ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Le grand retour des Foo Fighters


Souvenez-vous. Le 16 novembre 2015, la communauté des amoureux des concerts sur Paris devait faire un choix cornélien entre quatre groupes : Papa Roach, Marilyn Manson, Deftones et Foo Fighters. Malheureusement, suite aux attentats du Bataclan, tout ceci fut annulé. Dave Grohl et ses comparses ont même avorté tout le reste de leur tournée européenne. Alors, quand le groupe a annoncé une date parisienne pour rattraper le temps perdu, il était évident qu’en à peine dix secondes toutes les places seraient vendues. Depuis l’annulation évoquée plus haut, on a eu le droit à un EP, Saint Cecilia, dédié aux victimes des attentats. Et tout récemment, avec le clip de la chanson « Run », le groupe a teasé son nouvel album qui sortira mi-septembre. Certains spectateurs étaient présents devant les grilles de l’AccorHotels Arena depuis 8H30 du matin, bravant ainsi le soleil. Des fans venant de tous les pays et dont beaucoup portaient des tatouages à la gloire de Foo Fighters.

Mais juste avant les Foo Fighters, le public a eu le droit à une première partie. Et pas des moindres car Red Fang nous a fait l’honneur d’ouvrir ce show exceptionnel. Ayant tout récemment régalé la foule du Hellfest 2017, on reprendra avec joie de ce stoner bien gras et jouissif avec ce côté rock’n roll rendant le tout bien plus abordable. La Valley à Clisson était blindée de monde qui sautait comme des dingues, avec ce fumet si particulier de marie jeanne. Mais dans cette grande salle parisienne la prestation restera plus simple avec un public moins réactif.

Artistes : Foo FightersRed Fang
Date : 3 juillet 2017
Salle : AccorHotels Arena
Ville : Paris [75]

Red Fang à toujours ce rituel en début de concert où tous les membres du groupe se serrent la main afin de se souhaiter bonne chance, renforçant ainsi leur esprit de cohésion. Si Red Fang ne peut pas profiter ici d’un public comme au Hellfest, nombreux sont ceux dans la salle qui connaissent déjà le groupe, ce qui permettra tout de même d’installer rapidement une bonne ambiance. Et comme le groupe jouit déjà d’un statut important, il profite, pour un groupe d’ouverture, d’une lumière de qualité, malgré une scène qui reste assez vide puisqu’il n’y a pas de backdrop mais seulement leurs enceintes. Evidemment, le son semble en deçà de ce que le groupe peut proposer généralement. Red Fang, c’est le genre de musique où on met nos amplis à 11 et où chaque accord nous met à terre. Ici, un peu trop d’aigu mais toujours une basse aussi grasse et des morceaux bien efficaces, notamment avec le mélange d’un chant plus clair et d’un autre plus rocailleux. Même si l’ambiance est là (malgré un public ne bougeant pas), on sent malheureusement une certaine fatigue sur ces morceaux que l’on aimerait plus pêchus. Sans doute que notre arena parisienne n’est pas le genre de salle qui convient le mieux aux groupes de stoner chaleureux comme Red Fang.

Setlist :

Blood Like Cream
Malverde
Crows In Swine
Wires
The Smell Of The Sound
Flies
Cut It Short
Prehistoric Dog

Avec Foo Fighters, on a l’impression de se trouver à une grande réunion de famille. Les enfants des membres du groupe n’hésitant pas à venir sur scène avant le début du concert pour motiver la foule ! Et dans un coin en arrière scène, on voit toutes les petites familles assises en train d’observer l’assistance, prêtes à profiter d’un concert exceptionnel dans le cadre de cette très petite tournée européenne. Sur les coups de 20h50, les lumières s’éteignent et c’est un Dave Grohl mâchant un chewing-gum qui arrive, seul avec sa guitare, dans le noir pour nous parler. Sûrement l’un des musiciens et frontman les plus charismatiques de ces dernières années. Prolifique et touche à tout, il est à lui seul une incarnation du terme rock’n’roll. Connu pour sa gentillesse et sa générosité, il ira même parfois durant le concert parler à ses filles. Le début du show est donc assez sobre, comme lorsqu’il s’adresse au public en jouant un doux riff. « Ça fait longtemps Paris… Trop longtemps. Cette nuit… va être une longue nuit, je peux vous l’assurer. » En effet, les Américains nous avaient manqués en live et le public est prêt à donner tout ce qu’il a lors de ce concert qui démarre avec beaucoup d’émotion sur le titre « Times Like These ». On part calmement pour 2h20 de concert de rock avec des tubes qui s’enchaînent très vite comme « Learn To Fly », « The Pretender », « Walk » ou encore « Something From Nothing ».

