. Par contre en termes de qualité musicale la barre est déjà très haute.

Turisas

12h12 : De l’epic en apéro ? Avec un début en retard mais une fin ponctuelle, Turisas a lancé la marche des barbares pour les guerriers du Hellfest amateurs de folk. Un bon set forcément apprécié par les puristes du genre. La petite épopée scénique du groupe à base d’entertainment a bien fonctionné. Par ailleurs le maquillage des membres est toujours aussi impressionnant, et ce sur scène comme en loges !

Danny Cavanagh (Anathema)

12h19 : Coté coulisses justement, on vibre au son de la guitare d’un membre d’Atheist qui reprend « Eruption » de Van Halen au stand Lâg – il se fera d’ailleurs prêter une guitare pour son show – ou encore Danny Cavanagh (Anathema) qui s’amuse avec du Tool, du Pink Floyd, du blues et bien sûr du Anathema. Nous tapons ces quelques lignes avec sa musique en bande son…

Écoutez un extrait de sa prestation improvisée au stand Lâg ici :

[audio:Hellfest 2011/Danny_Cavanagh_Guitar.mp3|titles=Danny Cavanagh au Hellfest]

Zuul FX

12h22 : Zuul FX vient de sortir d’une prestation pas forcément évidente devant un public encore un peu endormi. Mais Steeve (chant) a la patate et les compos du groupe sont hyper soignées. Résultat : un énorme circle pit ! Chapeau les mecs car ce n’était pas si facile de réveiller le public à 10h55.

Ken Mode

On enchaîne avec Ken Mode et son hardcore metallique influencé par le noise rock. Ce mélange se révèle original et frais. Le tout passe très bien l’épreuve du live mais pour l’envoûtement total il paraît nécessaire de bien maîtriser la discographie du groupe canadien.

Impureza

Red Fang

12h31 : Le brutal death flamenco (et oui ça existe) d’Impureza est original. Cette bouffée d’air frais dans le conformisme actuel du death fait du bien, dommage que le son de ce très bon set ait un peu gâché la fête. Une très belle surprise donc. On passe à la Terrorizer ou les Red Fang font eux-mêmes les roadies avant de se charger des balances. Visiblement pressés, Red Fang démarre en avance son set.

Wouch

12h40 : Nous discutons brièvement avec le toujours aussi amical Kobi (Orphaned Land). Celui-ci pronostique comme Kévin Codfert hier que d’ici 3 à 5 ans, il sera possible de voir des festivals metal dans les pays du Moyen Orient et d’Afrique.

Audio (Kobi de Orphaned Land) :

[audio:Hellfest 2011/Orphaned_Land.mp3|titles=Kobi Farhi (Orphaned Land) au Hellfest]

Le beau gosse Gus G (Firewind, Ozzy), peu de temps après son arrivée en loges et se préparant pour la première fois de sa vie à enchaîner deux concerts, nous raconte avoir très bien été accueilli par les fans d’Ozzy en tant que nouveau guitariste. La semaine prochaine aura lieu ce qu’il serait convenu d’appeler le Firewind Fest, puisque Firewind, Spiritual Beggars, Arch Enemy et Ozzy Osbourne partageront la même scène.

Audio (Gus G de Ozzy Osbourne et Firewind) :

[audio:Hellfest 2011/Gus_G.mp3|titles=Gus G (Ozzy Osbourne, Firewind) au Hellfest]

12h45 : Du beau monde en backstage, ça n’arrête pas. Tandis que Spaceman s’entretient avec Kelly Shaefer (Atheist) qui a hâte de fouler les planches, Metal’O Phil croise Johnny Chow accompagné du toujours aussi flegmatique Igor Cavalera (Cavalera Conspiracy), qui sort d’un long voyage depuis la Suède et qui manque de sommeil. Lorsqu’on lui demande comment il se prépare à un concert et s’il s’échauffe, c’est sans surprise quand on connaît le bonhomme qu’il nous répond « Non, peu importe, je ne réfléchis pas trop à ça, j’y vais, c’est tout ».

Kelly Shaefer de son coté parle du metal technique mieux accepté aujourd’hui, de Coroner et de son audition pour Velvet Revolver.

Audio (Kelly Shaefer de Atheist) :

[audio:Hellfest 2011/Atheist.mp3|titles=Kelly Shaefer (Atheist) au Hellfest]

12h54 : Les deux frères Cavanagh se sont rejoints sur le stand Lag et interprètent « Kashmir » de Led Zeppelin en acoustique.

12h54 : Pendant près de 20 minutes, Jocelyn Diot, Directeur des ventes à l’international de Lâg nous parle de son activité et de ce sens du détail dans la fabrication qui semble avoir tant de succès auprès des guitaristes. M. Diot présente sa démarche comme sincère et répondant à l’envie : « Nous ne cherchons pas à endorser des guitaristes mercenaires, nous les signons que s’ils en ont envie et s’ils aiment notre produit ». S’ensuit une très intéressante conversation couvrant différentes thématiques liées à la guitare : fabrication, pratique, comparaisons entre guitares de luthier et guitares produites en masse, etc. Instructif pour tout guitariste et toute personne s’intéressant à l’univers de la musique (un article complet est à paraître prochainement).

