ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival   

Le festival de la Foire aux Vins de Colmar 2011 : une vraie réussite


Du 5 au 15 août 2011, le festival de la Foire aux Vins de Colmar aura réuni plus de 86 000 spectateurs alors qu’en tout ce sont près de 275 000 personnes qui ont foulé les planches de la foire au cours de ces dix jours : une vraie réussite. Nous pénétrons dans l’enceinte du festival de la Foire aux Vins au moment où la douce musique d’Alain Bashung résonne dans les enceintes à l’instar des nombreux « bières fraîches ! » hurlés à plein poumons par les distributeurs qui déambulent dans l’arène. Il faut dire que ce dimanche 7 août s’annonce sacrément chaud du côté de la Hard Rock Session de Colmar avec, dans l’ordre d’apparition, les groupes Karelia, Stratovarius, Apocalyptica, Sepultura et Judas Priest.

Après les reportages au Greenfield, au Hellfest, au Main Square, au Sonisphere, au festival Léz’Arts Scéniques et à l’Amphi Fest, voici l’un des derniers volets retraçant nos pérégrinations sur les festivals d’été avec le festival de la Foire aux Vins de Colmar.

Karelia

Il est 17h lorsque Karelia monte sur les planches du festival avec une intro aux sonorités électroniques qui met bien dans l’ambiance. Le groupe est ravi d’être présent et a visiblement envie d’en découdre à l’image de Matthieu Kleiber (chant), sourire aux lèvres, qui arrive le dernier sur scène en courant. « On est très contents de vous voir » affirmera le chanteur au cours de ces trente minutes qui n’auront pas laissé indifférent. Le morceau « Restless » (2008) est toujours aussi accrocheur en live et Karelia n’hésite jamais à prendre des risques comme le prouvent la reprise de Queen « The Show Must Go On » à la sauce électronique, un solo de batterie dont on se demande si il était vraiment indispensable pendant un set aussi court ou ce « My TV Sucks » qui pose question. En effet, dans ce morceau extrait du nouvel album Golden Decadence dans les bacs le 26 août, le groupe fait une parodie rap qui, si elle a le mérite de ne pas laisser indifférents, suscite malgré tout la circonspection de bon nombre de spectateurs ! « Mais qu’est-ce qui se passe bord*l ?! » semblent se dire certains membres de la foule qui assistent à l’arrivée sur scène du chanteur avec des chaînes en or et un manteau en fourrure…

Matthieu « Joey Starr » Kleiber (Karelia)

Entre sourires et incompréhensions, bien difficile de déterminer si cette parodie n’apparaît pas comme une fausse-bonne idée car il est certain qu’elle casse le rythme du concert. Le tout est de savoir si c’est pour une juste cause. Les gradins auront en tout cas été très timides pendant ce set mais Karelia sera parvenu à chauffer correctement l’assistance avec sa musique variée mélangeant du rock, de l’indus et du power.

Une bonne entrée en matière.

Stratovarius

Stratovarius est la deuxième formation à fouler les planches du festival. Et dès le deuxième titre interprété, le public a droit à un moment fort avec le tube « Kiss Of Judas ». Timo Kotipelto (chant) est particulièrement en voix ce soir comme le montre sa très jolie interprétation du morceau « Forever » où le frontman chante les yeux fermés et tête baissée pour un moment d’émotion qui aurait pu tomber dans le superficiel mais qui, au contraire, restera naturel. Notons également le jeu de scène (!) du claviériste Jens Johansson dont l’instrument est penché en avant, tourné vers le public, ce qui permet aux fans d’observer les mains du musicien s’agiter sur son clavier.

Une bonne idée car on connaît l’importance de cet instrument chez Strato et il est en conséquence positif de voir la manière de faire du musicien mise en avant. Le fait que ce dernier ne reste pas à jouer dans son coin participe au caractère encore plus humain de l’ensemble de ce set. Le groupe séduit son audience et les applaudissements sont plus fournis que pour Karelia. Ceci n’est pas étonnant car, en ce dimanche 7 août, on sentira un vrai palier de franchi en termes de réaction du public à chaque nouveau groupe.

