ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Révélation High Hopes   

Le bilan de janvier d’High Hopes ? Une année obscure nous mène vers un club d’enfer


Comme vous le savez sans doute, Radio Metal soutient les artistes qui démarrent avec l’émission High Hopes présente depuis nos débuts sur la grille des programmes. Grâce à High Hopes, à l’antenne tous les mercredis dès 20h, nous diffusons les artistes en devenir gratuitement tout en menant des interviews. Aujourd’hui l’équipe de Radio Metal a décidé d’aller encore plus loin en valorisant dans ses colonnes notre artiste coup de cœur High Hopes qui, chaque mois, recevra le titre honorifique de « révélation High Hopes ». En effet un article lui sera, ou le cas échéant « leur seront », consacré(s).

Car oui, à l’heure où l’on affirme que les artistes périssent les uns après les autres sans que la relève ne soit présente pour prendre le relais, il est important de les prendre en compte ces « petits groupes de seconde zone ». En effet, ils n’ont pas beaucoup de notoriété mais il convient de rappeler que c’est par votre soutien qu’on devient gros. Iron Maiden était petit avant de devenir énorme, voilà quelque chose à ne pas oublier. Et dans High Hopes, on en voit passer des groupes bourrés de talent qui méritent qu’on s’y penche de plus près.

Voici, pour vous faciliter la tâche, ce que le Doc’ et moi avons retenu durant les High Hopes du mois de janvier.

Pas facile de retenir un groupe sur tout un mois. Après beaucoup d’hésitations, je me suis enfin décidée sur un nom. J’aurais bien saluer l’effort doom du très occulte Wooden Stake mais avec un simple titre tiré d’un split, cela n’aurait sans doute pas été très fairplay pour les autres artistes fournissant des albums complets. Et puis, c’est toujours un plaisir de fouler les plates-bandes des autres collègues. C’est pourquoi, je vais piétiner celles de The Love Machine en retenant le groupe Hell In The Club. Pourquoi donc ? Très simple : un excellent premier album nommé Let The Games Begin. La pochette ne paie peut-être pas de mine (quoique plutôt suggestive on pourra le reconnaître) mais ce qui se trouve dans cette galette monte tout de suite plus le niveau. Un hard rock/glam très 80’s teinté de sleaze ramenant directement à cette scène scandinave menée de front par Hardcore Superstar ou Crashdïet.

Les plus médisants trouveront sans doute que cela manque beaucoup de testostérone mais se prendre un tel album dans la face fait toujours du bien là où il passe. Pas de prise de tête, tout est fluide, tout passe tranquillement. On met le cd dans son lecteur lors d’une soirée entre amis, on vérifie que le stock de packs de bières soit suffisant, on n’oublie pas non plus d’inviter de jolies filles et l’ambiance s’impose d’elle-même. Comme quoi la simplicité a du bon parfois. Et c’est souvent dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes également ! Sans compter que Hell In The Club permet de rendre hommage à la scène italienne. Cette dernière rime souvent avec Rhapsody Of Fire ou Lacuna Coil, il est donc bon de remettre les pendules à l’heure et prouver, qu’à l’instar de la scène française, les Transalpins ont également une scène metal/rock diversifiée.

Doc’, de son côté, préfère se diriger vers la complexité puisque son coup de cœur du mois reste sans équivoque le groupe Year Of No Light. Point de chauvinisme ici, le monolithe tout en nuances et reliefs développé par ces Bordelais mérite tout autant les louanges. Plus difficile d’accès, certainement la faute de compositions très longues (plus de dix minutes en moyenne), leur musique s’avère riche en émotions et nul doute que cela ne plaira pas à tout le monde tant l’écoute demande une certaine attention et état d’esprit afin d’en comprendre toutes les subtilités. Beaucoup d’énergie à déverser pour digérer leur Ausserwelt mais le jeu en vaut la chandelle. Pour tous ceux aimant des groupes comme Cult Of Luna et ayant accroché à une découverte High Hopes plutôt récente nommée General Lee, cette petite perle est pour vous. Reste à voir si la configuration entièrement instrumentale ne vous bloque pas trop. En attendant, peut-être que le Doc’ s’accordera le temps d’aller voir Year Of No Light en live lors de leur passage à Lyon le 12 mars prochain et ainsi confirmer tous les espoirs qu’il a placé en eux. Au passage, notez qu’il ne s’agit pas de la seule date prévue pour le groupe, avis aux intéressés !

————————————————————————————-

Liens des artistes « Révélations High Hopes »

Aone : MySpaceFacebook
Bad Tripes : MySpaceFacebook
Black Heat Shujaa : MySpaceFacebook
Earl Greyhound : MySpaceFacebook
Eldorado : MySpaceFacebook
Jumping Jack : MySpaceFacebook
Hell In The Club : MySpaceFacebook
Hord : MySpaceFacebook
Last Barons : MySpaceFacebook
Madonagun : MySpaceFacebook
Noïd : MySpaceFacebook
Prophet & The Cowboys Of Apocalypse : MySpace
Rintrah : MySpaceFacebook
Shock Troopers : MySpace
Year Of No Light : MySpaceFacebook
Zero Absolu : MySpaceFacebook
Zoe : MySpaceFacebook



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Altar - Jour 3
    Slider
  • 1/3