ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Le « soap-opera » Black Sabbath ne prend pas de weekend


Voilà bien tout ce que nous espérions voir en rentrant de weekend concernant Black Sabbath : des images de leur concert de chauffe à Birmingham le samedi 19 mai, à la fois pour sentir le fruit de leurs répétitions, pour bien voir, on imagine, si le guitariste Tony Iommi tiendrait tout un show et aussi, du côté des symboles, pour un retour aux sources du metal. Et on imagine combien les Brummies (surnom des habitants de Birmingham) ont dû être heureux au cours de ces retrouvailles. Et on se réjouit aussi de ces images, même si on n’était pas de la fête, ne serait-ce que parce qu’on peut être rassuré quant à l’état de santé et la forme générale d’Iommi.

On a vraiment pensé partir en weekend tranquillement, sans que les polémiques autour de l’absence de Bill Ward et de cette reformation incomplète, n’enfle en deux jours. D’ailleurs, déjà jeudi 17 mai, le groupe l’avait dit : « Nous avons décidé de ne pas faire de commentaire détaillé sur le dernier message de Bill. A toute histoire, il y a deux côtés. Nous avons travaillé en répétitions et faisons d’excellents progrès après le traitement de Tony, et nous avons engagé un batteur remplaçant pour les prochains concerts. Rendez-vous au Download. »

Et puis, vendredi soir…

Vendredi 18 mai, en fin de journée, une mise à jour du site officiel Blacksabbath.com a été faite. Et les fans ont découvert très vite que quelque chose clochait : toutes les photos présentes sur le site ne montrent que trois membres et ont toutes été coupées, effaçant Bill Ward à chaque fois, comme s’il n’avait jamais existé. Les plus calés en histoire évoquent des méthodes staliniennes en faisant référence à l’effacement des clichés photographiques de certains personnages au fur et à mesure qu’ils étaient eux-mêmes effacés de la surface de la Terre ou de la mémoire des camarades du temps de la domination de Staline sur l’Union Soviétique.

Black Sabbath venait-il de porter un coup honteux à sa propre histoire, en niant l’existence d’un de ses membres fondateurs, son apport à cette histoire et son œuvre ? Comme s’il affirmait, en plus, que le groupe avait fondamentalement toujours été un trio ? Heureusement, le lendemain, ils nous expliquaient cette « affaire des photos » sur le site : « A la demande de Bill Ward, via son avocat, afin de ne pas donner une mauvaise impression au public quant à son implication dans l’actuel line-up de Black Sabbath, nous avons temporairement retirer les images de Bill Ward des principales pages du site officiel blacksabbath.com. En accord avec la demande de l’avocat de Bill Ward, nous le faisons ainsi pour la durée des prochains concerts. »

Voilà au moins une explication qui nous montre qu’il n’y a aucune traitrise derrière cet acte et aucune vindicte en cours. Bill Ward ne s’est d’ailleurs pas manifesté là-dessus ; apparemment, on doit nous dire la vérité. On se demande tout de même : fallait-il le faire ? Les différents communiqués de Bill Ward depuis plusieurs semaines nous disaient qu’on lui refusait beaucoup de choses ou qu’on ne lui proposait que des arrangements indignes du côté des représentants de ses trois vieux copains. Et le seul moment où on tombe d’accord, la seule chose que chaque parti concède, c’est d’agir d’une manière qui allait inévitablement faire jaser, hurler, se révolter le fans (surtout si on ne les prévient pas au préalable) et risquait donc de souiller encore les événements du weekend. Enfin, ne serait-ce que par amitié, personne n’a pensé, à un moment, à dire : « Non, même si c’est lui qui le demande, on ne peut pas l’effacer, même temporairement de notre histoire » ?

Bon, dans ce récit, nous sommes déjà le 19 mai, jour du concert, a priori, plus rien ne va se passer évidemment.

Raté ! Black Sabbath avait dit qu’ils ne commenteraient pas les propos du batteur mais finalement le bassiste Geezer Butler ne s’en est pas empêché, le 19 mai toujours, dans un message intitulé « Cœur lourd », où il nous donne sa version des faits et que nous vous avons traduit ci-dessous :

