ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Le Venezuela n’est pas la France


Récemment sur le blog de Francis Zegut, dans un commentaire d’un anonyme au sujet d’un des teasers pour le prochain DVD live d’AC/DC, Live At River Plate, enregistré à Buenos Aires (Argentine) on pouvait lire : « incroyable….. Si le public francais pouvait avoir même un quart de l’énergie de ce public sud-américain, ce serait génial. » Et nous n’allons pas contredire ceci.

Le public sud-américain est chaud. Chaud bouillant même. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé au concert d’Iron Maiden dimanche dernier à Rio de Janeiro : une foule en délire pour le concert d’un des plus grands groupes de metal du monde qui mettent à bas, dans leur excitation, les barrières de sécurité rendues ainsi irréparables.

Dernièrement, c’est le groupe Forbidden qui est aussi de passage en Amérique du Sud, qui a tenu à remercier leurs fans à Santiago (Chili) pour « un public fantastique dans la fosse, pour leur stage-diving et avoir chanté si fort toutes [leurs] chansons. » Une vraie preuve d’amour pour un groupe.

Un public sud-américain toujours prêt à s’éclater, donc, dès qu’un groupe important pointe son nez dans un de ces pays au sud du Rio Grande. Mais pas que… Ce phénomène peut toucher n’importe quel groupe. Même un groupe de reprises.

Bien sûr, The Iron Maidens n’est pas non plus n’importe quel cover band. Elles sont le seul groupe 100% féminin de reprises d’Iron Maiden au monde. Elles se sont formées il y a dix ans mais sont tout de même une référence dans le genre « all-girl cover band ». Mais de là à réaliser l’exploit qu’elles sont parvenues à accomplir au Venezuela, c’était sans doute l’une des choses les plus inattendues !

A l’occasion du Gillmanfest-Barquismetal 2011, elles ont battu un record détenu par rien moins que Metallica : six mille billets pour leur concert se sont vendus en moins de douze heures alors que les Mets et leur record se retrouvent largués avec cinq mille places écoulées en… deux jours ! Une chose qu’on ne verrait sans doute jamais en France : les groupes de reprises peuvent mettre trois mois pour remplir une salle de quelques centaines de places… s’ils la remplissent jamais.

Les Maidens, elles, ont rameuté quarante mille personnes à un concert qui a dû être interrompu à de multiples reprises car – un peu comme pendant le show leurs modèles au Brésil – le public rompait fréquemment les lignes de sécurité. Serait-ce pour autant la présence de Tim « Ripper » Owens de passage pour chanter sur les titres « Breaking The Law » et « Flight Of Icarus » qui aurait excité ainsi le public vénézuélien ? Ce serait se montrer bien cynique que de croire ça.


L’explication est tout autre et bien simple : les sud-américains – sans dire qu’il ont la fiesta dans le sang – savent ce qu’est une fête, ce que c’est que de se réunir pour la musique. Ou prenons le phénomène dans le sens inverse : les Français ne savent pas s’éclater. Combien de fois avons-nous pu voir dans des concerts d’artistes et de groupes de toutes importances des membres du public plantés comme des piquets dans un coin de la salle regardant la scène avec scepticisme ou carrément avec cynisme.

Alors, s’il vous plaît, faites quelque chose pour moi, lecteurs : la prochaine fois que vous voyez un de ces types (qui a sans doute payé sa place en plus pour être là) rester à l’écart, tirant la tronche à un concert d’un artiste dont il attendait peut-être la venue depuis des mois, voire des années, chopez-le par le colbac et balancez-le de ma part dans la fosse. S’il est là, c’est pour s’éclater. Et même si la musique n’est pas à la hauteur de ses espérances, un concert doit être une fête.

Bon, il y a prescription pour les concerts de doom.

Animalement vôtre.



Laisser un commentaire

  • Personnellement je n’aime pas filmer un concert. Si j’y vais c’est pour écouter de la musique et mettre ma crinière dans la gueule des gens à côté. Je suis un headbanger moi. Et pour rebondir sur ce que dis AC, le headbang tu peux le faire en solo.

    J’ai pu constaté aussi l’immobilisme lors de mon dernier concert en date (BLS) et je dois remercier le type qui nous à motiver à bouger. Ou du moins qui m’a motivé à bouger ! Parce que je me suis éclater.

    Autre fait intéressant, ce type à réussit à faire montrer ses seins à une nana. Et ça, ça n’a pas de prix !

    Merci à toutes les personnes qui lancent des pogos et qui nous rappellent qu’un concert doit être un moment de fête, un moment ou on se lache, et pas seulement un moment d’écoute musicale comme on pourrait simplement le faire en restant chez nous, avec un CD et une chaine Hi-Fi.

    [Reply]

  • En fait des fois le public français est tellement froid que même quand on aime bien bouger, on hésite à se défouler de crainte de se retrouver tout seul à faire le con…

    [Reply]

  • Jazzy Jarilith dit :

    Dans la vidéo présenté ci-dessus le public n’a pas l’air particulièrement excité, et pour cause: ils sont tous en train de filmer le concert avec soit leurs téléphones, soit leurs appareils photo. C’est plutôt triste à voir, ils sont devant la scène, et regardent les artistes au travers d’écrans (et de tailles réduites en plus !). C’est partout pareil de toute façon. J’ai l’impression que de nos jours le public ne pense qu’aux vidéos qu’ils vont uploader sur YouTube pour se faire mousser au lieu de simplement s’éclater.
    Enfin bon, on ne va pas en faire un plat. Il y a plus grave. 🙂

    [Reply]

    Raff

    Ne t’en déplaise, j’aime beaucoup personnellement « immortaliser » ne serait-ce que quelque minutes d’un concert, et ça ne m’empêche pas de m’éclater. Il suffit de bien se caler pour filmer un morceau sans avoir à garder les yeux fixés sur l’écran tout le temps.
    Et par ailleurs, la vidéo ci-dessus a elle aussi été filmée par un amateur, même s’il n’est pas dans le public 😉

    En fait c’est surtout la preuve que ce n’est pas Tim Owens qui les a le plus éclatés.

  • Bien dits

    [Reply]

  • animalement bien dit 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3