ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Holy Fuck (’em all)


L’expression « Holy Fuck » pourrait se traduire en français par « sacré nom de putain ». Ce juron n’est certes pas très joli mais le fait est que c’est le nom qu’utilise le groupe Holy Fuck pour prêcher son rock/électro au Canada, son pays natal, et hors de ses frontières. Mais un problème vient justement de se poser en Angleterre puisque l’Autorité de Régulation de la Publicité (ASA en anglais pour Advertising Standards Authority) – qui veille à ce que les publicités présentes dans les médias soient « légales, décentes, honnêtes et véridiques au regard des codes de la publicité »vient de déclarer qu’une publicité apparue dans le supplément du journal The Guardian mettant en avant le nom de groupe « Holy Fuck » ne devait pas réapparaître dans le futur.

Je connais certains catholiques pétitionnaires qui vont être extrêmement contents d’apprendre la nouvelle suivante. Effectivement, en Angleterre, l’ASA a décidé que faire la promotion d’un groupe comme Holy Fuck dans un média généraliste n’était plus possible, à partir de maintenant, à cause de son nom. Adieu les Cannibal Corpse, adieu les Sodom, adieu les Slayer… c’est terminé vous êtes allés trop loin avec vos noms provocateurs, amis artistes, car ce sont eux qui poussent notre belle jeunesse à la décadence !

Holy Fuck pratique un excellent rock/électro. J’ai découvert le combo ce matin-même avec l’info évoquée ci-dessus. Il nous propose une musique accessible qui n’a vraiment rien d’agressive. Au final c’est donc très bien que les censeurs d’outre-Manche fassent (puisqu’on en parle) la publicité de leur incroyable bêtise tout en valorisant de facto une formation qui mérite vraiment qu’on se penche sur son cas pour les bonnes raisons.

Kilimanjaro Live (un producteur de spectacle important qui fait tourner le groupe depuis un an en Angleterre) avait donc pris une pub dans le supplément du Guardian pour valoriser les concerts à venir de Holy Fuck. Forcément, en plus de la photo du groupe et des dates, il y avait le nom du combo en lettre majuscule pour attirer l’œil… car il faut bien que les lecteurs comprennent quel artiste se produira en concert.

Logique.

De surcroît, dans ses justifications données à l’ASA, la société Kilimanjaro précise que le terme « fuck » apparaît souvent non censuré dans ce guide et qu’une seule plainte a été reçu sur ce sujet… et qu’elle émane de l’ASA. The Guardian va dans le sens de Kilimanjaro et précise pour sa part, non sans finesse, « qu’il est impossible pour le groupe de se promouvoir sans utiliser son nom complet », ce qui est frappé au coin du bon sens.

Mais selon l’ASA « la publicité ne doit réapparaître sous aucune forme que ce soit » car après la réunion de son conseil « l’ASA a noté que le terme « HOLYFUCK » était le nom du groupe mis en avant et nous avons également noté que le guide était ciblé pour les jeunes adultes et les adultes. Cependant, nous considérons que, parce qu’elle a été placée dans la rubrique divertissement d’un journal national, la publicité pouvait être vue par une large variété de lecteurs comprenant des enfants. Nous considérons, dans ce contexte, que le nom « HOLYFUCK » est a même de causer de sérieuses ou répandues offenses à certains lecteurs. »

Les décisionnaires de l’ASA auraient dû aller faire le test du mot « fuck » dans les écoles primaires et collèges d’Angleterre pour voir si l’emploi du terme choquait réellement les enfants. Ils auraient ainsi compris qu’ils étaient vraiment à côté de la plaque… Tous ces maîtres penseurs de pacotille devraient réfléchir à deux fois avant de prendre des décisions disproportionnées de ce type qui sont ridicules sur la forme et absurdes sur le fond.

La liberté d’expression se meurt mes amis, il faut être vigilant et la défendre du mieux que l’on peut.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3