ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Honnêteté, respect et crédibilité



« Espèce d’enfoiré ! Encore une news commerciale ! » me disait récemment Spaceman à propos d’un article que je venais de mettre en ligne. Et le pire, c’est que c’était pas du tout une news « commerciale » mais un article que j’avais écrit par pur plaisir ! J’ai donc été – une fois de plus – victime d’une injustice de la part de l’homme de l’espace. Et ça m’a fait réfléchir !

Depuis trois ans, mon rôle au sein de Radio Metal a considérablement évolué. Garant comme mes collègues de la « ligne éditoriale » du média que vous avez devant les yeux, j’ai très vite eu le rôle du « connard de service ». C’est-à-dire celui qui – en plus de vous gonfler à longueur de journée dans ce blog sur l’importance et les travers du « business » – avait justement pour mission de faire tenir le projet Radio Metal sur le plan financier. Aujourd’hui c’est toujours un peu le cas, mais le fait de déléguer et de bosser avec des gens compétents dans différents domaines a permis à notre structure de passer un cap.

Même si mes deux passions, mes deux activités de c?ur, sont musicales et médiatiques, j’ai été contraint (par la force des choses) d’apprendre sur le tas comment faire de l’argent. Et ce sans expérience dans le domaine « commercial ». Vendre un produit, un service, des prestations je ne le fais pas par nature. Par contre ça a été possible, et pas super compliqué au final, car Radio Metal est inscrit dans mon ADN. Conséquence : je pourrais vous en parler pendant des heures et finir par vous le « vendre ». Vous vendre sa démarche, son état d’esprit, sa différence, son originalité etc.

On n’a pas besoin d’être commercial pour maîtriser l’univers dans lequel on évolue.

Pour revenir à la blagounette initiale de Spaceman, le truc c’est que par le passé j’ai mis en avant des annonceurs par obligation financière. Vu les débuts économiques d’un média d’entreprise comme le nôtre, je n’avais pas le choix de toute façon. C’était avancer ou mourir. Aujourd’hui la donne a changé, on a progressé à tous les niveaux et on peut se permettre de mettre en avant nos annonceurs et partenaires uniquement via des supports visuels. Logiquement, le contenu est donc devenu 100% journalistique ce qui constitue une vraie victoire pour nous tous.

C’est une avancée majeure car lorsque l’on parle d’indépendance et d’authenticité dans l’information, on a franchi un cap que, par exemple, la presse magazine aura de plus en plus de mal à passer aujourd’hui. Car plus le temps passe, plus ils sont tenus financièrement par les labels et leurs annonceurs, exactement comme nous au début (sauf que les labels ont généralement des difficultés à venir sur le net). Mais même quand on était pris par nos contraintes, jamais on ne s’est mentis à nous-mêmes, jamais on ne vous a menti, en disant des choses contraires à ce qu’on pensait réellement. On a simplement mis en avant des potes qui font un taf de malade pour proposer des services attractifs. Je pense notamment à Kémal d’Aum-Studio, par exemple, qui se bouge grave pour la scène et qui a réussi à monter un studio hyper chiadé qui deviendra, j’en suis sûr, une référence.

Mais bon, je pense que l’on peut quand même considérer que « ligne éditoriale » et « business » peuvent être conciliables si c’est fait avec respect et intelligence. La crédibilité du média en dépend. Cette problématique se retrouve de toute façon dans tous les types de supports médiatiques, de très gros étant gérés, rappelons-le, par des industriels, des politiques etc. A notre échelle radiometallique, la critique négative ou positive restera toujours notre marque de fabrique. C’est ce qui nous permettra de préserver les valeurs que vous appréciez chez nous.

Pour terminer et boucler la boucle je vous conseille d’écouter la dernière High Hopes. Avec le Duc on s’est bien marrés et vous verrez que, questions critiques, on ne fait jamais les choses à moitié. Idem dans Anarchy-x et dans les autres émissions. C’est d’ailleurs ça qui est le plus intéressant pour nous – et vous je présume – avoir des analyses authentiques sur la musique des artistes.

L’artiste Anthony va démarrer une campagne publicitaire chez nous la semaine prochaine. J’ai vraiment apprécié son metal rock très Linkin Park dans l’approche. On les a donc diffusés gratos dans High Hopes – comme tous les artistes High Hopes- et puis on a aussi fait une interview car notre but est de vous faire découvrir ce qu’on aime. Anthony a par ailleurs compris que la survie économique d’un projet comme le nôtre reposait aussi sur la participation financière des acteurs du metal, artistes compris. Et c’est bien cool car c’est ce qui permet à un média comme le nôtre de continuer à exister.

Quand les choses sont claires et expliquées avec honnêteté, elles n’apparaissent pas comme biaisées et peuvent être assimilées par chacun.

Voilà ce que la réflexion d’un Spaceman, forcément taquin, m’avait inspiré !



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3