ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

LE RETOUR DU GIRL POWER



Indica, c’est le nouveau poulain de l’écurie Nuclear Blast : après avoir fait leurs gammes et s’être constitué une solide fanbase dans leur pays d’origine avec leur « pop-rock paysagiste », les cinq petites Finlandaises ont été propulsées dans le grand bain en 2009, en assurant la première partie de Nightwish sur la tournée européenne. Après quatre albums et un best of en finnois, Indica s’apprête aujourd’hui à conquérir le vieux continent avec un premier album en anglais, A Way Away, produit par Tuomas « M. Nightwish » Holopainen.

Jonsu, Jenny et Sirkku, trois des membres du groupe, étaient présentes à Paris à la fin du mois de mai pour une journée promo marathon. Après avoir été chargés comme des mulets de goodies à l’effigie d’Indica, nous avons pu poser quelques questions à ces musiciennes souriantes et ultra-motivées, fières de leur nouveau bébé et ravies de l’accueil que la France leur a jusqu’ici réservé.


(Photo : Jonsu) « Le public n’est peut-être pas habitué aux groupes exclusivement féminins hors de Finlande. Mais de là à dire que nous avons quelque chose de plus à prouver… Je ne pense pas. »

Quand vous écrivez les paroles d’Indica, quelles sont vos principales influences ?

Jonsu : La vie et les gens, principalement.

[/urlb]

N’est-ce pas trop difficile pour cinq filles de se lancer dans le rock ? Avez-vous parfois l’impression d’avoir davantage à prouver qu’un groupe de garçons ?

Jonsu : Je ne dirais pas cela. Aujourd’hui, un groupe composé uniquement de filles, ce n’est pas si rare. Lorsque nous avons formé le groupe en Finlande il y a neuf ans, ce n’était pas courant, mais aujourd’hui, ce n’est plus un problème.

Jenny : Le public n’est peut-être pas habitué aux groupes exclusivement féminins hors de Finlande. Mais de là à dire que nous avons quelque chose de plus à prouver… Je ne pense pas. La musique parle d’elle-même !

Vous avez déjà sorti quatre albums en finnois et jouissez d’une belle notoriété en Finlande. A Way Away, dont la sortie est prévue à la fin du mois, est votre premier album en anglais. L’idée de passer au niveau européen vous angoisse-t-elle ?

Jonsu : Non, faire de la musique ici n’est pas très différent par rapport à la Finlande. Nous avons déjà effectué une tournée en Europe et une en Scandinavie, et donné quelques concerts à l’étranger, comme à Tokyo ou au Kosovo. La musique, c’est avant tout toucher les gens et leur apporter des choses positives, peu importe le pays où on se rend.

Pourquoi avoir choisi d’adapter certains de vos vieux tubes finnois en anglais pour ce nouvel album ? Pourquoi ne pas écrire de nouveaux titres ?

Jonsu : Nous avons donné plusieurs concerts en Europe, et les fans réclamaient ces chansons à chaque fois. Jusqu’ici, pour écouter les titres en anglais, ils n’avaient que des versions YouTube minables à se mettre sous la dent. Nous avions également très envie d’utiliser certains de nos titres préférés. Certaines de ces chansons étaient assez anciennes, et nous voulions modifier plusieurs choses au niveau de la production et des arrangements. Au début, nous avions seulement l’intention d’utiliser quelques anciens titres, et au final, nous nous sommes retrouvées avec 25 chansons que nous voulions absolument utiliser ! Quand il a fallu faire un choix, cela été un vrai pugilat ! Mais le prochain album sera totalement inédit. En fait, cet album s’est révélé le plus difficile à réaliser.

À partir de maintenant, allez-vous sortir exclusivement des album en anglais, ou peut-on s’attendre à de nouvelles chansons, voire des albums complets, en finnois ?

Jonsu : Ce qui est sûr, c’est que notre prochain album sera en anglais. Mais il n’est pas impossible que nous repassions au finnois dans le futur. Pour l’instant, nous nous concentrons sur l’anglais.


(Photo : Sirkku)« Personnellement, je suis assez vieux jeu et je préfère avoir l’album physique. J’aime particulièrement les vieux vinyles. »

Le premier extrait de l’album, « In Passing », est disponible au téléchargement depuis quelques mois. Étant donné l’état actuel du marché, pensez-vous que le numérique soit une solution ?

