ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival   

Hellfest 2022 : fil rouge de la journée du vendredi 17 juin


Après deux ans de disette, ça y est, la grand-messe française du metal a enfin lieu ! Quel plaisir de refaire son sac à dos, rempli de crême solaire pour certains, de bière bon marché pour d’autres, de préparer son running-order, la bave aux lèvres. Avec deux weekends dans le viseur cette année, inutile de dire que le menu s’annonce copieux et varié : de Metallica à Nine Inch Nails en passant par Mas59todon, Sepultura, Jerry Cantrell ou Converge, il y en aura pour tous les goûts.

Aussi c’est avec force, abnégation et ponctualité (non) que nous tenterons de vous faire vivre par procuration cette quinzième édition forcément très spéciale. Le réseau étant mis à rude épreuve par les dizaines de milliers de chevelu⸱e⸱s présent⸱e⸱s au Hellfest, il est possible que les photos, vidéo et reports des concerts nocturnes soient mis en ligne le lendemain matin. Bonne lecture !

02h17 : SUICIDAL TENDANCIES / Warzone

02h14 : MAYHEM / Temple

La soirée culte se poursuit sur les scènes extrêmes avec l’emblématique Mayhem qui s’apprête à nouveau à performer sur la Temple. Une Temple qui n’est ni déserte, ni pleine à craquer… une question se pose alors, est ce que les trve black-metalleux se font rares à Clisson ? Mayhem y met pourtant le fond et la forme, avec des costumes soignés, une setlist qui pioche pas mal sur le dernier album qui rappelle les sons des premiers, des grognements stridents et des regards très très méchants à la caméra. Le son est assez bon sous la Temple et le groupe est calibré, mais beaucoup de spectateurs semblent trop épuisés pour voir à nouveau le groupe à 1h du matin. Voila peut-être le soucis, Mayhem est très loin d’être une rareté… Quand bien même la légende fonctionne quand le groupe tape dans le vieux répertoire, les nouveautés scéniques qui veulent rajouter une atmosphère macabre ont toujours une impression de déjà vu. Pour autant les fans (moins nombreux qu’il y a quelques années) sont présents, visages fermés et nuque au travail. Pour terminer ce report, voici une citation d’Attila entre deux morceaux : « Euuuuuahiuueeeeuuhh Hellfest aaaaeiiiii ».

01h19 : DEATH TO ALL/ Altar

Nous n’allons pas refaire l’histoire de Death, ni même celle de la formation Death To All qui rassemble les anciens collègues de Chuck qui lui rendent hommage… Ce n’est pas la première fois que le groupe se produit au Hellfest et même si à l’époque cela avait créé la surprise, ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque le line-up a même tourné dans les salles. Pourtant, le constat est sans appel, les vieux fans de Death sont toujours là ! L’Altar aux allures de hangar, à la sonorité également (mais cela s’y prête bien pour le genre), est remplie de connaisseurs. Difficile de dire si il y a beaucoup de curieux sur le concert, surtout quand le public crie « Chuck ! » à l’unisson quand lui est dédié la musique « Suicide Machine ». Pris d’une nostalgie d’un son qui ne vieillit pas et qui a inspiré tant de groupes qui ont défilé dans cette même scène, le public est particulièrement réceptif sans se montrer hyper virulent… tout et dans l’appréciation du riff bien tranché, et Death To All le rend bien.

01h15 : ELECTRIC WIZARD / Valley

Il est minuit, et après la lourdeur des températures de la journée, il semble logique de conclure avec la lourdeur de la musique. Pour ça, on fait difficilement mieux que les rois du doom anglais que sont Electric Wizard, dont les basses écrasantes font trembler la poitrine du public collé aux barrières… et sans doute aussi celle de l’ensemble des festivaliers jusqu’à la Warzone. À la fumée venue de la scène s’ajoute celle des vapoteuses et des substances un peu moins légales, qui donne aux titres lents et narcotiques du combo un côté sacrément planant, voire presque halluciné. On en ressort sans tout à fait savoir si on est déjà bien sagement au lit et que tout ceci n’est qu’un rêve provoqué par une journée caniculaire de concerts, ou s’il reste encore un peu de temps et quelques kilomètres à faire avant de rejoindre les bras de Morphée.

