ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Kayser : un alliage fait pour durer


Christian Sjöstrand, alias Spice, avait pris son monde par surprise en 2006 en sortant Frame The World… Hang It On The Wall avec son groupe Kayser. Un album où l’ex-Spiritual Beggars partait se ressourcer dans un power thrash aux riffs à se damner, mais fusionné avec son sens mélodique et ses affinités pour les musiques stoner. Une formule détonante qui a tout de suite placé le combo au-dessus du lot. Puis quelques années sont passés, ceux qui se sont délectés de ce second album ont commencé à s’inquiéter, voyant le chanteur revenir avec deux albums successifs dans le stoner qu’on lui connait (Spice And The RJ Band et Band Of Spice), semblant avoir mis de côté Kayser. Mais il n’en est rien, Kayser est bel et bien de retour cette année avec Read Your Enemy, son troisième album. Même s’il n’égale pas son imposant prédécesseur, pas question de passer cette sortie sous silence. On a pris notre téléphone pour joindre Spice et le questionner sur le sujet.

« Ça a beaucoup à voir avec notre précédente maison de disque, des questions politiques et des merdes dans le genre », explique-t-il pour donner la raison des sept ans d’écart entre Read Your Enemy et son prédécesseur. Il poursuit : « Il a fallu que nous changions notre contrat avec notre précédente maison de disques avant de pouvoir sortir celui-ci chez Listenable Records. » « Mais nous sommes de retour pour de bon maintenant ! », rassure-t-il en ajoutant « nous avons déjà commencé à écrire de nouvelles chansons. »

« Tu dois échapper à ton ennemi pour poursuivre ton chemin dans la vie, pour éviter certains [faux] pas dans la vie. Sois conscient de ton ennemi, ne l’ignore pas ! »

Bonne nouvelle, mais revenons un peu à la musique pratiquée par le groupe. Comment Spice, qui a fait sa réputation dans des pointures du stoner comme Mushroom River Band et surtout Spiritual Beggars, en est-il finalement arrivé à s’exprimer dans une musique plus foncièrement thrash, surprenant quelque peu ceux qui l’avaient suivi jusque-là ? « A l’époque, dans les années 80 », raconte-t-il, « lorsque j’ai commencé à jouer, j’ai commencé en jouant du thrash, des trucs à la Slayer et Megadeth. C’est donc comme un retour à mes sources, d’une certaine façon. » Mais tout ça, en fin de compte, ce ne sont plus ou moins que des variantes de la même chose. Car lorsqu’on lui demande si cela fait une différence pour lui de chanter du thrash par rapport à son registre stoner habituel, il répond : « Pas vraiment ! C’est du heavy metal, tu sais. C’est du rock’n’roll ! » Spice a formé ses goûts en brassant les genres, sans trop se soucier des étiquettes. « Ouais, grosso modo j’ai grandi en écoutant Slayer, Metallica, Megadeth, et Back Sabbath dans les années 1970, j’ai donc tout ça en moi », avoue-t-il. « Et tu peux clairement entendre ça sur une chanson comme ‘Almost Home’ sur cet album, c’est comme une fusion entre Black Sabbath, Rainbow et Slayer. J’ai toujours aimé les musiques hard avec une mélodie forte… C’est ce que j’aime ! » Cela veut-il dire que l’agression, le groove et la mélodie, que Kayser sait si bien associer, sont les trois ingrédients-clé à un bon album de metal ? « Oui ! » répond-t-il catégorique dans un premier temps, avant toutefois de se reprendre : « Ça n’est pas obligatoire, comme pour Reign In Blood, on n’y entend pas beaucoup de mélodies, mais c’est un putain de bon album ! Donc, en fait ça dépend, il n’y a pas de règle. »

