ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le dernier Maiden en question


Ca se passera ce mardi en direct dans Anarchy-x ! Nous allons disséquer The Final Frontier, le dernier album d’Iron Maiden, lors de cette émission qui se tiendra de 20h à 22h. Spaceman étant actuellement en vacances, il n’y aura que la crème de la crème puisque nous animerons à deux avec Metalo !

Par ailleurs, et c’est bien l’information principale de cette annonce, vous aurez le privilège d’assister à notre entretien téléphonique effectué avec Henry Dumatray. Journaliste à Voici,[/urlb] Henry est plus particulièrement connu dans le milieu du metal pour avoir écrit pendant de très longues années dans le magazine Hard Force, aujourd’hui disparu. Pour avoir partagé énormément d’expériences avec Iron Maiden, et en tant que grand connaisseur de la discographie du groupe, Henry nous apportera un éclairage fort instructif sur ce nouvel opus. Notre homme ayant été présent la semaine dernière dans les locaux d’EMI pour l’écoute de The Final Frontier.

Rendez-vous est pris ce mardi 13 juillet dans Anarchy-x pour évoquer le dernier Maiden. Cela nous permettra de passer allègrement les frontières du politiquement correct ! N’hésitez pas, pendant l’émission, à réagir et poser vos question par le biais du chat, de skype (pseudo : radiometal) et par téléphone au 09 77 21 75 22.

Interview :

Après être sorti de cette séance de pré-écoute, tu as mis sur ton profil Facebook que cette écoute avait été horrible et qu’elle t’avait donné l’envie de te suicider. Est-ce que tu passeras à l’acte, c’est bien ça la question ? (rires)

Non, ce n’est pas ça la question. Je ne pense pas que je passerais à l’acte, ça n’en vaut pas la peine, ne serait-ce que pour le plaisir d’aller réécouter les anciens albums d’Iron Maiden qui sont, à mon sens, beaucoup plus satisfaisants.

Pour te présenter à tous ceux qui ne te connaîtraient pas, tu es journaliste dans Voici mais tu as travaillé auparavant pendant 15 ans dans le défunt magazine HardForce. La presse metal ne te manque pas ?

Parfois si. Pas quand j’entends un album comme celui-ci par contre (rires) ! Si, la presse metal me manque énormément mais j’écoute toujours autant de metal et mes amis font partie de la grande communauté pour la majorité d’entre eux.

Avant de parler de The Final Frontier, j’aimerais que tu nous racontes un peu ton rapport avec Iron Maiden car apparemment c’est un groupe qui a une valeur sentimentale très particulière pour toi ?

Exactement. Je crois que c’est le groupe que j’ai le plus suivi pendant ma carrière de journaliste à HardForce. J’ai fait pour ainsi dire tous les concerts à partir de la tournée Powerslave. J’ai tourné avec eux, j’ai fait les Monsters Of Rock avec eux, j’ai volé dans l’avion de Bruce Dickinson, j’ai été chez Steve Harris pour l’interviewer, j’ai connu la période avec Blaze Bailey parallèlement avec Dickinson en solo… Effectivement, tout ça donne des souvenirs très forts. Dans tous ces événements, il y a eu beaucoup sur le plan musical: des concerts géniaux, des découvertes d’albums, notamment chez Steve Harris, très émouvants. Pour la petite anecdote, je me souviens m’être cassé le pied en jouant un match de football contre Iron Maiden, presse française contre le groupe. J’ai toujours un petit souvenir de ça, un petit bout d’os qui se balade dans le pied (rires). Voilà, c’est un groupe que je vénère et que je continuerai à vénérer, je crois, quoiqu’ils fassent pratiquement, comme le font pratiquement tous les fans d’Iron Maiden, les vrais.

Comme tu connais également le groupe sur le plan personnel, n’est-ce pas un peu difficile de les critiquer, que le fait que les musiciens soient limite des amis nuise à l’objectivité ?

Bien sûr que si ! Je me souviens, par exemple, du single « Virus » qui était sorti avec Blaze Bailey et que j’avais trouvé très bien en l’écoutant chez Steve Harris, dans ses studios. Par la suite, le temps passant, et le lieu et le contexte changeant, il faut avouer que ce morceau-là est loin d’être inoubliable.

Tu as mentionné tout à l’heure tout un tas d’anecdotes que tu avais avec Iron Maiden, notamment ce fameux match de foot. Ce n’est pas un secret que les membres du groupe sont des gros passionnés de foot, donc la question que je me pose est qui a gagné ce match ?

C’est toujours Iron Maiden qui gagne (rires) ! J’ai fait 2 matchs de foot contre eux, un durant la tournée No Prayer For The Dying et ce match en question durant la tournée Virtual XI. Je contraste un peu en disant que c’est surtout Steve Harris le gros fan de foot, un supporter ultime de West Ham. Les autres suivent plus que ne le précèdent. Dave Murray joue un petit peu, Jannick Gers aussi… Après, je ne me souviens pas avoir repéré chez Dickinson un enthousiasme particulier pour le football.

