ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

La fragilité : une beauté travaillée


On vous l’a dit dans High Hopes cette semaine et on vous le réaffirme encore maintenant, Anthony Dura a l’art de composer des mélodies immédiatement rentre-dedans et accrocheuses. Oui, nous n’avons pas peur de l’affirmer Anthony, c’est notre Linkin Park à nous ! Des mélodies et compos travaillées, une prod aboutie sans oublier une voix agréable : Anthony a toutes les qualités pour percer à l’échelle nationale dans le but de toucher les amateurs de metal/rock. Fragile est le nom de son album qui vient juste de sortir chez HerculMusic. Radio Metal n’a pas pu s’empêcher d’en savoir plus.

« Je suis un grand fan de Linkin Park depuis le premier album et j’admire tout particulièrement le travail de Chester. Je suis également très influencé par des groupes comme Saliva, POD, ou des formations plus pop comme Vertical Horizon. »
Radio Metal : Bonjour Anthony, peux-tu présenter en quelques mots ton groupe aux lecteurs de Radio Metal ?

Anthony (chant) : Au départ Anthony n’était pas un groupe mais plutôt un projet personnel destiné à assouvir « égoïstement » ma passion pour la musique. Ma rencontre avec Patrick Liotard a véritablement apporté cette dimension de « groupe ». C’est lui qui m’a proposé et présenté les membres actuels. Stéphane et Marc sont d’ailleurs des amis proches de Patrick.

Quel est ton parcours musical et est-ce toi le principal compositeur du combo ?

J’ai été très tôt bercé par des groupes comme AC/DC, Kiss, Queen, Police ou Toto. En 2002, poussé par mon grand frère, j’ai décidé de me lancer dans la composition et le chant. Il m’aura fallu 6 ans de pratique intensive avant d’être satisfait de mes compos et me sentir prêt à sortir un album. J’ai composé toutes les musiques de « Fragile » et confié les paroles à mon frère.

Tes influences sont très liées au monde du rock metal mélodique. Chester Bennington, le chanteur de Linkin Park, est d’ailleurs cité dans tes influences sur MySpace. On sent que ce chanteur à la voix si intense t’a beaucoup inspiré à l’image des compos aériennes d’Anthony pas si éloignées de Linkin Park. Es-tu d’accord avec ce point de vue ?

Tu as mis dans le mille ! Je suis un grand fan de Linkin Park depuis le premier album et j’admire tout particulièrement le travail de Chester. Je suis également très influencé par des groupes comme Saliva, POD, ou des formations plus pop comme Vertical Horizon.

Dans le document promo que nous avons reçu, il est d’ailleurs fait mention de ta « passion » pour le groupe californien. Qu’est-ce que représente Linkin Park pour toi et qu’est-ce que ce groupe t’a apporté musicalement ?

L’évolution que Linkin Park a montrée albums après albums est phénoménale ! La production de leur catalogue est monumentale. Le dernier album en date, Minutes To Midnight, montre une maturité à tous les niveaux exceptionnelle que j’admire et respecte profondément. Et ce même si toute la presse, cette fois, ne semble pas avoir été unanime sur cet album.

Ton premier disque s’intitule Fragile. Un bon condensé de mélodies fraîches et accrocheuses. L’album est sorti il y a deux ans mais la promotion du disque est en train de se développer récemment. Quelle en est la raison ?

Pour être franc, je n’ai pas vu le temps passer depuis sa sortie ! Patrick et moi participons à tellement de projets parallèles (PolarBitch, Ydra, Fagan et Sedona) ! A l’époque nous ne disposions pas de staff pour gérer le coté promo/business et je suis un artiste plus qu’un businessman ! Maintenant la donne a changé grâce à mon manager et ami, Mike Jublin, qui fait son possible pour rattraper le temps perdu et s’acharne à faire connaître mon travail. Il semblerait que celui-ci commence à porter ses fruits, ce qui me motive pour la suite qui sera donnée à cet album !

La musique d’Anthony a une vraie puissance que l’on peut retrouver dans un groupe comme Watcha. Energie, mélodie, puissance : ces trois termes représentent-ils le mieux ce qu’est Anthony aujourd’hui ?

Complètement ! Ces trois termes définissent très bien « Fragile ». Watcha est un groupe talentueux que j’admire également et qui m’a, sans aucun doute, influencé dans la réalisation de mon album. L’année dernière J’ai eu la chance de les voir en concert et Butcho, le chanteur, m’a littéralement scotché ! Il est très fort !

Comme tu le disais plus haut, les paroles du disque sont l’?uvre de ton frère. A-t-il un rôle de musicien au sein du projet ou se focalise-t-il uniquement sur le volet paroles ? Par ailleurs, travaillez-vous les compos directement ensemble ?

Mon frère a composé 95% des paroles de mon album mais n’a joué aucun rôle de musicien. J’ai composé les musiques et lui les ai envoyées pour qu’il crée ses textes. Par contre, nous travaillons ensemble sur des projets parallèles où le travail de composition est beaucoup plus partagé.

[/urlb]
Patrick Liotard (Nightmare, PolarBitch) est le producteur de l’album et joue de la guitare au sein du groupe. Tu as travaillé avec Patrick sur la prod. Quelle expérience en gardes-tu ?

