ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Helloween – My God-Given Right


Helloween - My God-Given RightC’est toujours un événement, et bien que la Toussaint et ses feuilles mortes soient encore lointaines, Helloween dégaine bel et bien son nouvel album dès ce mois de mai ; un quinzième opus en trois décennies d’existence (le groupe fête les 30 ans de son premier album Walls Of Jericho cette année) qui coïncide à titre plus particulier avec les vingt années de présence de son chanteur Andi Deris et faisant suite à un Straight Out Of Hell (2013) qui marquait le retour du « happy metal » qui a fait la réputation du combo. Le quintet de heavy speed allemand réaligne sa mire sur cette ligne directrice et propose une musique enjouée et joyeuse, mais dont les paroles reposent paradoxalement sur des thèmes sombres et graves tels que – pour citer ceux les plus chers au groupe – les guerres, la manipulation médiatique, les abus de la finance internationale, la géopolitique (ici la présence côte à côte de « Lost In America » et « Russian Roulé » n’est certainement pas un hasard) ou l’usage détourné de la religion. Un véritable prisme tragi-comique qui tend à susciter la réaction en compensant la gravité du quotidien par l’humour et la décontraction, et qui transpire déjà dans le visuel de l’album. À nouveau signé de l’artiste Martin Häusler, celui-ci s’inspire librement des films cataclysmiques de Roland Emmerich 2012 et Le Jour D’Après, preuve s’il en est qu’Helloween n’a pas perdu de son second degré.

Que récolter cette-fois dans le potager des natifs d’Hambourg quand on sait qu’avec lui on peut simultanément ne s’attendre à rien, car restant globalement fidèle à son terreau familier, ce qu’il sait faire de mieux, et conjointement s’attendre à tout, puisqu’il a aussi souhaité passer en revue plusieurs époques de son existence ? Pour ainsi reprendre Deris et Michael Weikath au mot, Helloween a souhaité pour ce quinzième effort « revenir aux racines, mais avec de nouvelles chansons » et faire du « Helloween typique des années 80 et moderne à la fois ». Rien d’original en somme, mais sans tomber dans le piège de la compilation convenue et sans surprise, il faut admettre une certaine variété dans ce My God-Given Right. En guise de cadeau bien emballé, il voit le groupe revenir délivrer au public un matériel direct et rafraîchissant, susceptible de réjouir tant les fans irréductibles et nostalgiques des premiers jours que ceux qui ont découvert le combo aux cucurbitacées au cours des années 2000.

L’album est pour ainsi dire scindé en deux avec une première partie au speed metal typique et particulièrement entêtant (les cinq premières chansons sont toutes des singles potentiels), jonchée également de quelques petites escapades plus rock n’roll comme sur l’époustouflant « Russian Roulé » à la bonne humeur contagieuse et au thème mélodique en référence à la musique traditionnelle russe. La seconde partie est plus progressive, n’en oubliant pas totalement sa part sombre, avec le lourd et inquiétant « The Swing Of A Fallen World », ou sensible, avec la ballade confessionnelle « Like Everybody Else » aux arrangements de guitare, violons et chœurs délicats ; son refrain distinctif pourrait même être comparé à celui du « Man Of Sorrow » de Bruce Dickinson. Les musiciens se sont assagis mais peuvent toujours se montrer fantasques, comme sur un « Stay Crazy » rassembleur et non avare en « ho-ho-hooo », « Heroes » qui amorce l’album sur les chapeaux de roue et fédère immédiatement en chantant « everyone can be a hero » (en français : « tout le monde peut être un héro ») ou sur le frénétique « Battle’s Won » et son refrain particulièrement guilleret. La citrouille reste globalement candide mais peut se montrer titanesque sur « Creatures In Heaven », sublimé d’un orgue Hammond et de mélodies entêtantes au possible qui sortent des guitares harmonisées de Michael Weikath et Sascha Gerstner, « Living On The Edge » et sa partie centrale qui démarre au ralenti pour finir en effervescente ou encore sur le non-moins riche « You, Still Of War » qui clôt en grandes pompes l’album.

Un style évidemment « passe-partout » en 2015 au regard de tout ce que le groupe lui-même ou les groupes plus récents qui se réclament de lui ont pu produire, mais qui émeut toujours car exécuté avec classe et brio. Helloween a choisi la sécurité avec un album qui définit tout ce qu’il est, et a jamais été. C’est là sa manière à lui de fêter trente ans de bons et loyaux services à la cause du heavy-speed metal, auquel il n’a jamais fait faux bond malgré le turnover de musiciens qu’il a pu subir dans son histoire (mais il semble aujourd’hui bien stabilisé) et quelques expérimentations. Les citrouilles, non prêtes à finir en soupe, ne s’avouent donc pas vaincues et peuvent peut-être prospérer encore quelques années en toute quiétude, avant d’envisager leur cueillette.

Voir le clip de « My God-Given Right » :

Ecouter les chansons « Battle’s Won » et « Lost In America » :

Album My God-Given Right sortie le 29 mai 2015 chez Nuclear Blast.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3