Steve Harris est-il meilleur footballeur que bassiste ?

Non, je trouve qu’il est vraiment excellent dans les 2 domaines. Il est évidemment l’un des meilleurs bassistes mais il joue également très bien au foot.

Il évolue à quel poste en tant que footballeur ?

Ailier gauche ou second attaquant on va dire.

Comment as-tu vécu l’évolution de Maiden vers un style de musique plus progressif, avec des albums comme Dance Of Death ou A Matter Of Life And Death, évolution que l’on retrouve également dans le nouvel album?

Je crois que la composante progressive a toujours existé chez Maiden. Il faut revenir à Somewhere In Time, par exemple, où il y avait des morceaux comme « Alexander The Great », qui étaient déjà très longs, très ampoulés dans le sens négatif mais très épiques on va dire. Il y a aussi Seventh Son qui est pratiquement un album progressif malgré qu’il comporte « Can I Play With Madness ? », single évident. Cette composante progressive a donc toujours été présente chez Maiden donc je ne suis pas vraiment surpris. On peut même aller au-delà en citant « Rime Of The Ancient Mariner » dans Powerslave. Iron Maiden a toujours fait de gros morceaux, des morceaux longs à tendance progressive mais qui conservait une « certaine patate ».

On va rentrer maintenant dans le vif du sujet, à savoir The Final Frontier que l’on a pu écouter tous les 2 dans les studios de EMI. Qu’est-ce qui explique que tu as si mal vécu cette écoute ?

Déjà, je m’attendais à quelque chose de plus brut. Je savais que les morceaux seraient longs mais je pensais néanmoins retrouver ces petites accroches propres à Maiden: ces petits refrains, ces petites gimmicks de guitare, ces petites mélodies. Tous ces éléments qui donnent envie de chanter et de taper du pied, ce que l’on ne retrouve pas. On a plutôt l’impression d’être énormément dans la démonstration de force. Il y a beaucoup d’idées qui défilent sans que l’on en retienne une en particulier. On passe de break en break, de riff en riff et rien de tout cela ne reste graver dans la tête. On a l’impression par moment que l’on va presque s’ennuyer.

C’est vrai que ce qui m’a frappé à cette écoute est ce côté interchangeable qui régnait. Tu pouvais prendre l’intro d’un morceau et la mettre sur un autre et cela ne serait pas très choquant. Un côté assemblage de différentes parties les unes aux autres sans forcément de liens entre elles…

C’est tout à fait ça. C’est une sorte de patchwork. Si j’étais plus présent dans l’actu du groupe en ce moment, je serais à même de dire: « C’est parce qu’ils ne se voient pas tant que ça, ils ont développer des idées chacun de leur côté et ont dû tout rassembler au moment de faire les morceaux ». C’est en tout cas, l’impression que cela donne. Maintenant, je n’ai aucune certitude quant à ça puisque je n’ai pas vu comment cet album avait été fait. Il est possible qu’ils l’aient composé tous ensemble, tous les 6, chacun mettant ses idées, discutant les uns les autres… Parfois, j’ai l’impression d’avoir du Dickinson solo ou Steve Harris qui part dans de grandes chevauchées à lui seul et j’ai également l’impression que les guitaristes se font plaisir un par un. Il ne faut pas oublier qu’Iron Maiden contient 3 guitaristes qui doivent chacun s’exprimer. Tout ça a donc été fait plus pour mettre en avant les individualités, plutôt qu’un groupe vraiment soudé. Après, il y a le titre de l’album qui est peut-être révélateur de quelque chose qui arrive à sa fin.

Personnellement, ce qui a rendu l’écoute difficile pour moi était l’agencement des morceaux: un titre épique, 4 titres courts expédiés à la va-vite puis l’enchaînement de 5 titres fleuve. L’ensemble m’a donné l’impression que c’était tout simplement indigeste.

Non, cela pourrait passer très bien cette façon d’agencer. Iron Maiden nous a prouvé par le passé qu’il était capable de composer des titres épiques où l’on ne s’ennuie pas. Il y avait toujours quelque chose qui accrochait, qui retenait l’attention. Là, il n’y a pas un refrain qui nous donne envie de chanter: on ne reconnaît pas le côté catchy de Maiden selon moi, même si on reconnaît qu’il s’agit bien du groupe bien entendu.

Ce qui m’a frappé en fait, c’est que les titres les plus médiocres sont les plus court. A l’inverse, les morceaux les plus longs m’ont bien plus accrochés. J’en ai donc conclu que le groupe ne savait plus écrire de morceaux courts d’où peut-être cette sensation d’un cruel manque d’accroche.

