ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

L’effet Star Wars : Episode 3


Je suis le méchant !
Alors que l’on tentait d’interviewer Avenged Sevenfold avant-hier, Spaceman a demandé au guitariste Zacky Vengeance ce qui poussait tant d’artistes actuels à sortir « l’album le plus sombre de notre carrière ». Les gens vont-ils si mal que ça ? Si pour certains, la création artistique découle d’une véritable tristesse profonde, du mal-être ou de l’aigreur, pour la plupart, il ne s’agit très probablement que d’une fascination pour cette grossière noirceur hollywoodienne à la mode. C’est ce que j’appelle « l’effet Star Wars : Episode 3 ». Ou comment tenter de s’acheter une posture de bad boy torturé simplement en fronçant les sourcils à longueur de temps. Même Rhapsody Of Fire[/urlb] s’y est mis ! Et chez les Italiens, ça se traduit par une pochette bleue foncée, une histoire dans un pays tout sombre et tout froid et par l’usage abusif de termes tels que « frozen », « tears », « terror », « dark »… Dans un contexte voisin qui est celui du théà¢tre ou du cinéma, Alexandre Astier, créateur de la série Kaamelott, a déclaré à propos de la difficulté de jouer un état : « Prenons un Irakien qui aurait perdu toute sa famille et qui aurait l’occasion d’en parler à la télévision : ses larmes le gênent, parce que la caméra de CNN, c’est l’occasion d’en parler. La vérité de ce mec-là vis-à -vis du pleur et de l’état, c’est de le combattre et non pas d’aller dedans. L’état, quand il est mal utilisé, c’est l’inverse. Ce que vous allez dire va rester dans votre poche et vous allez présenter des larmes. Or, il faut être fragile, il faut organiser sa fragilité ». Ainsi, Rhapsody Of Fire connaît trop bien son texte. Alex Staropoli nous disait que le processus d’écriture des albums commençait par le scénario. Les ambiances étaient posées avant même le début de la composition. Quand elle ne nous guide pas et que l’on cherche au contraire à provoquer l’émotion, il est extrêmement difficile de ne pas surjouer. Que ce soit, à l’instar des Italiens, par l’exagération, par un usage démesuré d’un champ lexical ou par une série de clichés : les « méchants » oublient-ils tous de se raser et s’achètent-ils tous des vestes en cuir noir comme dans les films ? Quelqu’un de malheureux passe-t-il VRAIMENT son temps à l’afficher sur son visage ? Son envie première n’est-elle pas de lutter contre ce mal-être plutôt que de l’exploiter pour avoir la classe d’un Edward Cullen dans Twilight ?
Pour finir sur Rhapsody Of Fire, ils remettront le couvert le 15 octobre prochain avec un nouvel album, à peine quelques mois après la sortie de The Frozen Tears Of An Angel. Au programme, un unique titre de 37 minutes divisé en 7 actes. Un équivalent à Rain Of A Thousand Flames (2001) en somme. Un nouvel opus au titre encore plus subtil : Cold Embrace Of Fear – A Dark Romantic Symphony. Franchement, même pour du Rhapsody, un nom comme ça, c’est de l’abus.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Old Dead Tree @ Savigny-Le-Temple
    Slider
  • 1/3