Jonsu : Je ne sais pas. Personnellement, je suis assez vieux jeu et je préfère avoir l’album physique. J’aime particulièrement les vieux vinyles. D’ailleurs, notre album doit également sortir au format vinyle, avec deux titres bonus : « Breath » et « Nursery Crimes ». Pour moi, le numérique n’a rien de très intéressant.

Le clip de « Straight & Arrow » est très différent de toutes vos autres vidéos. Vous nous aviez davantage habitués à des clips se déroulant dans la forêt, en pleine nature, alors que celui-ci se passe à Tokyo. Quelle est la genèse de cette vidéo ?

Jonsu : L’idée est venue de cet affreux photographe français, Denis Goria. Non, sérieusement, c’est un type très sympa et très talentueux. Il nous a accompagnées à Tokyo pour un concert et nous avons pensé que nous pouvions tirer parti de l’occasion pour filmer la vidéo. C’est de la que tout est parti. Ce n’était qu’une vidéo bonus pour les fans, « In Passing » est le premier vrai clip pour cet album, mais à l’origine, ce n’était qu’un teaser !

Avez-vous apprécié votre expérience japonaise ?

Jenny : Oui, c’était un endroit intéressant. Je n’y étais encore jamais allée, c’était une première.

Jonsu : Le concert que nous avons donné là-bas était très sympa. Mais Tokyo ou du moins le centre ville, est un peu trop peuplé pour moi. J’adore visiter la ville, mais je ne pourrais pas y vivre plus d’un mois !

[/urlb]

Il y a sans doute plus de gens à Tokyo que dans toute la Finlande !

Jonsu : Oui, et notre hôtel se trouvait juste à côté du carrefour le plus fréquenté de la ville !

Tuomas Holopainen de Nightwish a produit ce nouvel album en anglais, ainsi que le précédent en finnois, Valoissa. Comment était-ce, de travailler avec lui ? Qu’a-t-il apporté à la musique ?

Jenny : C’était génial de travailler avec lui. Il est un peu devenu le sixième membre d’Indica. Il a vraiment mis tout son c?ur dans ce projet. Nous avons eu de très bonnes idées grâce à lui.

Jonsu : Il a permis au groupe de travailler en tant qu’entité – à l’exception de cette fameuse fois où tout le monde a pu quitter le studio, sauf moi ! Comme il est lui-même compositeur, c’était intéressant d’entendre ses opinions et ses idées pour les chansons.

J’ai lu sur votre site que certaines chansons au départ très pop-rock, comme « Vuorien Taa », sont devenues plus symphoniques sous sa direction ?

Jonsu : Tout à fait. Nous avons ajouté des ch?urs et un orchestre sur quatre chansons.

Jenny : C’est quelque chose que nous avons toujours souhaité, mais que nous n’avions jamais eu la chance de faire. Cette fois, nous avons exigé l’orchestre symphonique !

Jonsu : On se moquait complètement de perdre tout notre argent ! Nous voulions simplement réaliser l’album parfait, sans aucune maison de disques pour le financer, afin que nous puissions passer autant de temps dessus que possible. Au final, cela nous a pris un an et demi. L’orchestre est présent sur quatre chansons : « Eerie Eden », « Lilja’s Lament », « Islands of Light » et « As If ».


(Photo : Jonsu)« Nous avons alors fait un pacte avec Tuomas : il devait se tenir derrière le rideau pendant nos concerts, et si quelqu’un se mettait à nous envoyer des tomates, il les rattraperait. Heureusement, on ne nous a rien envoyé du tout ! »

Vous avez parcouru l’Europe avec Nightwish l’an dernier. Quel accueil le public vous a-t-il réservé ?

Sirkku : Un accueil étonnamment bon. Très différent de ce à quoi nous sommes habituées en Finlande. Ici, les gens sont beaucoup plus ouverts.

