ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Conférence De Presse   

La grande soeur tordue montre qu’elle a toujours le goût du défi


Twisted Sister a beau avoir décidé de diminuer la fréquence de ses apparitions live pour leur faire prendre de la valeur, le public du Hellfest a lui eu la chance de profiter de la bande à Dee Snider deux fois en seulement trois ans d’intervalles. Et, soucieux de varier les plaisirs, le frontman Dee Snider, qui compose lui-même les setlists, explique : « Je fais un suivi de tous les shows que nous faisons. Ainsi, je peux regarder en arrière, voir quelles chansons nous avons joué au Hellfest il y a deux ans et faire en sorte que nous jouions des chansons que nous n’avons pas joué la fois dernière. » Pour autant, lorsqu’il leur est demandé pourquoi ils n’intègrent pas de chansons plus obscures de leur répertoire, les musiciens contournent le sujet par l’humour : « Ça signifierait que nous devrions faire des répétitions ! », « nous sommes payés pour nous montrer, mais nous ne sommes pas payés pour répéter ! », « ça rendrait Daniel, notre tour-manager trop heureux ! » et le guitariste Jay Jay French, de son côté, lance : « Je me suis arrêté à sept accords enfoiré, tu as compris ? »

Le vendredi 21 juin, Twisted Sister est en conférence de presse au Hellfest et Dee Snider, en débarquant avec ses quatre collègues, avec fierté, met un point d’honneur à rappeler que le groupe est là sous sa formation originelle : « Nous sommes le Twisted Sister original, avec tous les membres d’origine : Mark ‘The Animal’ Mendoza, A. J. Pero, Eddie ‘Fingers’ Ojeda, Jay Jay French and I’m Dee Snider. Je suis très excité parce que le Whitesnake d’origine… Oh non, ils ne le sont pas. (rires). »

Très boute-en-train et toujours prêt à lancer une blague, lorsqu’il leur est demandé la raison pour laquelle ils sont toujours là ensemble, les musiciens répondent une fois de plus à tour de rôle : « Nous nous devons beaucoup d’argent les uns les autres », « je n’ai encore tué aucun d’entre eux » ou « nous ne sommes pas assez bons pour être dans Whitesnake », provocant l’hilarité générale. Mais Dee Snider reprend plus sérieusement : « En fait, je ne connais pas la raison à ça. Mais j’ai parlé de ça et même lorsque je partais pour faire mes concerts en solo, je n’ai jamais pensé à utiliser le nom Twisted Sister, car Twisted Sister c’est ces cinq gars et si nous cinq ne sommes pas là, ce n’est pas le groupe. Donc, tant que les cinq gars d’origine ne s’étaient pas mis d’accord pour se remettre ensemble, ça n’aurait pas été Twisted Sister. Ceci est Twisted Sister. » Et le guitariste Jay Jay French d’ajouter son constat : « Il n’y a que cinq groupes dans le monde qui tournent avec leur line-up d’origine qui sont, je crois, nous, Mötley Crüe, ZZ Top, Rush (NDLR : pas tout à fait vrai car Neil Peart ne faisait pas encore partie du groupe lorsque leur premier album a été enregistré) et Aerosmith. Et lorsqu’on fait partie d’un groupe restreint, tout particulièrement qui véhicule la tradition du rock des années 80, par manque de meilleurs mots, nous portons le drapeau de ceci partout dans le monde, ce qui est pourquoi après une remarquable trentaine d’années plus tard, c’est plus gros que cela n’a jamais été, en particulier en Amérique du Sud et en Europe. Je ne crois pas que quiconque aurait pu le prévoir. Mais je pense que la crédibilité du groupe dans son line-up d’origine est plus précieux encore pour les fans. Car lorsque les fans voient Twisted Sister, ils voient ce qu’il ont attendu de voir pendant tellement d’années. Certains des jeunes qui achètent nos albums n’étaient même pas encore nés lorsque Stay Hungry est sorti. Voilà à quel point nous sommes vieux ! »

« Je mets au défi tous les groupes ici ce soir de monter sur scène sans tout le matériel, sans tous les équipements, sans toute la pyrotechnie, de marcher sur la putain de scène, sans préparation, et faire le show pour une foule et faire ce que ces putains de Twisted Sister font chaque putain de fois. »

