ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Laissons Puscifer…


Quand on pense à Maynard James Keenan, à part les amateurs de boutanches qui vont immédiatement penser pinard, il vient à l’esprit de tout le monde les noms de Tool et A Perfect Circle ; le genre de groupes que vous pouvez faire écouter à votre mère si elle trouve que ce n’est pas très sérieux tout ce metal que vous écoutez.

La musique particulièrement riche de ces deux groupes est de celles qui vous donnent soudain l’air plus intelligent rien qu’en ayant les disques dans votre collection ; comme un bon vieux Godard ou quelques Kurosawa font très bien dans une vidéothèque et comme deux, trois bouquins de la Pléiade calent très bien une bibliothèque.

Le souci (qui, au fond, n’en est pas vraiment un), c’est qu’un diable sommeille en Keenan et qu’il se révèle dans Puscifer le genre de groupe à la musique toujours de très bonne qualité mais pour un discours beaucoup moins profond – en tout cas, pas plus que la cuvette des chiottes. Déjà que le premier opus de ce groupe, V For Vagina, affichait clairement le poids du message, le second sorti récemment, Conditions Of My Parole, ne fleure pas vraiment la froide intelligence avec sa pochette (que vous pouvez voir ci-dessus)… hum, comment dire ? Supercalifragilisticexpialidocious (merci Mary Poppins). Et ce ne sont pas ses récents exploits en vidéo qui vont ajouter en sérieux.

Dans le dernier clip du groupe pour le titre « Conditions Of My Parole », c’était déjà la grande classe : on ne se défait pas des belles perruques blondes de la pochette de l’album, on joue dans un mobil-home, on fait preuve d’une belle élégance à la mode rednecks (mention très spéciale pour le T-shirt « Qui a pété ? » de Keenan) et comme si ça ne suffisait pas, on se donne un air encore plus négligé en ayant le poil hirsute et la bedaine qui déborde.


Mais pour passer à la télévision, on fait un petit effort de présentation parce qu’on est quand même là pour promouvoir son dernier bidule. Mais, même de passage au Late Show With David Letterman sur CBS, Keenan dans son costume crème, sa moumoute blonde parfaitement brushinguée, sa moustache bien lissée et ses grosses lunettes de soleil, a surtout la classe d’un acteur porno suédois des années 70.

Un sacré coup de klaxon !

Mais ce n’est pas grave, qu’il continue ainsi. Tool n’est – malheureusement – pas prêt de nous offrir un nouvel album (dans un entretien il y a quelques jours sur The Pulse Of Radio, le chanteur avouait que « rien de solide » n’était prêt à être enregistré) mais on aimerait fortement le voir en tournée dans les parages, lui et sa perruque bien sûr.

Animalement vôtre.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3