ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Le Metal sur Le Mouv’ : court et intense


tanguy1

Peu d’entre vous sont au courant, mais entre janvier et juin 2014, un ovni s’est posé sur Radio France. En effet, pendant six mois une émission sobrement nommée ‘Le Metal’ a diffusé de la musique violente, sale et jouissive sur l’antenne du Mouv’ tous les dimanches soirs. Bien décidé à enquêter sur cette initiative peu commune pour une radio hertzienne, Mickey de l’émission God Save The Punk a rapidement pris une bière avec Tanguy Blum, l’animateur du Metal sur Le Mouv’, qui a bien voulu revenir sur cette éphémère expérience.

En cinq questions/réponses, Tanguy nous parle de son rapport à la musique mais aussi de sa vision des radios musicales d’aujourd’hui et du rôle de ces dernières qui a évolué avec le temps.

Radio Metal : Bonjour Tanguy. Peux-tu te présenter et nnous décrire ton histoire avec le punk rock ?

Tanguy Blum : J’ai 31 ans et je viens de Lyon – une belle ville et un bon club de football aussi ! – j’habite à Paris depuis que j’ai 18 ans. Le punk rock, je l’ai rencontré en seconde avec NOFX et son album Punk In Drublic. Un de mes amis avait la cassette et on écoutait tout ça chacun avec une oreillette du Walkman. On a aussi beaucoup écouté l’album éponyme de Rancid. Après j’ai creusé grâce à des magazines comme Rock Sound ou Punk Rawk et j’ai découvert le punk rock de l’époque : Pennywise, Good Riddance, Lagwagon, No Use For a Name etc. Plus tard, j’ai lu un livre qui s’appelle England’s Dreaming de Jon Savage, un critique rock anglais. Je me suis mis à télécharger les albums de The Adverts, Sex Pistols, The Clash, The Damned, Sham 69, The Exploited… Et puis je me suis rendu à des concerts de punk et j’ai rencontré le hardcore avec Sick Of It All.

Tu peux détailler ton parcours radio ?

Je suis intermittent et je travaille beaucoup pour Radio France. J’ai bossé pour la matinale de France Culture, j’ai travaillé sur France Inter sur une émission d’été qui s’appelait « Au shaker, pas à cuillère » avec mon pote Christophe Payet et enfin sur Le Mouv’ j’ai fait une émission sur le punk, le hardcore et le metal pendant six mois beaux, intenses et grands (ndlr : depuis l’enregistrement de cette interview, Tanguy est devenu rédac’ chef de Good Morning Cefran sur cette même radio) !

Pourquoi as-tu voulu passer du punk et du metal sur Le Mouv’ alors que ces musiques ne sont quasiment jamais diffusées sur les radios hertziennes, qu’elles soient publiques ou privées ?

C’est déjà arrivé sur le Mouv’ par le passé dans les années 2000. Il y a aussi des émissions de punk et de metal en Angleterre. Il faut voir que le hertzien a un côté mythique, comme on l’a vu dans Good Morning England – ou Good Morning Vietnam ! – ou comme quand on écoutait les radios libres sous nos couettes dans les années 90. Je trouve important de faire rentrer dans ce mythe des musiques dures comme le metal, le hardcore, le punk, le stoner, le sludge, le grind, tous ces genres un peu mal compris. Il y a l’idée de redonner ces lettres de noblesse à cette musique et il y a aussi le côté service public : je trouve super important que le service public radiophonique diffuse toutes les musiques qui existent, a fortiori les musiques qui plaisent à la jeunesse.

tanguy2

Ton émission semblait rassembler une bonne communauté assez active et pourtant elle n’a duré que six mois…

En fait il y a un nouveau Président qui est arrivé à Radio France, il a mis en place un nouveau directeur de chaîne qui a décidé de faire une radio complètement différente. Je n’ai pas d’amertume, je savais très bien quand j’ai proposé cette émission que ça pouvait arriver à un moment ou à un autre. C’est sûr, j’aurais aimé que ça continue, mais bon…

Il y a beaucoup d’auditeurs qui écoutent les webradios parce que leur musique n’est jamais représentée sur les ondes hertziennes. Est-ce dû à un mépris de la part des programmateurs ?

Je pense que la radio n’a plus du tout le rôle qu’elle avait avant, c’est-à-dire de creuser le sillon des nouveaux genres musicaux qui apparaissaient. De fait, toutes les radios privées musicales sont là pour être relais des maisons de disques, de l’industrie du disque. Par exemple OUI FM qui est une radio rock prend peu de risque sur sa programmation. Il ne faut plus attendre de la radio ce qu’on en attendait dans les années 90. D’une part parce que les stations comme Fun Radio se sont commercialisées et d’autre part parce que la musique metal, punk et autres a trouvé d’autres relais.