13h02 : Précisons que, comme depuis le début du festival, les éléments invariants sont toujours de la partie : les membres d’Arkan continuent de traîner en backstage, regardant les artistes et cherchant des prises pour iPhone, Guillaume (Klone) continue de déambuler et de présenter son projet à divers interlocuteurs et l’ostéopathe continue de régner sur le Hellfest.

13h08 : Steeve (Zuul FX) se satisfait de la prestation du groupe. Pour lui, il est plus représentatif de jouer le dimanche matin car cela permet de voir les fans qui sont là pour le groupe, au point de faire l’effort de se lever un dimanche matin après deux jours intenses de festival. Par ailleurs, il partage notre semi-déception à propos du show des Scorpions. Ouvrez bien l’œil autour de vous pendant la journée : Steeve tient absolument à voir le show de Judas Priest.

Audio (Steeve de Zuul FX) :

[audio:Hellfest 2011/Zuul_FX.mp3|titles=Steeve (Zuul FX) au Hellfest]

13h12 : Toujours du côté des backstages, on note l’arrivée sur place de Daniel Gildenlöw et de ses compères de Pain Of Salvation, ainsi que de Billy Sheehan et Pat Torpey (Mr Big). Ce dernier, la mine basse, semble fatigué. Paul Gilbert suit, arborant son éternel sourire de gamin prêt à faire une connerie.

13h16 : Le très jovial Danny Cavanagh (Anathema) semble avoir adoré les guitares Lâg et conclu un contrat. Le guitariste semble adorer l’ambiance des festivals et le fait de jouer en plein air, qui lui permettent, toujours aussi proche de son public, de déambuler à sa guise et de rencontrer des gens. Et, vous pouvez le croire, ce n’est pas de la langue de bois, il se ballade et dit bonjour à tout le monde. Son regret du jour est de malheureusement devoir partir directement après la fin de son concert. Cavanagh, sirotant un café au lait, fait un bilan très positif de la dernière tournée du groupe, au cours de laquelle les anglais ont fait le choix de jouer tout leur dernier album en intégralité.

Audio (Danny Cavanagh de Anathema) :

[audio:Hellfest 2011/Danny_Cavanagh.mp3|titles=Danny Cavanagh (Anathema) au Hellfest]

Judas Priest

13h32 : Précisons qu’Orphaned Land vient d’accueillir dans sa loge une véritable beauté orientale, habillée d’une robe des plus élégantes. Commentaire de Metal’O Phil : « Je tiens à dire que c’est la plus belle femme que je n’ai jamais vu ! ».

14h05 : Atheist a mis le feu à la mainstage 2. Il faut dire que Kelly Shaefer, avec ses lunettes de soleil façon roadtrip, est un excellent frontman plein de charisme. Le plaisir d’être là, devant le public du Hellfest, ne peut être mis en doute. Il avoue d’ailleurs : « nous sommes sincèrement désolés d’avoir dû annuler l’année dernière. Mais c’était pour enregistrer notre album. Nous étions là en 2007 et ce show, en particulier, est celui qui nous à donné envie de revenir et faire un album. » Les autres musiciens ne sont pas en reste et impressionnent autant par leur technique fulgurante que leur énergie. Niveau setlist, un mélange de chaque album aura ravis les fans au plus haut point, y compris les titres du dernier et excellent album, Jupiter, qui passent haut la main le cap de la scène. En tout cas, en sortant de scène, Atheist ne compte pas en rester là : « après le show nous descendrons parmi vous et nous aurons besoin d’herbe à fumer ! » dit-il en montrant son T-Shirt sur lequel est inscrit « Enjoy Weed ».

Atheist

14h25 : Rencontre avec Tommy Vetterli de Coroner. Nous le félicitons pour son show monumental de la veille avant de nous entretenir avec lui. Il nous avoue être personnellement très motivé pour faire un album de Coroner mais que Ron et Marquis sont encore sur la réserve. Il en arrive à la conclusion que de toutes manières avec Coroner les choses se sont toujours faites sans réfléchir : « on verra, rien n’est planifié ! » Il donne notamment l’exemple de Ron qui s’est mis au chant naturellement car le groupe ne parvenait pas à trouver de chanteur (audio prochainement).

En parlant de l’esprit passionné du Hellfest, Tommy nous apprend que Coroner avait été approché par le Sonisphere. Une offre que le groupe a décliné. Les raisons : le Sonisphere leur offrait une place peu intéressante, en pleine après-midi avec un set raccourci.