00h59 : DEFTONES / Mainstage 1

Après cette première journée placée sous le signe du sadisme solaire, la relative douceur de Deftones a mérite d’apaiser les esprits. Difficile de dire si le public rêve ou comate devant les susurrations mélancoliques de Chino Moreno, mais même les riffs plombés et les screams peinent à faire bouger les cervicales, peu enclines à faire du zèle. Il est encore étrange de voir le groupe sans Sergio Vega à la basse et Stephen Carpenter à la huit-cordes, dont les remplaçants sont d’ailleurs assez peu en vue de face sur les caméras. Le show lumières / vidéos est lui plutôt classe, différent de celui des Nuits de Fourvière, laissant apparaître une sorte d’orage en fond de scène. Un show somme toute presque planant qui éteint la Mainstage pour aujourd’hui.

@radiometal @deftones est à fond au @hellfest_openair . #metal #hellfest #fyp #deftones #metalfamily #hellfest2022 ♬ son original – Radio Metal

23h57 : ABBATH / Temple

Abbath est une figure incontournable du black metal norvégien et il le sait. Que ce soit par son jeu de scène, ses interactions avec le public ou, surtout, ses gimmicks un peu burlesques, il sait donner à son black metal abrasif des accroches détonnantes. Il faut dire aussi qu’il s’est entouré ici de musicien diablement compétents et efficaces ! Tout semble être évident dans leur exécution musicale pleine de riffs aussi durs qu’incisifs. On remarquera malgré tout que ce sont les titres dans la pure veine d’Immortal – lorsque ce ne sont pas carrément des titres du groupe – qui sont le plus percutants. D’ailleurs, les spectateurs ne s’y trompent pas et ne sont jamais aussi enthousiastes que lorsque résonnent des airs de l’ancienne formation d’Abbath. Finalement le groupe offre le show qu’on attend de voir, et c’est après tout le plus important !

23H44 : FIVE FINGER DEAD PUNCH / Mainstage 2

@radiometal @FiveFingerDeathPunch is rocking at @hellfest_openair #metal #hellfest #hellfest2022 #fyp #FFDP #ffdp👊 ♬ son original – Radio Metal

23H40 : AT THE GATES / Altar

Parfois, il faut savoir revenir à l’essentiel. Les Suédois de At The Gates l’ont bien compris et ont pris le parti de délivrer un set sans fioriture ni coups d’éclat. Ça joue (très bien), ça se déplace (un peu) sur scène et ça remercie régulièrement le public (on apprécie, merci). Le rendu est peut-être un peu « plan-plan » par rapport à certains des shows particulièrement électriques de la journée, mais il est aussi irréprochable, et de temps en temps, c’est bien tout ce qui compte.

23H37 : Croisé en backstage, nous pouvons vous dire ce soir que le bassiste d’ABBATH actuel est le guitariste Ice Dale de ENSLAVED et AUDREY HORNE.

23H06 : CRO-MAGS / Warzone

22H40 : DROPKICK MURPHYS / Mainstage

@radiometal Le celtic punk des Dropkick Murphy’s sue la MainStage du #Hellfest #celticpunk #punk ♬ son original – Radio Metal

Si la mainstage fait encore place à un groupe hors metal, le celtic punk des Dropkick Murphy’s a facilement réussi à fédérer le public rassemblé pour l’occasion ! Entre hymnes reconnaissables et reprise de morceau traditionnel, le groupe déploie une énergie communicative que les spectateurs leur rendent avec plaisir. Les circle pit ont des airs de farandoles, et les explosions de confettis viennent concrétiser le moment festif. Petite surprise du jour, le groupe présente un single de son album à paraître en septembre et annonce dans le même temps que le clip sera réalisé à partir des prises de vue du jour ! De quoi conférer un surplus de fougue à une foule déjà conquise !

22H30 : PRIMORDIAL / Temple

Il y a des groupes dont on sait pertinemment en les cochant sur son programme de festival qu’ils combleront toutes nos attentes, et Primordial est de ceux-là. Du début à la fin, les Irlandais auront livré un set parfait, composé, setlist de festival oblige, d’un véritable best-of de leur discographie, allant de To Hell Or The Hangman à l’incontournable Coffin Ships. L’écrasante présence scénique du frontman Alan Averill, qui n’a jamais autant mérité son surnom de « Bruce Dickinson du black metal » (dû à sa voix autant qu’à sa manie de courir d’un bout à l’autre de la scène avec son pied de micro) ferait presque oublier la présence du reste du groupe, mais ceux-ci sont aussi carrés qu’il est possible de l’être tout en laissant la place à l’humain. Le set, à la fois hautement énergique et riche en émotion, laisse une grande partie du public, régulièrement pris à partie pendant le concert, en nage et sur les rotules. Plus tôt dans la journée, Frank Carter et ses serpents à sonnette nous ont donné une leçon de punk. Ce soir, Primordial a une fois de plus réécrit le manuel du concert que l’on racontera à ses petits-enfants. Rien de moins, et en toute objectivité !

