ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Potin   

Helljam : l’enfer à portée de tartine


Corrompre les rédacteurs / animateurs de RM pour obtenir une bonne chronique, c’est facile : il suffit de bien les nourrir. Ainsi, parmi tous les envois de CD, DVD et parfois livres que nous apporte le facteur chaque semaine, ce qui, ces derniers jours, a le mieux retenu l’attention de toute notre équipe, qui a fait s’asseoir une bonne partie de notre staff pour déguster ensemble une des dernières productions venues de l’Enfer parvenue jusqu’à notre local, s’appelle Helljam, la confiture au bon goût de Clisson, c’est à dire du Hellfest.

Par conséquent, et bien qu’il nous soit impossible de résister au mantra « Si tu veux toucher le cœur d’un homme, passe par son estomac », on va tenter de rendre compte aussi objectivement qu’il est possible de notre expérience au contact de ce pot de douceur cuite sur les fourneaux de Lucifer par les artisanes de Muroise et Compagnie. Et peut-être qu’alors ceux qui auraient manqué ça l’an dernier, pour sa première mise sur le marché, tenteront à leur tour de mettre la main sur cette confiture pour l’ajouter au menu de leur petit-déj’ au réveil sur le camping du Hellfest.

Première étape : ouvrez le pot, saisissez-vous d’un outil (la cuillère est plus forte que le couteau), et tartinez sur un bon morceau de pain acheté chez votre boulangère.

Précisons d’abord que ce test a été effectué avec une baguette de bon pain blanc. Un autre a été fait avec du pain aux céréales mais il était moins concluant, le goût de la confiture étant alors enrobé par celui de son support de dégustation.

Comme il se doit pour une bonne confiture, la Helljam est composée majoritairement de fruit : 60% de cassis de Clisson, c’est du local, ma bonne dame ! Sans doute qu’on ne produit pas autant de fraise et d’abricot (les goûts les plus représentés dans les rayons confiote de nos supermarchés) que de cassis dans la région. Mais le choix d’un fruit rouge se justifie aussi très probablement pour figurer les rivières de sang (supposées, pour l’essentiel) qui s’écoulent durant tout le festival de l’Enfer ; et un fruit sombre, qui plus est, pour s’accorder avec les vêtements noirs arborés par la foule de suppôts du démon qui va se presser dans quelques semaines dans la région (au moins, en cas de tache, ça se verra moins). En tout cas, c’est du vrai fruit, entier (qui changera ceux qui ne connaissent que la gelée industrielle), qui a un goût de fruit suffisamment prononcé, sans pourtant envahir toutes vos pastilles gustatives.

La Helljam est « Spaceman approved ». Par contre, Abbath derrière fait la gueule parce qu’il n’en a pas eu.

Car il y a plus que du fruit et du sucre (base de toute confiture). Entrent aussi dans sa composition jus d’ananas et lait de coco qui permettent notamment d’atténuer l’acidité du fruit, mais aussi une lampée de rhum de la Martinique (dit « rhum diabolique » sur l’étiquette) qui vient se glisser au milieu du goût du fruit, comme une seconde couche de saveur surprise, qui ne déplaira qu’à ceux qui n’apprécient pas le goût du rhum.

Bref, la confiture Helljam : c’est bon ! Et c’est encore meilleure quand on l’a partage, alors on en a proposé à Dani Filth (Cradle Of Filth) et, comme vous pouvez le constater ci-dessous, il s’en est mis partout…

Et en plus, on ne fait pas que des tartines avec la Helljam, on peut aussi faire des gâteaux. Voici justement une recette qu’on est allé trouvé sur la page Facebook dédiée à ce produit et qu’on suggèrera bientôt à notre Heavy Metal Cook (parce qu’à part le gâteau au yaourt, on sait pas faire grand chose dans notre équipe…).

Recette du Gâteau Helljam de Gwen Papillettes à la mousse à la vanille et aux fraises

Nombre de parts : 8
Cuisson : au four, 180°C, 20 min
Attente : 12 heures

Ingrédients :

Pour le biscuit :
– 2 œufs
– 75 g de sucre
– 50 g de farine
– 10 g de maïzena

Pour la mousse à la vanille :
– 3 oeufs
– 2 CC de vanille en poudre
– 50 g de sucre
– 250 g de mascarpone
– 4 feuilles de gélatine
– 4 CS d’eau bouillante

Pour la gelée :
– 200 g de confiture Helljam
– 3 g d’agar-agar

Pour la déco :
– 5 fraises

Déroulement :

Pour le biscuit : Préchauffer le four à 180°C.
Séparer les blancs des jaunes et monter les blancs en neige bien ferme. Ajouter le sucre et continuer à battre jusqu’à obtenir un mélange luisant formant un bec quand on soulève le fouet. Ajouter à la cuillère en bois, le jaune d’oeuf puis la farine et la maïzena.
Déposer une feuille de cuisson dans un moule rond et y mettre la pate à l’aide d’une poche à douille.
Lisser de dessus à l’aide d’une spatule.
Saupoudrer de sucre glace et enfourner 20 min à 180°C.
Laisser complètement refroidir avant de démouler.

Pour la mousse : Séparer les blancs des jaunes et monter les blancs en neige bien ferme.
Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l’eau froide.
Dans un saladier battre le mascarpone avec les jaunes d’oeufs. Ajouter le sucre et la vanille.
Incorporer délicatement les blancs en neige.
Essorer la gélatine et la diluer dans l’eau bouillante.
Incorporer au mélange.
Garnir un moule à manquer de film étirable et y déposer le biscuit.
Répartir la mousse sur le biscuit, lisser à la spatule et réserver au frais pendant 12 heures.

Pour la gelée : Faire chauffer doucement la confiture. Ajouter l’agar-agar et laisser cuire 1 min.
Verser sur une plaque sur une hauteur d’environ 2 mm et laisser refroidir complètement avant de découper un cercle dans la gelée.

Montage :
Démouler le gâteau (biscuit+mousse), poser le cercle de gelée puis les fraises coupées en 2. Garder au frais avant de servir.

La Helljam se retrouvera prochainement dans toute la région de Clisson, mais se trouve aussi sur le web, sur Facebook et bien sûr chez Muroise et Compagnie.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3