ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Keep Of Kalessin, Vreid et Vredehammer : Invasion norvégienne au Divan du Monde


Ce soir, c’est un concert de prestige qui va se dérouler rue des Martyrs au Divan du Monde avec une partie de la crème de la scène extrême norvégienne. D’un côté Keep Of Kalessin qui jouit d’une belle réputation et de l’autre Vreid, groupe qu réunit une partie des membres de Windir, ancien patron de la scène black qui rappelons-le a cessé toute activité après la mort du chanteur Valfar en 2004. C’est donc un événement à ne rater sous aucun prétexte d’autant plus que les deux formations sont accompagnées par la jeune pépite du black metal norvégien, Vredehammer.

Né 2009 et fort de trois EPs, Vredehammer décide de rentrer dans la cour des grands, et pour cela quoi de plus concret que la création d’un album ? C’est donc en 2014 que le groupe nordique sort Vinteroffer, très bien reçu par le public et surtout par les médias qui mettent en avant les qualités musicales du jeune groupe.

Artistes : Keep Of KalessinVreidVredehammer
Date : 10 novembre 2015
Salle : Divan du Monde
Ville : Paris [75]

Vredehammer (Source : Facebook du groupe)

C’est le début de la soirée et le combo n’a que trente minutes pour convaincre. Ni impressionnés et encore moins peureux, c’est avec beaucoup d’assurance que les quatre musiciens commencent par un titre de ce premier album, « We Are The Sacrifice ». De grandes qualités ressortent des compos avec des membres dont on peut noter une sacrée maîtrise de leurs instruments et la capacité de mettre l’audience tout de suite dans son ambiance. Vraiment impressionnant ! Avec un son qui sort très bien des façades, les musiciens poursuivent leur set avec des morceaux de leur précédent EP, « Ursus » et « Mintaka ». Toujours dans la même veine, les riffs thrash sont intéressants et prouve que le groupe a puisé ses influences un peu partout dans la scène extrême. Sur le plan de la présence scénique, on aura pu noter des musiciens impressionnants de prestance, regardant plein d’aplomb un public franchement conquis. Un set classe pour une bonne claque.

Setlist :

Intro
We Are The Sacrifice
Ursus
Mintaka
Spawn Tyrant
Vinteroffer
Cthulhu

Vreid (Hellfest 2014)

Après ce très bon moment passé avec les gaillards de Vredehammer, place à Vreid. Ces derniers étaient passés à la même période l’année dernière pour le Sognametal où Vreid avait joué des morceaux des anciens groupes des membres, Ulcus et Windir. Le nom Sognametal était tiré du DVD sorti en 2005 qui rendait hommage à Valfar, ancien leader de Windir. Un an plus tard ils reviennent donc fouler les planches du Divan du Monde avec une setlist bien à eux – pas un seul morceau de Windir ou d’Ulcus cette fois (choix qui mérite malgré tout débat étant donné la qualité des compos de ces deux groupes !) – et surtout un nouvel opus à défendre, Sólverv. Toujours aussi souriants et enjoués, les Norvégiens démarrent par « Når Byane Brenn », nouveau morceau qui met en bouche le public. Pour faire plaisir aux adeptes les plus fidèles de la formation, « Raped By Light », extrait du premier album Kraft, vient mettre une touche old school dans la setlist avec ce morceau très proche musicalement de la période Windir. Sture, le leader du groupe, harangue la foule au moment de lancer le très dynamique « The Reap » avec son rythme un peu saccadé. Un hit qui fait mouche à chaque concert du combo.