21H49 : DOG EAT DOG / Warzone

21H48 : Le Messi est toujours là, il veille sur nous…

21H30 : MASTODON / Mainstage 2

@radiometal Mastdon était sur les planches du @hellfest_openair … et sur le public aussi ! #hellfest #mastodon #metal #sludgemetal ♬ son original – Radio Metal

Mastodon n’en est pas à son premier passage au Hellfest, et à voir l’impatience du pit, ce n’est probablement pas le dernier. Il faut dire que Brent Hinds et sa bande surfent sur la sortie de Hushed And Grim, probablement leur album le plus riche depuis Oblivion. Il est d’ailleurs presque frustrant, avec un set relativement court, de ne pas goûter à plus de morceaux de ce dernier, même si la seule présence de « More Than I Could Chew » valait déjà le coup de soleil. Il faut dire que les ricains ne manquent pas de classiques à distribuer, il n’y a qu’à voir la réaction du public sur « Megalodon » ou « Blood And Thunder ». Accompagnée de sa bastoche bleu pétant (et sa photo de caniche en guise de peau de grosse caisse), Brann Dailor semble toujours plus l’épicentre du groupe, fusionnant l’art d’être un octopus des fûts et un chanteur tout à fait correct. Troy Sanders n’est bien sûr pas en reste, le bassiste (qualifié de « sorcier » par Max Cavalera) semble habité par une folie douce et remplit bien l’espace, là où les deux gratteux restent plus statiques. A noter, le son n’est pas cracra, ce qui n’a pas toujours été le cas avec Mastodon, parfois noyé en live dans ses propres couches d’arrangements et d’arpèges tordus. En bref, ce soir Mastodon s’être montré sous son meilleur jour. Contre-avis de Claudia : « Mastodon c’était un peu Flamby quand même ! ». Comme quoi, les goûts et les couleurs…

19h40 : NO TURNING BACK / Warzone

19H20 : ROTTING CHRIST / Temple

Pas encore arrivés que la foule les acclame déjà. Nul doute, Rotting Christ était très attendu, et le public n’a pas été déçu puisqu’il s’est pris en plein tympan une masse d’onde tout droit venue de Grèce, si lourde qu’il en est ressorti écrasé. Rotting Christ a déjà ce don d’assommer ses auditeurs par ses titre en studio, mais ils offrent en live un tout autre genre d’énergie. Une énergie qui transcende complètement et plonge instantanément l’ensemble des personnes présentes dans un puissant tourbillon. A tel point que le chanteur n’a pas besoin de se répéter plusieurs fois lorsque celui-ci exige qu’un circle pit se forme ! Circle pit qui s’efface en un pogo rythmé par des coups de batterie d’une véritable violence… Voilà comment Rotting Christ s’impose : une prestance scénique intimidante, des mélodies plus qu’accrocheuses, et un plan métrique à en couper le souffle !

18h50 : Charles et Tiphaine, ayant calé une interview avec Five Finger Death Punch, sont emmenés en voiture jusqu’en backstage. En voiture… climatisée. Autant dire qu’on est content pour eux, mais surtout salés et jaloux.

18h46 : THE OFFSPRING / Mainstage 1

@radiometal The Offspring sur la Mainstage du #Hellfest ! #concert #festival #fest ♬ son original – Radio Metal

De l’avis de la plupart des festivaliers présents devant The Offspring, ils ne sont là que pour les souvenirs de jeunesse. Autant dire que des jeunesses le groupe semble en avoir accompagné beaucoup ! En témoigne l’immense foule compacte et animée qui s’est amassée devant les californiens. Et même si ces derniers sont bien loin de proposer un show dynamique, à l’énergie punk, le public s’en donne à cœur joie et reprend chaque refrains avec un entrain bouillonnant, de la Altar jusqu’aux recoins de la mainstage voisine…

