ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Leonard Skinner : « You Know, we sure have a lot of friends »


Mine de rien, on n’oublie pas nos profs de lycée. On a tous passé des fins de soirées nostalgiques à rire de nos enseignants les plus excentriques ou à évoquer nos réprimandes les plus mémorables.

Je suis loin d’être un exemple en matière de scolarité. Au mieux bon dans mes moments de « gloire », au pire cancre dont l’avenir trouble ébranlait la confiance des parents. Autant vous dire que des souvenirs de mes cours, je n’en ai pas beaucoup. Ce qui explique en partie mes efforts pour changer de sujet dès qu’Animal m’embarrasse avec ses références culturelles à la con et ses termes excédant les trois syllabes. Sur les dizaines que tout élève ou étudiant rencontre dans sa vie, seuls quelques-uns de ces enseignants lui apporteront plus que le savoir objectif d’un bouquin. Seuls quelques-uns auront une influence marquante sur sa vie.

Il y en a que j’ai tellement détesté qu’à l’instar du cliché du fils déçu par son père absent, alcoolique ou pire, admirateur de BHL, je me suis senti obligé de leur prouver quelque chose. Certains, parce qu’ils étaient véritablement exécrables. D’autres parce qu’à raison, ils me provoquaient volontairement et intelligemment pour me pousser en avant. Il y en a d’autres que, émerveillé devant leur compétence, leur éloquence et leur pédagogie, j’ai admiré comme je peux admirer aujourd’hui certains musiciens. Je voulais être comme eux.

Si l’histoire de Leonard Skinner, décédé lundi 20 septembre dernier, est différente, elle illustre malgré tout la puissance de cette relation que nous tissons avec nos profs. Et c’est tout simplement une très belle histoire :

Leonard Skinner était prof de gym et de basket ball à l’école Robert E. Lee à Jacksonville, Floride. Gary Rossington et Bob Burns, respectivement chanteur et ex-batteur, étaient ses élèves. Comme ils ne respectaient pas le règlement de l’école et arboraient les cheveux longs, il les fit envoyer chez le principal qui les renvoya définitivement. Après quoi ils montèrent un groupe, The Leonard Skinner band, avant de se renommer… Lynyrd Skynyrd ! Leonard Skinner n’en entendit parler que bien plus tard. Il avouait même ne pas se rappeler du nom des étudiants renvoyés par le principal. Il devint très rapidement une célébrité, parfois même forcé de montrer sa carte d’identité pour prouver qu’il s’agissait bien de son nom !

En mûrissant, on prend conscience, non sans une certaine fierté de bad boy, de notre bêtise d’adolescent : « on était cons quand même, on leur en a fait baver… ». Ainsi, ce qui était à l’origine une rébellion s’est transformé en hommage, le groupe tissant des liens étroits avec le coach. Ce dernier les avait fait jouer dans le club dont il était propriétaire et leur avait permis d’utiliser ce panneau de vente de sa propriété sur leur troisième opus Nuthin’ Fancy :

D’après ses enfants, s’il n’était au départ pas à l’aise de voir son nom relié au groupe, il avait appris à s’y faire.

Leonard Skinner était en quelque sorte devenu la mascotte du groupe. En 2009 avait été organisé un hommage en son honneur, un événement ayant rassemblé plus d’une centaine de personnes, y compris des fans de Lynyrd Skynyrd. Très touché, il avait dit à sa femme sur le chemin du retour : « dis donc, on a vraiment beaucoup d’amis ! ».

Gary Rossington a publié le communiqué suivant sur le site officiel du groupe :

« Leonard Skinner […] dont le nom est à tout jamais lié à Lynyrd Skynyrd, est mort dans son sommeil lundi matin, à 77 ans (NDLR : des suites de la maladie d’Alzheimer). […]Coach Skinner a eu tellement d’influence sur nous que nous avons baptisé notre groupe Lynyrd Skynyrd, pour lui. En réfléchissant, je ne peux l’imaginer autrement. Nos pensées et nos prières vont vers sa famille. »

Les funérailles ont lieu aujourd’hui. Une autre occasion de dire « You know, we sure have a lot of friends ». Or, ne dit-on pas que l’on mesure la grandeur d’un homme au nombre de personnes assistant à ses funérailles ?



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3