Dans la mesure où Read Your Enemy, album plutôt agressif, succède à deux albums stoner rock de son groupe solo, Spice aurait-il eu de la colère à évacuer ? « Je pense que nous avons tous de l’agression en nous qui a besoin de sortir d’une manière ou d’une autre » affirme-t-il. « Ouais, avec Band Of Spice, j’ai tendance à aller vers mon côté le plus calme, et ensuite avec Kayser du côté de l’agression que j’ai en moi. C’est donc une bonne chose [pour moi de pouvoir exprimer ces deux opposés] ! » Mais alors, qu’est-ce qui met le chanteur en colère au point d’avoir besoin de l’exprimer dans un groupe tel que Kayser ? Il semblerait qu’une bonne partie des thématiques soient dirigées contre les religions et le fondamentalisme religieux. « Ce n’est qu’une chanson ou deux sur l’album, je crois » rétorque-t-il, « Mais… Je déteste tous ces –ismes, comme le fascisme, le communisme, et tu peux en trouver plein d’autres comme ça sans t’arrêter. Je pense que, ce que je veux dire dans les paroles, c’est qu’il faut que tu cherches par toi-même et ne pas suivre. […] Tu dois échapper à ton ennemi pour poursuivre ton chemin dans la vie, pour éviter certains [faux] pas dans la vie. Sois conscient de ton ennemi, ne l’ignore pas ! »

« Ce n’est pas comme ce qu’on faisait dans Spiritual Beggars. […] Ce n’est pas évident de le faire à l’ancienne manière avec ce type de musique. »

On se souvient d’une déclaration à l’époque de la sortie de son album éponyme avec Band Of Spice, où le chanteur affirmait en avoir ras-le-bol des enregistrements modernes et qu’il voulait revenir à la manière dont il enregistrait les albums au temps où il officiait au sein de Spiritual Beggars, à la façon « vieille école » en somme. Pourtant, aujourd’hui, ce nouvel album de Kayser donne l’impression d’une production très précise et carrée. « Eh bien, c’est l’opposé » dit-il en riant. « Ce n’est pas comme ce qu’on faisait dans Spiritual Beggars. […] Ce n’est pas évident de le faire à l’ancienne manière avec ce type de musique. » Mais, finalement, tout ceci n’est peut-être qu’un jeu d’alternance, puisqu’il nous indique : « En revanche, avec le nouvel album que j’ai fait avec Band Of Spice, c’est vraiment un retour aux fondamentaux. »

En parlant de Spiritual Beggars, on se souvient que ce n’était pas forcément en très bon termes qu’il était parti de la formation. Il a souvent expliqué que ce qui l’avait exaspéré, c’est que son apport au groupe n’était pas considéré à sa juste hauteur, que le guitariste Michael Amott se complaisait à s’approprier tous les crédits de ce qu’ils avaient en fin de compte construit ensemble. « Ouais, moi et Michael avons écrit 100% de la musique, une moitié chacun » explique-t-il. « Nous jammions ensemble et j’ai composé un sacré paquet pour Beggars, en fait. Comme la chanson qui s’appelle ‘Angel Of Betrayal’, c’est moi qui l’ai écrite. » En conséquence, pendant des années lui et Michael ne se sont pas parlé. On se souvient d’un « non » glacial lorsque nous avions demandé au guitariste en 2010 s’il avait songé à contacter Spice pour réintégrer le groupe avant de porter son choix sur le désormais ex-Firewind Apollo Papathanasio. Mais alors que Michael nous disait à l’époque ne lui avoir pas parlé depuis une dizaine d’années, les choses semblent s’être apaisées depuis. Car lorsque nous demandons à Spice si les deux musiciens sont toujours en froid, il répond : « Non, plus maintenant en fait. Nous avons recommencé à nous parler depuis quelque chose comme deux ans, donc, non. Aucun ressentiment. »

Un peu plus tôt Spice évoquait un nouvel album de Band Of Spice. « Ouais, on est en plein mixage d’un nouvel album » affirme-t-il. « Mais nous n’avons pas de maison de disques, il va donc falloir que nous en contactions quelques unes pour le sortir au printemps » Et ces chansons de Kayser qu’il disait également un peu plus tôt avoir commencé à composer ? « Pas encore de démo mais… (Rires) on a de la musique, ouais ! Quelques chansons. » Et alors, ça donne quoi ? « Ça sonne mal ! (Rires) » plaisante-t-il. « Non, ça sonne vraiment bien (Rires). »

Et pour finir le chanteur avoue espérer tourner avec Kayser vers la fin du printemps, et plaisante encore : « uniquement dans les régions glaciales ! Au pôle nord ! (Rires) Non, mais j’espère bien en Europe ! »

Interview réalisée par téléphone le 19 décembre 2013 par Metal’O Phil.
Questions et articles : Spaceman.
Retranscription : Judith.
Traduction : Spaceman.

Site internet officiel de Kayser : Kayser1.com

Album Read Your Enemy, sortie le 17 février 2014 chez Listenable Records



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3