ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Helloween : la grande fête des citrouilles


Cette tournée inespérée d’Helloween restera certainement dans les annales et dans le cœur des fans. Le groupe légendaire, emblème international du power et speed metal, se reforme avec ses membres originels Michael Kiske et Kai Hansen, sans pourtant écarter de membre actuel, et nous convie à cette immense fête que s’annonce ce concert hors normes ! Si le Zénith ne fait pas salle comble en cette froide nuit de novembre, les fans font néanmoins sauter les murs par leur clameur et leur excitation. Comme une offrande, Helloween s’apprête à se livrer à son public pendant près de trois heures de set, sans première partie, corps et âme.

Les choses sérieuses ne tardent pas à commencer, dès que Kiske, Hansen et Deris foulent la scène pour interpréter l’incontournable et fédérateur « Halloween ». Le public est acquis, d’emblée, et rend au groupe, visiblement uni et heureux d’être là, tout son enthousiasme.

Artiste : Helloween
Date : 15/11/2017
Salle : Zénith
Ville : Paris [75]

Helloween

Saurait-on rêver meilleure ambiance, tant la complicité entre les artistes fait plaisir à voir et s’exprime musicalement à merveille ! La proximité du groupe avec le public n’est pas non plus dédaignée, grâce à une avancée scénique que les artistes se plaisent à arpenter, pour le plus grand bonheur des fans. Des intermèdes vidéo réguliers apportent, en plus d’une plus-value scénographique certaine pour le show, une touche humoristique fort bien accueillie. Sur écran géant, on suit donc les petites aventures de deux citrouilles, Seth et Doc, qui vont par ailleurs retracer progressivement l’histoire du groupe, notamment en actionnant un jukebox géant, une machine d’enfer qui va nous aider à remonter le temps. La setlist est impressionnante ce soir et l’on peut dire qu’aucun grand classique – ou presque – ne manque à l’appel. Tour à tour, Michael Kiske et Andi Deris vont interpréter seuls ou en duo les morceaux emblématiques d’Helloween. La setlist est très équilibrée, à l’image de la belle union sur scène, et si elle fait la part belle aux albums d’avant 94, et en particulier les deux mythiques Keepers, ceux de l’ère Deris ne sont pas en reste.

Kiske interprète brillamment des titres comme « I’m Alive », avec toujours autant de justesse, tandis que Deris délivre une énergie incroyable avec « Are You Metal? » et fait la démonstration de tous ses talents qui ne sont certes plus à prouver. Du côté des guitares, si Michael Weikath est plus en retrait et ne foule l’avant-scène qu’occasionnellement, il n’en est pas moins acclamé aux côtés de Kai Hansen. Ce dernier est d’ailleurs régulièrement le centre d’intérêt favori de l’assistance qui ne se fait pas prier pour le réclamer et l’ovationner. Le guitariste de renom brille durant tout le show et plus particulièrement lors de sa reprise en medley de « Starlight », « Ride The Sky » et « Judas », comme lors de son solo reprenant successivement les thèmes reconnaissables entre tous de « In The Hall Of The Mountain King » puis de « Blue Suede Shoes », avant l’interprétation magistrale de « Future World ».

Helloween

A son tour, Sascha Gerstner assure la relève et s’illustre sur le devant de la scène avec des morceaux aussi mémorables que l’est « Keeper Of The Seven Keys ». Si la soirée est épique et festive en tous points, elle est aussi placée sous le signe du respect et de la mémoire. Un bel et vibrant hommage est rendu à Ingo Schwichtenberg (qui nous a quitté en 1995) lors d’un émouvant duel avec Daniel Löble à la batterie, par écran interposé. Et ce fut alors comme un hymne outre-monde qui retentit. Le temps passe, le groupe ne cesse de nous le rappeler – et notamment Andi Deris qui essaie de tricher un peu sur son âge -, les années s’accumulent et le voyage temporel parvient à son terme. Kiske et Deris donnent toutes les forces qui leur restent pour un monstrueux final avec « Future World » et « I Want Out ». Les fans se prêtent au jeu initié par les deux maîtres d’orchestre et entonnent en chœur les paroles tandis que virevoltent dans les airs des citrouilles gonflables géantes. Une averse de confettis vient saluer ce show magistral qui s’achève.

C’est donc dans le temps que se forge la légende, Helloween l’a bien bâtie. En témoigne l’union générationnelle qui a lieu lors de cette tournée événement. La légende du power rassemble, à n’en pas douter. Il ne nous reste plus qu’à espérer que l’aventure conjointe de nos citrouilles favorites n’est pas prête de s’arrêter.

Setlist :

Halloween (Kiske, Deris, Hansen)
Dr. Stein (Kiske, Deris)
I’m Alive (Kiske)
If I Could Fly (Deris)
Are You Metal? (Deris)
Kids Of The Century (Kiske)
Waiting For The Thunder (Deris, Hansen)
Perfect Gentle Man (Deris)
Medley : Starlight / Ride The Sky / Judas (Hansen)
Heavy Metal (Hansen)
Forever And One (Kiske, Deris)
A Tale That Wasn’t Right (Kiske, Deris)
I Can (Deris)
Drum Solo (Dani Löble vs Ingo)
Livin’ Ain’t No Crime (Kiske, Deris)
A Little Time (Kiske)
Why? (Kiske, Deris)
Sole Survivor (Deris)
Power (Deris)
How Many Tears (Deris, Kiske, Hansen)
Eagle Fly Free (Kiske)
Keeper Of The Seven Keys (Kiske, Deris)
Future World (Kiske, Deris)
I Want Out (Kiske, Deris)

Report et photos : Elena Delahaye.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3