18h15 : BLACK MOUNTAIN / Valley

Parenthèse psychédélique sous la Valley avec les canadiens de BLACK MOUNTAIN qui font voyager les festivaliers à travers le temps… Une pause bien heureuse sur une Valley énergique et dynamique depuis le début de la journée, qui envoutera les spectateurs qui voudront bien se prendre aux atmosphères acidulées et légèrement teintées de stoner et de space rock ! Entre les vocalises parfois étranges de la chanteuse et les envolées de clavier venus de l’espace, Black Mountain fait le boulot pour les nostalgiques des années glorieuses des trips sous acide…

18h04 : Notre photographe / rédacteur-en-chef, Nicolas, vient d’anéantir un sorbet à la fraise, « le meilleur de ma vie » dit-il. On le croit.

17h51 : THE GREAT OLD ONES / Temple

Arrivé sous la fumée, The Great Old Ones offre un show à la fois tentaculaire et complètement maîtrisé. De bout en bout les nuances de rythme s’enchaînent, passant d’un ton soutenu et lent absolument obsucur à une énergie rythmique hors du temps et déboussolante. Le groupe permet à son public d’headbanger à en perdre la tête mais n’oublie pas sa noirceur et sa véritable volonté : plonger ses observateurs dans l’abîme. Pari réussi puisque le groupe a su maintenir un cap en direction des abysses tout du long, et permettre une immersion encore plus total grâce à des jets de fumée intempestifs et toujours plus surprenant et enveloppant. Bien que jouant une musique très sombre, rien n’a su empêcher le frontman d’arborer un énorme sourire à la fin de son set, en guise de remerciement à un public complètement pris dans l’univers qu’ils ont offert, mais aussi d’étendre une certaine fierté bien légitime.

17h48 : Fraicheur de vivre.

17h40 : OPETH / Mainstage 2

Sous le soleil caniculaire de la Mainstage, la bande de Mikael Åkerfeldt commence son show en douceur avec un titre languissant du dernier opus In Cauda Venenum. Un choix qui est loin de faire l’unanimité, malgré la fraîcheur des inflexions langoureuses et du chant suédois, et qui tient presque lieu de faux départ jusqu’à que résonnent les premières notes de « Ghost Of Perdition » qui anime finalement la foule. Les spectateurs se mettent alors à reprendre les refrains et les mélodies avec plaisir et démontrent l’engouement persistant pour Opeth et ses riffs planants. La setlist laisse certes peu de place aux surprises, mais elle reste bien pensée et le public ne boude pas son plaisir et savoure dans une chaude joie les arpèges cristallins et le chant d’Åkerfeldt jusqu’au final « Delivrance » malgré quelques errances techniques au niveau de la captation vidéo.

17h31 : FRANCK CARTER & THE RATTLESNAKES / Mainstage 1

Décidément, les groupes survoltés sont à l’honneur sur les Mainstages en ce milieu d’après-midi ! Le crowd-surfing par un festivalier en fauteuil roulant aurait été mémorable à lui tout seul, mais le frontman se paie en plus le luxe d’un sacré bain de foule, et même… d’un poirier sur les bras tendus du public, tel un messie bardé de tatouages marchant sur les flots de fans qui n’en demandaient pas tant. Et le tout, bien évidemment, sans jamais cesser de chanter. Histoire de ne pas être en reste, le guitariste finira lui aussi au milieu du public, poursuivi par des membres de la sécurité au bord de la crise cardiaque et filmé au smartphone par un Frank Carter qui semble avoir du mal à croire à ce déchaînement d’enthousiasme. Pour ceux qui se posaient la question, le punk, c’est ça. Merci pour la leçon, gentlemen !

17h07 : SHINEDOWN / Mainstage 2

Pas évident de passer juste après la performance mémorable et surexcitée de The Inspector Cluzo, mais Shinedown relève le défi de façon plus qu’honorable avec son metal alternatif aux relents de bon vieux rock américain. Le frontman Brent Smith sait y faire pour chauffer un public… qui n’en a d’ailleurs pas vraiment besoin, les premiers rangs étant composés de fans hardcore capables de réciter la discographie d’un bout à l’autre. Le dernier album, Planet Zero, passe le test de la scène avec brio, et Shinedown s’attire la sympathie générale en distribuant allègrement ses bouteilles d’eau au public et en faisant copain-copain avec les techniciens et caméramen en bord de scène. Le groupe aura même su faire sauter le public de la Mainstage le temps d’un titre, et vu la chaleur qui incite plutôt à la sieste à l’ombre, ce n’est pas un mince exploit.