Jens Johansson (Stratovarius)

En tout cas, les Finlandais ont paru être surpris par la bonne ambiance régnant dans une foule où on notera d’ailleurs la première apparition de slammeurs. Le fameux « Black Diamond » verra Jörg Michael (batterie) lancer ses baguettes dans la foule pendant que son collègue frontman recevait des bouteilles d’eau du côté de la scène avant de les lancer lui-même dans la fosse : un double moment de partage qui représente bien l’esprit de ce très bon concert de Stratovarius.

Le groupe se réunira à la fin autour de Jörg Michael pour un acte fort symbolique quand on garde à l’esprit les récents problèmes de santé du batteur qui s’est remis d’un cancer.

Apocalyptica

On enchaîne avec Apocalyptica qui se produit devant un public acquis à sa cause. Très vite « Master Of Puppets », la reprise des Mets, met tout le monde d’accord. L’ovation est nourrie pour les Finlandais. Seul Tipe Johnson, le chanteur intervenant sur scène par intermittence, ne suscite pas un enthousiasme débordant. Il faut dire que sa plus-value est très discutable : sa voix se situant dans un registre heavy metal tradtionnel dénote dans la musique originale d’Apocalyptica. Par ailleurs, les compos sur lesquelles il intervient ne sont pas les plus accrocheuses du set…

Paavo Lötjönen (Apocalyptica)

Mais enfin, l’impact scénique d’Apocalyptica reste tout de même impressionnant et le « Nothing Else Matters » de qui vous savez fait partie de ces magnifiques alchimies entre un groupe et son public. Et quand, dans cette atmosphère, les derniers rayons du soleil traversent l’enceinte du festival de la Foire aux Vins de Colmar on se dit que l’on est vraiment en train d’assister à un petit bijou musical.

Apocalyptica en concert nous aura fait du Apocalyptica en concert… mais on ne s’en lasse pas.

Sepultura

Parlons maintenant de LA claque de la soirée : Sepultura. Le gros son de ce concert aura été sacrément jouissif à l’image de cette déferlante de metal/hardcore qui a même parfois fait mal aux oreilles ! Car Dieu que ce set était, à l’image de son intro, puissant. Derrick Green (chant) prendra même les baguettes pour taper sur sa batterie ce qui donnera un côté encore plus tribal à cette prestation live de haute volée. Les sourires entre les zicos font du bien et pour cause, la traversée du désert qui a suivi le départ de Max Cavalera est désormais terminée pour Sepultura. Ce dernier est de retour depuis un petit moment déjà mais on a l’impression qu’un cap a été franchi ces derniers mois en termes d’adhésion du public.

Derrick Green (Sepultura)

Le groupe interprétera sa reprise de Ministry « Just One Fix » qui figure sur Kairos, son dernier disque, tout en n’omettant pas les classiques que sont les terribles « Inner Self », « Ratamahatta » ou encore « Roots Bloody Roots ».

Nous partagerons donc le mot (en français s’il vous plaît) de Derrick Green à propos ce show qui aura donné la banane à l’assistance : « magnifique ».

Judas Priest

Un immense rideau avec le mot « Epitaph » inscrit dessus sépare la scène de Judas Priest et la foule. AC/DC s’enchaîne à Black Sabbath dans les enceintes avant que le légendaire groupe britannique ne finisse par fouler les planches du festival de la Foire aux Vins de Colmar. Comme avec Sepultura, le son est impressionnant mais pour le coup nettement trop fort. Situé à proximité des enceintes latérales, nous sommes même contraints de nous déplacer vers le centre de la fosse pour préserver nos oreilles face à ce véritable mur de son. Dommage.