Alors c’est certain, comme dans toute relation tout n’est pas toujours rose mais les membres de Twisted Sister ont toujours quelque chose sur laquelle se rattacher pour continuer à avoir la motivation. C’est ce que le bassiste Mark « The Animal » Mendoza explique : « Être dans le groupe, c’est comme être marié, tout le monde a ses différences. Mais je dois dire que ce groupe reste professionnel. Nous montons sur scène, nous donnons tout ce que nous avons et nous sommes, en fait, vraiment bons amis. Des fois c’est difficile. Nous aimons ce que nous faisons et nous comprenons que tout le monde à travers le globe aime ce que nous faisons, que nous divertissons et que c’est la partie importante de tout ça et c’est pour ça que nous continuons à faire ça. Même si nous ne le faisons pas à temps plein, ça a beaucoup d’importance pour les cinq gars là, ici, à cette table. »

On comprendra à l’issue de cette conférence que Twisted Sister se sent investi d’une responsabilité et d’une nécessité d’être toujours professionnels. Le guitariste Jay Jay French prendra la parole pour l’expliquer dans une longue tirade emphatique et en profiter pour lancer un coup de gueule, dans lequel un certain Axl Rose se reconnaîtra sans doute : « Je pense que le secret, et ceci est une leçon pour tous les jeunes artistes là dehors qui font des vidéos sur YouTube ou vont à American Idol ou French Idol et tous ces types d’émissions et veulent devenir célèbres après seulement quinze minutes, c’est que nous avons à peu près neuf cent concerts dans les jambes et ces années de représentations nous ont appris une certaine approche, une approche professionnelle. Lorsque je vois un groupe qui se montre avec deux heures en retard et qu’il manque de respect à leur audience car il croit que leur audience les attend, je dis : ‘Va chier ! Tu ne comprends pas, mec. Le contrat dit neuf heures trente, tu ramènes ton cul à neuf heures trente et tu fais ton show comme si c’était le putain de dernier show que tu joueras. Et si tu n’as pas les couilles de faire ça, dégage de ce putain de business !’ C’est comme ça que je vois notre responsabilité par rapport aux fans. C’est pour ça que nous aimons ce que nous faisons. C’est pour ça que lorsque nous sommes venus il y a deux ans au Hellfest, les critiques disaient : ‘Tous les groupes étaient supers mais Twisted Sister leur a volé la vedette.’ Voilà à quel point nous sommes fiers. Le jour où cela n’arrive pas est le jour où nous restons à la maison. Nous vous le promettons. »

« Je demande aux fans de dix-sept ans pourquoi ils vont dans un stade de foot pour nous voir, car on aurait imaginé qu’ils auraient plutôt voulu aller voir leurs contemporains, et ils répondent : ‘Parce que notre musique pue !’ »

La fierté. Voilà le sentiment qui visiblement anime les membres du groupe et en particulier Dee Snider, le leader de la bande. Cela le poussera spontanément à faire une déclaration-choc sur leur capacités, aujourd’hui, avec presque rien sur scène, à rivaliser avec n’importe quel autre groupe, quel qu’il soit et leur lancer un défi : « Une chose que j’ai envie de dire, au nom de mon groupe : nous nous montrons avec un minimum de staff, avec nos guitares et notre backdrop. C’est tout ce que nous apportons avec nous pour nos concerts. Et avec chaque show, nous sommes le groupe dont les gens se souviennent. Nous tuons à chaque concert. Je mets au défi tous les groupes ici ce soir de monter sur scène sans tout le matériel, sans tous les équipements, sans toute la pyrotechnie, de marcher sur la putain de scène, sans préparation, et faire le show pour une foule et faire ce que ces putains de Twisted Sister font chaque putain de fois. Je les mets au défi. Et je parle de Kiss, je parle de Maiden… J’aime ces groupes… En fait les gens se marrent lorsque nous arrivons avec notre production scénique car ça tient dans un sac de pêche et ils balancent ça sur le sol et disent : ‘C’est tout !’ C’est un backdrop et mon pied de micro rose. C’est tout. Je suis fier du fait que notre groupe fasse ça chaque soir et je mets au défi n’importe quel autre groupe ce soir de faire la même chose. »

