ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

KALISIA : « Un prochain album d’ici 2050 semble être dans le domaine du possible »


Le retour sur scène d’un groupe est toujours un grand moment, surtout quand celui-ci a passé 14 ans sous le radar. Après un temps de gestation que n’aurait pas renié une certaine rose, Kalisia est remonté sur les planches pour la première fois lors du Hellfest pour défendre son concept album Cybion, longue piste death progressive d’1 heure, 11 minutes et 11 secondes.

Il faut dire que pouvoir défendre pour la première fois son premier album dans un festival tel que le Hellfest n’est pas chose commune et votre serviteur se devait d’être là pour couvrir l’événement. Vous pouvez donc imaginer qu’en croisant Brett Caldas-Lima sur le site, il était impossible de ne pas lui demander son impression sur le show du matin. Le Languedocien a accepté de se prêter au jeu au jeu de l’interview improvisée, sacrifiant le concert de Sadist au profit de cet entretien « sans filet » où il nous parle des sueurs froides que lui a causé l’absence de batteur un mois avant le show, de ses impressions sur ce concert, de l’album ou de ses temps forts sur le festival.

« Anthony (batterie) a débarqué. (…) La collaboration s’est mise en place très rapidement. Le temps ne nous laissait de toute façon pas le choix car ça s’est passé il y a un mois environ. »

Radio Metal : Bonjour Brett, dans un premier temps j’aimerais connaître tes impressions sur le show de ce matin. Si je ne m’abuse, il s’agit du premier que vous ayez donné en 13 ans. C’était un grand moment pour vous je suppose…

Brett Caldas-Lima : Un grand moment pour nous, c’est sûr. Pour le public, je ne sais pas. Pour nous c’était un retour. Après 13 ans d’absence sur scène on s’est un peu fait oublier. On a travaillé sur notre concept album, ça nous a pris beaucoup d’énergie, de temps, d’argent aussi et là on est vraiment heureux de faire notre retour – au Hellfest qui plus est. D’un certain côté, c’est surprenant de redémarrer dans un festival comme celui-ci et on espère pouvoir faire le même l’an prochain.

Vous voulez revenir l’année prochaine ?

Si on nous propose de revenir, ce sera avec plaisir (rires).

Depuis la foule, le public était très chaud ce matin. Avez-vous eu le même ressenti sur scène ?

C’est difficile à dire pour nous. Notre système de hear-monitoring fait qu’on entend moins bien le public que si nous n’avions rien dans les oreilles. Je voyais des sourires, des bras levés, des gens qui chantaient. Pour nous, c’était déjà énorme. Quand on a eu terminé de jouer, on a pu voir que les gens répondaient bien. Après, c’est difficile de comparer cet accueil avec d’autres prestations que nous avons pu voir. Mais des gens sont venus nous rencontrer après le concert. Certains nous connaissaient, d’autres non, mais tous semblaient enthousiastes et ça nous a vraiment fait chaud au cœur.

Cybion est sorti il y a plus d’un an et demi, pourquoi avoir attendu si longtemps avant de remonter sur les planches ?

Cybion a été un accouchement tellement douloureux que lorsqu’il est sorti, j’ai tout lâché. Je me disais « l’album est sorti, c’est fait, je ne veux plus en entendre parler ». J’avais besoin de souffler : cet album a été une grosse pression sur mes épaules pendant plus de 10 ans. Une fois le « bébé sorti » j’ai voulu prendre du temps pour moi. Il faut aussi savoir qu’on ne nous a pas proposé grand-chose. A l’époque, nous n’avions pas de batteur : nous nous étions séparés de Laurent Bendahan avant la sortie de l’album. Ceci n’a pas facilité les choses, car chercher des concerts sans avoir de batteur et sans savoir si on en trouverait un est vraiment compliqué. La recherche du remplaçant a été vraiment compliquée et il faut savoir que lorsqu’on a appris que nous jouions au Hellfest, nous n’avions toujours personne pour s’occuper de la batterie. Nous étions censés travailler avec Arnaud Gorbaty, le batteur d’Alkemyst, mais on a dû abandonner la collaboration car elle nous coûtait trop cher. Non pas qu’il nous prenait de l’argent, Arnaud est vraiment un mec super, mais le faire venir aux répétitions et au Hellfest nous entraînait un surcoût d’environ 1000€ et nos finances ne nous l’autorisent pas. Puis Anthony a débarqué. Il est de Montpellier, excellent techniquement, super motivé. La collaboration s’est mise en place très rapidement. Le temps ne nous laissait de toute façon pas le choix car ça s’est passé il y a un mois environ. Il faut d’ailleurs savoir que c’est le premier concert de sa vie.

