ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Killswitch Engage : le retour de Jesse Leach vu par Adam Dutkiewicz


Durant les années d’absence de Jesse Leach, Killswitch Engage a vécu et grandi. La popularité du groupe, son ambition et par conséquent ses exigences ont été revues à la hausse. Si Jesse Leach était le premier chanteur du groupe et bien qu’ils étaient restés en bons termes, cela n’en faisait pas non plus pour autant un candidat choisi d’office après le départ de Howard Jones, d’autant plus que ce sont des limites vocales qui avaient amené Jesse à quitter le groupe en premier lieu.

Des auditions ont donc bien eu lieu et Jesse a prouvé sa valeur.

Le guitariste Adam Dutkiewicz, interviewé il y a quelques semaines, s’est amusé à observer le comportement émerveillé et enfantin de Jesse, découvrant les expériences et le confort d’un groupe d’envergure.

« La principale raison de son départ, c’est qu’il avait de gros problèmes pour chanter. Il a eu beaucoup de soucis avec sa gorge. Mais aujourd’hui, il sait ce qu’il faut faire pour prendre soin de sa voix et rester en forme. »

Radio Metal : Après le départ d’Howard Jones, vous avez très rapidement annoncé le retour de Jesse Leach dans le groupe. J’allais dire qu’il semblerait que vous n’ayez jamais envisagé de faire passer des auditions, mais c’est pourtant le cas…

Adam Dutkiewicz (guitare) : C’est tout à fait le cas. On a juste fait très vite ! (rires) Nous avons testé un grand nombre de gens, et Jesse en faisait partie.

C’était donc le meilleur choix à vos yeux ? Il n’y avait pas d’autre option ?

Nous avions un peu peur de la façon dont sa voix sonnerait sur les chansons d’Howard. C’est pour ça qu’on lui a fait passer l’audition. Mais une fois qu’on a joué les chansons avec lui, on a su que ça allait bien se passer.

Le ressenti est-il le même qu’à l’époque concernant le processus d’écriture avec Jesse ?

Pour ce qui est de l’écriture, le ressenti est le même. C’est au niveau de la représentation que c’est différent. La principale raison de son départ, c’est qu’il avait de gros problèmes pour chanter. Il a eu beaucoup de soucis avec sa gorge. Mais aujourd’hui il sait ce qu’il faut faire pour prendre soin de sa voix et rester en forme.

Quel a été l’impact du retour de Jesse sur ce nouvel album ? Cela vous a-t-il encouragés à revenir aux sources ?

Pas du tout. En fait, nous avons écrit la plus grande partie du matériel avant même qu’il rejoigne le groupe, pendant qu’Howard était encore là. Le voir revenir dans le groupe a rajouté une petite étincelle. Maintenant, il y a le nouveau pour dire : « Ouiiiiiiiiiii, je suis dans un groupe ! »

Il est vraiment comme ça, avec cette voix de petite fille ?!

Un peu, oui ! Ça se voit surtout en tournée, il découvre tout avec de grands yeux. Nous, on a vu le monde, on se dit : « Ouais, on est déjà passés par là… » Et lui, il est plus : « Waouh, on est où ?! » Même si c’est notre ancien chanteur, c’est nouveau pour lui. Il découvre beaucoup de choses qu’il n’a jamais faites.

Vous avez joué l’album Alive Or Just Breathing dans sa totalité à l’occasion de son dixième anniversaire. J’imagine que l’idée est venue du fait que le chanteur qui officiait sur cet album est revenu dans le groupe, mais était-ce la sienne ou la vôtre ?

L’idée nous est simplement venue de jouer l’album dans sa totalité car il s’agissait des dix ans de sa sortie. Tout le monde affirme que c’est le disque qui nous a fait connaître et mis en lumière. On a simplement associé ça avec le fait qu’il s’agissait de la tournée de retour de Jesse.

Comment s’est passée cette expérience ?

Pour moi, c’était très cool de voir tous les soirs autant de gens qui se préoccupaient encore d’un album sorti il y a si longtemps. C’était une révélation de se dire : « Waouh, j’ai la chance de faire ça depuis plus de dix ans ! » C’était incroyable, peu de gens peuvent se dire ça.

Vois-tu un lien entre cet album et le nouveau, Disarm The Descent, même si la musique a été composée avant le retour de Jesse ?