Des médias comme Metalorgie, Radio Metal, CoreandCo, Thrashocore, VS Webzine (j’en oublie sûrement) sont des mines d’or pour quiconque s’intéresse un peu à ce genre de musique. Internet a clairement changé la donne. Quand tu parles de mépris de la part des programmateurs, je ne pense pas qu’on puisse avoir une vision aussi clivante. Je connais pas mal de programmateurs radio, ils passent de la soupe mais vont écouter chez eux ou en concert du son qui pète les oreilles. Le web a permis à ces musiques d’exister de façon plus libre. Pour moi, ce n’est pas grave si cette musique n’est pas représentée en radio. Je me tire une balle dans le pied en disant ça, mais si un jeune de seize ans aujourd’hui commence à s’intéresser au hardcore, avec Internet il peut se faire toute son histoire : Black Flag, Beastie Boys, Bad Brains, Youth Brigade, Youth Of Today jusqu’à Sick Of It All, Madball ou les trucs plus récents comme Turnstile. Il n’a pas besoin de la radio hertzienne pour ça.

Interview réalisée en face à face le 6 février 2015 par Mickey Guevara.
Retranscription, Fiche de questions et introduction : Mickey Guevara

Site officiel du Mouv’ : www.mouv.fr.



Laisser un commentaire

  • Etonnant. tous les commentaires ont disparus.

    [Reply]

    Heu… non.

    Pat

    hier , ils n’ apparaissaient plus en cliquant sur l’ article … jusqu’ à ce que je fasse mon comment ce matin 🙂 La magie du Net .

  • A mon humble avis ce débat est obsolète depuis longtemps. Au début, la radio servait, en plus de l’ information générale, à faire la promotion et à faire connaitre des artistes musicaux alors que l’ industrie de disque n’ en était encore qu’ à ses balbutiements. D’où des enregistrements en direct dans le studio des radios elles-même.
    Maintenant , avec le Net ,nous avons accès à tout , absolument tout. Sans attendre un hypothétique passage en radio. Nous faisons notre propre playlist au gré de nos envies. Nous sommes au courant de tout les sorties et les catalogues des éditions passées sont accessibles à l’ envie . Elle est loin l’ époque des magazines mensuels où nous avions des infos sur les nouveaux groupes ou ceux déjà en place. C’ est vrai cela avait son charme , autant que de trouver une édition rare vinyl en import ou trouver un album pirate . Soyons clair, Cette époque est révolue.
    Je pourrais tenir le même discours pour les chaînes de TV . Nous pouvons regarder ce qu’ on veut tout de suite , ou presque.
    Perso , la radio hertzienne n’ a jamais été vraiment LE média pour le Métal , à part Zégut dans les 80’s.
    bravo aux pionniers des premiers mags comme Enfer mais aussi auparavant à Best et Rock&Folk.
    Aujourd’hui , pour moi ,c’ est le Net avec Blabbermouth , Metalsucks avec en habillage sonore Radio Metal souvent et Deezer très souvent.
    Je rajouterai quelques sites de groupes mais ceux crées par des fans et non par le groupe ou son management : là , bonjour la langue de bois et l’ auto-satisfaction. Aucun intérêt.
    Par conséquent, une radio comme le Mouv’ , je m’ en fout totalement . D’ ailleurs l’ article ne me donne pas du tout envie d’ écouter.
    Je pioche a volonté sur la Toile et la mine est inépuisable en terme de découverte ou de re-découverte.Merci au streaming.
    Pour ma part,le Métal doit resté dans son antre, entre passionnés. Car ,c’est connu, tout pâli à la lumière.
    Ce n’ est que mon avis.

    [Reply]

    Alice

    Personnellement, je suis étonnée que les radios rencontrent encore du succès, vu la quantité de pubs qu’elles déversent, la généralisation de l’utilisation d’Internet, la présence de ports USB sur certains autoradios… Ptet pour ça que certaines ont dû pondre des chaînes de télé, j’sais pas. J’aurais préféré que ça n’arrive pas, en tout cas. o( +_+ )o

    Attention : ton commentaire est intéressant mais est rendu assez pénible à lire par l’espacement étrange autour de tes caractères de ponctuation… Il ne faut pas d’espace après les apostrophes ni avant les virgules, sinon tes lignes risquent de se couper n’importe comment, pis ça fait un peu gruyère. (Note : je m’entraîne à avoir du tact.)