Car, en effet, Twisted Sister a aujourd’hui choisi la voie de la sobriété scénique, alors que ça n’a pas forcément toujours été le cas. Connu à l’origine pour leurs maquillages et costumes extravagants, ils ont ces dernières années laissé de côté tout le superflu pour se concentrer sur l’essentiel et, surtout, pour que le public lui-même se concentre et les juge sur l’essentiel : leur capacité à réaliser un vrai show de hard rock et de heavy metal, authentique, punchy et charismatique. Dee Snider explique comment ils en sont arrivés, un peu par hasard, à monter sur scène dans leurs habits normaux : « C’était au Arrowhead Festival aux Pays-Bas, mon avion à été retardé et je suis arrivé par hélicoptère cinq minutes avant le début du show. Et l’affiche comprenait Kiss, Motörhead, Def Leppard, Whitesnake, Journey… C’était une affiche énorme et le choix était soit de ne pas jouer parce que nous n’avions pas le temps de nous maquiller et enfiler nos costumes ou alors monter sur scène dans nos habits de tous les jours. Et Twisted Sister ne s’est jamais caché derrière le maquillage et les costumes, alors nous avons dit : ‘Au diable tout ça ! Allons y !’ Nous n’avions même pas de backdrop. Nous sommes simplement monté sur scène, avec nos habits de tous les jours, et tout le monde était stupéfait car ils ne savaient pas que Twisted Sister pouvait à ce point envoyer la sauce. Nous faisons la même chose qu’habituellement mais le maquillage et les costumes avaient tendance à masquer à quel point nous étions un super groupe de rock. Nous avons donc décidé : ‘Tu sais quoi ? Il est temps pour Twisted Sister de commencer à se produire sans le maquillage et les costumes et de laisser les gens voir à quel point nous sommes un super groupe de rock.' »

Jay Jay French prend la suite : « Et le jour suivant, dans les journaux nationaux, pas la presse rock, ils ont réalisé une double page sur le festival et la seule photo : c’était nous. Et ça disait ‘Journey est super, Whitesnake est super, Kiss est super, etc. Mais le seul groupe qui a volé la vedette était Twisted Sister’ et nous nous sommes dis : ‘OK, peut-être qu’on n’a pas besoin de tout ces trucs. Peut-être y avait-il des fans là-dehors qui n’aimaient pas notre look, peut-être qu’ils nous aimeraient davantage si nous enlevions tout ça.’ Nous avons donc retiré tout ça et j’attendais un déluge de centaines et de centaines et de milliers d’e-mails disant : ‘C’est quoi ce bordel ?’ Et devinez quoi ? J’ai reçu un e-mail, un seul e-mail, six mois plus tard, qui disait : ‘Je croyais que vous portiez du maquillage !’ (rires) C’est tout. Je suppose qu’il n’a pas reçu le mémo… » Le guitariste rythmique Eddie « Fingers » Ojeda, quant à lui, ajoute pour amuser la galerie : « En plus, nous économisons un max sur le maquillage… »

« N’est-ce pas pour ça qu’il y a un solo de batterie, de manière à pouvoir aller chier un coup ? (rires) »

Depuis sa reformation en 1997, Twisted Sister ne s’est toujours pas résolu à produire un nouvel album original. Seul un réenregistrement de leur album Stay Hungry, sous le nom de Still Hungry, a vu la jour en 2004, un album de reprises de chansons de Noël, A Twisted Christmas, en 2006 et divers albums live et compilations ici et là, mais le dernier album studio reste Love Is For Suckers qui a aujourd’hui vingt six ans. Le groupe s’était déjà très largement exprimé sur ses réticences à proposer un nouvel album original. Mais la question reste inévitable en conférence de presse et Dee Snider résume son opinion : « J’ai dit que nous ne ferons jamais de nouvel album car lorsque tu joues des nouvelles chansons, tu peux voir le public aller aux toilettes. Vous voyez ce que je veux dire ? Tu dis : ‘Celle-ci provient du nouvel album !’ et tu vois réellement, depuis la scène, des gens qui s’en vont pour aller chercher une bière ou pour pisser. Et je crois qu’il faut réserver ceci au solo de batterie, comme tu le fais dans n’importe quel groupe. N’est-ce pas pour ça qu’il y a un solo de batterie, de manière à pouvoir aller chier un coup ? (rires) » Un Dee Snider toujours délicat dans ses arguments fécaux… Mais cette fois-ci il termine en laissant une porte ouverte : « Ceci dit, il y a peut-être de la musique qui couve sans que même le groupe en soit conscient. Nous verrons… »

