ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report    Song For The Deaf   

Le langage noir de Ghost Brigade


Dimanche dernier, nous nous sommes rendus au concert de Ghost Brigade donné au Nouveau Casino de Paris et en voyant le quintet s’agiter devant mes mirettes, je me suis fait la réflexion suivante : voilà typiquement un groupe qui propose une recette musicale. Rien de péjoratif là-dedans, juste le constat que Ghost Brigade est un chef qui assaisonne ses plats avec différents ingrédients qui lui sont propres (et qui reviennent, comme une mélodie de guitare entraînante, encore et encore…) pour une dégustation toujours aussi salvatrice.

Ghost Brigade est un chef qui a par exemple la mélancolie accrochée à ses basques. Elle plane sur chaque morceau, à chaque vocalise de Manne Ikonen (chant) qui incarne d’ailleurs parfaitement les compos du groupe. Un peu malingre, un peu voûté, notre homme a sur les planches une apparence assez squelettique et le T-Shirt d’Entombed ‘Already Dead’ qu’il portait sur scène dimanche dernier renforçait d’ailleurs cette vision.


Artiste : Ghost Brigade
Date : 16 octobre 2011
Lieu : Paris
Salle : Nouveau Casino

Et quand il s’éclipse sur le magnifique instrumental ’22:22 – Nihil’ pour laisser ses collègues remplir l’espace, on prend encore plus conscience que Ghost Brigade est un groupe extrêmement doué qui a rapidement trouvé son propre son, sa propre identité, et on se plaît à contempler l’impact scénique de ses musiciens concernés.

En tant que fins gastronomes, les Finlandais ont par ailleurs compris que leur public appréciait Ghost Brigade pour la beauté de sa dimension épique. Cette dernière prenant tout son sens dans les magnifiques soli du groupe. A ce titre, les guitares de Tommi Kiviniemi et Wille Naukkarinen font voyager loin, très loin, et c’est d’ailleurs cela que le clip de Fursy Teyssier a su souligner et mettre en image. La libération du cœur et de l’âme que provoque l’écoute de Ghost Brigade trouve pour écho direct ces fameuses guitares qui introduisent, mais surtout concluent très souvent en apothéose, ses morceaux. ‘Clawmaster’ en est une preuve de plus et son adaptation live, surtout son final, fut en cette douce soirée d’octobre incroyablement orgasmique.

Ghost Brigade propose une musique pleine de ténèbres et de lumières où les sensations sont plus importantes que les explications. Quand ses ondes vous transpercent individuellement, qui plus est dans une salle obscure composée de personnes inconnues au bataillon, alors on se rend compte que la raison d’être et la mission de Ghost Brigade – à l’image de la musique en règle générale – est tout simplement de dévoiler une part du langage universel.

Et cette part : c’est la lumière noire.



Laisser un commentaire

  • J’ai découvert ce groupe grâce à RM, un seul mot me vient à l’esprit : GRANDIOSE. Mélodie et Mélancolie font vraiment bon ménage.

    [Reply]

  • Je m’étais fait exactement la même remarque (c’est à dire la présence d’une vraie ambiance propre au groupe) en voyant Behemoth, ou encore plus récemment Solstafir, en concert. Je me pencherais volontiers sur Ghost Brigade donc ^^

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3