Le Divan du Monde n’est pas plein à craquer ce soir mais l’ambiance est au beau fixe et la bière coule à foison pour cette belle moisson de groupes norvégiens. Le folklore continue avec le plus rapide « Disciplined », tiré du quatrième album Milorg. Une bonne variété de morceaux piochés un peu partout dans la discographie qui permet à tout le monde d’y trouver son compte. Le long « Geitaskadl » extrait du dernier album est un mélange de technique et de précision, très bien mixé avec des breaks à la batterie réussis. La voix de Sture est bien mise en avant grâce à un son de qualité. La composition du morceau éponyme de Sólverv reste dans une veine accrocheuse avec notamment une dernière partie intéressante et très juste rythmiquement. Enfin, pour finir en beauté, le culte « Pitch Black » clôt un set qui n’aura pas été loin de faire l’unanimité.

On fait bien les choses chez Vreid, un combo fidèle à son identité qui mélange à merveille folk/black metal à des rythmes rock’n’roll.

Setlist :

Når Byane Brenn
Raped By Light
Eldast, Utan å Gro
The Reap
Disciplined
Haust
Ætti Sitt Fjedl
Geitaskadl
Arche
Vaepna Lengsel
Sólverv
Pitch Black

Keep Of Kalessin (Source : Piet Goethals / Facebook du groupe)

Après un long (et bon) moment passé avec nos amis de Vreid, il est temps de voir comment ont évolué les compatriotes Keep Of Kalessin qui viennent défendre leur nouvel pépite, Epistemology, premier album depuis 2010 et le remarquable Reptilian. Le set démarre avec le morceau « Dark Divinity » où l’on retrouve dès les premières notes l’identité bien marquée du groupe avec une musique très rapide, vraiment extrême, mélangée à des mélodies de guitares savamment posées et notamment un joli solo au milieu du morceau. Une belle performance en terme de composition. L’enchaînement est réussi avec une deuxième nouveauté, « The Grand Design », où l’on constate le côté très aérien du groupe bien qu’un peu moins subtil que le précédent.

Un début de concert à l’effigie du nouvel opus car les deux prochains titres seront aussi des nouveaux morceaux. « Introspection » commence par des chants de messe suivis d’un micmac à la batterie et à la guitare où il faut être accroché pour comprendre toutes ses subtilités ! A contrario le refrain est très épique et nous embarque comme souvent chez Keep Of Kalessin dans le domaine de l’épqiue. Obsidian C., le leader des Norvégiens assure bien son rôle de frontman sur le volet de l’interprétation. Néanmoins son attitude paraît un peu convenue et le chanteur, à l’image de ses collègues, ne donnent pas forcément l’image de quelqu’un qui a véritablement envie d’en découdre. Comme si le fait de jouer en dernier donnait un « statut » supérieur aux membres du combo ? Nous n’irons pas jusque-là mais il est certain que le groupe a été beaucoup plus dynamique sur scène par le passé…

Côté setlist on revient un peu au fondamentaux en ce milieu de concert avec trois titres de Reptilian (« The Awakening », « Judgement » et « Dragon Iconography ») qui sont exécutés de belle manière. Des rythmes rapides, des parties de guitares techniques et des riffs thrash interviennent dans des compos à l’efficacité remarquable avec tous ces refrains plein de mélodie qui résument parfaitement l’identité des hommes de Trondheim. Les titres s’enchaînent les uns après les autres sans vraiment de coupure, ce qui rend le concert assez linéaire malgré quelques interactions avec le public. Autre regret, la superbe « The Divine Land » est coupée par le groupe qui ne finit pas le morceau ! Dommage car la fin était particulièrement attendue. Un rappel rapide avec le morceau « Ascendant » extrait de l’album Kolossus et le groupe nous dit déjà bye bye.

Vite fait bien fait, Keep Of Kalessin aura produit un concert de bonne qualité en ce qui concerne la musique. Pour autant le public paraît être un peu resté sur sa faim avec un groupe qui justement n’avait pas assez faim lui-même.

Setlist :

Intro
Dark Divinity
The Grand Design
Universal Core
Introspection
The Awakening
Judgement
Dragon Iconography
The Wealth Of Darkness
The Divine Land

Rappel :

Ascendant



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3