Déjà, « El Dorado » comme single, cela ne va pas être évident de le passer en radio. En même temps, ce n’est pas évident de passer Maiden en radio, le groupe ne pouvant être catégorisé de « groupe à singles », pourtant ils sont quand même passés auparavant. Franchement, j’ai trouvé que là, il n’y avait aucune véritable accroche. Après le fait de plus être attiré par les morceaux longs vient peut-être du fait que l’on arrivera à trouvé quelques moments qui passeront bien à l’écoute dans le titre en question.

Donc, plus le morceau est long et plus tu as de chances de tomber sur quelque chose qui va te plaire ?

Exactement ! C’est vraiment la loi du nombre. C’est sûr que les mecs de Maiden savent composer des morceaux, qu’ils ne manquent pas d’imagination et qui ont un style bien à eux. Donc, on retrouvera forcément un moment qui va nous plaire. Le problème est que l’ensemble ne nous plaira pas forcément. Et c’est la première fois en ces 15 albums d’Iron Maiden que je ressens ça à la découverte d’une nouvelle galette.

Le premier titre « Satellite 15 » fait un clin d’œil qu’il s’agit du quinzième album de Maiden. D’ailleurs, qu’as-tu pensé de l’intro extrêmement bruitiste et expérimentale de ce titre ?

Ça, cela aurait pu être du Dickinson solo mais je crois qu’il y a 3 minutes avant que ça parte. C’est quand même assez incroyable! On est vraiment dans l’attente. Ce n’est pas vraiment une intro, c’est un morceau et les idées se développent au bout de 3 ou 4 minutes. C’est très rare chez Maiden. Je pense que cela leur donnera le temps de monter sur scène, de s’installer, de prendre leur guitare et de commencer là-dessus, peut-être, mais quand on se trouve dans la situation où l’on écoute l’album chez soi, on est totalement perdu et l’on se demande quand ça va commencer.

Ce qui m’a le plus gêné dans cet album au niveau des morceaux progressifs était la construction. Une sorte de côté caricatural de la construction des titres qui est toujours la même. Lorsque tu enchaînes 5 morceaux qui appliquent exactement la même recette, cela finit par nous faire sourire.

Je ne sais pas, j’aime trop ce groupe pour sourire quand il y a quelque chose qui ne me plaît pas. On peut trouver quelques éléments par ci par là pour nous accrocher mais jamais l’on ne sera pris définitivement à accrocher pleinement. Peut-être est-ce simplement une première écoute, peut-être que l’on pourra s’approprier cet album au fur et à mesure des écoutes. J’attends de voir ça, je ne l’ai écouté qu’une fois pour l’instant et l’espère qu’en le réécoutant, j’arriverai à découvrir des choses que je n’avais pas remarqué de prime abord. Mais il faut avouer que la première écoute est très abrupte à se prendre dans la figure.

Tu nous as dit que Maiden a toujours été capable de faire des morceaux épiques. Ne penses-tu pas qu’ils se sont un peu reposés sur leurs acquis en ce qui concerne cet album et un peu avec le précédent également ?

Je pense plutôt qu’ils ont essayé de se faire plaisir. Le problème est qu’ils sont dans un stade dans leur carrière où ils n’ont pratiquement plus rien à prouver. Ils ont passé toutes les épreuves, maintenant, ils ont la reconnaissance. Je pense que s’ils continuent, c’est vraiment pour se faire plaisir. Je trouve qu’individuellement, ils ont réussi à se faire plaisir sur cet album. Maintenant, va-t-il faire plaisir aux fans ? Je l’espère vraiment mais je n’en suis pas certain.

Une dernière chose à ajouter ?

J’espère que la prochaine fois, je viendrais vous annoncer de meilleures nouvelles (rires) !



Laisser un commentaire

  • Moi je ne suis pas trop d’accord avec plein d’autre vous. Sauf avec spaceman ou je suis assez d’accord. Ils ont bien le droit de continuer leur carrière si sa leur font plaisir! Un fan ne doit pas dire à l’artiste « sa sa ne me plaie pas change le! », se serai un manque de respect. Et puis je suis désolé, mais dans les 3 dernier album de maiden, il y a des morceaux vraiment réussie même si ils sont pas 1er du top 50.

    The final frontier, bon on a tous écouté « el dorado » ou on voit que la qualité n’est pas la meilleur de tous. Mais moi j’attends d’écouté tout l’album! Car faut pas dire que 1 morceau définit tout l’album. Quand à Kiss, je trouve que le dernier et vraiment pas mal.

    Ces deux groupe ont des chose à prouvé oui! Avant pour moi le métal c’était Linkin Park, maintenant ils sont rien par apport à maiden, motorhead…

    Vous avez eu votre avis, vous avez la mienne

    [Reply]

  • au passage je trouve aussi le dernier ac/dc et scorpions dantesque !!!!!!!

