ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Jason Newsted a-t-il sauvé deux fois Metallica ?


Jason Newsted a-t-il choisi de réécrire l’histoire ? Ou bien apporte-t-il des précisions nécessaires à la compréhension de celle-ci ? Il a en tout cas décidé d’en donner sa version, et plus particulièrement, bien sûr, sur son passage dans Metallica, un épisode dont il dit être détaché et qu’il ne regrette pas, mais dont il se sent bien souvent obligé de parler.

Dans une interview accordée au webzine tchèque Muzicus, Newsted a déclaré avoir « sauvé Metallica deux fois ». Rien que ça. Une fois en arrivant, et une fois en partant. Si on ne doute pas une seconde qu’il ait pu effectivement participer à la rescousse du navire Metallica après la disparition tragique du regretté Cliff Burton, le fait qu’il soit devenu sauveur du groupe une seconde fois en partant apparaît comme un propos osé, du moins au regard de ce qui a pu se dire dans le passé à ce sujet.

Newsted est arrivé dans Metallica en octobre 1986. Un mois seulement après la tragique disparition de Cliff Burton, un remplacement arrivé très vite après l’accident de bus dantesque dont les Mets furent victimes. Il débute sur l’EP Garage Days Re-Revisited et ensuite sur le premier véritable album, …And Justice For All en 1988. Dès le départ, les choses ne se passent pas aisément pour le bassiste : les critiques lui reprochant notamment de trop suivre les parties de guitare, de créer des lignes de basse en arrière du reste, et même d’avoir un son douteux sur le premier véritable album auquel il participe. Le public a forcément du mal à se remettre de la disparition de Cliff Burton, qui restera dans leur cœur de beaucoup le « vrai » bassiste de Metallica. De plus, Newsted arrive à une époque où Metallica ne va plus verser dans le thrash old-school et le heavy dont il avait jusqu’ici fait preuve à travers les premiers albums, mais montrer une certaine ouverture avec ce qu’on appellera le Black Album, et des directions complètement différentes avec Load et ReLoad. Newsted est clairement associé à cette époque, qui n’est pas celle que les plus vieux fans de Metallica portent dans leur cœur.

Newsted quitte le groupe en 2001, alors que Metallica s’apprête à rentrer en studio pour y enregistrer le huitième album du groupe. Pour quelles raisons ? C’est là que depuis toujours les avis divergent quelque peu. S’il met à l’époque en avant des problèmes physiques (mal de dos récurrent dû aux tournées), on s’aperçoit vite que ce n’est pas la raison principale. James Hetfield et Lars Ulrich sont mariés, ont des enfants, et le groupe ralentit son rythme de carrière. Newtsed, quant à lui, a soif de musique et veut que le groupe prenne une pause d’un an pour qu’il puisse se consacrer à son side-project, Echobrain. Refus des autres et surtout de Hetfield, qui pense que quand un membre du groupe est dans un side-project, « cela l’éloigne de la force de Metallica ». Newsted décide donc de partir.

Aujourd’hui, il explique donc plus amplement cet épisode : « Je n’étais pas capable d’être à nouveau sur la même page qu’eux ; ils prenaient trop de temps en dehors du groupe. […] Il y avait tellement de distractions qui empêchaient de jouer du Metal que je ne pouvais plus le supporter. » Selon lui, la priorité pour les autres membres n’était plus le groupe, même s’il ne le leur reproche pas : « James ne passait plus autant de temps à faire de la musique à cause de la vie, et je comprends cela – je n’ai rien contre ça. ». Alors que le bassiste mettait Metallica devant tout le reste, ce que ne faisaient pas les autres : « Cela doit être la priorité tout le putain de temps. Cela l’était pour moi, par pour eux. »

S’il a été beaucoup dit que Newsted voulait avant tout faire vivre son side-project Echobrain, ce qu’il ne nie pas, il aiguille les gens sur l’idée que le groupe n’aurait peut-être pas continué sa carrière de cette manière s’il n’était pas parti, surtout en raison de l’état de James Hetfield, un état qu’il aurait décidé d’améliorer notamment à cause de son départ : « James était dans de sérieux problèmes émotionnels et d’abus d’alcool, et je le savais. Et il fallait que je m’en aille. Et quand je suis parti, je crois que cela a été le catalyseur pour lui, pour qu’il réalise qu’il y avait un problème. »

