ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Hypno5e – Shores Of The Abstract Line


Hypno5e - Shores Of The Abstract LineIl est des albums qui ne laisseront personne de marbre. Qu’on déteste le groupe ou au contraire qu’on lui voue une admiration quasi-religieuse à l’image de ce que peut faire un fan de Tool. Quoi qu’il en soit l’album marque les esprits et surtout son temps. Chaque année, un amateur de musique va chercher désespérément cet opus, qu’il provienne d’un groupe qui lui est familier ou d’une découverte. Parfois il en ressort bredouille ou n’a fait que collecter que quelques ersatz de ce qu’il cherche réellement. Parfois il le trouve très tôt en n’ayant pas à s’aventurer bien loin. En France seulement. Là où œuvre Hypno5e qui nous délivre trois ans après Acid Mist Tomorrow son successeur : Shores Of The Abstract Line. L’amateur de musique pourrait alors s’arrêter de chercher plus loin, personne ne le blâmerait.

Pour ceux qui ne sont pas familiers du groupe, Hypno5e a été formé en 2004 et compte déjà deux albums à son actif : Des Deux L’Une Est L’Autre (2007) et Acid Mist Tomorrow (2012) sorti en lien avec la Klonosphere et Season Of Mist. La musique du groupe est souvent qualifiée de « metal cinématographique », incorporant de nombreux samples de films et de références à la littérature française et étrangère. Shores Of The Abstract Line inaugure un changement de label avec Pelagial Records et ne déroge pas à la règle. Hypno5e continue de s’aventurer audacieusement dans une musique qui se veut conceptuelle voire philosophique. Shores Of The Abstract Line veut explorer avec justesse la rencontre de la mémoire et de l’imagination pour aboutir à un album « bipolaire, confiant et incertain, excité et dépressif » pour paraphraser les dires du chanteur Emmanuel Jessua. Ce qui est beau avec l’audace, c’est lorsqu’elle finit par payer. La profondeur conceptuelle et la cohérence de l’opus n’a rien à envier à un Hand. Cannot. Erase. de Steven Wilson ou à un 10 000 Days de Tool. Surtout, Hypno5e ne bluffe pas. L’émotion est belle et bien présente, sous toutes ses formes. Le groupe sait orchestrer des passages mélancoliques à l’instar de « Central Shore – Tio » et son chant en espagnol, facette que le groupe n’avait encore que peu développé et qui éclate désormais au grand jour. Les samples évoquant « The Man With The Piano » sur « North Shore – Sea Made Of Crosses » forcent l’auditeur à se créer un véritable décor intérieur et immédiatement faire preuve d’une certaine empathie. Hypno5e joue avec les canons de la musique progressive et façonne une expérience qui n’est ni totalement cinématographique, ni totalement musicale. Simplement unique. L’amateur de metal ne se perdra évidemment pas en route, car Hypno5e entretient une culture du riff tantôt proche de Meshuggah, tantôt de Cult Of Luna, soutenue par un chant – qu’il soit aboyé ou velouté – davantage développé et maîtrisé que sur Acid Mist Tomorrow. « West Shore – Where We Lost The Ones » entretient une parenté avec les mélodies à la Gojira, lorsque le riff final de « East Shore – In Our Deaf Lands » enterre l’auditeur. En outre, l’alchimie entre passages brutaux et samples est véritablement exaltante. Hypno5e manie avec brio ce pan de sa musique : le sample met sur un piédestal le riff qui s’ensuit lorsqu’il embellit et donne du sens aux atmosphères plus délicates. La musique d’Hypno5e a littéralement des humeurs qui varient au fur et à mesure de l’album.

On pourrait avancer qu’Hypno5e veut trop bien faire et que le propos est intellectualisé à outrance, que l’expérience paraît élitiste et que des pseudo-considérations philosophiques n’intéressent personne. En réalité elles touchent tout le monde. Tout le monde est ambivalent, tout le monde ressent les choses de manière différente, personne n’est monolithique. Hypno5e s’adresse à tout le monde et le fait de manière pertinente et réfléchie. Le groupe renvoie à l’inconstance des états d’âme à laquelle chaque personne est confrontée. L’expérience demande peut être un certain effort pour s’y plonger, mais elle est limpide. Hypno5e est intelligent, pas intellectualisant.

Shores Of The Abstract Line est immense et magnifique. C’est un album qui sied au milieu d’une discothèque de manière visible, dont on vantera sans doute les mérites dans quelques années encore. Ainsi, Hypno5e n’est pas seulement incontournable, il paraît presque essentiel.

Album Shores Of The Abstract Line, sortie le 19 février 2016 via Pelagic Records.



Laisser un commentaire

  • Raah j’avais déjà prévu d’acheter le précédent, et vous venez citer SW, Cult of Luna, Tool et Gojira ? J’n’ai plus qu’à économiser encore plus d’argent…
    Et c’est « 10,000 Days », pas « 10 000 » ! =p

    [Reply]

    Thibaud Bétencourt/RM

    La virgule a effectivement sauté. Avoir écorché le titre d’un album de Tool est une chose dont je ne me remettrai que difficilement.

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3