Pour être honnête, je ne pense pas qu’il y ait le moindre lien entre les deux albums. J’ai le sentiment que ce nouveau disque reflète ce que nous sommes aujourd’hui. Et bien sûr, l’autre est le reflet de ce que nous étions il y a dix ans !

« Ça se voit surtout en tournée, il découvre tout avec de grands yeux. Nous, on a vu le monde, on se dit : ‘Ouais, on est déjà passés par là…’ Et lui, il est plus : ‘Waouh, on est où ?!’ Même si c’est notre ancien chanteur, c’est nouveau pour lui. »

Cet album comporte les passages les plus agressifs que l’ont ait entendu chez Killswitch Engage, surtout au niveau des blast beats de batterie. Pourtant, dans le même temps, c’est sans doute l’album le plus mélodique de votre carrière. Aviez-vous l’intention de pousser tous les aspects de votre musique au maximum ?

Très franchement, on n’y a pas du tout réfléchi sous cet angle. En ce qui me concerne, j’ai juste essayé d’écrire de la musique avec laquelle j’étais à l’aise. Peut-être que notre progression est à la fois plus extrême et plus mélodique. Si, si, c’est possible ! (rires)

Est-ce la raison pour laquelle vous êtes fiers de cet album, parce que c’est la première fois que vous poussez votre style aussi loin ?

Oui, j’imagine. C’est marrant, parce que je ne sais même pas si je peux dire que je suis fier, pour l’instant. J’écoute ces chansons depuis neuf mois, donc argh ! Mais on est toujours fier de la musique qu’on écrit au moment où on l’écrit. Je ne dirais pas que cet album est plus important que les autres. Chaque disque traduit exactement le point de notre carrière où nous nous trouvions quand il a été écrit.

Tu es le plus dispersé des musiciens sur scène, au point que même Jesse a parfois l’air désarmé. Aimerais-tu en fait secrètement avoir le rôle du frontman ?

Le problème, c’est que je ne chante pas très bien ! (rires) Non, pas nécessairement. J’aime m’amuser sur scène, j’aime voir les gens sourire et être tout excités. C’est très gratifiant. Je ne vois pas ça comme un désir de devenir un pseudo-frontman. Je veux juste que le public passe un bon moment.

Vous terminez toujours vos concerts par votre excellente version de « Holy Diver », de Dio. Pensez-vous enregistrer une autre reprise pour un prochain album ?

Je ne pense pas, à moins qu’on nous le demande. Nous l’avons fait pour le magazine metal anglais Kerrang. Ils sortaient une édition anniversaire et ils nous ont demandé de faire une reprise pour eux. C’est comme ça que ça s’est fait. On essaie de se concentrer sur notre propre matériel.

Êtes-vous toujours en contact avec Howard ?

Oui.

Il n’y a donc aucune animosité, aucune guerre dont les médias pourraient faire leurs gros titres ?

Je n’aime pas en vouloir aux gens. Être en colère est une perte de temps, selon moi. On devrait tous essayer d’être gentils envers les autres. Plus de gens devraient essayer cette philosophie !

« Je n’aime pas en vouloir aux gens. Être en colère est une perte de temps, selon moi. On devrait tous essayer d’être gentils envers les autres. Plus de gens devraient essayer cette philosophie ! »

Peux-tu nous faire un petit topo sur ton travail de producteur ? Sur quoi travailleras-tu dans le prochains mois en termes de production ?

Malheureusement, sur rien, parce que nous sommes en tournée en permanence. Je ne plaisante pas, on est occupé jusqu’en septembre. On va beaucoup voyager. On sera à Paris le 29 avril.

J’ai posé quelques questions à Jesse concernant Times Of Grace, et il a dit que vous vouliez sortir de nouveaux albums…

Si on trouve le temps !

As-tu totalement arrêté la batterie ou joues-tu encore de temps en temps ?

J’ai une batterie dans ma cave. De temps en temps, si j’ai le temps, je me prends quelques bières et je descends jouer un peu. Mais je ne joue plus beaucoup, je suis trop occupé !

C’est tout pour moi. As-tu quelque chose à ajouter ?

Un grand merci aux fans, bien sûr, parce que sans eux, on ne peut pas faire de musique. On n’est rien sans les fans, donc merci de soutenir le groupe.

Interview réalisée par téléphone en février 2013
Retranscription et traduction : Saff’

Site internet officiel de Killswitch Engage : www.killswitchengage.com

Album Disarm The Descent, sortie le 2 avril 2013 chez Roadrunner Records



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3