ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview    Tribune   

Le journal d’Abbath : le masque de Creature, Cradle Of Filth, Darkthrone, Dave Grohl…


Abbath est un sacré personnage, aussi fantasque qu’attachant. Mais c’est aussi un grand bavard avec énormément d’histoires à raconter, que ce soit sur sa vie ou celle de ses idoles. En bon passionné, il dévore toutes les biographies et s’est même constitué une collection impressionnante d’objets entreposés sur une étagère, allant d’une figurine parlante d’Al Pacino donnant ses célèbres répliques dans Scarface jusqu’à une chaussure de scène de Paul Stanley, à côté d’un mur où trône la fameuse hache d’Immortal.

Alors quand on se retrouve sur Skype avec un Abbath au confort chez lui, il faut se préparer à de longs bavardages, sans toujours grand rapport avec le sujet de départ : Abbath parle comme il pense. C’est ainsi qu’après notre dernier entretien réalisé en juin pour parler du nouvel album d’Abbath, Outstrider, nous nous sommes retrouvés avec près de quatre heures d’échanges en rab. Des « flux de conscience » tantôt drôles, tantôt introspectifs ou instructifs, avec quantité d’anecdotes. C’est ainsi que nous avons finalement décidé de les publier de manière brute, au discours direct, dans une série d’articles.

« Est-ce que tu as vu Dave Lombardo ? Il a passé la soixantaine et il joue toujours. Est-ce que tu l’as entendu jouer « Battery » et « Four Horsemen » de Metallica quand Lars Ulrich a été hospitalisé en 2004 au Download Festival ? Ils ne l’ont même pas présenté [rires]. C’est comme Kiss qui avait Peter Criss sur deux albums sur lesquels il n’apparaissait même pas : « Les fans ne sauront pas qu’on n’a plus le batteur. » C’était l’une des idées avec le masque, car nous avons pensé que nous allions devoir essayer de nombreux batteurs avant d’avoir le bon, et les gens ne devaient pas le savoir, ce devait être juste ce masque. Donc nous avons pensé à ce personnage de Creature. Je me disais : « Au moins, si les batteurs ne s’en plaignent pas… » C’était Kevin [Foley] ou Emil [Folke Wiksten], et nous étions à San Francisco ou bien était-ce Las Vegas ? Bref, il faisait trop chaud, et tout d’un coup, boum ! Il s’est arrêté, genre : « Il est passé où ? » Puis j’ai été vers la batterie et je l’ai vu : il était en train de suffoquer. Il n’avait plus d’air à cause du masque ! Il était en train de jouer sur la ride et il était à fond dedans, puis il est tombé. Alors j’ai dit : « Ok, ce masque a désormais sa place dans l’histoire d’Abbath. C’est un objet de musée. » Mais je n’ai jamais trop aimé ce truc du masque. Il n’y a aucune expression. Par exemple, Slipknot, même si c’est un bon groupe… Je me souviens de la première fois que je les ai rencontrés, nous avons joué avec Immortal au Dynamo Festival en Hollande, c’était en 2001 ou quelque chose comme ça. Il y a cette fameuse vidéo de Slipknot, leur première vidéo, je crois que ça a été filmé à ce festival. Je me souviens de ces mecs déambulant avec leurs masques et je suis tombé sur eux.

Tu sais, ça fait un moment que nous sommes dans la scène ! Dimmu Borgir était très dévoué envers nous. Il y avait beaucoup de jalousie à Oslo, beaucoup étaient jaloux du succès de Dimmu Borgir, mais sans Dimmu Borgir… Enfin, il n’y aurait pas eu moyen, les gens auraient oublié Immortal, il n’y aurait pas eu la graine qui a permis notre retour sans des groupes comme Dimmu Borgir. Je connais les gars de Cradle Of Filth, comme Nick Barker. J’ai croisé Dani Filth deux ou trois fois, mais la première fois, il ne s’est pas rendu compte que c’était moi. C’était un fan de Pure Holocaust et je lui ai parlé au catering au Graspop, il était là : « Hey, putain t’es qui toi ? Va chier ! » Et je n’ai rien dit… Plus tard, il a réalisé que j’étais Abbath et il est venu me voir : « Oh, je suis désolé ! » [Rires] Et aussi, nous avons joué après eux ou l’inverse, et je l’ai croisé au bar, je lui ai parlé. Il n’était clairement pas de bonne humeur. Il était monté sur scène et, entre les chansons, il y avait des gens dans le public qui criaient « Immortal ». Après deux ou trois chansons, il en a eu marre, il a pris le micro, l’a jeté sur scène et est parti [rires]. De la même manière, ça a dû être un cauchemar pour Black Sabbath quand ils avaient Kiss en ouverture, de passer après Kiss dans les années 70 [petits rires].

