ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Le vinyle est en plein boom


Metalorgie nous a fait partager ce matin une nouvelle dont nous vous avions déjà parlé il y a quelques mois : le vinyle est en plein boom ! Et on est content, nous, de voir enfin une courbe qui va tutoyer le ciel pour la bonne cause lorsque l’on parle de l’industrie musicale. Alors simple embellie d’un objet vintage ou légère bouffée d’oxygène pour un secteur encore plus en crise qu’en crise ? Probablement un peu des deux mon général… euh… mes généraux pardon (oui tu n’es pas le seul à lire ces quelques lignes, lecteur !).

Quand on pose la question évoquée plus haut, on se doute que la vérité se situe entre les deux. Mis en avant par l’Economist, le schéma ci-dessous prouve que 2008 a été l’année où la vente de vinyle a connu une ascension fulgurante. Si ce schéma met en avant les ventes ayant eu lieu aux Etats-Unis, il n’en demeure pas moins que les pays européens sont également concernés par le phénomène.

Alors qu’aux Etats-Unis la vente a progressé de 39% cette année, en Espagne les ventes sont par exemple passées de 16 000 en 2005 à 104 000 en 2010 alors qu’en France le chiffre officiel tournerait autour de 200 000 ventes en 2008. Pourtant le président du Syndicat National de l’Edition Phonographique, Hervé Rony, soulignait dans un article sorti début 2009 à propos du cas français que :

« Globalement le niveau des ventes (du vinyle) baisse d’année en année. […] On peut donc parler peut-être d’un léger rebond mais franchement ce marché est symbolique et fondamentalement marginal, voire anecdotique, sorti de quelques passionnés et du monde des DJ. On parle de moins de 200 000 unités ».

Mais l’ami Hervé paraissait en fait être à côté de la plaque car, comme le souligne justement dans cet article le créateur de Toon’Z Shop, le numéro deux français de la vente de vinyles sur Internet, si le SNEP ne compte que 200 000 vinyles vendus, c’est parce que « les trois quarts des disques vinyles sont produits par des labels indépendants ».

Des labels qui ne sont pas représentés par le Syndicat…

Par ailleurs nous vous conseillons de vous rendre chez votre disquaire préféré et, s’il vend des vinyles, de lui demander si il constate une certaine embellie depuis quelques semaines/mois/années en ce qui concernent les ventes effectuées par le secteur du vinyle ? Nous pouvons vous garantir qu’il y a de TRES fortes chances qu’il vous réponde par l’affirmative. Cet article tombe bien d’ailleurs car (je vous raconte ma vie mais c’est comme ça) il traite exactement de la conversation que j’avais il y a quelques jours avec notre fidèle Sébastien, un disquaire metal à Lyon qui travaille dans l’espace si aéré et agréable qu’est la cave du Gibert Joseph-Bellecour, où lui-même m’expliquait que l’augmentation du nombre de vinyles vendus était saisissant.

Surtout si l’on prend comme outil de comparaison la vente de cds !

Les raisons du phénomène sont multiples mais il est bien évident que la chute du cd au profit de la dématérialisation de la musique en format mp3 a eu pour conséquence chez l’acheteur un phénomène de retour aux sources. Sachant que parallèlement à ce retour, le vinyle a toujours été présent dans l’univers des DJs et n’a donc pas complètement disparu du paysage musical.

« Je préfère avoir un bel objet, qui peut-être vaut plus cher qu’un cd ou qu’un mp3, mais au moins je peux le contempler, le toucher, le savourer, l’écouter dans des conditions sonores plus proches du « vrai son » musical que je recherche et tout ceci me correspond ! ».

Voilà probablement ce que doivent se dire beaucoup de fans de musique qui recommencent à acheter des vinyles.