Évoquer la possibilité d’un nouvel album amène immédiatement Jay Jay French à évoquer l’album événement de cette année, celui d’un des retours les plus attendus : l’album 13 de Black Sabbath, sorti à peine plus de dix jours plus tôt. « Je veux féliciter Black Sabbath pour avoir sorti un album qui s’est hissé à la première place dans cinquante pays. » dit-t-il admiratif et poursuit : « Je trouve que c’est une incroyable déclaration, peu importe quelle opinion chacun a sur le groupe. Ils ont en quelque sorte donné tort au monde entier. » Et d’une certaine manière, qu’un dinosaure, père fondateur du heavy metal, parvienne encore à rencontrer un tel succès laisse le guitariste songeur et le fait réfléchir sur leur propre carrière : « Je pense que ce qui est remarquable lorsque nous voyageons, tout particulièrement en Amérique du Sud, et que je demande aux fans de dix-sept ans pourquoi ils vont dans un stade de foot pour nous voir, car on aurait imaginé qu’ils auraient plutôt voulu aller voir leurs contemporains, et ils répondent : ‘Parce que notre musique pue !’ Ce n’est pas comme si c’était nous qui faisions comme nos parents en disant : ‘Oh ouais, tu sais, cette musique est horrible !’ C’est eux-mêmes qui affirment ‘Nous détestons la musique que ceux de notre génération font. Nous aimons la musique que vous, AC/DC et Judas Priest avez fait.’ Ce qui signifie donc que ce que nous avons créé, de toute évidence, a résonné à travers les années d’une manière que nous n’aurions jamais pu prévoir. Et nous sommes heureux d’y aller et de jouer ces chansons avec les mêmes convictions que nous avons toujours eu. »

Et Eddie, qui a toujours le petit mot pour rire, surtout après une telle déclaration, lance : « Et tu peux le dire en Français maintenant ? » Et Jay Jay de répondre « Ce n’est pas parce que mon nom est Jay Jay French que je parle français… »

Pour finir, Dee Snider fait le point sur la suite de Strange Land, film d’horreur sorti en 1998, réalisé par John Pieplow et dont le scénario a été écrit par le frontman qui y tient également un rôle. Visiblement touché, à en juger par son remerciement, que la question lui soit posée, Snider explique : « Le projet de faire Strange Land 2, la suite, est allé et venu pendant les dernières dix-sept années et j’ai failli l’abandonner. En fait, quelqu’un qui m’a appelé l’autre jour parlait de le remettre en route. J’espère qu’un jour il sortira. Mais le fait que je n’arrive à faire aboutir ce film, même s’il y a beaucoup de fans, a été une triste partie de ma carrière créative. »

Et les derniers mots, avant de quitter la salle, sont pour les génération futures de rockers, dans une optique visiblement « éducative » : « Nous invitons tous les jeunes groupes à venir nous voir sur scène avant que nous mourrions. »



Laisser un commentaire

  • Twisted Brother dit :

    Et c’est vrai !!!! Personne ne peut jouer après eux 😉
    Twisted Sister est le meilleur groupe live et surtout, Dee Snider est le meilleur Frontman. Même avec leur production minimum, ils sont un sacré cran au dessus de tous les autres (même les plus grands).
    J’ai attendu tellement longtemps pour les voir et avec 3 fois rien, ils ont effectué un concert PARFAIT avec une ambiance jamais vue ailleurs (sur scène et dans le public). C’est simplement mon meilleur souvenir musical 🙂
    Still Hungryyyyyyyyyy

    [Reply]

  • et cette année comme il y a trois ans, le meilleur show est revenu à…twited sisters.

    [Reply]

  • @Eyrun

    Vu le personnage, c’est possible.
    Il serait intéressant de voir les setlist, vu qu’apparemment il y a une rotation lorsqu’il revienne jouer au hellfest par exemple.
    Y a-t-il de grands changements ou sont-ils mineurs ?

    Mais bon derrière ils ajoutent qu’ils sont payés pour se montrer, et non pour répéter. A mon avis, le groupe doit maîtriser 20 chansons (quelques reprises incluses) et fait son beurre avec ça.