Comme nous lui avions promis plus tôt dans la journée, nous appelons Guillaume de Klone pour lui organiser une rencontre avec Tommy. Lorsque Guillaume arrive, ses yeux pétilles, il nous a en effet avoué que le guitariste de Coroner était son influence numéro une. Il en profite donc pour lui témoigner son admiration et – il ne perd pas le nord – faire sa promo en donnant au guitariste suisse un exemplaire du nouvel EP de Klone, The Eye Of Needle, dans l’espoir qu’il lui donne un avis honnête. Tommy lui répond : « je suis convaincu que c’est excellent », il montre Spaceman du doigt et enchaîne avec le sourire, « car lui, il l’a adoré ! » Tommy a effectivement parfaitement cerné le bon goût du staff de Radio Metal, et en particulier du responsable des programmes.

Guillaume (Klone) et Tommy Vetterli (Coroner)

14h40 : Nous apercevons Billy Sheehan, le bassiste de Mr. Big, sur le canapé face à nous. Nous lui demandons s’il est en train de se relaxer et nous répond qu’il attend juste son rendez-vous chez l’ostéopathe. Nous en profitons donc pour tailler une petite bavette et parler de Mr. Big. Pour Billy tout n’est que prétexte pour s’éclater sur scène : « du moment que le public est heureux, je suis heureux ! » Une bien belle mentalité !

Audio (Billy Sheehan de Mr. Big) :

[audio:Hellfest 2011/Billy_Sheehan.mp3|titles=Billy Sheehan (Mr. Big) au Hellfest]

Billy Sheehan (Mr. Big)

Lorsque Billy est appelé pour sa séance, nous allons directement à la rencontre de Snowy Shaw (Therion, Notre Dame, ex-Dimmu Borgir) qui se repose tranquillement sur le canapé le plus convoité du lieu. Il nous parle notamment de l’origine de son tatouage où il est inscrit « idiot » : il l’a fait faire peu de temps après son départ de Dimmu Borgir et explique que c’est pour lui rappeler de réfléchir avant d’agir. Snowy avoue être quelqu’un d’impulsif qui fait les choses sur des coups de tête sans trop penser aux conséquences. Il nous parle également d’un projet de concert qu’il met en place et dans lequel il interprèterait des titres issus de tous les groupes dont il a fait parti, avec des invités.

Audio (Snowy Shaw de Therion) :

[audio:Hellfest 2011/Snowy_Shaw.mp3|titles=Snewy Shaw (Therion) au Hellfest]

Ne pas oublier de réfléchir avant d’agir

15h21 : Nous voyons Billy Sheehan sortir bien relaxé de sa séance de massage. Il nous fait signe de la main pour témoigner des qualités du service et nous recommande chaudement d’y faire un tour.

SUP

15h59 : Voici le point sur les concerts. SUP sur la grande scène a impressionné par son charisme malgré un show musicalement en dent de scie. En effet la musique de SUP peut lasser le non initié. La personnalité unique du groupe est autant ce qui ravit les fans que ce qui rebute les néophytes. Les connaisseurs du groupe en sont, en tout cas, revenus aux anges. Notons aussi un hommage très sympa à Patrick Roy.

Firewind

Firewind a de son côté effectué une prestation intense et conviviale mais plus courte que prévue. On notera un magnifique duel de guitares avec un son tout le long irréprochable sans oublier un solo majestueux du guitariste/claviériste du groupe qui a réussi à jouer des deux instruments en même temps ! Un très bon moment.

Orphaned Land

16h06 : Concert correct pour Orphaned Land mais son moyen. Le public aura apprécié la danseuse susmentionnée sur le dernier morceau. Par contre le tout semble un peu formaté, surtout au niveau de la communication avec le public.

Last Days Of Humanity

Pour sa part, Last Days Of Humanity n’a pas réussi à convaincre sur la Rock Hard Tent. La voix du chanteur est très forte mais le son est brouillon. Les musiciens s’arrêtent longtemps et font même cinq minutes de pause suite à des problèmes de guitares. Notons trop peu de communication avec le public. Un set à oublier.

Duff McKagan’s Loaded

16h12 : C’est de manière solennelle et élégante que se présente Duff McKagan sur scène, commençant le set de Loaded par deux titres mid tempo. A la fin du second, l’ancien bassiste des Guns N’ Roses s’en va headbanguer sur l’avancée et en perd ses lunettes de soleil dans le pit aux photographes. Musicalement, il s’agit d’un hard classique, par moments sombre et complexe (la faute à un son approximatif, difficile néanmoins de véritablement se faire une idée), mais globalement poussif, soutenu par la voix jeune de McKagan qui sur la durée peut irriter. En revanche, on ne peut enlever à tous les membres du groupe leur prestance scénique.

Arkona

Knut

16h23 : C’est toujours un plaisir de revoir les russes d’Arkona. Il est par contre dommage qu’ils jouent avec des bandes et non de vrais instruments folk. Gros soutien du public et mention spéciale à Masha, jolie et charismatique chanteuse. Knut propose pour sa part une musique lourde qui part dans des passages instrumentaux apocalyptiques. Knut se défonce sur scène pour un public qui écoute et apprécie. Un set bruyant.