Et lorsque le temps sera venu de présenter les membres du groupe, chacun jouera son petit morceau personnel. Pour Chris Shiflett, le guitariste soliste, cela sera « Eruption » de Van Halen, et pour notre guitariste rythmique, Pat Smear, le groupe entier reprendra « School’s Out » d’Alice Cooper. Un hymne résonnant parfaitement en ce début juillet. Et on nous introduit un « nouveau » membre : Rami Jaffee, aux claviers. Pas si nouveau que ça car cela fait tout de même douze ans qu’il officie en live avec le groupe ! Mais il n’a été confirmé en tant que membre officiel seulement il y a quelques jours. Le musicien fêtera tout cela avec nous en jouant un solo. Le batteur Taylor Hawkins, de son côté, se la joue Freddie Mercury, exagérant ses vocalises pour faire chanter le public, et motivant une remarque de Dave Grohl : « Imaginez un groupe où Freddie Mercury est votre batteur, c’est mon groupe ! » Et pour Nate Mendel à la basse, un morceau de Yes sera proposé : « Heart Of The Sunrise ». Le groupe a bientôt neuf albums studios à son actif et une carrière de vingt-trois ans, alors évidemment on passe à côté de grands titres tels que peuvent l’être « Bridges Burning », « Generator », « The Feast And The Famine »… Mais l’audience a droit à un fabuleux best of ce soir avec un concert se terminant doucement par « Arlandria », « Best Of You » et évidemment « Everlong ». Pas de rappel mais vingt titres enchaînés avec des raretés comme « Skin And Bones », « Cold Day In The Sun » et une version plus calme de « Wheels ». Des jeux de lumières sobres sont proposés, appuyés de trois écrans, a un public qui ne lésine pas sur les efforts intenses pour rester debout dans ce carnage qu’est la fosse. Compacté, suant de tous les côtés, le public fait tout pour rester jusqu’aux derniers accords.

Cette fosse fait partie des plus chaude à laquelle on ait pu goûter, mais elle ne nous empêche pas de lever les bras et de chanter en cœur « These Days » et les autres tubes proposés ce soir. Avec des surprises ! Car oui le nouveau single, « Run », est également joué en live. Et pour le plaisir des Français seulement, une exclu avec le titre « Dirty Water » qui, dans la même veine que « Run », a pour mission de nous emmener tout d’abord dans une ballade très calme pour finalement tout exploser en un accord et faire trembler les murs. On est d’ailleurs heureux que les Foo Fighters fassent encore partie de ces rares groupes à faire des concerts de plus de deux heures à chaque fois. Avec pour but, à chaque concert, de partager une prestation unique, que ce soit en prolongeant des morceaux, en improvisant ou en laissant le public chanter des parties pour mieux ré-attaquer derrière. Des ballades ou du stoner, la musique des Foo Fighters est assez variée et abordable pour plaire à tous les publics. Tout le monde connait les morceaux ou les riffs par cœur, et chantera fort, le poing en l’air, ce répertoire devenu pour beaucoup un classique. Cette énergie positive qui sort de la scène est riche en émotion.

Foo Fighters est un groupe trop rare dans notre pays alors qu’il fait pourtant toujours l’unanimité. On espère les revoir très vite près de chez nous, y compris pour rattraper la date lyonnaise également annulée en 2015, peut-être pour le nouvel album prévu mi-septembre. Mais le principal est que l’attente soit bien moins longue !

Setlist :

Times Like These
All My Life
Learn To Fly
Something From Nothing
The Pretender
Cold Day In The Sun
Congregation
Walk
These Days
My Hero
Dirty Water
Skin And Bones
Run
This Is A Call
Arlandria
Rope
Wheels
Monkey Wrench
Best Of You
Everlong

Live reports : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3