Les musiciens sont en tout cas très en forme et Richie Faulkner (guitare) paraît être totalement intégré au groupe. On a même l’impression qu’il y a toujours joué ! Le guitariste (qui pour rappel a remplacé K.K. Downing sur cette « dernière » tournée du Priest) fait preuve d’une assurance remarquable qui doit être soulignée. Le sourire ne quitte jamais son visage et lorsqu’il souhaite qu’on augmente le son de sa guitare, il va même voir ses techniciens en se marrant !

Une bonne humeur communicative qui fait du bien.

Rob Halford (Judas Priest)

Côté spectacle, Colmar a pu apprécier un show de près de 2h30 où de jolies lumières côtoyaient des projections de fumée. Bien sûr, tous les tubes ont été joués ce soir dont ce fameux « Blood Red Skies », extrait de Ram It Down (1988), si peu joué en live et sur lequel Rob fut un peu juste vocalement. Si nous étions taquins nous dirions même que Rob a eu raison de laisser chanter le public entièrement pendant le morceau « Breaking The Law » ! Mais ce serait clairement faire un faux-procès car le chanteur aura très bien assuré ses parties vocales tout au long du set. La communion fut réelle avec l’audience comme le montrent les traditionnels « yeah yeah yeah » chantés par le frontman et repris par le public ou comme l’indique Scott Travis (batterie) qui n’aura pas hésité à sonder la foule avant les rappels pour que l’audience donne tout !

Un bon concert du Priest.

C’est donc sur une note positive de plus que se termine pour notre équipe le festival de la Foire aux Vins de Colmar. Moby, 50 Cent, Ben Harper ou encore Eddy Mitchell ont fait partie des nombreux artistes ayant foulé les planches de cette édition 2011. Parmi tous ces styles de musique éclectiques, la deuxième édition de la Hard Rock Session (qui comprenait d’ailleurs cinq artistes ayant des personnalités affirmées) aura été une très belle réussite.

Alors à l’année prochaine Colmar !

PHOTOS BONUS

Oh les poseurs !

Apocalyptica live

Judas Priest pendant sa conférence de presse

Judas Priest live

Karelia live

Sepultura en conférence de presse

Sepultura live

Stratovarius après son concert

Stratovarius live

Photos : Lost



Laisser un commentaire

  • Au fait, si quelqu’un sait répondre : pourquoi Judas n’a pas pu utiliser ses lasers ? Les photos des concerts avec lasers montrent qu’en terems de lighshow, ça en jette.

    [Reply]

  • Judas Priest a fait le même coup pour « Breaking the Law » au concert de Berlin, en même temps, lorsqu’une partie de la fosse s’amuse à mimer Rob au chant, fallait bien qu’il s’amuse à son tour !

    Joli compte-rendu en somme.

    [Reply]

  • Un moment de pure bonheur dans la fosse, même si l’air ne s’enflamme que à partir d’apocalyptica et que les pogos ne viennent qu’avec les airs de metallica, les concerts précédents de karelia et stratovarius balançais tout de même du gros son.

    [Reply]

  • bouamli nath dit :

    Excellent moment!!! grand bravo à mes préférés!!!Karélia!!! Nouvel album à découvrir!!!

    [Reply]

  • Quelle journée de ouf sa mère!! 😉

    [Reply]

  • Pour ma part, excellent concert du Priest avec un groupe trés en forme et effectivement un Richie totalement intégré, trés naturellement et qui imprime sa patte.
    En plus, des gradins, le son n’était pas trop fort.

    Et cette Foire au Vins est vraiment un festival génial avec sa programmation plus que variée et ce théatre ouvert sur l’extérieur, aéré. J’y avais vu Korn il y a quelques années et, déjà, l’endroit m’avait impressionné.

    [Reply]

  • super journée et super concert de priest pour moi le son etait exellent (meme pas trop fort) vivement l’année prochaine avec KISS (on peut rever)

    [Reply]

  • Curieusement, j’en ai eu pile les mêmes échos que Doc’! Merci pour les photos, je vous link sur Apo France dès que j’ai un moment, avec votre permission!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Shaka Ponk @ Paris
    Slider
  • 1/3