16h31 : On attendait un grain de folie de Red Fang mais on ne l’a pas eu ! Déception donc. Le groupe aura mis du temps à convaincre au cours de ses 30 petites minutes. Ce n’est que vers la fin, en s’enfonçant dans son versant doom ou à l’inverse avec des titres au tempo plus important, que le groupe sortira de son set avec la moyenne… même si bon nombre de festivaliers ont semblé avoir apprécié ce show.

The Ocean

The Ocean, lui, a produit un show excellent qui s’approche de la note idéale. Une énergie très metalcore et une puissance musicale purement metal, ce set de The Ocean a marqué les esprits. Le chanteur Loic Rossetti n’y est pas pour rien en se jetant dans la foule à plusieurs reprises. Son guitariste le fera également une fois… avec sa guitare ! Un super concert d’un groupe à (re)découvrir.

16h52 : Il y a du monde au Hellfest, n’est-ce pas ?

Public mon amour
(crédit photo : Charlotte_Sz)

17h00 : Après une intro un peu longue sur laquelle le batteur de Pain Of Salvation déjà installé derrière les futs semble seul au monde, Daniel Gildenlow et ses collègues le rejoignent. Après quelques accords intimistes en palm mute, quelques pêches lancent véritablement le concert. C’est une agréable surprise de voir le public réagir abondamment. Compte tenu de la complexité de la musique des suédois, on pouvait douter de son impact sur un public de festival. Gildenlöw nous le dira quelques instants plus tard « à chaque fois que l’on a l’opportunité de faire le Hellfest, on hésite à faire une setlist exclusivement orientée metal. »

Pain Of Salvation

Quoi qu’il en soit, à chaque fois qu’il nous est donné de voir ce groupe en concert, on s’émerveille de la maîtrise technique des musiciens, de la beauté de leurs harmonies vocales et surtout de l’originalité des compos : « Mais comment font-ils pour penser à écrire des chansons pareilles ?! ». Le set se clôt par une version totalement remaniée du titre « A Perfect Element ». Un remaniement qui s’est, selon les dires de Daniel Gildenlöw, décidé très peu de temps avant le début du show. Le morceau étant effectivement trop long pour la durée totale du set : « pour nous, un show de 45 minutes c’est un échauffement ! » nous avouera Daniel.

Kylesa

18h00 : Kylesa a donné un show exceptionnel sous la Terrorizer Tent. Quel privilège notamment de pouvoir admirer le jeu des deux batteurs depuis l’arrière de la scène. Un titre comme ‘Scapegoat’ était à cet égard une vraie gourmandise qui a d’ailleurs déchaîné les foules dès l’entrée des guitares. Une foule acquise à la cause du groupe de Savanah. Une prestation remarquable.

18h17 : Mr. Big se prennent pour Pow Wow dans leurs loges ! Les quatre compères chantent en chœur, à capella et tout le monde en profite. Quelle maîtrise en tout cas, ça promet pour le show !

18h28 : Doro est là mais sans être vraiment là. Elle arrive d’un long voyage et n’a dormi qu’une heure. Elle compense donc son manque de sommeil par une consommation excessive de café. En tout cas, elle a déjà prévu d’aller admirer les shows de Judas Priest et Ozzy Osbourne.

Doro

18h29 : C’est désormais le ‘Satisfaction’ des Rolling Stones qui résonne à cappella dans l’enceinte. On entend également Pat Torpey s’entraîner sur ses pad. La pression monte chez Mr. Big !

Tsjuder

19h25 : Voici un point sur les concerts qui se sont déroulés aujourd’hui. Tsjuder est un trio black qui propose une musique directe et sans compromis. Le public de la Rock Hard Tent est réceptif et accueille le groupe à bras ouverts. La nuit est encore là mais on a frissonné en pleine après-midi du côté de Clisson. La raison ? Tsjuder a amené les ténèbres avec lui.

Ghost en sortie de scène

Ce fut également le cas de Ghost qui a littéralement transcendé le Hellfest lors d’un show magique hyper théâtral. Les zicos étant masqués, on a l’impression de faire partie du rassemblement d’une société secrète dont le groupe sur scène préside toutes les assemblées. A noter : une reprise de la chanson « Here Comes The Sun » des Beatles absolument magistrale. A (re)voir de toute urgence.

19h40 : Fox nous signale « avoir halluciné » à la vision des échanges de coups qui ont eu lieu sur le rond point situé juste à côté de l’entrée du festival vers 17h30. Apparemment ce sont des jeunes qui se sont confrontés à des responsables de la sécurité du Hellfest. Les fauteurs de troubles ayant sévèrement dégusté, c’est la Police qui a récupéré ce qu’il en restait…

Nous n’avons pas plus d’infos sur le pourquoi du comment… quoique sur le comment on peut juste dire que c’était hard !

