ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Hellyeah – Unden!able


Hellyeah - Unden!ableVinnie Paul et Hellyeah ne s’arrêteront pas. Deux ans après Blood For Blood (2014), ces derniers reviennent avec Unden!able et sa pochette à l’imagerie digne des grandes heures du metal des années 90 : un œil de prédateur écarlate flanqué d’un gros point d’exclamation qui augure un concentré de violence. Surtout, Hellyeah a une promesse : il a les crocs et veut se faire entendre. Reste à savoir s’il a les capacités de véritablement mordre ou si tout ceci n’est que paroles en l’air.

Une fois encore, Hellyeah a bénéficié de l’aide du producteur Kevin Churko (Papa Roach, Rob Zombie). Le son a toujours ce côté acre qui rappelle Pantera, une des principales forces du groupe. Surtout, Unden!able est le premier opus composé avec l’implication de la formation toute entière – dont le bassiste Kyle Sanders et le guitariste Christian Brady qui n’avaient pas intégré le groupe à temps pour Blood For Blood – et Kevin Churko, qui a participé à l’écriture de toutes les chansons.

Autant couper court au suspense : Hellyeah a cette fois-ci eu le nez creux. Si Blood For Blood s’épuisait très vite, Unden!able a le mérite de faire preuve de davantage de hargne, que ce soit au niveau des riffs ou du chant. « Be Unden!able » verra sans doute son refrain scandé en live, avec ce phrasé presque typique des hymnes hardcore. La voix de Chad Gray prend des accents de Chuck Billy (« Live Or Die » a vraiment des airs de Testament) et confère une véritable crédibilité aux riffs proposés par le groupe. « Scratch A Lie » a ce côté « bol d’air frais » dans les productions actuelles : aucune fioriture et un riffage direct au possible. Vinnie Paul continue d’alourdir sa frappe avec cette fois-ci beaucoup plus de conviction, ses coups de trique sur « Blood Plague » ne le contredira pas. Non, Hellyeah n’a pas menti, en revenant définitivement plus énergique et incisif.

Le groupe n’a pas pour autant abandonné le goût du gros rock made in USA. « Leap Of Faith » rappelle cette capacité qu’a Hellyeah à pondre des refrains mielleux sans transpirer, talent poussé à son paroxysme dans « Love Falls » qui montre un étonnant parti pris entre la pop nineties de Garbage, le grunge et un brin de gothique. La différence, c’est qu’Hellyeah arrive cette fois à faire fonctionner sa formule. Là où le précédent opus sonnait téléphoné lorsqu’il s’adonnait à des passages mélodiques, Unden!able se montre bien plus poignant. Les mélodies sont parfaitement orchestrées et le groupe offre de véritables outro à l’instar du solo explosif sur « Human ». Il se montre même ambitieux en apportant quelques sonorités nouvelles comme, outre « Love Falls » ou les arrangements de cordes de « Leap Of Faith » et « Grave », la reprise métallisée de Phil Collins « I Don’t Care Anymore », appuyée par des rythmes tribaux lourds comme des enclumes, ou « Be Unden!able » qui empiète sur un terrain indus proche de Rob Zombie. Mentionnons aussi l’interlude « 10-34 » qui fait monter l’émeute et introduit le virulent « STARTARIOT ». Nul doute qu’une fois encore le refrain aura de quoi déchaîner les passions dans la fosse à travers son explicite « Let’s start a Riot ! » Hellyeah connaît son public et a décidé de le gâter.

Unden!able propose un visage bien plus enthousiasmant voire audacieux de Hellyeah que son paresseux prédécesseur. Le groupe joue sur ses forces en alternant influences heavy, thrash, hardcore et même ponctuellement au-delà. En résulte des riffs qui fonctionnent et des refrains qui ne manquent pas de marquer l’écoute. Vinnie s’est montré digne de confiance : si Unden!able n’a rien de transcendant à proprement dit, il n’en est pas moins particulièrement efficace.

Le clip vidéo pour la chanson « Human » :

La lyric vidéo pour la chanson « X » :

Album Unden!able, sortie le 3 juin 2016 via Eleven Seven Music.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3