J’ai entendu quelques nouvelles chansons du nouvel album de Darkthrone, il sonne vraiment bien ! J’aime la façon dont ils font ce lien, comme dans Circle The Wagons : tout d’un coup, tu as un riff à la AC/DC ou à la « Rock You Like A Hurricane », et ça fait totalement sens si tu comprends la démarche. Je veux dire, personne ne peut faire les choses comme Darkthrone. Ce sont de sacrés types ! Il faut vraiment que j’écoute le reste de leur nouvel album dès que possible, car c’est inspirant. Ça swingue ! Ça rocke ! Je me souviens quand j’ai eu A Blaze In The Northern Sky, j’étais là : « Bordel, wow ! » Et aussi le premier, Soulside Journey avec « Cromlech », et Under A Funeral Moon… Je trouve que Ted [Skjellum alias Nocturno Culto) a le chant le plus sinistre qui soit sur celui-ci. C’est peut-être le meilleur chant black de tous les temps qu’on trouve sur cet album. J’ai croisé Ted deux ou trois fois, un sacré mec. La première fois que je l’ai rencontré en personne, c’était au Wacken en 2004, il était là pour chanter quelques chansons de Darkthrone avec Satyricon. Mais tu sais, je suis sûr que tu as écouté bien plus de musique que moi. Je veux dire que c’est un sacré boulot d’écouter toute cette musique, c’est dur. Toutes les merdes que tu dois te coltiner… [Rires]

[Son fils arrive] Mon fils ! Il est en train de faire un nouvel album. Lui et ses amis sont de super compositeurs. Il est très influencé par le groupe et des groupes comme Queens Of The Stone Age, il adore ces conneries. C’est pas mal. Quand il me joue des trucs, je trouve ça super. Et Dave Grohl, wow ! Il a fait l’une des meilleures chansons de Motörhead que j’ai jamais écoutées, « Shake Your Blood ». Il l’a faite avec son projet parallèle, Probot. A chaque fois que j’entends ça, je me dis : « Putain de merde ! C’est ça le rock ! » C’est ça que ça devrait être. Ce n’est pas comme entrer dans un bar country ennuyeux. C’est du rock qui déchire et botte les culs avec des bonasses qui crachent du feu [rires]. Gene Simmons ne m’a pas encore intenté de procès parce que je crachais du feu ou parce que j’utilise du maquillage, mais il a bien essayé d’intenter un procès à King Diamond pour son maquillage [petits rires]. Enfin, tout le monde est inspiré par quelqu’un. Il y a plein de nouveaux talents aujourd’hui, de toutes sortes. Même si ce n’est pas ton style de musique, tu entends ça et tu te dis : « D’accord, quelque chose d’intéressant a été apporté à la scène. » On ne sait jamais. Par exemple, quelqu’un m’a présenté ces chanteuses suédoises venant de… des chanteuses suédoises venant de Suède [rires]. Ça s’appelle First Aid Kit. J’aime beaucoup certaines de leurs chansons, c’est très bon ! J’adorerais aller au Hellfest cette année. Ce festival est vraiment devenu énorme… Mais ce n’est pas là où je veux en venir. Tu ne devrais pas me laisser parler tout le temps ! C’est quelque chose que j’essaye d’apprendre en interview : savoir m’expliquer sans commencer à parler et tout d’un coup me retrouver totalement ailleurs, sans qu’on m’ait posé de question ! »

Photo : Francisco Munoz.



Laisser un commentaire

  • « Dave Lombardo Il a passé la soixantaine »
    XD Il va avoir 55 ans ce weekend… Le pauvre.
    (encore un coup de Fred ça !)

    [Reply]

  • il est comme il est ce sacré Abbath . Il dit tout ce qui lui traverse l’esprit sans filtre . Sincérité et honnêteté à l’état pur. ça change des discours à la con hyper-formatés qui pullulent partout.
    Bravo à ce moulin à paroles qui n’arrête pas de tourner .

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3