Grave

19h49 : Pendant que les frères Cavalera balançaient du lourd sur la Mainstage 1, les acharnés de death bien brutal avaient rendez-vous avec Grave sous la Rock Hard Tent. Sans être follement original, le combo a apporté aux fans ce qu’ils voulaient : efficacité et dynamique. Grave a fait voler la poussière et réchauffer une tente qui a une tendance naturelle à subir les affres du vent.

Cavalera Conspiracy

19h59 : Cavalera Conspiracy a livré un set endommagé par un mauvais son. Dommage car la bande à Max met en avant une setlist diversifiée qui, d’ailleurs, reprend comme d’habitude des titres de la vieille époque Sepultura. Chez Cavalera Conspiracy ont a l’habitude de faire du neuf avec du vieux… mais peut-être que c’est ce qu’attendent les fans du groupe ? En tout cas c’est un Max détendu qui a tranquillement signé des autographes en backstage juste après le show.

20h00 : Spaceman et Metal’O Phil retrouvent James Kottak (Scorpions) accompagné de sa nouvelle petite amie. Celui-ci se rappelle à peine de la soirée, un an plus tôt à Strasbourg, au cours de laquelle il avait joué de la trompette et chanté du Frank Sinatra à un mariage.

James Kottak (Scorpions) bien accompagné

20h05 : Mr Big ou le groupe qui met tout le monde d’accord. Qu’y a-t-il de plus impressionnant ? La technicité des parties en elles-mêmes ou bien l’aisance avec laquelle elles sont exécutées ? Mr Big est exceptionnel à tous les niveaux : ils sont aussi bons musiciens que charismatiques. Côté show, pas un n’est en retrait : n’importe qui pourrait jouer le rôle de frontman. Que ce soit l’exubérant Billy Sheehan, le gamin Paul Gilbert ou le solide et groovy Pat Torpey. Tout musicien qui a le trac avant un concert aimerait prendre autant de plaisir et avoir l’aisance scénique de ce Billy Sheehan qui dévisage sans complexe ses fans.

Monsieur Gros en concert

On quitte un concert de Mr Big le sourire jusqu’aux oreilles, ébloui par ce charisme et cette musicalité mais aussi enjoué par cette heure d’hymnes hard rock irrésistibles. Eric Martin, pour une fois pas trop mal sapé, est particulièrement en forme et gratifie le public de quelques vannes efficaces. Le set, à la surprise de ceux qui avaient commencé à déserter la scène après « Addicted To That Rush », se clôture en feu d’artifice avec une reprise de « Baba O’Riley » de The Who.

Grand Magus

20h27 : Il y a quelques minutes, Grand Magus a envoyé des copeaux sur la Terrorizer. Un super concert que l’on a pu suivre juste à côté du batteur. Le trio envoie ses hymnes heavy parfaits et tombe sur une audience réactive et acquise à sa cause. En tout cas, on sent une vraie complicité entre les membres du groupe car ils n’arrêtent pas de se jeter des regards et se marrer. Un super set plein de vie.

Anathema

20h53 : Doro est loin d’avoir volée sa place aussi haut sur l’affiche. Elle est une frontwoman de haut rang et l’amour pour son public est vraiment palpable. Elle nous a en tout cas conquis avec son heavy metal old school. Dommage que le reste du groupe ne soit pas plus mis en avant car il s’en sort clairement avec les honneurs. Anathema a lui amené un peu de calme à Clisson. Le son n’était pas aussi mauvais que pour les autres groupes des Mainstage ce qui a permis à leur rock atmosphérique classieux de s’exprimer convenablement.

Anathema, c’est peut-être le groupe de metal/rock ayant les chansons les plus élégantes qui existent. Par conséquent la classe scénique présente chez les frères Cavanagh paraît juste être la continuité de la beauté musicale que l’on peut trouver sur les albums du groupe.

21h00 : JB le chanteur de Grand Magus patiente en attendant le début de Judas Priest. Nous décidons de l’aider à patienter, alors qu’il mange avec voracité une banane. En effet, il nous avoue être totalement vidé par sa prestation. Il nous informe que Grand Magus est actuellement en train de composer son prochain album, dont l’enregistrement est prévu pour la fin de l’année. Il avoue également que sa musique de relaxation de prédilection est Judas Priest ou Metallica. De toutes manières, JB n’écoute rien de ce que la scène actuelle propose, il préfère rester sur les valeurs sûres avec lesquelles il a grandi.

Audio (JB de Grand Magus) :

[audio:Hellfest 2011/Grand_Magus.mp3|titles=JB (Grand Magus) au Hellfest]

JB répond aux questions de Spaceman

21h15 : Metal’O Phil et Spaceman sont attablés, mangeant des crudités, alors que – détail insignifiant – Dani Filth se rase derrière eux. Voici le dialogue :

Metal’O Phil : « Tiens, c’est quoi cette musique qu’on entend dehors ? »
Spaceman : « Judas Priest, sûrement. »
Metal’O Phil : « Ok, passe moi un jambon. »

Metalo déambule dans l’enceinte du Hellfest

23h04 : Et pendant ce temps là, sous la Tent Ouz’, BlackRain envoie la sauce devant un public clairsemé.

