ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Horna est fidèle à son identité


Horna est un groupe de black metal né en Finlande dans les années 90 qui jouit d’une popularité égale à son talent au sein de la scène musicale extrême. Le combo n’était plus venu jouer dans la capitale depuis septembre 2012 et un concert déjà donné au Glazart, salle que Horna foule à nouveau en ce 4 mai accompagné cette fois-ci des Norvégiens de Tortorum et des Italiens de Fides Inversa.

C’est dans le cadre champêtre et convivial qu’est le Glazart (dont la Plage est d’ailleurs chaque été une réussite rafraîchissante dans la chaleur parisienne) que Fides Inversa démarre son set dans une salle presque vide. Le groupe composé de Omega A.D (batterie) et Void A.D (guitare) fait appel à un bassiste et un deuxième guitariste pour la scène. Forts de leur dernier album Mysterium Tremendum et Fascinans sorti en octobre 2014, les Italiens jouent avec une conviction impressionnante.

Artistes : HornaTortorumFides Inversa
Date : 4 mai 2015
Salle : Glazart
Ville : Paris [75]

Grande particularité et originalité du groupe, le batteur Omega A.D s’occupe également du chant ce qui n’est pas très commun pour un groupe de black metal. Leurs textes sont directement basés sur la religion, c’est pourquoi les trois guitaristes sont coiffés de capuchons et habillés en moines, portant des croix inversées aux cous. La vitesse et la précision de leur musique donnent un rendu très carré. Malgré quelques petites interférences, le son n’est pas brouillon. Exemple de leur originalité musicale : le passage classique « Messa de Requiem » d’Alexander Rahbari pendant le morceau « Decollatio ». le public parisien a droit à une très bonne et intense première partie qui impressionne en fin de set avec le dernier riff de « IV ». Qui a dit que l’Italie et le black metal n’étaient pas compatibles ?

Dans la scène black metal, il est assez fréquent que les groupes fassent leur entrée sur scène dos au public et Tortorum ne fait pas exception. Depuis cinq ans le combo originaire de Bergen, la fameuse ville norvégienne considérée comme le berceau du black puisque les groupes Burzum, Immortal ou Gorgoroth en sont par exemples originaires, joue un black metal fidèle aux origines norvégiennes. Barghest, le chanteur/bassiste, lance les hostilités avec « Zazaz » morceau brutal et sans concession suivi de « Aeonscourge » extrait du premier album Extinctionist. Le public headbangue sur les rythmes puissants de ces musiciens maquillés de corpsepaint. Pendant le morceau « For The Ruin Of All », le groupe montre toute sa sensibilité mélodique et sa précision en utilisant des pointes atmosphériques intéressantes. C’est sur « Beyond The Earth And Air And Sun », morceau du second album, que Tortorum finit son concert sans un mot ni un regard. Un bon moment, peut-être moins accessible que les Italiens, mais extrêmement bon. Où le public a pu noter un mix de black norvégien et de touches atmosphériques.

Il est 21H passée et les deux premières parties ont joué. La salle est pourtant toujours aussi peu remplie donc on s’étonnera du peu de monde ce soir malgré le bas prix du billet (17,80 euros). Mais qu’importe ! Horna est bien venu pour répandre la fureur. Avec les deux split CDs Demonic Christ/Horna et Horna/Den Saakaldte sorti en 2014, les Finlandais n’ont pas chaumé pour présenter de nouveaux morceaux et renouveler leur discographie. « Horna Kuoleva Lupaus » lance la messe avec ce morceau grandement apprécié par les aficionados du combo. Quelques nouveaux titres seront joués ce soir, à l’image de « Sodan Roihu » fidèle à l’atmosphère des Finlandais.

Le morceau « Sanojesi äärelle » de l’album éponyme sorti 2008 est rythmiquement impressionnant et on sent un Spellgoth (chant) très impliqué dans sa présence scénique (en faisant bouger son pentagram par exemple). Horna a la chance de compter dans ses rangs Shatraug, le fantastique guitariste de Sargeist notamment, qui est un monstre de musicien et un excellent compositeur. Le groupe lui doit d’ailleurs beaucoup puisque c’est lui qui a co-fondé Horna en 1993 du temps où le combo s’appelait encore Shadowed. Les titres s’enchaînent et le redoutable car accrocheur « Baphometin Siunaus » séduit le public avec l’efficace mélodie de guitare de Shatraug. Puis c’est au tour de l’EP Viha Ja Viikate (2003) d’être représenté par la chanson « Ars Laternarum » dont la batterie est très intéressante notamment avec ses changements de cymbales et ses petits breaks. Mais il est déjà l’heure de conclure sur l’emblématique « Örkkivuorilta » extrait du premier album Kohti Yhdeksän Nousua sorti en 1998.

En permanence dans une optique de renouvellement, Horna n’aura pas hésité à jouer des nouvelles chansons (« Amadriada », « Nekromantia » et « Sodan Roihu ») et aura d’ailleurs rassuré quant à sa capacité de rester fidèle à sa musique fluide et subtile mais qui parvient tout de même à conserver la puissance inhérente au black metal. Le caractère sombre de ce dernier ayant été bien symbolisé par le jeu de lumière du concert de ce soir : sombre mais avec des touches de vert et rouge en permanence braquées sur les musiciens, sans oublier de la fumée grise. Horna aura délivré au Glazart un show impressionnant musicalement avec son black de qualité proposé par des musiciens toujours en place et charismatiques. Seul regret finalement : la durée de ce set qui aura seulement été d’un peu plus d’une heure.

Setlist Horna (Source Setlist.Fm) :

Kuoleva Lupaus
Kun Synkkä Ikuisuus Avautuu
Sodan Roihu
Sanojesi Aärelle
Baphometin Siunaus
Amadriada
Nekromantia
Hiidentorni Huokui Usvansa
Ars Laternarum
Pimeys Yllä Pyhän Maan
Örkkivuorilta



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3