ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

INDRAMA : ENTRETIEN AVEC GWEN KERJAN


Indrama est un jeune groupe de metal lorientais. Il nous livre un Metal mélodique aux compositions bien huilées. Gwen Kerjan est le pionnier de ce combo breton qui pratique un Metal accessible mais bien agressif quand même ! Le sympathique Gwen nous a donc accordé un petit entretien pour évoquer l’actualité d’Indrama…

Radio Metal : Peux-tu nous faire une petite présentation du groupe Indrama ?

Gwen Kerjan : J’ai commencé à bosser mon projet perso appelé Indrama après avoir joué dans pas mal de groupes. Suite à ces expériences j’ai donc décidé d’enregistrer tout seul ma première démo. En cours d’enregistrement mon frère Gweltaz m’a rejoins et 3 semaines après on se retrouvait sur scène ! Tout c’est passé très rapidement puisque dans la foulée les frères Le Bellec ont été recrutés à la basse et à la guitare.

En effet votre groupe est composé des frères Le Bellec et de toi et ton frère, la cohabitation n’est-elle pas compliquée entre ces deux paires de frères ?!

Non ! On a la chance d’être soudé et le groupe est super homogène. Honnêtement on a tous notre mot à dire au sein du groupe et tout se passe bien. J’avoue être satisfait du déroulement des choses…Je comprends ta question dans le sens où les histoires d’ego peuvent déstabiliser certains groupes mais heureusement on est épargné par ce phénomène.

Pourquoi avoir recruté les frères Le Bellec seulement après avoir enregistré le maxi cd Telling A New Truth sorti en octobre 2006 ?

Parce que je ne souhaitais pas attendre qu’Indrama ait un line up complet pour avancer. Procédé ainsi m’a évité de perdre du temps. Il fallait faire vite et bien donc j’ai préféré faire avancer le projet en enregistrant la démo seul. On a fait passer des auditions seulement après que mon frère ait enregistrées ses parties de batteries. En fait c’est au moment où il a fallu monter sur scène que l’on a auditionné des gens. Et ça a tout de suite collé avec les frères Le Bellec !

C’est toi qui as tout fait sur Telling A New Truth puisque tu t’es occupé du chant, de la basse, de la guitare, des paroles et même de la production alors ma question est simple… dors-tu la nuit ?!!

Nan pas beaucoup !!! Franchement je pense qu’il faut être polyvalent. Tu sais j’ai longtemps été relégué au rang de simple interprète avec mes groupes précédents. Mais j’ai rapidement eu l’envie de composer et c’est peut-être à ce moment-là que j’ai développé une certaine polyvalence. Je crois que c’est plutôt positif de procéder de la sorte plutôt que de perdre du temps…donc oui je préfère me débrouiller tout seul !

Indrama est ta première expérience au chant. Et j’avoue que pour une première le résultat est plus que satisfaisant ! D’ailleurs toutes les critiques que j’ai lues sont plutôt positives.

Merci de tes compliments ! Oui c’est clair que les retours sont assez positifs tant au niveau de la compo, de la musique en générale ou du chant : c’est cool ! Ca m’encourage à continuer, à persévérer dans Indrama. En 2005, quand j’ai décidé de créer le groupe, il y a eu des tâtonnements mais l’investissement a porté ses fruits. Rapidement j’ai enregistré 2 maquettes de 4 titres qui m’ont permis de rencontrer du monde et de poser de bonnes bases pour l’avenir.

A l’écoute de votre maxi cd je trouve que vous parvenez à conserver une vraie personnalité, une vraie identité même si je suis tenté de faire quelques parallèles avec des groupes de la scène scandinave comme In Flames ou Dark Tranquillity pour ce mélange entre mélodie et agressivité… qu’en penses-tu ?

Il est très délicat de se juger soi-même. Mais comme tu le dis à juste titre on peut sentir l’influence de la scène scandinave dans la musique d’Indrama. Je ne le nie pas. Mais j’ai tendance à penser que notre musique se rapproche de la Pop tant dans l’harmonie, la mélodie ou le chant. Dans les webzines, par exemple, beaucoup nous classe dans la catégorie « Power Death Melodique » mais je crois que l’on conserve un coté Pop plus policé. Tout en gardant ce côté Metal évidemment !

A quand le 1er album ?

On bosse a fond dessus justement ! Il est composé à 90%. Normalement, si tout va bien, il sera entièrement terminé à la fin de cette année. Je pense le produire mais pour la date de sortie tu en sauras plus dans quelques mois ! Et sache que ça va tout arracher !!! (Rires)

Pourquoi ne pas vouloir trouver un label et un producteur ?

Simplement parce que je souhaite conserver une totale liberté dans ma manière de fonctionner. Si il faut une semaine de plus que prévue et bien nous la prendrons si j’estime que c’est nécessaire et bénéfique à Indrama. En fait le fait de ne pas avoir de producteur nous permet de conserver une vraie liberté d’expression et de décision dans les choix artistiques à adopter. Nous n’avons pas besoin de barrières et de cahier des charges…on se passe de cette pression là.

Mais tu as découvert la production sur le tard ou tu connaissais ce domaine depuis longtemps ?

Et bien non ! Le son c’est comme le chant ou la guitare : je suis complètement autodidacte. Je travaille beaucoup et avec le temps je suis parvenu à maîtriser mon matériel. Mon oreille évolue et les expériences se multiplient. Quand on est vraiment motivé par quelques chose il ne faut jamais se décourager et se donner les moyens de réussir. Et je crois que cette volonté s’applique a tous les domaines : quand tu as une idée précise il faut foncer !

Et bien félicitations car ce n’est pas simple !

Merci bien !

Maintenant quels sont vos projets ? Indrama doit-il viser la sphère nationale ou stabiliser sa reconnaissance locale ?

Il ne faut pas que l’on nous voie comme prétentieux mais on est ambitieux. Tu vois mon but est qu’Indrama parvienne à s’exporter sur toute l’Europe voire sur le monde entier. Dans cette optique on veut stabiliser notre réseau national en France plus quelques pays autour. Ce serait déjà une bonne chose pour nous. Si les choses évoluent dans le bon sens on pourra voir plus haut.

Dans votre discours et dans vos actes je note une vraie démarche professionnelle, es-tu d’accord avec cette analyse ?

Tout a fait. Dès le départ sérieux et professionnalisme étaient les maîtres mots. Il faut être lucide on sait pas de quoi l’avenir est fait, on ne sait pas si Indrama va rencontrer le succès escompté. Mais pour ne pas avoir de regrets il faut se donner a fond. Plus on bosse et plus on a la chance de parvenir à ce que l’on souhaite vraiment.

Entretien téléphonique réalisé le jeudi 28 juin 2007.

Site Internet Indrama : www.indrama.net



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3