Morgoth

23h27 : La reformation de Morgoth a du bon. Un set certes un peu linéaire et sans surprise mais diablement efficace. Difficile d’innover dans le milieu du death : n’est pas Impureza qui veut ! Pour sa part, Therion se donne les moyens pour reproduire toute la grandiloquence de sa musique. On assiste ainsi à un vrai spectacle tant visuel que sonore. Une prestation impressionnante avec de magnifiques lights.

Therion

Judas Priest

23h32 : Le show de Judas Priest qui s’est terminé il y a environ une heure ne marquera pas les esprits. Un constat assez agaçant en guise d’exemple : il est pénible que la voix de Rob Halford ait un écho pour que le public ait l’impression que le chanteur tienne la note plus longtemps. Mais force est de constater que la setlist diversifiée (qui prend sur presque chaque album du Priest) du groupe est une bonne idée qui permet de contenter le public. L’enchaînement de « Breaking The Law » et « Painkiller » (c’est quoi ces vocalises death/black mister Halford ?) sera particulièrement jouissive.

23h42 : En backstage on combat la fatigue en se faisant des blagues pourries entre nous (mais pas que…comme certains d’entre vous ont remarqué). Sinon le Doc a failli mourir il y a cinq minutes en se faisant écraser par le siège en acier sur lequel il tapait ses reports. En voulant s’avancer trop près de l’avant du siège, ce dernier est parti en arrière.

23h49 : Electric Wizard a envoûté l’assistance avec son doom de fou. Comment rester insensible à cette musique qui vous glace l’âme tout en perçant votre coeur ? Impossible. Une performance exceptionnelle qui a mis en transe le public. Electric Wizard enchante et vous enchante. Une double claque dans nos petites figures.

Korpiklaani

23h55 : Très bon show du groupe Korpiklaani qui joue devant un public complètement conquis. Cela dit, il faut adhérer d’office au folk de la formation pour être enchanté par la prestation. Korpiklaani ne fait pas partie des artistes qui vont toucher le public de manière universelle. Certains peuvent ne pas aimer mais on ne peut nier que leur attitude communicative et leur plaisir de jouer fait plaisir à voir… et à entendre.

Ozzy Osbourne

1h25 : Jamais le fait de ne pas être juste vocalement n’aura aussi peu importé. Car on se fout complètement qu’Ozzy chante par moments complètement à côté. Ce qui compte, c’est lui, c’est sa présence de Madman. Un Madman certes vieillissant et qui se répète un peu dans ses interventions hors morceaux, mais qui transpire malgré tout la décadence et une folie incontrôlable. Et ce qui compte aussi, ce sont les chansons. Comment faire un mauvais concert quand on a le choix de piocher dans autant de classiques, allant de titres de Black Sabbath (« Iron Man », « War Pigs » et l’inévitable « Paranoid ») au répertoire solo d’Ozzy, lui aussi chargé en tubes ? Ozzy, c’est un vieillard, mais pas encore pathétique. Et le bougre sait s’entourer : sa section instrumentale fait un boulot impeccable tout en assurant le show de manière percutante. Mention spéciale au batteur, au jeu simple, fort et visuel. L’élégant nouveau guitariste Gus G est accueilli avec respect. Ozzy n’oublie pas de mentionner ses prédécesseurs avant de le présenter : le Madman a le respect des personnes avec qui il travaille ou il a travaillé. Dommage que la partie soli individuels qu’il accorde à Tommy Clufetos (batterie) et Gus G ne se transforme en simple démonstration de vitesse. Seul le jam instrumental, groovy à souhait, met l’ambiance. Après un show des plus fédérateurs (les spectateurs les plus éloignés, proche de l’entrée du festival se font aussi entendre en chantant les paroles), Ozzy conclut par « Paranoid », soit de la plus emblématique des manières pour notre style musical, cette série de concerts sur la Mainstage 1.

1h30 : Une situation des plus cocasses et des plus magiques se produit à l’arrière de la scène, devant le hangar backstage. La circulation est bloquée par les trois véhicules devant emmener Ozzy et ses musiciens. Par conséquent, tout un florilège de stars s’entasse devant l’entrée du hangar et observe la scène, en attendant de pouvoir partir : Grand Magus, Orphaned Land, Atheist… Le tout dans une effervescence rappelant celle d’un public prêt à assister à un feu d’artifice. 10 minutes plus tard, Ozzy, accompagné de ses collègues, finissent par arriver et quittent les lieux.

Goatsnake

1h40 : Après enquète, la beauté orientale évoquée plus tôt est la danseuse qui avait participé au show de Motörhead lors de l’édition précédente.

Hawkwind

2h39 : Les derniers concerts de la journée. Hawkwind a effectué un show monstrueux avec une mise en scène qui met en avant des personnages revenant plusieurs fois de suite. Visuellement l’un des shows les plus aboutis du fest. Le transport était présent sur ce concert d’une formation atypique composée de deux basses.