« [A propos du prochain album] Je ne promets rien mais 2050 semble être une échéance réaliste »

A part le batteur, le line-up live est-il le même que le line-up studio ?

Plus ou moins. Ils ont tous participé à l’album d’une manière ou d’une autre : Laurent est le claviériste d’origine, idem pour Thibaut à la basse. Bien entendu, je fais aussi parti du line-up de l’album. Elodie est aussi la chanteuse de Cybion. Par contre, sur scène, elle soutient aussi Laurent au clavier car il y a beaucoup de parties à jouer. Bruno, le guitariste qui double aussi mes parties de chant sur scène, a fait un solo sur l’album. C’est un ami de longue date, on se connaît depuis 15 ans. On jouait ensemble dans Fairlight avant. Quand Loïc, le guitariste de l’album, a décidé de partir on a tout de suite pensé à le remplacer par Brun’s. Donc hormis Anthony, tous les musiciens ont participé à l’album même si Brun’s y était en temps que guest. Maintenant il fait partie intégrante du groupe.

Pendant le show, tu donnais l’impression de faire le mix depuis la scène. Est-ce vraiment le cas ?

En temps normal, non. J’ai mis au point un système un peu expérimental où ce que l’on donne en façade est déjà pré-travaillé. On envoie 20 pistes à l’ingé son et lui à juste à mettre tous les volumes à 0, faire gauche-droite sur ce qui doit faire gauche-droite et le son doit déjà être équilibré. Ce matin, on a eu un problème sur certaines pistes qui ne passaient pas. L’heure tournait et le problème demeurait donc on a dû passer au plan B. On a envoyé une simple sortie stéréo en façade. Il avait certains éléments qui fonctionnaient, comme la basse, le chant et la batterie mais n’avait pas de contrôle sur les guitares et les claviers. Le mix était censé être déjà fait pour ces éléments et apparemment, l’ingé son a vraiment assuré et a sauvé les meubles. Je suis d’ailleurs assez dégoûté, je n’ai pas eu le temps d’aller le remercier et je ne sais pas si je pourrais le retrouver. Après, concernant le moment où je manipulais des boutons sur scène, il s’agissait de nos retours. On a une table de mixage au milieu de la scène avec chacun notre ligne et on gère nous-mêmes ce que l’on entend dans nos oreilles. Typiquement, je veux plus de grosse caisse, j’augmente la grosse caisse sur ma ligne.

Concernant la playlist, on peut supposer que la penser pour un concert d’une demi-heure alors que l’album à défendre ne contient qu’une piste dépassant l’heure n’a pas été chose aisée. Comment l’avez-vous abordée ?

On savait qu’on ne pourrait pas jouer Cybion en entier car pour ça il nous faudrait un temps de jeu d’au moins une heure et quart. Pour un groupe comme nous, à moins de faire des petits concerts en tête d’affiche, c’est impossible. C’est prévu pour plus tard mais nous savions qu’un passage dans un festival tel que celui-ci ne nous le permettrait pas. On a donc décidé de jouer deux parties de Cybion et d’intégrer un morceau de Skies au milieu pour faire plaisir aux vieux fans. On a dépassé un peu le temps : la setlist durait environ 33 minutes. On a donc négocié pour commencer un peu plus tôt. Sur ce point ils ont été cool et nous ont laissés commencer 3 minutes en avance. Mais étant donné que nous n’avons que des morceaux longs, il a été compliqué de monter cette setlist sur un temps aussi court. Après, concernant l’intégration d’un titre de la première démo, ce n’est pas forcément un choix évident. Cependant, comme les gens qui ont acheté le CD ont pu profiter de sa version remasterisée en bonus, je pense que le morceau n’a pas été aussi dur à accueillir qu’un morceau que personne ne connaîtrait.

Arch Enemy est aussi présent sur le festival. As-tu essayé de contacter Angela pour qu’elle vienne jouer sur scène le titre auquel elle a participé ?

