ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Metalanalyse   

Koi No Yokan concentre les efforts de Deftones


Deftones, c’est un groupe qui a réussi au fil des années à asseoir une légitimité musicale reconnue et respectée. « Un seul mot : persévérance. Nous sommes ensemble depuis presque huit ans, sur la route depuis deux ans, et nous le faisons avec honnêteté et intégrité – et les gamins peuvent attester. » déclarait Chi Cheng en 1997 à Guitar World Online. Dix ans plus tard, Deftones avait fourni suffisamment de preuves pour démontrer sa valeur. Mais en 2008 le groupe connaît une épreuve personnelle grave avec l’accident de leur bassiste Chi Cheng. Les remous qui ont suivi avec l’abandon d’Eros – album alors en cours – et la sortie dans la foulée en 2010 de Diamond Eyes témoignent, sans tomber dans le pathos, d’une période bien évidemment critique pour Deftones.

Chino Moreno, chanteur du groupe, expliquait en septembre 2012 à Noisecreep le contexte dans lequel le groupe s’est remis à travailler pour ce nouvel album : « On sortait d’une rude période, évidemment, et notre but était de rebâtir d’une certaine manière ce que nous avions créé pendant toutes ces années. J’avais l’impression que nous devions faire nos preuves. Nous avions pris tellement de temps entre chaque enregistrement, nous avions vécu des troubles internes et nos albums commençaient à être un assemblage de morceaux au lieu d’être une création commune, donc, pour nous, c’était une chance de revenir aux fondamentaux. » Koi No Yokan est un album qui marque le retour à un processus de création musicale plus serein. C’est ce dont témoignait Chino Moreno une fois encore en interview sur Crave Online en septembre denier. Rendu plus confiant grâce au succès de Diamond Eyes, le groupe s’est immergé dans un flot créatif : à écrire et composer tous ensemble dans une même pièce, des « tonnes d’idées » ont fusé, treize morceaux ont été enregistrés et onze compositions se retrouvent finalement sur la version finale de l’album.

Le groupe a voulu concentrer son énergie pendant cette phase de création et d’enregistrement. En faisant de nouveau appel à Nick Raskulinecz pour produire l’album, Deftones a donné suite à l’expérience positive vécue pendant le précédent enregistrement de Diamond Eyes pour apporter de l’efficacité et une plus grande maîtrise de son workflow. De ces heures de composition, de ces sessions de jam et d’enregistrement reste à capturer une émotion, une intention. Très contrasté, Koi No Yokan flirte souvent avec des atmosphères que l’on tendrait à retrouver dans le post-core. L’énervé « Poltergeist », l’explosion en sursaut de « Leathers », la tension de « Graphic Nature » annoncent très directement que Deftones vient pour en découdre. Mais c’est l’aspect très émotionnel de Koi No Yokan qui in fine laisse son empreinte, particulièrement prégnante sur la deuxième moitié de l’album qui se conclut sur un atmosphérique « What Happened To You ».

Même s’il n’est pas forcément immédiat, Koi No Yokan n’est pas un album cérébral. Chino Moreno ajoutait en interview pour Billboard : « Je pense que c’est un album très honnête parce que ce n’est rien de préconçu. » Certains riffs un peu froids et métalliques face à l’intimité d’un « Entombed » peuvent désorienter l’auditeur en quête d’unité dans l’album. Mais Koi No Yokan cultive une facette très organique qui se dévoile au fil des compositions et déploie toute son ampleur sur des titres tels que « Tempest » et « Rosemary ».

En proposant un clair-obscur sonore aux tonalités modernes Koi No Yokan s’accorde à la finesse futuriste de son artwork. Et marque une nouvelle étape dans la maturation de l’art de Deftones.

Album Koi No Yokan sorti le 13 novembre 2012 via Reprise Records



Laisser un commentaire

  • MetalCornflakes dit :

    Que les fans acharnés me jettent la pierre, je suis prêt : J’aime pas vraiment Deftones, jusqu’à Diamond Eyes : cet album m’a foutu une claque mémorable, et je le qualifierais de parfaitement génial, il est en de même pour le dernier album qui continue dans la même lignée ! Donc on va dire que pour moi, Deftones a publié ses deux chefs d’oeuvre seulement aujourdhui

    [Reply]

  • La musique est « bonne »… mais pour ma part je ne supporte pas la voix de « tapette », manque une bonne voix et un vrai chanteur. Enfin j’imagine que ce type de voix plait à certains 😉 .

    [Reply]

  • Je vais jeter un oreille dessus, mais depuis Around The Fur, c’est devenu trop mou pour moi Deftones.

    [Reply]

    Bhalder

    Around the Fur mou???! On a pas du écouter le même album… Sinon Koi No Yokan est génialissime!

    Crawley

    Je voulais dire que les albums D’APRÈS Around The Fur sont trop mou

    Pok

    A partir de White Pony (inclus) quoi.
    Pareil pour moi.
    Mais si c’est « genialissime » je vais lui jeter mon oreille.

  • Une des meilleures galettes de l’année…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3