Laisser un commentaire

  • Joe Dark 666 dit :

    En parlant de boom du vinyle, j’ai découvert et commandé dans une boutique en ligne bine sympatique spécialisée dans le métal en général mais aussi plus particulièrement le doom métal et le sludge. Je recommande pour les fans du sillons http://altsphere.com

    [Reply]

  • oups doublon désolé

    [Reply]

  • en plus maintenant le prix d’un CD fraichement sorti et de son équivalent en vinyle n’est pas beaucoup plus élevé! il ne s’agit que de quelques € de plus, sauf pour els éditions limitées bien sûr

    mais j’avoue ne pas voir beaucoup d’intérêt dans les vinyles récent qui, comme le disait notre ami Lenny_bar, ont exactement le même son qu’un CD. et on peut aps le foutre dans sa bagnole!!!

    alors vinyle oui, mais d’époque! pour la beauté du con (on ne aprle même plus de qualité lorsqu’on écoute un enregistrement original de « virgin killer » par Scorpions!)

    [Reply]

  • en plus maintenant le prix d’un CD fraichement sorti et de son équivalent en vinyle n’est pas beaucoup plus élevé! il ne s’agit que de quelques € de plus, sauf pour els éditions limitées bien sûr

    mais j’avoue ne pas voir beaucoup d’intérêt dans les vinyles récent qui, comme le disait notre ami Lenny_bar, ont exactement le même son qu’un CD. et on peut aps le foutre dans sa bagnole!!!

    alors vinyle oui, mais d’époque! pour la ebauté du con (on ne aprle même plus de qualité lorsqu’on écoute un enregistrement original de « virgin killer » par Scorpions!

    [Reply]

  • acheter un vynile peut-être mais l’écouter?! certainement pas! on va pas abîmer ces machins!

    [Reply]

  • Il y a un truc qui m’échappe un peu dans cette mode du vinyle: les gens achètent des productions récentes au format vinyle pour retrouver le « son d’antan »… mais en amont, la production d’un tel album est assisté du début jusqu’à la fin par ordinateur (Pro-Tools et consorts…) et le résultat est entièrement digitalisé, et donc, c’est un peu illusoire de croire qu’en gravant un master track au son numérisé sur un vinyle, on va obtenir un son typé « analogique », non?

    [Reply]

    Flo

    Oui, mais l’artwork est plus grad.

  • Paradox de la tasse dit :

    Je laisse les vinyles au DJ, Trendies et autres.
    Le d’un CD est bien meilleurs. Mais qui sait encore différencier le son non compresser d’un CD pas les amateurs de MP3 en tout cas.

    PS : Si le son d’un vinyle peu etre comparable à celui d’un cd en debut de vie le son décline au fil des écoutes.

    [Reply]

  • Ouaip, ben moi mon vinyle de « Machine Head », il est d’origine !

    [Reply]

  • Euh… ben oui on peut toujours contacter plus de monde mais tu as des chiffres et des courbes qui indiquent une tendance.

    Après on peut toujours pousser l’analyse, c’est sûr. 😉

    [Reply]

    spanner

    C’est juste que vous demandez à la SNEP qui ne s’occupe que des majors, en disant bien que la plupart des vinyles étaient produits par des indés. Autant aller chercher l’info au niveau du syndicat des indés du coup… Enfin je sais pas je trouve même pas que ce soit une question de pousser l’analyse mais plus d’avoir une démarche complète.

    Bref j’ai du être formatée par mes études.

    Sinon, j’achète du récent aussi. Quand tu prends par exemple un truc de stoner bien crade, le son particulier du vinyle ça rajoute un truc, j’trouve. Mais bon question de goût après!

  • Pourquoi ne pas contacter la SPPF pour avoir des chiffres sur les indés du coup? Ça aurait été p’tet plus pertinent que l’avis de trois disquaires -qui, bien qu’intéressants ne suffisent pas à identifier des tendances…

    En tout cas pour continuer dans l’anecdotique le rayon vinyle Virgin des Champs Elysées a été agrandi récemment.

    Perso j’ai commencé à acheter des vinyles récemment… Depuis que j’ai un salaire en fait.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3