« Je suis triste de constater que la réunion de Black Sabbath prenne de plus en plus des airs de soap-opera sur internet. Ce fut une année très difficile pour nous en tant que groupe, avoir annoncé nos projets de réunion pour apprendre que Tony était atteint d’un cancer, ne nous laissant pas d’autre choix que celui de repousser la tournée que nous avions envisagée et voir ensuite Bill s’exprimer publiquement sur son site internet au sujet d’un contrat qu’il ne pouvait pas signer. Aucun d’entre nous ne savait comment Tony allait réagir à ses intensives chimio-thérapies et radiothérapies. Ozzy et moi avions pris un vol pour l’Angleterre afin d’être aux côtés de Tony et dans ses « bons » jours, nous nous retrouvions dans son studio à son domicile et rassemblions quelques idées pour l’album à venir, tous installés ensemble, sans batteur, juste nous trois en train de rassembler des idées. Nous pensions qu’au moment où nous aurions assez de morceaux pour organiser une répétition avec le groupe au grand complet nous retournerions à Los Angeles compléter le travail avec Bill. Malheureusement, à notre grand étonnement, Bill a publié un communiqué sur son site internet dans lequel il annonçait qu’on lui avait proposé un contrat qu’il ne pouvait pas signer. Il ne nous a jamais dit, à aucun d’entre nous, qu’il rencontrait des problèmes de contrat et honnêtement ce genre d’affaires est géré par nos représentants et jamais publiquement entre nous quatre. Nous avions comme idée de ne conserver qu’une seule date de concert cette année en espérant que Tony serait assez en forme pour l’assurer et que les problèmes rencontrés avec Bill seraient résolus. Comme vous pouvez l’imaginer, un concert unique au Festival de Donnington (Download) coûte une véritable fortune en termes d’organisation. Cela implique une cinquantaine de personnes, le transport, les tarifs aériens, les hôtels, les repas, les agents, les promoteurs, les comptables, les avocats, etc. alors aucun d’entre nous ne comptait gagner beaucoup d’argent avec ce concert. C’était un seul concert de Sabbath pour les fans avant d’aller enregistrer le nouvel album. Apparemment, cela n’était pas acceptable pour les représentants de Bill. Ils désiraient une somme d’argent tellement irréaliste que nous avions d’abord pensé qu’il s’agissait d’une plaisanterie. Par conséquent, nous nous sommes résignés à faire le Download Festival sans Bill, continuant à espérer qu’il changerait d’avis et qu’il accepterait au moins de faire une apparition en tant qu’invité. Nous avons démarré les répétitions il y a quelques semaines de cela avec Tommy Clufetos, le batteur qui participera à la tournée Ozzy & Friends. C’est un batteur brillant et un chic type. Il a été convenu qu’il serait préférable pour nous de faire un concert d’échauffement afin de briser la glace étant donné que nous n’avions jamais joué en live ensemble. La salle de l’O2 Academy était disponible à Birmingham, là où nous répétions, alors nous avons décidé d’y jouer et de faire don de nos recettes à l’organisation caritative « Help For Heroes ». Ce concert nous permettrait également de résoudre les éventuels problèmes techniques que nous pourrions rencontrer. Cependant Bill a par la suite publié un nouveau communiqué dans lequel il annonçait qu’il aurait été prêt à participer à ce concert de Birmingham mais que l’on attendait de lui qu’il y joue « gratuitement »- en effet, il me semble que c’est bien de cette manière que l’on collecte de l’argent via des concerts pour une œuvre de charité – on les joue « gratuitement ».

Tout ce que je suis en train de dire, c’est qu’il existe toujours plusieurs versions à un même fait. J’espère vraiment que je pourrais de nouveau jouer avec Bill un de ces jours. Quelle qu’en soit la raison, il semblerait que ça n’était pas pour cette fois. Bill a fait son choix et je me dois de le respecter. Avec un peu de chance, cette année douloureuse aura valu le coup d’attendre le nouvel album de Black Sabbath et se terminera dans la joie et la bonne humeur pour tout le monde.

Soyez patients,

Geezer » (traduction : Isa)

Ça tacle un peu. On sent une pointe de ressentiment – mais on peut le comprendre. On comprend aussi ce dont on se doutait déjà pas mal : que tout ça ne se fait quasiment qu’entre des intermédiaires, principalement des avocats. Mais est-ce qu’on va enfin pouvoir parler musique dans cette affaire, nom de Zeus ?!

Oui, enfin ! Trois mille personnes sont tassées, prêtes à adorer leurs idoles, dans l’O2 de Birmingham, pendant près de deux heures. Quelques médias ont pu y assister et sont tous revenus avec un papier élogieux : plus heavy que heavy, Black Sabbath a vraisemblablement réimposé sa loi, ses riffs. Un concert sur lequel tout ce « soap-opera » comme le qualifie Geezer (envoyez le générique de « Dallas » !) n’aura jeté qu’une fine ombre. Mais, sur un si Noir Sabbat, une ombre, ça peut passer inaperçu.

Néanmoins, les critiques ne peuvent pas ne pas évoquer cette absence : « Ce soir, contre la guéguerre sur internet autour de la saga de l’absence de Bill Ward – une saga encore non résolue à l’heure qu’il est – assurément, Tony, Geezer et Ozzy ont fait ce qu’ils savent faire de mieux : jouer quelques-uns des meilleurs riffs jamais écrits. » (Terrorizer). Mais parlent, bien sûr, aussi de son remplaçant, Tommy Clufetos, le batteur d’Ozzy : « Il y avait peu d’indice de la controverse entourant l’absence de Bill Ward. Bien que le groupe n’ait pas mentionné son remplaçant, Tommy Clufetos, le batteur a reçu des applaudissements pour son court solo avant ‘Iron Man’. » (ClassicRock) Ce que nuance Rolling Stone : « Son solo a été apprécié et a reçu des applaudissements quoiqu’un peu plus hésitants ».

