ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Song For The Deaf   

Les nerfs en Cage !


Rares sont les titres énervants par nature. Un morceau peut énerver pour des raisons extérieures à son contenu purement musical, des raisons telles qu’une surexposition médiatique irritante, des paroles rebutantes ou une imagerie trop kitsch. Ou le fait d’avoir trop écouté un album. A titre personnel, il m’est tout simplement impossible aujourd’hui d’écouter « Master Of Puppets » de Metallica ou « Chop Suey ! » de System Of A Down pour cette dernière raison. « Seven Nation Army » des White Stripes énerve aujourd’hui non pas par son succès, mais à cause du fait qu’il est impossible de la diffuser dans un bar ou dans une soirée sans qu’une bande de bulldozers à réaction ne se mette à reprendre la mélodie en chœur avec de pachydermiques « POOOOO POPOPOPO POOOO POOOOO ». Inutile de vous lister des chansons à la base médiocres que l’écoute imposée par le harcèlement médiatique a rendu insupportables ou les titres au discours soi-disant engagé véhiculant des idées politiques au ras des pâquerettes. Ou bien celles que notre degré de tolérance au kitsch mal dosé nous empêche d’apprécier.

A l’inverse, issu du dernier album de Cage, Supremacy Of Steel sorti fin 2011, le titre « Braindead Woman » n’est pas énervant pour son imagerie typée true heavy metal qui, pour le coup, colle bien à la peau du groupe, ni pour aucune des raisons extérieures citées plus haut.

« Braindead Woman » est énervant dans son essence musicale même.

A cause de son insupportable répétitivité digne d’un disque rayé, pour les pics aigus de la guitare qui percent les tympans à un rythme frôlant l’épilepsie, et puis les « Braindead, braindead, braindead, braindead, braindead »…. Bon, écoutez, vous devriez comprendre…



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3