Non car sur une demi-heure de set, on ne va pas s’amuser à jouer une reprise. De plus, je pense que même si je lui avais demandé de venir jouer à 11h du matin avec Kalisia, elle aurait refusé. Pour être tout à fait honnête je pense que je n’aurais pas osé demander. On est déjà super content qu’elle ait chanté sur la reprise. On s’en contente pour l’instant.

« J’ai aussi regardé une partie du set de Mass Hysteria (…) mais je ne suis pas rentré dedans. (…) J’avais l’impression que Mouss passait presque autant de temps à parler qu’à chanter – qui plus est pour dire quelques âneries »

Est-ce que tu as eu des retours des artistes ayant collaboré sur l’album ?

Ils l’ont tous reçu. Arjen Lucassen m’a dit avoir eu du mal à l’écouter à cause de la voix death – chose qu’il m’a dit mal supporter. Je ne me souviens pas si Angela à dit quelque chose de particulier. La plupart se sont contentés de remerciements polis. Je sais que quelques-uns ont vraiment pris le temps d’écouter. Pour les autres, entre leurs groupes et leurs vies privées, je comprends qu’ils aient autre chose à faire. On ne va pas les blâmer pour ça, d’autant que le fait qu’ils aient accepté de participer est déjà assez énorme.

Est-ce que l’on peut espérer un prochain album avant disons… 2050 ?

2050… hmmm… Ca doit être envisageable. Disons que c’est dans le domaine du possible (rires). Je ne promets rien mais 2050 semble être une échéance réaliste. (rires).

Tu me disais en aparté que tu étais arrivé au festival dès le premier jour. As-tu pu profiter des concerts ? Certains t’ont-surpris ou déçu ?

Je n’ai malheureusement pas vu beaucoup de concerts.  J’ai beaucoup apprécié les concerts de Loudblast, Ihsahn, Infectious Grooves – qui jouait d’ailleurs en même temps que Loudblast, m’obligeant à courir entre les deux scènes pour avoir le maximum de chacun des concerts – et Necrophagist. J’ai aussi regardé une partie du set de Mass Hysteria qui m’a un peu déçu. Je les avais déjà vu il y a quelques temps en première partie de Metallica, je me suis dit « je vais y retourner, ça va être sympa » mais je ne suis pas rentré dedans. La faute est grandement imputable aux speechs entre les morceaux. J’avais l’impression que Mouss passait presque autant de temps à parler qu’à chanter – qui plus est pour dire quelques âneries. Dire qu’au Hellfest cette année il n’y avait que Mass Hysteria et Loudblast pour représenter la France relève d’une certaine carence en renseignements.  C’est pas spécialement cool pour les groupes comme nous, Vulcain, Blaspheme, Gorod, Tamtrum, Otargos. Il a dit après qu’il n’écoutait pas de black metal, mais Vulcain est, à mon sens, un grand groupe et il évolue à des années lumières du black. Je sais que ce n’est pas méchant, mais des fois je pense qu’il faudrait qu’il s’arrête de parler et qu’il joue car la musique est excellente, il a une voix vraiment géniale et il est vraiment doué pour mettre l’ambiance.

Quant aux groupes attendus ?

Ben écoute, là je suis en train de rater Sadist, donc je te remercie (rires). Je vais courir pour aller attraper la fin. Sinon Nevermore, Annihilator. Peut-être Carcass, mais on les avait déjà vu en 1993, à l’époque de Heartwork. Je les ai revus il y a deux ans au Hellfest mais ils m’ont un petit peu déçu. C’était trop propre et j’avais plus l’impression de voir Arch Enemy. J’ai trouvé que le charme rock n’roll assez crado avait disparu. Je pense que ça vient du jeu de batterie car le batteur est trop propre et précis dans son jeu. Pour le reste, j’essaierais de jeter un œil sur Immortal, Twisted Sister, Alice Cooper que je ne veux absolument pas manquer tant ses shows sont monstrueux, Fields Of The Naphilim. J’essaierais aussi de capter Devin Townsend demain. J’ai fait le son pour lui sur sa dernière tournée américaine avec Cynic et Between The Buried And Me. J’ai pu croiser BTBAM en vitesse hier et j’espère qu’on pourra bavasser. De toute façon, c’est sûr, je ne raterais pas une minute de son show.

Interview réalisée le 19 juin 2010 à Clisson, au Hellfest.
Myspace KALISIA : www.myspace.com/kalisia



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3