ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Khonsu – The Xun Protectorate


Khonsu - The Xun Protectorate« De quoi demain sera fait ? » Cette question existentielle qui touche tout un chacun découle vers une autre réflexion dans notre domaine, à savoir quelle sera la musique de demain ? Nombreux sont les artistes de tous bords à prétendre être en avance sur leur temps et à explorer une vision futuriste de la musique. La scène black metal norvégienne en est d’ailleurs le parfait exemple par l’approche avant-gardiste et l’influence majeure qu’elle a eu à travers le monde. Le groupe Khonsu, qui s’attribue carrément l’étiquette d’ « Innovative Extreme Metal » pour son deuxième album The Xun Protectorate, est donc sans surprise issu de cette même scène.

Que ce soit dans le domaine du cinéma ou de la musique, voire de la recherche, tous semblent s’accorder à dire que le monde de demain se situera dans l’espace. C’est donc cet univers qui est au cœur de ce The Xun Protectorate, dont le concept central est tourné autour d’évènements mystérieux se déroulant plusieurs siècles dans le futur dans une station spatiale sous forme de ville cosmique, comme l’illustre l’artwork signé du français Adrien Bousson. Ce décor intergalactique est peint dès le morceau introductif de l’album avec des claviers à la fois aériens et dans une atmosphère presque angoissante, résonnant légèrement trip-hop, et une voix extra-terrestre. « A Jhator Ascension » nous plonge alors au vif du sujet avec un son black industriel très carré, propre et froid, tout en présentant la structure progressive et percutante qui réside tout au long de l’album. S’alternent également vocaux extrêmes et chants clairs modulés, tantôt aux consonances new wave, tantôt incantatoires, et même quelques chants féminins en fin de l’album.

Les nappages de clavier sont particulièrement marquants, décrivant des ambiances distinctes, selon leur importance et mise en place. Les notes plus en retrait rappellent les atmosphères de Darkspace, et plus généralement celles de la scène black ambiant de cette dernière décennie qui traite également de thématiques spatiales. Des passages où le clavier se retrouve au premier plan, comme sur « The Observatory », quasi dansants, ou le très planant et entêtant « Death Of The Timekeeper », font même écho à la scène électro transe du début des années 90. Les riffs de guitares tantôt entraînants, tantôt évasifs appuient l’aspect très aérien de la mélodie, et font lever les yeux vers le ciel, comme parvient à le faire un Devin Townsend à travers ses compositions (« The Tragedy Of The Awakened One »).

En parallèle de cette mélodie volatile, l’action ne cesse de se précipiter à l’écoute de l’album, à travers des changements de rythmes qui déroulent les péripéties de la ville cosmique. Dans une densité et une richesse parfois poussée à outrance, à la limite de l’indigeste estimeront certains, on peut y voir comme un antagonisme entre la brutalité des blast beats, ainsi que ces guitares dissonantes et tranchantes, et les éléments et passages plus éthérés. En témoigne le furieux « Liberator » qui contraste après un « The Observatory » aux lignes vocales pop. Ou « Visions Of Nehaya » qui terrasse l’auditeur en moins de trois minutes, à l’opposé de « A Dream Of Earth » qui lui offre un lâcher prise et le transporte dans un univers planant et apaisant aux confins de la new age. L’album se conclue sur une pièce de douze minutes qui reprend l’ensemble des ingrédients, oscillant de la force à la légèreté, avant de s’achever sur l’épilogue instrumental au piano et nappes célestes.

The Xun Protectorate est un album complet, riche et complexe, et le groupe franchit un pas et va encore plus loin qu’Anomalia (2012). Le revers de la médaille est qu’il n’est pas en reste de certaines surenchères qui peuvent nécessiter un certain effort de la part de l’auditeur. Pour autant, on y retrouve des ingrédients familiers, l’approche « futuriste » revendiquée, mise en avant par l’ambivalence entre l’électronique et le metal extrême existe déjà chez des formations telles qu’Arcturus ou Aborym. Ce qui ne fait pas moins de The Xun Protectorate un opus fascinant qui ne manquera pas de séduire les adeptes de musique spatiale intense.

L’album en écoute intégrale :

Album The Xun Protectorate, sorti le 18 novembre 2016 via Jhator Recordings. Disponible à l’achat ici.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Kreator @ Grenoble
    Slider
  • 1/3