    Les dernières créations de Maiden divisent. Beaucoup s’accorde sur « Brave New World » et « A Matter Life… ». Après les goûts, et les couleurs…

    Quand au discours sur la longévité des autres groupes, c’est bien le même DEE Snider qui a quitté TS pour former Desperado et Widowmaker.
    Tous les groupes des 80’s se sont fait balayer par la vague grunge, et TS n’était même pas là pour essayer de lutter contrairement à Cinderella, MOTLEY CRUE, WASP, Poison…
    Elle est belle la fidélité. Facile de reformer un groupe référence, et de se la « péter ».

    Ils peuvent faire les clowns, se la péter un peu, mais faire preuve quand même d’une certaine humilité. Ils n’ont que 5 albums au compteur.

    @Bastard

    Je ne suis pas un fan de TS. Donc je ne suis pas dans l’espoir d’un nouvel album.
    Pour les fans, je pense qu’il y a une certaine « frustration ». Surtout quand le groupe est actif. Après c’est un choix, comme Cinderella par exemple.
    Vivre sur sa légende, et savoir ne pas faire l’album de trop c’est à mon sens respectable

    Regarde Mötley Crüe, depuis sa reformation en 2004 ou 2005, le groupe n’a sorti qu’un album mais n’arrête pas de faire des tournées.
    « Saints of Los Angeles » est sorti en 2008.
    L’année d’avant Nikki Sixx a sorti avec SIXX AM « The Heroin Diaries »

    Alors que le groupe est toujours actif, entre SOLA (2008) et le prochain album, SIXX AM a sorti « This is… » (2011) et un prochain qui verra peut être le jour en cette fin d’année ou sur début 2014.

    La setlist du CRUE a été sacrément remanié depuis la reformation. Maintenant c’est le minimum syndicale, donc tout ce qui a fait leur gloire durant les 80’s et un titre du dernier.

    Le groupe aurait pu sortir au moins un successeur à SOLA, mais c’est devenu contractuel entre eux.

    [Reply]

  • C’est vrai qu’ils ont de l’allure, et un beau CV. Et je suis d’accord avec l’esprit de ce qu’il dit là…

    Mais quand même, compter Iron Maiden – et même les nommer expressément – parmi les groupes dont le succès repose sur des artifices de scène et non sur l’énergie du show, parmi ceux qui n’ont plus de leur formation originelle que le nom (certes ils ont pas mal bougé, mais le line-up actuel est quand même sacrément solide et légendaire, c’est pas du Whitesnake quand même ! ^^; ), ça me fait un peu grincer des dents…

    Surtout quand on considère que Dee Snider s’est creusé une présence médiatique particulière, sans lien avec sa musique, avec par exemple un show de télé-réalité sur sa famille…
    Et que, comme présenté dans l’article, leur force et leur réputation actuelles proviennent uniquement de leurs concerts, sans nouvelle production depuis longtemps…

    Tandis qu’en face, Maiden continue de créer du neuf, avec succès. Et j’ai peut-être juste raté les infos, mais je ne crois pas qu’ils se soient fait remarqués pour autre chose que leur musique, niveau media? ^^;

    Bref, je suis une grande fan de TS, et le fond de ces déclarations est tout à fait vrai. Mais je trouve qu’il a vraiment mal choisi son « exemple » pour ses piques aux autres groupes. :p

    [Reply]

  • Ils ne veulent pas répéter des titres plus obscures. C’est pas comme si le groupe avait une activité de dingue.

    Je ne connais pas le répertoire de TS en long et en large, mais visiblement ils sont aussi branleurs que W.A.S.P. et sûrement d’autres groupes.
    Ca joue sur ses acquis, c’est ce que le public veut, pourquoi se prendre la tête ? Easy money.

    Snider ne dira pas le contraire, et il ne peut pas le dire car tout ce que je lis concernant TS en live se rejoint. C’est juste dément. Il faut que je les vois… un jour.

    [Reply]

    -Eyrun-

    Le coup de « on veut pas avoir à répéter », c’est une blague, hein, ça me semblait évident… ^^;

    Le fait que le public veut les titres les plus célèbres est probablement la raison essentielle, sinon la seule. Et bien suffisante, d’ailleurs. 🙂

    Bastard

    Ils veulent devenir une sorte de groupe « cryogénisé », avec moins d’apparitions sur scène, tous ses membres originels, qui fait LA musique de TS et c’est bien aussi au final car on attend pas spécialement un nouvel album si ?

  • C’était trop cool au hellfest !!

    [Reply]

  • Un compte rendu très plaisant à lire 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3