Mais ce qui inquiétait le plus les fans, ce qu’ils voulaient le plus savoir, c’était, évidemment, l’état de Tony Iommi, encore soigné pour un lymphome. De toute évidence, pour avoir assuré un concert de deux heures, d’une traite, il nous donne de quoi être optimistes : « Souriant d’une oreille à l’autre et faisant exploser l’énorme riff d’intro de ‘Into The Void’. A la vue de l’homme qui a inventé le heavy metal toujours capable de jouer, toute cette affaire avec les batteurs et leurs contrats s’avère hors sujet. Avec 3000 personnes clamant son nom – et appelé par Ozzy le vrai ‘Iron Man’ (homme de fer) pendant l’intro de la chanson du même nom – Tony Iommi est vraiment un guitar-hero héroïque. » (Kerrang)

Au final, même « Ozzy Osbourne chantait mieux qu’il ne l’a jamais fait depuis des années » (ClassicRock), « avec un voix vraiment spectaculaire » (Kerrang). Ce fut donc « un des plus grands concerts de tous les temps. Tout ceux qui se souviendront de ce jour de Sabbath le garderont sacré. » (Terrorizer)

Happy end ? Tout va bien ? Les pères fondateurs ont démontré encore toute leur grandeur et ont offert aux futurs spectateurs du Download de quoi baver pendant les trois prochains semaines. On peut donc prendre le temps de penser à autre chose, les uns en ayant des images pleins les yeux et des gros riffs qui résonnent encore dans les tympans, les autres en rêvant qu’ils y étaient… Eh bien, encore, là, non.

C’était l’erreur à ne pas commettre pour qu’on soit tranquille pour dimanche : répondre à Bill Ward comme l’a fait Geezer Butler. On aurait pu conclure ce weekend avec ce concert à Birmingham et puis non, le dimanche 20 mai, Bill Ward a décidé de répondre au communiqué de Geezer. Vous noterez qu’il a eu la délicatesse de ne pas gâcher la journée du 19, mais plus ça va, plus cette affaire ressemble à une cour d’école où personne n’a jamais raison mais où jamais la maîtresse ne mettra qui que ce soit au coin :

« Chers musiciens et fans de Sabbath,

j’ai lu le communiqué de Geezer daté du 19 mai intitulé “Heavy Heart”. Par respect pour le concert, j’ai voulu attendre 24 heures avant de publier ce message. Il y a quelques points, amenés par lui, auxquels je souhaite répondre.

1°) Évidemment, j’avais averti Ozzy, Tony et Geezer, bien avant mon premier communiqué, que j’avais des difficultés sur le contrat.

2°) J’ai dévoilé ça sur la place publique pour me justifier auprès des fans et pour dire publiquement qu’il y a un problème. Les membres du groupe ont arrêté de parler et de correspondre avec moi il y a quelques temps, à l’exception d’une gentille lettre de Tony pour mon anniversaire. Avant ça, Geezer et moi entretenions une correspondance mais cela s’est arrêté brusquement fin février après lui avoir posé une question spécifique par e-mail.

3°) Dans mon communiqué du 15 mai, j’ai clairement dit que j’étais prêt à jouer à Birmingham gratuitement. Ce n’était as un problème – œuvre de charité ou non.

4°) Mon cachet pour le Download n’était pas d’un montant extravagant. A l’origine, quand le Download n’était qu’une partie d’une tournée complète, j’ai demandé un salaire décent. Plus récemment, alors que nous négocions pour seulement le Download, Birmingham et Lollapalooza, j’ai dit à mon avocat que j’accepterai le petit salaire proposé pour le Download, mais il y avait d’autres parties de l’offre qui n’était pas satisfaisantes.

Je continuerai à être honnête et respectueux envers le groupe et nos fans. je ferai aussi face à toute contre-vérité me concernant et à toute campagne me visant, visant à trouver une faute chez moi, qui capterait mon attention.

J’espère que le groupe et les fans ont fait un bon concert à Brum [Birmingham].

Portez-vous bien, soyez forts.

Bill Ward »

Et enfin, aujourd’hui, plus rien. C’est sympa, ça nous a laissé le temps de faire le point dans cet article. Mais on sait qu’on aurait tort de dire qu’on espère que ça se termine là. On se doute qu’un communiqué en réaction au dernier communiqué pourrait être communiqué. Et même si on préférerait ne pas avoir à vous le communiquer, vous le traduire, voire y réagir, on se doute qu’on va y passer l’été, au moins jusqu’au dernier concert prévu pour l’heure, au Lollapalooza, en août. C’est toujours mieux que « Les Feux de l’Amour » qui dure depuis près de 30 ans…



Laisser un commentaire

  • On est pas dans la merde avec ça. Je pense que Bill ne fera jamais de concerts avec Black Sabbath. Mais peut être, avec beaucoup de chance finiront il par trouver un arrangement.

    une petite erreur que j’ai repéré:« avec un voix vraiment spectaculaire » (Kerrang) unE voix 😉

    [Reply]

    drum

    oublié de me relire, désolé pour les fautes ^^

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3