Patrick est avant tout une personne formidable et un musicien hors pair. Il a fait partie de nombreux groupes dans les années 80 et 90 comme Présence et Webb. Il s’est depuis fait connaître grâce à son travail de réalisateur/producteur pour des projets divers et variés comme Nightmare et PolarBitch. Notre rencontre s’est faite grâce à MySpace où je lui ai fait part de mon admiration pour son ancien groupe Webb. Il a écouté mes démos et m’a répondu en me disant qu’il les avait beaucoup aimées et s’est proposé aussi sec pour produire mon album ! Notre première rencontre s’est faite quelques jours plus tard et depuis nous ne nous sommes plus lâchés ! Patrick et moi avons exactement la même vision/approche musicale et je suis épaté du travail qu’il a fait sur cet album. Il a de suite vu et compris comment « Fragile » devait sonner. Le son est monumental !


« Mon frère a composé 95% des paroles de mon album mais n’a joué aucun rôle de musicien. J’ai composé les musiques et lui les ai envoyées pour qu’il crée ses textes. Par contre, nous travaillons ensemble sur des projets parallèles où le travail de composition est beaucoup plus partagé. »
Marc Elliard à la basse joue dans la célèbre formation Indochine. Le fait de connaître des personnes importantes dans le milieu du metal/rock t’a-t-il permis d’avancer plus vite que beaucoup d’autres artistes évoluant dans ce style ? Et si oui à quel niveau ?

Marc est avant tout un ami de Patrick qui a beaucoup apprécié mes compos et a accepté l’invitation. C’est un super type doté d’une formidable dimension humaine et doublé d’un musicien super pro mais en aucun cas sa présence ne m’a permis d’avancer plus vite, sans quoi je serai d’ores et déjà présent sur la presse musicale mainstream et serais peut être déjà passé au moins une fois à Taratata ! Marc est effectivement très pris avec Indochine et il n’est pas sûr qu’il puisse nous suivre sur scène.

On note une réelle volonté dans votre démarche de mettre en avant le « potentiel radio » du disque. Radio Metal ou nos confrères de la Grosse Radio vous diffusent déjà sur Internet. Mais aujourd’hui visez-vous les radios FM et si oui lesquelles ? Très peu de radios d’envergure diffusent du rock…sans parler du metal.

Avec Mike, mon manager, nous visons tous les médias qui accepteront de nous diffuser ou parler de nous. Le potentiel radio de « Fragile » nous semble évident et essayons régulièrement de persuader le plus grand nombre de radios de nous programmer. Reste que lorsque tu ne disposes pas de label ayant les moyens de te faire de la promo, les choses sont beaucoup plus dures. « Fragile » sort grâce à nos deniers perso et la jeune maison de production, appartenant en partie à Patrick, Herculmusic productions. Malheureusement, Herculmusic ne dispose pas de gros moyens à l’heure actuelle. D’ailleurs, nous sommes ouverts à toute proposition sérieuse de labels désirant nous aider pour la suite qui sera donnée à « Fragile » ! Pour en revenir aux radios, nous envisageons et espérons une diffusion massive dans les 6 prochains mois. Encore merci à Radio Metal pour le soutien !

Plus précisément, en termes de communication, un artiste qui évolue dans un registre très varié comme le vôtre ne se doit-il pas d’être présent sur beaucoup de supports différents, (presse, webzine, radio), pour toucher le plus de monde possible ?

Absolument, et tu peux d’ailleurs d’ores et déjà me retrouver sur des webzines français comme Passionrock, Showmag.net, Westcoast rendez vous, suédois comme Rockunited et mêmes des forums canadiens et espagnols. Le tout est de ce faire connaître de tout ces supports média. Le fait de ne pas disposer d’une actu concert n’aide pas à promouvoir mon groupe et nous sommes en train de voir comment résoudre ce problème..

Dernière question : peux-tu nous décrire ton programme et tes objectifs pour 2010 ?

J’aimerais beaucoup faire quelques concerts, mais cela dépend de tellement de paramètres… Sinon, je fais également partie du nouveau line-up du groupe français de AOR et Westcoast, Sedona. Ce groupe est composé de la même équipe de musiciens que sur mon album. Sedona vient d’ailleurs de ressortir le 26 mars dernier sur le label international Avenue Of Allies l’album « Golden Valley », initialement sorti en 1995. Nous composons et enregistrons actuellement des morceaux pour le prochain album qui se nommera « Stand Up ». Cet album devrait enchanter les fans du style AOR/Hard Rock et du groupe Toto époque Farenheit/The Seventh One. « Stand up » bénéficiera d’un gros son rock actuel et sa sortie devrait faire du bruit…rendez-vous sur la fin 2010 / début 2011. Suite à quoi je devrais entrer à nouveau en studio pour enregistrer mon prochain album solo.

Merci à toi Anthony !

Merci à toi pour cette interview bien préparée avec des questions qui montrent une réelle et profonde écoute de mon album !

Interview réalisée par mail en avril 2010
MySpace Anthony : myspace.com/anthonyofficial




Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3