ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Legion Of The Damned – Ravenous Plague


Legion Of The Damned est de ces formations particulièrement productives. Pas une année ne s’écoule sans que le groupe hollandais n’ait à offrir quelque chose à ses fans. Split, album, album-live… Bref, malgré le fait que la bande n’a pas encore soufflé ses dix ans, il y a déjà de quoi manger au râtelier Legion Of The Damned. C’est un permanent service riffu croisant death, black et thrash metal, distribué à tour de bras par le combo. Autant dire que ce n’est pas fait pour reposer les oreilles. Et Ravenous Plague, le nouvel album du groupe, poussera peut-être même le système digestif de certains à saturation.

Et dès le début le combo se prend les pieds dans le tapis et rate la porte d’entrée en fonçant tête baissée. La faute à une entame de disque manquant d’accroche, avec « Howling Armageddon » et « Black Baron », deux titres de thrash bourrin stéréotypés et quelque peu génériques. Mais si l’allumage souffre de ces faiblesses, le reste de l’album, passé « Ravenous Abominations », se révèle quant à lui plus convaincant. Dès lors que le combo donne de la couleur à sa musique, celle-ci devient bien plus percutante et entraînante (le très fédérateur et death « Summon All Hate »), voire envoûtante (les subtiles touches black metal sur « Doom Priest » ou l’obscure et mélodique « Armalite Assassin »). Et même en retombant dans certain « travers », le combo arrive à produire du riff plus incisif (« Morbid Death », « Bury Me In A Nameless Grave »). Toutefois, il faut gratter sous la surface monocorde pour sentir la subtilité des chansons. D’une durée raisonnable de 46 minutes, l’album procure à la fois le sentiment d’être passé trop vite et, paradoxalement, celui de soulagement d’être arrivé à son terme. Finalement, c’est sur sa faim que l’on en ressort.

Certes, trois ans séparent Ravenous Plague de son prédécesseur Descent Into Chaos. Trois ans que Legion Of The Damned aurait pu utiliser pour peaufiner sa musique mais, à l’inverse, il a fait le choix d’épurer son propos en accentuant son aspect le plus thrash, quitte à tomber dans le ventre mou d’un style qui regorge de formations au ton similaire. Cependant, la qualité est bien là, plus subtile, plus discrète. Il est donc dur de tirer à boulets rouges sur cet opus, moins occulte, plus tranchant, moins inspiré et pourtant pas nécessairement à oublier.

Ci-dessous les clips des titres « Doom Priest » et « Mountain Wolves Under A Crescent Moon » :

Album Ravenous Plague, sorti le 3 janvier 2014 chez Napalm Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3