Cradle Of Filth

Cradle Of Filth aura pour sa part réalisé un show devant un public assez froid. Dani maîtrise bien sa voix mais le son était limite. « A noter la présence d’une choriste charmante qui tranche avec la laideur du reste de la bande » nous dit Fox. Quant à Opeth, la prestation aura été carrée avec un Mikael toujours aussi jovial et drôle sans oublier la présence d’une setlist diversifiée.

Opeth

Les Hellfest s’enchaînent et, parfois, se ressemblent. En effet là où l’année dernière John Garcia Plays Kyuss clôturait le festival sous la Terrorizer Tent, cette année c’est Kyuss Lives! qui en fait de même. En revanche, cette année la concurrence est moins rude, pas de Kiss et son show démesuré pour retenir le festivalier. Résultat, la tente est bondée. Le public survolté. Le groupe grandiose. Kyuss ne fait pas preuve d’exubérance dans son attitude mais sait faire parler la poudre. Mentionnons également – surtout – John Garcia, élégant, charismatique, avec une voix sublime qui ne laisse transparaître aucun défaut. Le show parfait pour Kyuss? Ca y ressemble de près. Il ne manque plus que le dernier larron daigne faire honneur au patron du désert.

Kyuss Lives!

A noter que derrière la scène, de nombreux musiciens se sont massés pour assister au show de la bande à John Garcia, notamment des membres de Kylesa et Red Fang. Fait marquant : la charmante Laura Pleasants, frontwoman de ce premier, était d’humeur sociable et chaleureuse. Résultat, elle s’est mise à rouler des pelles, coup sur coup, à deux types différents et a pris goût à en faire de même, tout en se trémoussant sensuellement, avec une jeune fille portant un T-Shirt du dernier Morbid Angel. Quand on vous disait que cet album suscitait l’amour… En tout cas c’est un joli « complément » de show qu’a offert Laura aux quelques privilégiés présents à l’arrière de la Terrorizer Tent.

Laura Pleasants (Kylesa) kiffe Kyuss

The Black Dahlia Murder et Dark Tranquillity ont fait deux bons shows. Le premier a eu un bon son et s’est produit devant une audience hyper réceptive. rarement on aura vu la Terrorizer aussi remplie durant ces trois jours. Dark Tranquillity a lui eu des difficultés à rameuter du monde. Il faut dire qu’en face il y avait Ozzy… Mais les suédois ont toujours cette sensualité qui se dégage de leurs prestations. Un bon concert.

The Black Dahlia Murder

Dark Tranquillity

03h04 : Nos fils rouges seront enrichis et mis à jour demain et dans les jours suivants. Nous espérons que cette couverture du Hellfest 2011 vous a plu. On se retrouve très vite pour reparler du Hellfest. D’ici là… passez une excellente nuit.

La fin du Hellfest 2011

Le lendemain : maintenant il faut tout ranger

RAPPEL : Dans le but d’avoir une navigation optimale pour la lecture de ce fil rouge nous vous conseillons vivement d’utiliser le navigateur Firefox. Retrouvez également les fils rouges du jeudi 16, vendredi 17 et samedi 18 juin.



Laisser un commentaire

  • bisounours666 dit :

    Compte rendu assez sympa à quelques erreurs près :
    On ne devait pas être au même concert pour :
    Municipal Waste : Bordel sans nom dans le public contrairement à ce qui est dit.
    Dark Tranquillity : Public présent en masse.
    Et enfin la chanteuse d’Arkona s’appelle Masha et non Maria 🙂
    Voilà j’ai fini de gueuler.

    [Reply]

    Doc'

    Bien vu sur Arkona 🙂

    On a corrigé.

  • Et le show des sirènes il est passé où ?

    [Reply]

    Doc'

    Nous avons eu droit à un show privé des sirènes. Désolé.

    Non ce n’est pas vrai.

  • IXequilibrium dit :

    Excusez moi ? vous auriez pas zappé le set monstrueux d’Opeth ? par hasard ?

    [Reply]

    King Asator

    et oui en plus les gars qui sont même pas venu voir les deux figures emblématique de RM ^^

    Doc'

    Non non c’est en ligne car on y était.

  • Drunkgromit dit :

    Lire votre fil rouge en rentrant du fest à été vraiment un régal. Surtout les anecdotes backstage c’est très sympa de savoir ce que font nos idoles avant/après un concert et d’avoir la confirmation que la mine sympathique que certain donnent face à leur publique n’est pas un masque de scène pour paraitre sympa.
    Dommage que vous n’ayez pas vu Goatsnake vous avez raté quelque chose! Mon meilleur concert du dimanche, même devant Kyuss, oui même devant Kyuss et c’est pas peu dire…
    Chèvre-Serpeeeennnnt !

    [Reply]

    Doc'

    Oui je suis dégoûté j’aurais tellement voulu voir Goatsnake !!! C’est moi qui devait le chroniquer en plus…grrr ! 🙂

    Merci pour tes remarques.