Jonsu : Bien sûr, aujourd’hui, nous avons des fans très fidèles en Finlande. Le public est un peu plus ouvert, parce que nous faisons cela depuis des années. En Finlande, quand le public ne connaît pas un groupe, il se contente de rester planté à vous regarder. En Europe, même ceux qui ne nous connaissaient pas étaient très énergiques et avaient l’air de passer un bon moment. Nous avions entendu des horreurs sur les groupes de première partie, nous étions persuadées de recevoir des bouteilles et des tomates ! Nous avons alors fait un pacte avec Tuomas : il devait se tenir derrière le rideau pendant nos concerts, et si quelqu’un se mettait à nous envoyer des tomates, il les rattraperait. Heureusement, on ne nous a rien envoyé du tout !

Jenny : Sauf cette fois où nous avons reçu de l’argent sur scène ! C’était suite à quelque chose que tu as dit.

Jonsu : Nous étions au Danemark et j’ai dit au public que nous aimerions aller à Legoland, mais que nous n’avions pas d’argent. Quelqu’un dans le public nous a lancé de l’argent pour que nous puissions aller à Legoland ! J’aurais dû dire cela plus tôt, nous serions devenues riches ! C’est comme cela que nous avons gagné tout notre argent du mois !

Jonsu, en 2007, tu as enregistré un titre en finnois avec Nightwish, “Erämaan Viimeinen”. Comment as-tu été impliquée dans ce projet ? Tuomas a déclaré dans une interview qu’il était ivre lorsqu’il t’a demandé de le faire. C’est vrai, cela ?!

Jonsu : Oui, il était un peu ivre, et il l’a sans doute regretté le lendemain ! C’était après un de nos concerts au célèbre club rock d’Helsinki, le Tavastia. Il m’a dit qu’il était un grand fan d’Indica depuis les débuts du groupe et il m’a demandé si je pouvais chanter sur un titre. Je l’appréciais beaucoup en tant que compositeur, alors j’ai dit oui.

Jenny : C’était très drôle, parce que beaucoup de gens pensaient qu’il s’agissait d’une chanson d’Indica. Apparemment, on aurait dit notre style de musique !

Beaucoup de fans s’attendaient à te voir interpréter « Erämaan Viimeinen » sur scène avec Nightwish lors de la tournée européenne. Pourquoi cela ne s’est-il pas fait ? Était en raison de la présence de Troy Donockley, ou par « respect » pour Anette ?

Jonsu : Pour être honnête, nous n’en avons jamais parlé !

Jenny: Je pense que c’était dû à la présence de Troy, il n’y avait pas besoin d’une chanteuse supplémentaire.

Lorsque je vous ai vues sur scène en avril dernier, vous avez interprété une reprise du « Wuthering Heights » de Kate Bush. Cette version était très impressionnante, car ta voix, Jonsu, correspond parfaitement à la chanson. Je suis très déçue : j’ai jeté un ?il à la track-list du nouvel album, et la reprise n’y figure pas !

Jonsu: Tu voulais vraiment la voir figurer sur l’album ? En fait, nous étions en train de nous dire que nous avions besoin de titres bonus sur le prochain single, et nous nous demandions si nous ne devrions pas enregistrer « Wuthering Heights ». Si tu veux vraiment ce titre, il sera sur le prochain single. Et si on nous demande pourquoi il est là, on dira que c’est à cause de toi !


« Nous étions au Danemark, et j’ai dit au public que nous aimerions aller à Legoland, mais qu’on n’avait pas d’argent. Quelqu’un dans le public nous a lancé de l’argent pour que nous puissions aller à Legoland ! »

Merci ! Pourquoi avoir choisi de reprendre cette chanson en particulier ?

Jonsu : Le journaliste qui a réalisé notre première interview a eu l’occasion d’assister à une répétition et il nous a dit que notre musique ressemblait à celle de Kate Bush. Ce nom me disait quelque chose, mais je ne savais pas du tout à quoi sa musique ressemblait. Comme il y avait une médiathèque à l’étage du dessous, je suis allée emprunter trois de ses albums. J’ai adoré, et c’est pour cela que nous avons décidé de reprendre du Kate Bush. C’était un peu par accident !

Allez-vous partir en tournée pour ce nouvel album ? Aura-t-on la chance de vous voir en France ?

Jenny : Oui, nous allons partir en tournée. Nous n’avons pas encore tout à fait fixé les dates, mais nous serons en Europe en automne. Et nous passerons bien sûr par la France !