  • Mouais, ça arrange tout le monde que le metal reste marginal et underground. Une grosse diffusion sur les FM et sur les TV ça ne collerait plus avec le produit proposé. Et puis quelle serait la réaction des gens qui en écoutent pour faire rebelle au moment où ça deviendrait un petit peu plus populaire ? Bref, ça arrange tout le monde. Et c’est bien dommage parce que je suis persuadé qu’un public bien plus large peut être intéressé par cette musique et ses dérivés.

    [Reply]

    Hum, je suis pas sur que ça arrange « tout le monde ».

    A mon avis, dans les métaleux, y’a ceux qui sont là surtout pour le coté underground/marginal, et ceux qui sont là juste parce qu’ils apprécient la musique (mon cas). Et donc pour les deuxièmes, je pense qu’ils ne serait pas vraiment dérangés par une popularisation de ce type de musique.

    BabaORhum

    Le problème c’est souvent généralisation va de paire avec baisse en qualité. Les exemples sont légions et déjà que perso je trouve que le niveau actuel stagne dangereusement… J’aime la musique et je n’en ai rien a carrer dans le fond du côté underground ou non mais j’ai appris a être exigeant.

  • Ce qui est triste c’est de se dire que les radios sont censées quelque part incarner la jeunesse.
    Or NRJ= musique de blaireaux poseurs et cagoles (la même playlist passé en boucle 4fois/heure), skyrock= plein feu sur le rap de merdeux de banlieue qui se prend pour 2PAC, funRadio= la radio branchouillarde electro fan de Guetta et autres tas de merde electro.
    Mais la jeunesse qui ecoute du rock (le bon hein pas coldplay ou autres soupes pour bobo dépressif vegan, du hard, du punk, du Metal il écoute quoi?
    On entend à longueur de temps que le Metal est une musique pour ado attardé donc ca devrait quand même être représenté non?
    en fait celui qui veut ecouter le rock ou du hard il doit malheureusement vendre son âme et ecouter soit RTL 2 la radio popMerde ou RTL la radio réac du foot de Papy en se couchant à pas d’heure pour écouter georges Lang en espérant qu’il passe de bons trucs et qu’il la ferme au moins un bon tiers du morceau.
    Triste représentation de la pluralité de la culture musicale en France!

    [Reply]

    Duncan

    Ca serait possible de refaire le même laïus sans les mots « merde » et « soupe » à tout bout de chant ?
    D’une part, je suis pas du tout porté sur les radios que tu cites, d’autre part le langage ordurier à outrance ne me permet pas d’aller dans ton sens pour autant…

    Alicce

    Et sans le « vegan » gratuit, sorti de nulle part et injustifié, aussi.

  • Metal'O Phil dit :

    Je suis très déçu du changement de direction chez le Mouv’ car j’étais avant ça un auditeur chevronné de la matinale du Mouv’, très moderne avec des sujets de sociétés traités intelligemment et dans l’air du temps, un regard pertinent sur la culture d’autjourd’hui et une bonne ouverture générale avec des sujets sur la BD, le jeu vidéo, les musiques alternatives (y compris le metal), etc.. Il m’est arrivé de faire de supers découvertes musicales.

    Vraiment dommage, car depuis, Le Mouv’ est redevenu cette caricature de « radio djeunz » avec de la soupe en guise de playlist.

    [Reply]

  • Je suis assez d’accord avec ce monsieur en fait. Et je trouve ça dommage que les radios préfèrent passer de la soupe. Bon encore qu’ils en passent admettons, mais s’ils pouvaient alterner avec d’autres choses, je pense que ça remotiverait les gens à écouter la radio hertzienne.

    J’aime beaucoup les webradios métal, justement parce que je peux écouter de tout. N’étant pas spécialement sectaire au niveau métal, il y a un vaste choix, et on découvre parfois d’excellentes choses. L’inconvénient, c’est que je ne peux pas les écouter sur mon mp3 ou en voiture. Mais bon on peut pas tout avoir.

    [Reply]

    Duncan

    Pour ma part je suis assez partagé. Comme toi, j’aurais tendance à être d’accord avec lui mais je reste persuadé qu’il y a une volonté quelque part de marginalisé le metal et de l’exclure de la radio.
    Puis reste le problème de la voiture : à quand un ordinateur de bord qui passe RM en conduisant ? En attendant, c’est un peu l’austérité musicale au volant… :s

    Butor

    Pour les radios en voiture ça va changer, puisqu’on va sous peu passer à la radio numérique, et là on aura très certainement un vaste choix de radios, et qui sait peut être des radios comme RM dans sa voiture, ça serait sympa!

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3