  • Losteopathe dit :

    La danseuse s’appelle johanna pour info et elle a aussi dansée sur therion le jour même.

    [Reply]

    Doc'

    Quel plaisir de vous voir poster Monsieur l’Ostéopathe ! ^^

    Losteopathe

    Et quel plaisir de vous lire et de se tenir au courant de tout ce que l’on a pu raté … ^^

  • « Le show de Judas Priest qui s’est terminé il y a environ une heure ne marquera pas les esprits. »

    Je suis resté bloqué sur cette phrase. Pour moi c’était de loin l’un des meilleurs concerts du fest. Comme quoi tous les goûts sont dans la nature…

    [Reply]

    pribot

    carrement

    ivan

    Mes amis au hellfest m’ont dit également que c’était l’un (voire) le meilleur concert du hellfest. A priori, nos « reporters » avaient déja un a priori (le jambon).. Dans ces cas là, ne rien chroniquer si à l’avance, on va dire que c’est pas terrible, ou alors le faire par une tierce personne objective. De tout manière, il suffisait de voir la réaction du public…

  • Applaudissement s’il vous plait 😀

    [Reply]

  • Fatal_Blood dit :

    Et le karsher d’Ozzy???

    [Reply]

    En tant que photographe radiométallique qui a eu l’honneur de shooter le madman, je l’ai vu de prés ce putain de karsher mais avec une cape de pluie, l’appareil photo dans un sac poubelle et, par chance, des plateformes pour les caméras sous lesquelles on a pu s’abriter, juste quelques gouttes reçues. Une chance que tous les photographes n’ont pas eue.

    A titre perso, je ne trouve pas ça trés cool ce karsher surtout pour les mecs de la sécurité qui ne peuvent pas se protéger. Leur rôle est de surveiller le public, pas la scène et ils prennent sévère. Sans eux, il n’y aurait pas de concerts, alors je trouve que tout madman qu’il soit, Ozzy devrait respecter les gens qui font qu’il puisse faire des concerts. D’autant qu’au HellFest, les mecs de la sécurité sont super sympas, abattent un sacré boulot pour éviter que les slammeurs se blessent et qu’ils en chient déjà assez comme cela sans subir ce putain de karsher !

    J’en profite pour leur tirer mon chapeau bien bas !

  • est ce qu’il y aura un dvd du fest ?
    si oui est ce que les concert y sont en intégralité ?
    et cb coutai il l’anné derniere ?
    sinn super fest !!!!!!!!!!

    [Reply]

    Pour ma part, le DVD de l’année dernière m’a déçu. Aucun des gros groupes (Motorhead, Kiss ou Twisted par exemple). Je l’ai acheté à titre de souvenir mais si cette année, c’est pareil, trés peu pour moi.

  • Eu je vais peut être dire une connerie mais Black Rain avait pas annulé leur participation au Hellfest oO ?

    [Reply]

    Doc'

    Bien vu lulu ! ^^

  • Wouch ! en effet 8D

    Sinon pour Impureza, je viens de jeter une oreille à leur myspace (je la ramasserait après, promis), et bien j’adore ce concept.

    [Reply]

  • Bande de merdeux, allez tout de suite voir le Priest au lieu de bouffer du putain de jambon !

    [Reply]

    Doc'

    Y’en a plus : Tarja a tout pris…

  • C’est vraiment Métalo sur la dernière pic? x)

    [Reply]

    Doc'

    Oui !

    Enfin non…!

    ^^

  • Je crois que le pluie arrive si elle n’est pas encore déjà arrivée :S

    [Reply]

  • Aaahhhh ces photos vendent du rêve ….

    En ce qui concerne Firewind, en live ça envoie bien…et pour ne rien gâcher, Gus est un mec adorable ^^

    [Reply]

  • Métal’O qui tourne autour de sa proie vers 3:35 🙂
    http://youtu.be/KT-XS3-6wKo

    [Reply]

    Kilroy

    ha ouai il voulait vraiment le voir

    Vik-Thor

    grillé le métal’o ^^

  • Dites, Lâg qui cherche à endosser des gratteux, ça m’intéresse, j’ai jamais été aussi à l’aise qu’avec leurs Arkanes ! Sauf peut-être avec des Explorer, mais bon 😉
    Comment ça se passe un endossement ?

    Et l’audio concernant la guitare m’intéressera bcp, j’en suis sûr ! Ne l’oubliez pas ! 😉

    [Reply]

  • Evilcliff dit :

    Je m’exprime au nom de toute la communauté de Radio Metal : On veut des photos de la « véritable beauté orientale, habillée d’une robe des plus élégantes »

    [Reply]

    Vik-Thor

    ouai parce que là c’est vraiment irrespectueux de nous en parler mais de ne pas mettre de photos!!!

    Suffit d’aller voir la vidéo du concert sur le site du hellfest ^^

  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3