ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Le respect des anciens


Jon Lord est une légende. Pas seulement parce qu’il est l’un des membres fondateurs du groupe non moins légendaire Deep Purple (qu’il a depuis quitté en 2002 laissant le batteur Ian Paice comme ultime gardien du temple et de l’héritage des débuts) mais parce que dans le monde de notre genre musical favori dominé par le pouvoir des guitares, l’organiste fait figure d’exception.

Effectivement, de tous ces musiciens issus de cette période fondatrice pour le hard rock et le heavy metal qu’est la fin des années 60 et le début des années 70, qui se souvient de noms de claviéristes aussi bien que de ces Jimmy Page, Tony Iommi, Ritchie Blackmore, Pete Townshend, Eric Clapton, Alvin Lee et autres inoubliables six-cordistes ? Qui plus est : qui se souvient aussi bien d’organistes majeurs de ce temps comme Vincent Crane (Atomic Rooster) ou Doug Ingle (Iron Butterfly) que de Jon Lord ? Donc un musicien unique, irremplaçable et une indubitable influence pour tout ces groupes actuels incluant un clavier dans leur line-up.

Mais la légende vivante se retrouve aux prises avec un cancer – c’est ce qu’il nous a appris il y a trois semaines – menaçant de faire basculer cette figure imposante dans l’histoire ancienne. Une nouvelle qui a tout de suite déclenché une vague de messages de soutien comme nous le dit maintenant Jon Lord sur son site : « Juste une ligne ou deux de la part d’un humble musicien bouleversé et heureux. Vos messages suite à l’annonce de mon état m’ont touché au cœur de sorte que cela m’a vraiment aidé à rendre ma vie meilleure que ce qu’elle a risqué de devenir à plusieurs occasions ces dernières semaines. […] J’en ai lu plusieurs avec les larmes aux yeux, reconnaissant que je suis pour cette preuve en acier de la bonté innée de l’être humain et reconnaissant envers chacun d’entre vous pour soutien inflexible. Ce message est aussi adressé à toutes les personnes aussi merveilleuses d’autres sites web dont le soutien fut aussi fort et chaleureux. […] Le traitement se poursuit, j’ai confiance et je suis soutenu par ma magnifique famille et mon fantastique groupe d’amis. »

Eh bien, monsieur Lord, recevez encore tout notre soutien, soignez-vous bien et faites en sorte qu’on dise que vous n’avez pas chopé un cancer mais, au contraire, que ce soit le cancer qui se retrouve aux prises avec un Jon Lord.

Animalement vôtre.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3