ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le Longlive Rockfest veut réunir les communautés


Anthony Chambon, le programmateur du Longlive Rockfest dont la deuxième édition se tiendra sur deux jours au Transbordeur de Lyon les 13 et 14 mai prochains, est courageux. Car lancer un festival qui mélange punk, hardcore moderne, pop/punk et metal en France est un challenge pas simple à la base, et d’autant plus quand ce type de fest n’a pas lieu aux alentours de Paris, ville qui a tendance à vampiriser le monde des concerts.

« Il est évident que cela aurait été plus simple de faire ça à Paris » explique le co-fondateur d’Alternative Live, structure qui organise de nombreux événements de punk/hardcore/metal en France (Parkway Drive, Impericon Never Say Die Tour! etc.), « on s’est même posé la question de caler les dates du Longlive pendant le Hellfest dans le but de récupérer deux ou trois groupes. En effet la période de mai pour un festival n’est pas la plus simple sur le booking puisque cette période de temps est située juste avant le grand rush des festivals. » détaille Anthony au cours de notre échange.

Pour autant, Anthony explique que le challenge « était avant tout de faire ça à Lyon justement pendant une période où il n’y a pas grand-chose. C’était donc un challenge en ce qui concerne la ville choisie pour le fest et la période de l’événement où l’on ambitionnait, en étant situé entre le Groezrock et d’autres festivals importants, de récupérer des groupes pour notre affiche… ce qui ne marche pas toujours ! » déclare dans un grand sourire notre interlocuteur. Si justement la démarche éclectique d’un Hellfest réunie déjà la plupart des styles musicaux évoqués ci-dessus, l’approche du Longlive RockFest ne s’inscrit pas vraiment dans ce genre d’optique. D’une part parce que l’événement a lieu en salle et d’autre part parce qu’il met avant tout en lumière des groupes modernes qui touchent un public assez jeune plutôt tourné vers le hardcore new school, donc un peu différent du public metal pur et dur.

Pour sa première édition l’année dernière, édition qui avait lieu sur une seule journée, le festival avait effectué des ventes très correctes puisque près de 1 100 personnes avaient fait le déplacement au Transbo qui peut en contenir près de 1 500 dans la grande salle et quelques centaines sur la scène club. Cette année la tête d’affiche Simple Plan côtoie sur la programmation des artistes d’horizons variés (Satanic Surfers, Hypno5e, Celeste, Northlane, Rise Of The Northstar etc.) dont beaucoup sont anglos-saxons.

Une prog’ en forme de melting-pot qui, parfois, peut surprendre des fans plus habitués à avoir des plateaux assez homogènes en ce qui concerne le type d’artistes proposés par les tourneurs. « Cette affiche serait plus simple dans les pays anglos-saxons car le mélange musical est ancré dans leur culture. Les choses sont moins sectorisées, il y a moins de barrières entre le metal et le hardcore ou entre le pop/punk et le punk rock au niveau du public. C’est moins conflictuel. » évoque le programmateur. « Cette année c’est clair que Simple Plan est le groupe à la plus forte notoriété. Il est mainstream mais moi je fais partie des gens qui auraient fait le déplacement avec plaisir pour les voir alors pourquoi ce ne serait pas possible dans le cadre d’un tel fest ? Cette année c’est Simple Plan, mais cela pourrait très bien être dans le futur The Offspring, Blink 182 ou Bullet For My Valentine par exemple » explique Anthony Chambon qui chaque année souhaite faire passer des étapes à son bébé.

Concernant les critiques : « C’est sûr que tu as des gens que le mélange des genres dérange mais là ce n’est pas un mauvais mélange des genres. Moi, comme beaucoup, j’écoute tous les groupes présents sur cette affiche et cette dernière me semble vraiment logique ». Le festival est par ailleurs très heureux d’avoir pu de nouveau organiser le fest au Transbordeur, une salle qui le supporte véritablement dans ses actions. Du côté d’Anthony, qui organise des concerts sur Lyon et Paris depuis maintenant treize ans, on sent même la fierté de proposer un tel événement à Lyon. « On fait ça à Lyon car c’est ma ville, j’adore cette ville. Elle a une super dynamique au niveau du rock et est un vrai Carrefour de l’Europe. Il y a une dynamique locale avec des structures comme Sounds Like Hell Productions qui font du super boulot au niveau des concerts metal. Personnellement j’axe d’ailleurs 50% de ma communication sur le local même si on fait aussi de la promo en Suisse, en Italie, en Espagne, en Allemagne ou en Angleterre car on voit bien que le fest rameute des fans de partout. L’année dernière quelques Suisses, Italiens et Espagnols étaient présents et cette année il y aura encore plus d’Espagnols et de Suisses ».

Sur un autre sujet, passer le festival à trois jours n’est pas l’objectif a court ou moyen terme déclare le programmateur qui ambitionne néanmoins un jour de pouvoir proposer son fest en plein air, dans l’idéal au coeur de Lyon, même si cela coûte cher. « L’objectif futur sera de faire 10 000 personnes sur deux jours, soit 5 000 par jour, en plein air et avec plein d’activités proposées de type rampes de skate etc. mais on n’y est pas encore. Le plus difficile étant d’avoir la prog’ et les bons groupes aux bons prix et aux bons moments » confie l’organisateur qui explique avoir été à l’équilibre financier sur la première édition ce qui est en soi une belle réussite.

Cette année le fest proposera un grand market avec le merch des artistes, son partenaire historique Monster mais aussi des stands Sea Shepherd, Rock A Gogo etc. Nouveauté : un DJ sera présent pour égayer la foule qui pourra également s’alimenter avec des camions de nourriture plus nombreux que l’année dernière puisque sur l’édition 2015 le seul food truck présent avait été pris d’assaut et ne pouvait plus proposer de produits à partir de 18H ! « Sur les améliorations par rapport à l’année dernière, on voulait aussi rajouter une scène extérieure mais on avait déjà pas mal de contraintes, ce n’est que partie remise » déclare Anthony qui a décidé que la mezzanine du Transbordeur, située juste en face de l’entrée et du stand de merch Radio Metal, sera transformée en espace VIP durant toute la durée du fest.

Ce dernier démarre à 15H le vendredi jusqu’à minuit et à 13H30 le lendemain. Une after party est prévue à l’Ayers Rock Boat.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3