16h55 : La terre battue devant la Temple et l’Altar, c’est de l’histoire ancienne ! Le béton est venu prendre la relève, probablement plus pratique même s’il va peut-être falloir sortir la bétadine après les circle-pits.

16h30 : SETH / Temple

Les blackeux français aiment leurs groupes et leurs rendent bien avec une Temple bien pleine pour la cérémonie metallo-satanique de Seth ! Le groupe délivre un show rodé avec un autel, des cierges et une nonne qui s’est vue retiré toute pureté pour laisser place au vice… Oscillant entre Les Blessures de l’Ame et La Morsure du Christ, la setlist balsphematoire enchante les fans. Mais malheureusement le black metal est difficile à sonoriser sous le Temple et la performance est entachée d’un son assez affreux… L’œuvre du grand cornu, sans doute .

16h12 : « dans mes bras ! »

15h52 : THE INSPECTOR CLUZO / Mainstage 1

L’illusion du nombre. The Inspector Cluzo, c’est le tour de force de réussir à deux à dégager plus d’énergie et de charisme que beaucoup de groupes « au complet ». Face écarlate, Gibson SG écarlate, costard éca…noir, Malcolm électrise la fosse déjà cramoisie. Veston cintré, batterie minimaliste, Phil gifle ses fûts à la manière forte. Très forte même puisque son kit finira en pièce à la fin du set, notre photographe manquant de se prendre le charleston dans la tronche. En somme, énorme.

15h10 : ELDER / Valley

Elder semble être venu prouver plusieurs choses. D’abord qu’une fois encore, la Valley a un son véritablement incroyable. Ses compositions fleuves de stoner doom, légèrement inspirées du rock des années 70, parfois psychédéliques, prennent littéralement aux tripes avec une basse qui résonne dans toute la cage thoracique. Ensuite purement et simplement que la scène rock stoner a de belles années devant elle ! Partagé entre les curieux sur les côtés et une bonne fosse de convaincus, les réactions sont finalement unanimes à la fin du set : une ovation pour Elder qui au fur et à mesure des années devrait se hisser bien plus haut sur les affiches de festival.

15h02 : LEPROUS / Mainstage 2

Bordel cette claque. Alors oui, on s’en doutait, on l’attendait, mais quand même. Leprous continue de prouver qu’il fait partie des groupes actuels les plus classes et créatifs. Entre la voix d’ange d’Einar Solberg, les enchainements maboulax du batteur Baard Kolstad, les mélodies de violoncelle, et le jeu ultra synergique entre les guitaristes, on ne saurait dire ce qui nous estomaque le plus. Un set trop court mais qui finit sur un « Slave » tonitruant.

14h16 : MEPHORASH / Temple

Avec leurs petits airs carnavalesques, les Suédois de Mephorash jouent pleinement la carte du théâtral, entre farce occulte et messe grotesque. A mi-chemin entre rituel sanguin et cérémonie initiatique, le spectateur est servi !
Dommage que la qualité du son ait aussi été du côté du chaos…

@radiometal La cérémonie de Mephorash sous la Temple du Hellfest… #blackmetal #occultblackmetal #hellfest ♬ son original – Radio Metal

13h32 : Le wifi de l’espace presse a fait un AVC. On entame une danse de la pluie ET du réseau.

13h15 : ASG / Valley

Le stoner groovy et percutant du quatuor américain ASG fait mouche : la foule est fougueuse et répond généreusement aux riffs chaleureux forgés sur la côte Est. Ça bouge, ça donne envie de bouger, parfait pour se mettre en jambes !

12h56 : NUMEN / Temple

Dans l’épaisse chaleur qui règne déjà sous là Temple, les Basques de Numen assènent leur black metal déterminé avec intensité et acrimonie. Ils fusionnent ainsi leurs aspérités folk et épiques à un son presque flegmatique, à l’instar de leur claviériste, stoïque, pour un résultat virulent autant qu’entêtant.