    [Reply]

  • oue je veux bien mais personellement je trouve que cela reste qd meme trés bon dans un autre domaine , pi pr le nouvel album je pense qu’il faut attendre avt de dire du mal car tt le monde sait que un album de maiden surtout maintenant faut plusieur ecoutes pour le digerer

    [Reply]

  • @Spaceman: Oh 19? J’en ai donc passé à la trappe 9? Il va falloir que je m’écoute ceux que j’ai loupé un de ces quatre… même si j’ai un peu peur d’un côté car Kiss a un peu fait yoyo question qualité je trouve… Autant pour moi pour cette belle plantade ^^. Après, je suis d’accord avec toi, personne n’est à l’abri d’une déception, il suffit de voir des réactions sur le dernier Maiden où c’est assez mitigé.

    Mais il y a merde et merde Spaceman, tu sais. Ce que l’on appelle merde quand on est personnellement déçu mais qu’on ne peut s’empêcher de trouver des qualités avec tout notre bon sens objectif, et ce, même si au final, on n’adhère pas. Et merde dans le sens où tout le monde est d’accord sur la question (enfin pratiquement tout le monde).

    Quoiqu’il en soit, je dis que ces « groupes qui ont fait leur temps et qui n’ont plus rien à prouver » comme le dit si bien Benjamin nous gâtent tout de même. Entre AC/CD et leur Black Ice (descendez moi si vous le voulez, je le trouve très bon cet album… mieux que le précédent en tout cas), Motörhead qui sort encore des bons trucs (en même temps Motörhead stays Motörhead, souvent copié, jamais égalé). On peut aussi citer le dernier Ozzy qui est excellent (que je m’écoute en ce moment même) ou le dernier Scorpions également. Et n’oublions pas Alice Cooper (même des albums comme Brutal Planet où il s’était bien éloigné de ses racines avaient une part de charme)! Non, les vieux séniles ont encore des choses à dire, ils ne font plus forcément des classiques comme il y a 30 ans mais une certaine qualité est toujours au rendez-vous 🙂

    [Reply]

  • Tiens et si Spaceman tu restais en Espagne ce serait cool non ?!

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    Petite correction ma petite Margoth : Kiss compte dans sa discographie 19 albums studio contre 15 pour maiden… Donc, si, Kiss a un sacré paquet d’album a son actif, ce qui lui permet d’ailleurs quelques petites surprises dans les setlites en tournée comme il l’a prouvé au Hellfest.

    Quand aux vieux groupes qui font encore des albums aujourd’hui, ma position personnelle est : ils font bien ce qu’il veulent, c’est leur musique, pas celle des fans (personne les obligent à acheter les albums !). Qui suis-je pour exiger qu’ils s’arrêtent? Qui suis-je pour leur demander de s’excuser lorsque je suis déçu? Ce ne sont pas mes esclaves!

    Après, si leur nouvel album est nul ça ne m’empêchera pas de clamer que c’est de la merde – n’est ce pas Doc ;). Car ce n’est pas qu’un groupe a eu une longue carrière que l’on doit perdre tout sens critique. Autrement, c’est vraiment les prendre pour des vieux séniles : « leur nouvel album est pas terrible? Pas grave, ils ont fait leur temps. Arriver à un certain age vous savez… » C’est vraiment pire que n’importe quel critique!

    [Reply]

  • Merde, l’anonyme c’était moi

    [Reply]

  • @Benjamin: Personnellement, je ne demande pas qu’ils nous pondent des hits en puissance, juste qu’ils nous fassent des trucs avec une certaine qualité. Ce n’est pas parce qu’ils ont autant de longévité et qu’ils ont plus de 50 ans que cela reste une raison pour qu’on leur pardonne qu’ils se laissent aller et nous pondent de la merde. Autant mettre fin au groupe. Et si les mecs recherchent à se faire plaisir, ils n’ont qu’à faire comme Kiss et ne devenir qu’un groupe de live. Tu l’as dit, ils ont un répertoire, donc cela ne poserait pas de problème de bien faire durer le plaisir si le groupe ne devait compter que là-dessus (Kiss a quand même vachement moins d’albums à leur actif et ils font des tournées aussi gigantesques que Maiden).

    [Reply]

  • je pense qu avec la carriere qu’ils ont et l’age surtout , fo pas s’attendre a entendre des hits incontournables comme run to the hills ou fear of the dark ,

    [Reply]

  • concernant iron maiden je pense que a l’age qu’ils ont , il n’ont lus rien a prouver ils cherche juste a se faire plaizir , et franchement vous imaginez des mec de 50 ans pondre des hits incontournable !!!!!!!!!!!!!!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Epica + Vuur + Myrath @ Mérignac
    Slider
  • 1/3