ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Iron Mask : Dushan Petrossi, à travers l’hiver


Iron Mask, ou plus précisément son leader, le guitariste Dushan Petrossi, sort du noir et peut-être aussi de l’hiver. Après un Black As Death en 2011 plutôt sombre – et pour cause : le musicien faisait alors le deuil de sa mère – le ciel s’éclaircit peu à peu sur Fifth Son Of Winterdoom, nouvel opus du groupe, qui comme nous l’avoue Petrossi, n’est pas moins marqué par le froid que la vie laisse derrière elle quand celle-ci s’éteint.

En outre, ce dernier album marque l’installation du chanteur Mark Boals dont c’est la deuxième participation à l’œuvre discographique d’Iron Mask. Si son intégration peut donner du grain à moudre à qui ne voit en Petrossi qu’un émule d’Yngwie Malmsteen (Boals étant plus connu pour avoir longtemps chanté pour le maestro suédois), le Belge s’en défend : s’il ne rejette pas l’influence du guitariste néo-classique, ses racines sont plus nombreuses que cela. On en parle avec lui en interview.

« [Ma mère et mon père] sont tous les deux morts en hiver, et je suis le cinquième enfant de cette famille, de cette malédiction hivernale en quelque sorte. »

Radio Metal : Votre nouvel album s’intitule Fifth Son Of Winterdoom, peux-tu nous en dire plus ?

Dushan Petrossi (guitariste) : En fait, il faut que j’explique un peu, car le titre a été choisi en fonction de quelque chose de personnel. Le précédent album parlait du décès de ma mère, et celui-ci du décès de mon père. Ils sont tous les deux morts en hiver, et je suis le cinquième enfant de cette famille, de cette malédiction hivernale en quelque sorte. Tout ça est tourné métaphoriquement dans le titre.

Pourquoi rendre hommage à ton père sur cet album en particulier ?

C’est un peu un procédé de guérison, les sentiments ressortent, et ce que je compose est très influencé par ma vie. J’essaie de faire de la musique et d’en tirer le meilleur avec ce que l’on peut vivre.

Le précédent album Black As Death était très sombre et lourd, alors que Fifth Son Of Winterdoom sonne plus catchy et mélodique. Est-ce que ce changement de perspective était voulu ou est-ce venu naturellement ?

Plutôt naturellement. Quand je compose un disque, les chansons sortent au fur et à mesure. C’est vrai que l’album d’avant était peut-être plus dark… Je ne sais pas, c’est une façon de faire, de procéder. L’un est peut-être plus vers la lumière et l’autre l’obscurité, mais les deux sortent d’un même œuf.

De Phil Letaw à Mark Boals, le groupe a connu plusieurs changements au niveau du chant à travers sa carrière. Est-ce que c’était simple de garder une cohérence et une continuité tout en changeant de chanteur quasiment à chaque album ?

A chaque fois que je prenais un chanteur, c’était pour faire mieux que ce que j’avais fait avant. Certains titres nécessitaient vraiment un style particulier, cela aurait été impossible de faire Hordes Of The Brave avec le premier chanteur, et les albums d’après n’auraient pas pu être faits sans Mark Boals. Ce n’est pas forcément que je ne voulais pas tourner avec eux, parfois ils n’étaient pas disponibles, par exemple Valhalla [Goetz « Valhalla Jr » Mohr, chanteur du groupe de 2005 à 2010, ndlr.] est tombé malade et je ne pouvais pas arrêter et ne plus rien faire. Le line-up est le même sur les deux derniers albums, ça s’est stabilisé. Je ne sais pas si ça se fera toujours avec Mark Boals, ou si Valhalla reviendra, mais pour le moment c’est bien avec ce line-up.

Est-ce que Mark Boals va tourner avec vous ?

Oui et on a déjà joué en juillet. On a fait une petite tournée pour faire le clip et pour voir si les morceaux du nouvel album accrochaient bien.

« Dès qu’on joue plus mélodique et symphonique on est catalogué Malmsteen, c’est ça le problème. Les gens qui disent ça n’ont pas écouté tout ce qu’on fait. »

Il a plusieurs fois été dit que la musique d’Iron Mask était très inspiré du travail d’Yngwie Malmsteen, et Mark Boals a également chanté sur quatre de ses albums. Comment arrivez-vous à vous détacher de cette influence ?

Il suffit d’écouter l’album, on ne fait pas juste du Malmsteen. Il y a peut-être un seul morceau néo-classique, parce que j’aime jouer ce genre qui m’a appris beaucoup de choses quand j’étais jeune. Mais il n’y a pas que Malmsteen, il y a Gary Moore, Satriani, Steve Lynch pour le tapping, beaucoup de gens… Dès qu’on joue plus mélodique et symphonique on est catalogué Malmsteen, c’est ça le problème. Les gens qui disent ça n’ont pas écouté tout ce qu’on fait.

Sur certaines mélodies de l’album, comme avec « Only One Commandment », on ressent une forte vibration folk et même celtique parfois. Comment expliques-tu cette influence ?

Dans les année 80, j’ai beaucoup aimé des groupes du style Gary Moore, avec un petit côté celtique. Peut-être que ça transparait aujourd’hui, je ne sais pas, c’est inconscient. J’ai toujours aimé ces mélodies, même dans les orchestrations que j’ai mis au début de certains morceaux où c’est du celtique pur jus.

C’est donc quelque chose que tu as toujours eu dans ta manière de composer ?

Oui, déjà dans l’album Shadow Of The Red Baron il y avait une mélodie celtique sur « Black Devil Ship ». C’est pour ça que je trouve injuste que des gens ne voient que du Malmsteen…

Sur l’album il y a des thèmes très différents, de Christophe Colomb sur le morceau « Reconquista 1492 » à Oscar Wilde avec « The Picture of Dorian Grey ». Est-ce qu’il y a un fil rouge à tout ça ?

Sur tous les albums j’ai toujours aimé aborder des thèmes historiques. Là c’est tombé sur l’Espagne et la conquête des Maures, je raconte juste les faits historiques. Pour Dorian Gray c’est juste une histoire que j’aime bien, qui s’adapte vraiment bien au metal…

Avez-vous déjà des projets de tournée pour ce nouvel album ?

Pour le moment je suis sur la promotion, depuis début novembre. On cherche une agence de booking mais on fait aussi par nous-mêmes des recherches de concerts. Tout sera décidé dans les prochaines semaines.

Un dernier mot ?

J’espère que les gens qui ne connaissent pas le groupe viendront jeter une oreille !

Interview réalisée par téléphone le 2 décembre 2013 par Amphisbaena
Retranscription : Le Phasme
Introduction : Animal

Site internet officiel d’Iron Mask : www.iron-mask.com
Site internet officiel de Dushan Petrossi : www.dushanpetrossi.com

Album Fifth Son Of Winterdoom, sorti le 8 novembre 2013 chez AFM Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3