@radiometal Numen nous conte les légendes du Pays Basque sur son furieux black metal teinté de folk sous la Temple du Hellfest ! #blackmetal #hellfest ♬ son original – Radio Metal

12h37 : A chacun ses astuces face à la canicule

12h30 : LAURA COX / Mainstage 2

@radiometal La talentueuse Laura Cox met le feu au @hellfest_openair ! #metal #hellfest #lauracox #hellfest2022 #fyp ♬ son original – Radio Metal

12h22 : NECROWRETCH / Altar

Necrowretch arrive et tout le monde est déjà bouillant. Pas uniquement à cause de la chaleur ambiante, mais bien parce qu’à peine Vlad (chanteur) n’a-t-il vu le public qu’il le sillonne d’un regard aussi noir que l’âme qui compose leurs albums. Sans perdre de temps, ils engagent leur fidèle troupe vers l’agonie d’un death sataniste à en faire palir les boucs les plus vaillants. Un show d’une véritable violence qui entraîne tout sur son passage, même les cymbales du batteur qui d’un coup de baguette énergique se font éjecter de leur emplacement, n’ajoutant que davantage d’entrain et d’engouement au spectacle. Presque chaque titre se voit séparé d’injonction que le chanteur crache audiblement du plus profond de son gosier. Sans grande surprise, puisque les cris du chant sont si intenses que le chanteur en tremble et s’en tient même la gorge – lorsqu’il n’est pas en train de menacer le public de lui trancher la sienne. Une scène d’une heure tenue avec brio, violence et technique, sur un horaire relativement tôt, mais qui n’empêche pas à Necrowretch de déplacer la foule qui s’est vite attroupée devant l’un des nombreux messies de Satan.

12h01 : Bienvenue dans mon Cult

@radiometal Découvrez la zone secrète du Hellfest Cult au @hellfest_openair ! #metal #hellfest #hellfest2022 #hellfestcult #metalhead #fyp #rock #hardrock ♬ son original – Radio Metal

Hier soir : Cook Philou qui se la donne au Metal Corner

@radiometal #philippeetchebest est au @hellfest_openair ! #metal #hellfest #hellfest2022 #metalhead #philippeetchebest #topchef ♬ son original – Radio Metal

11h20 : FROG LEAP / Mainstage 1

Probablement l’un des artistes metal les plus en vue sur Youtube, Leo Moracchioli lance la Mainstage 1 après avoir conclu le Metal Corner hier soir, autant dire que le gardon a du creuser dans son capital énergie. Mais ce serait mal le connaître que de croire à un quelconque ramollissement. « Ghostbusters », « Zombie » ou encore « Eye Of The Tiger », les tubes à la sauce Frog Leap s’enchainent devant un pit qui lutte déjà contre le cagnard. Sur la droite de la scène, Rabbea Massad (également connu des Internets) déchaine son flow, en riffs comme en solo. Afin d’épauler le growl panteresque de Moracchioli, Hannah Boulton use de son chant clean parfait de bout en bout, trop heureuse de se retrouver sur scène avec ses compagnons. En bref, sur Youtube c’est cool, sur scène c’est mieux. Seul bémol : le mec sur scène déguisé en lapin, vraiment, était-ce nécessaire ?

11h14 : Le point météo…

@radiometal Grosse chaleur au @hellfest_openair ! #metal #hellfest #metalhead #hellfest2022 ♬ son original – Radio Metal

11h00 : Hellfest XXL, c’est parti !

Après quelques petites galères avec nos accréditations, l’équipe de Radio Metal arrive déjà suintante sur le site du festival. Nous sommes chauds, nous avons chaud et vous avez toutes nos réactions ici à chaud ! #GO!



Laisser un commentaire

  • « The sky is red » n’a pas été joué d’ailleurs, à ma plus grande surprise .. parce que celui-là, il met tout le monde d’accord

    [Reply]

  • Leprous = pour les avoir vus 3 fois déja avant le HF, j’avoue avoir été très déçu qu’ils ne choisissent que des titres catchy / récents.
    Sur leur tournée anniversaire de fin 2021, la baffe était monumentale tellement leurs morceaux plus anciens sont complexes et puissants; à mon sens ils auraient eu encore plus d’impact si ils avaient joué un ou 2 morceaux plus violents

    [Reply]

  • Les 2 week ou je passerai le plus de temps sur radio metal pour suivre l’événement hellfest en quasi live..un festival brûlant cette année..transpi garanti à tous.

    [Reply]

  • Merci pour ce report et bon courage avec cette chaleur !

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3