James Hetfield est effectivement parti en cure de désintoxication juste après, et c’est de cette manière que Newsted pense avoir sauvé Metallica une seconde fois. Lui fera un album avec son projet Echobrain et s’en ira rejoindre d’abord Voivod, puis le groupe d’Ozzy Osbourne, un groupe que venait de quitter un certain… Robert Trujilo. Son chemin rejoindra à nouveau celui des Mets lors de leur intronisation au Rock’n Roll Hall Of Fame en 2009 et pour les concerts du Fillmore à San Francisco pour célébrer les 30 ans du groupe. Jason Newsted ne s’est jamais senti quitter totalement la famille Metallica, c’est sûrement pour cette raison qu’il en parle encore aujourd’hui avec émotion, notamment au niveau de sa relation avec James Hetfield: « Nous étions des frères. Nous partagions la même vision des choses. Nous aimions les camions, les armes, le plein-air, les montagnes. […] Nous sommes des frères. […] Ma famille a accueilli James comme un membre de la famille. Ma mère lui envoyait… ma mère lui envoie probablement toujours une carte pour son anniversaire. Nous étions proches à ce point là. » On n’a pas la confirmation de l’envoi des cartes d’anniversaire de la mère de Newsted à James Hetfield, mais il y a une chose de sûre : un passage dans Metallica ne s’oublie pas si facilement, surtout quand on a pris la décision d’en partir.

—-

A noter également que Newsted a dévoilé il y a quelques heures les premiers détails et un premier morceau de son premier album solo.



Laisser un commentaire

  • Sur qu’il existe de meilleurs bassiste que Cliff, mais il était malgré tous un très bon bassiste et c’est ça disparition tragique que le fait bassiste éternel du groupe. Si Cliff avait un bon jeu de scène, Jason était incroyable sur scène!! son chant ravageur, tourner en rond a sans donner le tournis, il avait sur scène cette folie du rock que les autres membres ne reflétaient pas forcément. A deux époques ses deux bassistes.

    [Reply]

  • Ce que je regrette énormément dans l’histoire du groupe c’est que l’on retient toujours le nom du grand, du génie, de l’énoooormissime Cliff Burton…

    Lors des MTV icon sur Metallica il y a quelques années, on nous montrait dans un reportage relativement bien fait (par rapport au reste de l’évènement) que l’accueil de Newsted que le groupe lui a réservé était… comment dire… horrible ? Humiliation, brimades, tabassage etc.

    Newsted est resté dans Metallica durant près de 15 ans et chez beaucoup de fan de métal et dans la presse, ceci est tout juste qualifié de « passage »…

    (Joey Jordisson remplaçant durant un concert Lars à la batterie est un passage.)

    Pour beaucoup de gens Cliff reste et restera toujours LE bassiste de Metallica. Mais ces gens savent-ils au moins pourquoi ? (pas tous hein, je ne mets pas tout le monde dans le même panier). Cliff a eu un jeu sur scène incomparable à Newsted (on sera tous d’accord) mais à part ça ? Un excellent bassiste ? Le meilleur bassiste que l’on ait jamais vu ? Soyez honnêtes !

    [Reply]

    raskholnikov

    Tu as mille fois raison.
    Les « gens » sont plus habitués à répéter ce qu’ils lisent plutôt que ce qu’ils « pourraient » penser.. :p

    MegaRalf

    Un peu comme Clive Burr je trouve ! J’ai eu l’impression de trouver dans les commentaires, suite à sa disparition, beaucoup de « c’était le meilleur », « meilleure période d’Iron Maiden », etc. etc. On ne va certainement pas aller jusqu’à parler d’insultes, mais n’est-ce pas pas un peu rude vis-à-vis de Nicko McBrain ?… Bien sûr, certain donnent un avis (bien que nécessairement subjectif) tout à fait sincère. Mais comme souvent pour se donner une certaine contenance, on a tendance à vite verser dans le « c’était mieux avant »…

  • C’est à cause de lui alors qu’on a dû se farcir St Anger ?
    Il n’a pas de quoi être fier.
    Parfois, un bon split, en pleine gloire, ça permet de finir sur une bonne note.
    C’est moche les légendes qui se ternissent.

    [Reply]

  • raskholnikov dit :

    Un « passage » qui a durée 15 ans, « presque 365j/an » donc tu m’étonne que ça laisse des traces. Rien de plus normal, le groupe a moins connu humainement parlant Cliff (en terme de durée) et pourtant ils en parlent toujours.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3