ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Joyeux Anniversaire à Riverside


Cela fait déjà 10 ans que les polonais de Riverside nous propose un metal progressif de haute volée. La tournée « 10th Anniversary Tour », qui passe par le Nouveau Casino de Paris est donc une belle occasion de fêter avec eux cet anniversaire qui en appelle d’autres, tant le combo parvient à conserver un haut niveau de qualité tout en se renouvelant.

Artistes : RiversideTides From Nebula
Lieu : Paris (France)
Salle : Nouveau Casino
Date : 13 Mai 2011

Photos : Julien Perez

Mais avant de communier avec Mariusz Duda et ses amis, c’est Tides from Nebula qui envahit la scène dès 19 heures, devant une salle qui se rempli tranquillement. Le choix toujours cornélien de la première partie est ici plutôt judicieux puisque les quatre polonais officient dans un registre proche de celui de leurs aînés. Néanmoins, si Riverside est autant apprécié pour ses mélodies que par la voix intense de Mariusz Duda, Tides from Nebula a fait le choix osé de se passer de chanteur. Le groupe ne ménage pas ses efforts pour défendre son deuxième album, malgré l’espace réduit de la scène (la batterie et les claviers imposants de Riverside monopolisent tout le fond et un côté de la scène).

Hélas, malgré la qualité et l’efficacité de ses  compositions, on ne peut s’empêcher de penser que quelques paroles enrichiraient encore la  musique de ces nouveaux talents. Le show s’essouffle donc sur la longueur, d’autant que le  groupe communique peu. Malgré ce point assumé par le combo, la prestation d’une trentaine de minutes a le mérite de mettre le public dans de bonnes dispositions pour avaler avec gloutonnerie la suite de la soirée. Après un final qui voit ses deux guitaristes descendre dans la fosse pour jouer au milieu d’un public attentif et enjoué, Tides from Nebula se retire sous les honneurs.

Les 10 ans de Riverside

Quelques minutes pour changer de plateau et les lumières s’éteignent à nouveau. La scène est balayée de spots rouges et bleus, le public maintenant important attend de voir apparaître les génies polonais qui… n’arrivent pas ! Après de longues minutes de patience et de protestations, Riverside daigne enfin monter sur scène. Les musiciens se montrent appliqués sur leurs instruments et visiblement contents de jouer devant un public sans cesse plus fourni après dix ans de dur labeur. « Beyond The Eyelids » ouvre de fort belle manière ce concert qui va s’avérer captivant et intense de bout en bout. Si l’on pouvait craindre à juste titre que le son ne rende pas justice à la sensibilité de la guitare ou à la qualité de la voix de  Mariusz Duda, ces craintes sont immédiatement écartées, présageant d’un show de très bonne qualité. Le choix des chansons est particulièrement judicieux et pioche de manière équitable dans tous les albums. Et Riverside n’arrive pas les mains vides !

Pour marquer le coup de ce dixième anniversaire, le groupe sortira le 20 juin prochain un mini album, Memories In My Head », clin d’œil au titre « Voices In My Head » présent sur le premier album.  Peut-être un moyen de boucler efficacement une première décennie qui a vu le groupe s’imposer progressivement (il a attiré près de 20 000 fans sur sa dernière tournée). Deux titres, « Living In The Past » puis « Forgotten Land » (d’ailleurs choisi pour illustrer le jeu vidéo The Witcher 2) sont ainsi présentés ce soir et force est de constater que la marque de fabrique Riverside est toujours présente et irrésistible. Chaque musicien exécute sa partition avec une précision et une facilité déconcertantes. Piotr Gurdzinski semble habité sur chacun de ses soli et Piotr Kozieradski nous éblouit par ses qualités de batteur. L’intimiste « Conceiving You » côtoie le groovy « 02 Panic Room » et les épiques « Reality Dream » pour le plus grand bonheur des fans attentifs et complètement immergés dans ce concert unique.

Une prestation intense

Alors certes, les esprits chagrins objecteront que la communication avec le public pourrait être meilleure. Il est vrai que plusieurs titres s’enchaînent sans temps mort et que quelques secondes pour souffler ne seraient pas de trop pour savourer pleinement chaque compo. « Left Out » donne tout de même l’occasion à Mariusz Duda de jouer un peu avec le public en le faisant chanter, et enfin, le massif « Second Life Syndrome » voit le groupe se lâcher plus franchement en revisitant très largement le titre. Le temps passe à une vitesse folle et il est déjà temps de réclamer à plein poumons le retour du groupe sur scène pour un rappel. Nous sommes exaucés avec le nouveau titre « Forgotten Land » et « Reality Dream II ». Après un nouveau départ que l’on pense définitif, le combo revient à nouveau pour cette fois marquer la fin du concert par le bien nommé « The Curtain Falls ». Chaque musicien quitte alors la scène l’un après l’autre.

Bon anniversaire messieurs

Riverside met donc un terme à ses dix premières années d’existence de manière magistrale. Le groupe est apparu plus affuté que jamais et présage encore de beaux moments de musique pour tous ses fans. Que les dix prochaines lui permettent d’avoir la renommée de Dream Theater ou de Porcupine tree, c’est tout le mal qu’on peut leur souhaiter.

Setlist :

Beyond The Eyelids
Out Of Myself
Reality Dream III
Egoist Hedonist
Living In The Past
Conceiving You
Ultimate Trip
Left Out
Loose Heart
02 Panic Room
Second Life Syndrome

Rappels :
Forgotten Land
Reality Dream II

Rappel 2 :
The Curtain Falls



Laisser un commentaire

  • Je ne pensais pas que mon report serait perçu comme ça, merci pour la remarque, je vais pouvoir préciser !
    Ca tient au style musical de Riverside en fait. Ils alternent les ballades soft (« conceiving you », « left out » pour une bonne partie) et les titres plus punchy (« egoist hedonist… »). Il y avait aussi 2 titres tout nouveaux sur lesquels on avait forcément un peu de mal à réagir, surtout pour des titres prog qui sont peu prévisibles.
    Au final, c’est vrai qu’il n’était pas toujours simple de headbanguer, mais c’était pas aseptisé pour autant !!!
    Après, la musique de Riverside reste très « émotionnelle » (si ca veut dire quelque chose)et se savoure sans pour autant sauter de partout ! 🙂

    [Reply]

  • Perso, raconté comme ça, ça à pas l’air de bouger beaucoup votre concert! j’ai même l’impression que t’as assisté à un opéra… :°

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3