Jonsu : Les dates allemandes sont déjà en vente. Les autres dates européennes seront sans doute annoncées à la fin du mois de juin.

Entretien réalisé en mai 2010 à l’Hôtel Royal Fromentin (Paris XI)

Myspace INDICA :
www.myspace.com/theindicaband



Laisser un commentaire

  • Super interview! ^^

    [Reply]

    Alice

    J’adore Indica, mais enfin, chacun ses goûts! ^^ Et je pense que variant les goûts, ça dépendrait des chansons à écouter… Par exemple, « Straight and Arrow » conviendrait à des gens écoutant du métal alors que « Linnansa Vanki » serait plus pour ceux qui aiment la pop…

  • Margoth/RM dit :

    Le fait que Simone fasse plus l’unanimité est peut-être qu’elle est tout simplement agréable pour les yeux. Par contre, ce que je trouve dommage avec elle, c’est qu’elle ait une belle voix mais qu’elle puisse être aussi inégale en live (autant elle peut donner une bonne presta, autant elle peut se foirer totalement)… Et je suis pas non plus une grosse fan d’Epica.

    Au sujet d’Indica, on les catégorise en « pop/rock paysagiste ». J’ai trouvé le côté pop/rock, pas de problèmes. Le côté paysagiste, je ne vois pas du tout tant par la définition que par le ressenti. Dommage car peut-être que l’on rajouterai une petite touche d’instruments traditionels nordiques à leur musique, cela pourrait donner quelque chose d’intéressant. Au lieu de ça, j’ai l’impression d’avoir en face de moi un énième groupe de pop/rock fade et sans saveur. Qui sait? Elles redresseront peut-être la barre par la suite… Et non, elles ne m’achèteront pas avec des bonbons :)!

    [Reply]

  • Spaceman4ever dit :

    Musicalement, c’est quand même pas fameux…

    [Reply]

  • @ Saff’/RM comment peut on ne pas aimer les soeurs Brönte? lol
    J’ai découvert ces bouquins (surtout Wuthering Heights)avec une prof qui nous apprenait à lire entre les lignes, tu découvres tout un tas de sens cachés, de sous entendus… Elles avaient un sacré talent pour déjouer la censure ^^
    Bref je m’égare un peu du sujet initial lol

    Pour en revenir à Indica, j’ai écouté quelques extraits sur leur myspace j’ai pas complétement accroché…

    [Reply]

  • @Margoth : bien sûr, et j’aime Epica pour les mêmes raisons. 😉 (Sauf que bizarrement, Simone fait ‘achement plus l’unanimité qu’Indica…)

    [Reply]

  • Margoth/RM dit :

    Je comprends mieux pourquoi Saff’ apprécie Indica, c’est pas pure solidarité entre rouquines :):):)

    [Reply]

  • Nooooooon, je suis pas d’accord ! Si vous avez eu la chance de ne jamais mettre le nez dans « Les Hauts de Hurlevent », tenez-vous éloigné de ce bouquin ! Et tant que vous y êtes, ne touchez jamais non plus à « Jane Eyre »…

    Les soeurs Brontë et moi, on s’entend pas bien. 😉

    [Reply]

  • @Lizzie : Moi je préfère cette reprise d’Angra ! Les Hauts de Hurlevent est en effet un sacré livre que je conseille à tous nos lecteurs d’ailleurs.

    [Reply]

  • L’interview m’a donné envie d’aller écouter leur cover de Wuthering heights…Très réussie!
    Un classique du genre (le bouquin autant que la chanson d’ailleurs…)

    [Reply]

  • King Asator dit :

    t’as pas d’âme lol tu pourriras en enfer lol

    [Reply]

  • Moi j’ai pas de problème avec les roux ! Enfin si… Mais pas avec les rousses, j’aime bien ça moi les rousses ! Mais par contre Indica… Bah !

    [Reply]

  • Tiens, on a cet abruti fini de Cartman sur Radio Metal ? Qui l’eût cru…

    Pour info, je suis presque aussi rousse que Jonsu, t’as un souci avec ça ?

    [Reply]

  • King Asator dit :

    ahhhhhhhhh dégueulasse !!!! plein de roux mdr

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3