ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Immortal – Northern Chaos Gods


Il y avait de quoi s’inquiéter pour Immortal. Le groupe a du faire preuve de résilience après le départ d’Abbath en 2015, ne laissant que Demonaz et Horgh seuls à bord. Il fallait faire table rase et ainsi effacer la composition d’un album entier (celui qui est finalement devenu le premier album d’Abbath) afin de revenir dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, au terme de ces péripéties, Immortal peut proposer Northern Chaos Gods, son neuvième album. Le groupe semble avoir digéré l’absence d’Abbath en revenant à la philosophie de ses premières heures, celles de Blizzard Beasts (1997) et Battles In The North (1995). À l’instar de ce que Demonaz avait déclaré, Immortal veut bel et bien retrouver son intégrité, si tant est qu’il l’avait perdue.

Northern Chaos Gods est le premier album d’Immortal sans le co-fondateur Abbath, avec Demonaz et Horgh assistés du producteur Peter Tätgren pour enregistrer la basse. Pourtant, ce changement de line-up majeur n’a, semble-t-il, pas dérangé le processus de composition outre-mesure. Cette fois-ci, tout provient de Demonaz, y compris le chant et la guitare (son problème de tendinite persistant depuis 1997 a été soigné grâce à une opération en 2012), qui avait à cœur de revenir à l’essence de ce qu’est Immortal : un groupe de black froid, violent, qui ne tergiverse pas, proche de l’énergie de Battles In The North. Surtout, il y a cette volonté de prouver que l’héritage d’Immortal est inaltéré. Les premières secondes de « Northern Chaos Gods » qui ouvre l’album illustrent l’état d’esprit d’Immortal. Blasts brutaux, riffing déluré et un Demonaz possédé : la formation revient au milieu des années 90, avec une production contemporaine (quoique…). « Into Battle Ride » ne lève pas le pied, il permet toutefois d’entrevoir une dimension supplémentaire à cet Immortal renouvelé. Demonaz s’évertue à créer des atmosphères qui font de Northern Chaos Gods un album presque conceptuel, évoquant le royaume froid et sombre qu’incarne le Blashyrkh bien connu des fans des premières heures. Il y a un sens de l’épique et du grandiose au sein de ce neuvième opus, que ce soit dans les arrangements d’ « Into Battle Ride » ou les guitares apocalyptiques de « Called To Ice ».

C’est lorsqu’Immortal évoque explicitement ses œuvres passées via « Gates To Blashyrkh » et « Mighty Ravendark », rappelant volontairement leur plus grand hit « Blashyrkh (Mighty Ravendark) », qu’il est le plus prenant. « Mighty Ravendark », avec son arpège introductif et le riff qui s’ensuit en écho direct du titre de 1995, propose l’une des meilleures progressions mélodiques de l’album, une sorte de gradation épique tout au long des neuf minutes de compositions, supporté par le chant caverneux de Demonaz. Ces deux titres, accompagnés de « Where Mountains Rise », illustrent le mieux le « concept » derrière Northern Chaos Gods. Immortal parvient à dessiner les contours d’une aura hivernale, mélancolique et violente. L’alternance d’arpèges de guitare caractéristiques et de riffs moins enlevés va dans ce sens, « Where Mountains Rise » est la preuve de la qualité du songwriting de Demonaz (avec un léger aspect progressif) et de la polyvalence d’Horgh, tout aussi capable d’emporter l’auditeur en usant de tempos moins cavaliers. La seule entrave qui empêche Immortal de constamment convaincre semble être la production, qui efface considérablement la basses derrière les multiples couches de guitare et le martèlement quasi-incessant de la batterie et diminue ainsi la profondeur du son d’Immortal. Seul « Blacker Of Worlds » laisse entrevoir le grain de l’instrument sur ce Northern Chaos Gods.

Immortal peut boiter, il ne tardera pas à se relever. C’est la leçon primordiale qu’il faut retirer de ce Northern Chaos Gods. Le départ d’Abbath est un coup dur, en rien fatal. Demonaz et Horgh réussissent avec brio la tâche de perpétuer la tradition norvégienne du black metal dont Immortal est une figure de proue. Northern Chaos Gods met un terme à un Immortal dernièrement plus accessible et revient à une musique sans concessions pour le plus grand plaisir des « vieux » amateurs du genre. Les norvégiens ont su se concentrer sur ce qui fait leur force première : une authentique fureur glaciale.

Lyric video de la chanson « Northern Chaos Gods » :

Album Northern Chaos Gods, sortie le 6 juillet 2018 via Nuclear Blast. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3