ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Hypno5e – A Distant (Dark) Source


Le rapport singulier à la musique qu’entretient Hypno5e a désormais une certaine notoriété. Les compositions des Français ont souvent été qualifiées de « metal cinématographique », terme pompeux qui parvient tout de même à rendre compte de l’utilisation de samples à l’intérieur des chansons, issue de films ou de livres. En outre, Emmanuel Jessua, principal compositeur du groupe a lui-même réalisé son long-métrage intitulé Alba – Les Ombres Errantes (2017) accompagné de l’album acoustique du même nom (2018). Désormais Hypno5e entretient un véritable univers avec pour principale force motrice la mélancolie, laissant une place aux influences de la musique bolivienne qu’il sait mêler habilement avec la puissance d’un metal technique par essence. A Distant (Dark) Source, leur nouvel opus, exacerbe toutes ces caractéristiques : Hypno5e n’a pas choisi d’explorer de nouveaux territoires : il arpente le sien jusqu’à atteindre ses confins.

A Distant (Dark) Source est la deuxième partie d’un diptyque inspiré par le lac Tauca en Bolivie, un lac disparu il y a quinze mille ans. L’album se focalise sur la question de la disparition et de ses conséquences, imaginant la résurgence d’éléments et d’êtres passés la nuit tombée. Oui, Hypno5e a choisi de sortir la deuxième partie avant la première (pour des raisons de composition et d’élaboration du concept en premier lieu), espérant que la première éclairera plus tard le propos d’A Distant (Dark) Source. À nouveau, Hypno5e va puiser dans les émotions touchant à la nostalgie, ce qui transparaît dans toutes les mélodies de l’album. À ce titre A Distant (Dark) Source approfondit véritablement les parties lyriques par rapport aux précédentes œuvres. « On The Dry Lake » s’amorce par des dissonances et des samples de voix, des échos lointains supportés par une mélodie qui finit par lui emboîter le pas avant d’être repris à l’identique par le riffing. La mélodie est au cœur du propos, avant même le jeu habituel de ruptures dans lequel excelle Hypno5e. En témoignent les arrangements de piano qui subsistent lorsque le groupe se déchaîne. « In The Blue Glow Of Dawn » obéit à la même logique avec sa guitare acoustique et sa ligne de violon qui répond aux arpèges. Si Hypno5e avait habitué l’auditeur à des constructions progressives, c’est la première fois que les mélodies ont autant d’éloquence avant même de dévoiler leurs multiples évolutions, allant parfois jusqu’à créer une dichotomie quiétude/chaos dans une même composition telle que « Tauca Part II: Nowhere ». Évidemment, certaines textures sont familières, à l’instar du pont d’« A Distant Dark Source » qui évoque la musique bolivienne. C’est leur incorporation qui paraît plus subtile et qui dénote rarement malgré une musique presque cyclothymique par endroits.

On comprend alors qu’A Distant Dark Source est peut-être plus immédiat dans sa conception. Si les structures d’Hypno5e ont toujours été alambiquées, A Distant (Dark) Source ne cherche aucunement à amoindrir ce fait : il faut énormément d’écoutes pour appréhender les mouvements des morceaux, oscillant sans cesse entre des plages presque intimistes et un riffing encore plus violent qu’à l’accoutumée. Emmanuel Jessua fait preuve d’une agressivité inédite, surtout lors de la conclusion de « Tauca Part II: Nowhere » qui vient lorgner du côté du black avec une progression vocale torturée, laissant tout simplement imaginer un homme qui se déchire la voix pour le bien de sa musique. Si l’on veut résumer simplement ce qu’A Distant (Dark) Source promeut, c’est un goût pour l’extrême qui s’incarne dans le contraste. Les grandes accalmies d’« On Our Bed Of Soil » sont balayées par le jeu machiavélique des rythmiques abruptes et des breaks impromptus poussé à son paroxysme. Hypno5e a élargi son spectre, que ce soit du côté de la grâce ou de la rage. Là où l’intelligence règne toujours, c’est que malgré des liens ténus entre les parties et une forme de liberté totale dans l’agencement de ses morceaux, la violence entretient toujours une relation de continuité avec le calme, à l’image d’« A Distant Dark Source » et de ses allers-retours incessants entre les deux facettes extrêmes de la musique des Français. Elle est un prolongement plus marqué des mêmes émotions, ce qu’il suffit de comprendre pour rentrer dans la démarche d’Hypno5e.

Au premier abord, on a l’impression qu’Hypno5e abuse de ses gimmicks (voire se répète sur certains breaks très proches de Shores Of The Abstract Line (2016)) et se perd dans les méandres de longues compositions décharnées. Il faut un lot d’écoutes considérable pour reprendre pied et saisir ce qu’a voulu faire le groupe : sublimer ses caractéristiques quitte à paraître excessif. Le temps bonifie grandement A Distant (Dark) Source qui finit par présenter le panel le plus exhaustif de ce qu’est Hypno5e aujourd’hui et de sa place définitivement à part.

Clip vidéo de la chanson « Tauca – Pt. 2 – Nowhere » :

Clip vidéo de la chanson « A Distant Dark Source » :

Album A Distant (Dark) Source, sortie le 22 novembre 2019 via Pelagic Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3