ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Jupiter n’est pas si loin


High Hopes a déjà volé la vedette à Anarchy-x. Pas d’ambiguïté sur ce sujet. Spaceman et Metalo manquant de compétences et de savoir-faire, le Duc et moi avons en conséquence décidé de crier haut et fort notre supériorité même si, évidemment, tous nos auditeurs se sont déjà rendus compte de nos qualités intrinsèques. Oui c’est avec un plaisir non dissimulé que nous marchons pendant deux heures sur les plates-bandes d’Anarchy-x en animant toujours à deux – quand le Duc sera absent, comme ce mercredi 2 juin, il sera généralement remplacé – et en menant des interviews qui, elles, sont vraiment dignes d’intérêt. Il était de mon devoir de rappeler cette vérité ici.

Ce mercredi c’est d’ailleurs le groupe français We Are Jupiter qui aura la lourde tâche de répondre aux questions de Radio Metal dans High Hopes. Avec son deuxième ep éponyme, le trio propose une musique alambiquée, difficile d’accès, et qui met en avant des influences diverses et variées. Sur son MySpace la formation se définit elle-même comme « une éponge avec une grande personnalité ». Mais si vous voulez vraiment une étiquette, vous avez qu’à vous dire que c’est du prog !

Marceau, chanteur/bassiste de We Are Jupiter, passera nos tests psychologiques ce mercredi en direct à 20h30. Et ça c’est uniquement sur l’antenne de Radio Metal.

EDIT : Réécoutez l’interview :

EDIT : Retranscription : Pour ceux qui ne vous connaissent pas forcément, peux-tu nous présenter We Are Jupiter ?

Marceau (basse) : Je suis Marceau, bassiste chanteur du projet que je partage avec Pierre à la guitare et Nico à la batterie. On travaille ensemble depuis 2006. Avant notre EP éponyme, on en a sorti un autre, You Are Here, en 2008.

Avez-vous eu de bons retours sur ce premier EP ? Avez-vous réussi à vous faire chroniquer ?

Dans l’ensemble, on a plutôt de bons retours, sans prétention aucune, mais pas beaucoup de demandes. Beaucoup de gens sont emballés par notre musique sans cela déplace les foules. Nous sommes surtout suivis par les initiés de musique un peu difficile à écouter et à comprendre. Enfin, pas pour moi vu que je la fais.

Parce que c’est toi qui la fait de A à Z la musique ? Tu es le seul compositeur du groupe ?

Non ! J’écris la musique et les arrangements avec Pierre, puis on monte les titres avec Nico en local de répétition.

Et derrière tu mixes, c’est cela ?

Tout à fait.

On parlait de retour car les médias sur Internet ne tarissent pas d’éloges sur vous. Commencez-vous à prendre la grosse tête ? (rires)

D’ailleurs, je me demande pourquoi je te parle, je crois que je vais raccrocher (rires). Non mais au point où on en est, il n’y a pas de raison d’attraper la grosse tête. On fait cela par simple amour de l’art, c’est une démarche sincère. Quand quelqu’un aime notre musique, cela nous touche bien sûr mais on ne prend pas cela pour nous non plus. Ce n’est pas comme si tu venais me dire que tu me trouvais super beau (rires)!

En même temps, tu disais que vous touchiez un public d’initiés mais ces médias Internet ne le sont pas forcément. Vous arrivez donc à toucher différents publics…

C’est vrai. Je dirais que cela vient du fait que l’on a pas mal d’influences. Franchement, à nous 3, on peut remplir une très grosse discothèque de tout ce qui nous a influencé. En plus, on a des influences assez différentes. Je crois que le cocktail prog’ à la King Crimson, mixé à du Meshuggah, cela touche pas mal de monde dans le public des initiés.

Est-ce que vous écoutez tous les trois cette scène prog’ qui tente des choses auquel on peut clairement sentir l’influence dans votre musique ?

Non, pas vraiment. C’est assez éclectique. En fait, j’aurais beaucoup de mal à faire une liste exhaustive de ce que l’on écoute. Tous les 3, on s’est vraiment trouvé une influence commune pour King Crimson et Meshuggah, Oceansize qui se ressent moins dans notre musique mais qui a vraiment beaucoup compté pour moi. Il y a Tool aussi bien évidemment ! Après ce côté Meshuggah arrive plus pour une certaine attirance vers les rythmes asymétriques et des riffs complexes mais ce n’est pas non plus l’influence première. Je situerai plus à cette place King Crimson dont la liberté d’expression nous a beaucoup inspiré.

Quelles sont vos grosses influences progressives car on en ressent quelques unes sans réellement pouvoir les définir tellement elles sont bien digérées et mélangées au reste ?

Pour les influences prog’, je dirais que c’est surtout moi qui les ai dans ce groupe. Principalement Yes et Genesis, enfin dans la scène prog’ des années 70. Dans les groupes actuels, je n’en connais pas vraiment. J’ai été un gros fan de Dream Theater mais que je ne peux plus supporter depuis Train Of Thought. Avec Awake et Images & Words, ils ont fait un travail admirable. Depuis Train Of Thought, j’ai commencé à ne plus comprendre leur musique.

Au niveau des influences prog’ des années 70, est-ce que cela lorgne du côté des Pink Floyd, Aphrodite Child ou un peu plus jazzy avec Magma ?

Nico a écouté beaucoup Magma mais moi, jamais. Je n’ai pas cité Pink Floyd mais il est clair que c’est une grosse influence auquel on se retrouve tous les 3.

Pour terminer cet entretien avec le processus de composition. Etant donné que vous proposez une musique aux multiples influences, est-ce que le fait de proposer des titres longs s’impose dans le processus ?

Franchement, par rapport à cela, pendant la composition, on ne se pose pas de questions. Je pense qu’étant donné que l’on a pas mal écouté de musiques compliquées, on a tendance à composer des mesures un peu complexe de façon naturelle. On s’est fait pervertir le cerveau tout ce qu’on a pu écouter. Par contre, dans la nouvelle session de composition que l’on est en train de faire, il y a des morceaux relativement courts qui se sont présentés à nous comme cela. Si un jour, on a la possibilité de composer un titre de 25 minutes, on le fera parce qu’on s’en fout (rires)!

Donc vous planchez de nouvelles compositions. Avez-vous un objectif quant à celles-ci ? Un nouvel EP ? Quelque chose de plus expérimental ?

Il y a un peu plus de morceaux cette fois. On est donc sur un album en ce moment. Pour le moment, on a une dizaine de titres, on va encore en composer, faire des sélections et changer des trucs. Au niveau de la sortie, cela sortira quand cela sortira dans un format qui servira de format (rires)!

J’ai cru voir que vous seriez à la recherche d’un manager, c’est cela ?

En effet. On ne serait pas contre de se faire manager ou d’avoir un label. Ce serait intéressant de travailler avec une personne extérieure au groupe qui puisse promouvoir notre musique de façon plus sérieuse car on a un peu de mal à gérer tout cela. Et puis, je me vois mal en tant que musicien dire aux gens pourquoi ils devraient nous écouter. C’est « contre-nature ».

Une dernière question: avez-vous des concerts prévus en ce moment ?

Non. On est programmés nulle part actuellement.

Entretien conduit par Doc’ et Fox.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Rob Zombie @ Hellfest
    Slider
  • 1/3