ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Kylesa – Exhausting Fire


Kylesa - Exhausting FireNe cherchez plus le Kylesa des années 2000, celui-ci a majoritairement disparu avec la fin de la première décennie du 21ème siècle. Oui, Static Tensions (2009) était un album charnière dans la carrière des Américains de Savannah en Géorgie, et depuis celui-ci, tout a changé. Au grand regret des auditeurs en mal de sensations sludge brutes à la Torche ou Black Tusk, les Kylesa font désormais clairement dans le psychédélique sombre, et n’ont pas franchement envie de quitter cette branche de l’arbre sur laquelle ils semblent désormais solidement installés. Peut-être parce que l’éventail restreint des possibilités mélodiques et rythmiques du sludge les pousse à plus de variété, peut-être aussi parce qu’une certaine douceur dans leur propos musical vient avec la sagesse et l’accumulation des albums… Quoi qu’il en soit, Exhausting Fire vient dans la droite lignée d’un Spiral Shadow (2010) mélodique et bien ficelé, après un Ultraviolet en 2013 plus froid et décousu, sûrement essentiellement en raison des profonds problèmes personnels de Laura Pleasants lors de l’écriture et de l’enregistrement de celui-ci.

Tout semble être rentré dans l’ordre pour ce Exhausting Fire, et c’est tant mieux. La filiation directe avec Spiral Shadow saute d’ailleurs directement aux oreilles avec ce riff explosif caractéristique de « Lost And Confused » qui rappelle bien évidemment la patate chaude introductrice « Tired Climb » avec laquelle le groupe introduit souvent ses concerts. Une fois la parenthèse Ultraviolet refermée, on a l’impression que Kylesa a retrouvé l’intégralité de sa panoplie et de sa maestria : dans les mélodies vocales féminine ou masculine (« Crusher », « Shaping The Southern Sky »), dans les riffs, donc, et dans les ambiances sous-jacentes, qui laissent plus que jamais apparente l’influence des premiers Pink Floyd (rien de surprenant lorsqu’on a entendu leur reprise de « Set The Controls For The Heart Of The Sun »), parfois même réalisées au clavier, comme dans « Moving Day » … Le jeu à deux batteries, au son brut et avec ce petit décalage caractéristique d’un enregistrement à la teinte analogique (« Inward Debate » et « Shaping The Southern Sky ») a lui aussi définitivement retrouvé ses lettres de noblesse.

Côté ambiance, les belles inspirations guitaristiques de Static Tensions et Spiral Shadow sont de retour : mélodies orientales éthérées sur des rythmiques breakées insensées (« Inward Debate ») ou légères notes aériennes (« Falling », « Blood Moon »), la guitare mélodique de Phillip Cope enchante sous bien des égards, très au point dans l’entente avec celle de Laura Pleasants. Mais il est impossible de réduire Exhausting Fire a un simple disque psychédélique ambiant : il possède une part importante d’énergie (« Lost And Confused », « Blood Moon ») lui donnant l’impact d’un brûlot rock, et suffisamment de ténèbres pour lui conférer quelques accointances subtiles et excitantes avec le doom, essentiellement vers la fin de l’album (« Blood Moon », « Growing Roots »).

Le son Kylesa de 2015 apparaît comme solide, conquérant et positif, sans pour autant perdre ses attraits psychédéliques qu’au contraire, il maîtrise et développe mieux que jamais : voilà la grande réussite de ce Exhausting Fire, réussissant le pari d’aller dans de nombreuses directions sans perdre en cohérence. Le plaisir pris à composer l’album ainsi qu’une amélioration de l’état d’esprit du groupe est perceptible aux travers de velléités d’écriture parfois simples et sans ambages, mais toujours à propos (« Out Of My Mind ») et des vocalises parfois nettement plus enthousiastes. La grosse différence avec les albums précédents vient peut-être de la qualité des mélodies vocales, plus facilement mémorisables (le refrain entêtant de « Lost And Confused »), mais également d’arrangements alambiqués sans être complexes, qui surprennent par les breaks, et entraînent par des reprises justes et extatiques. Si Kylesa a sorti là un album particulièrement abouti, il n’en reste pas moins diaboliquement efficace et accrocheur.

Voir le clip de « Lost And Confused » et écouter « Night Drive »

Album Exhausting Fire, sorti le 2 octobre 2015 via Season Of Mist.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3